Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 novembre - Une idée, les Maisons Familiales Rurales ;
un homme, l’abbé Granereau Lire
13 novembre - Sortons du piège de la finance verte Lire 13 novembre - Sauvons l’hôpital public de la casse financière Lire
AccueilActualité

Marseille 2040, le jour où notre système de santé craquera

Revue de livre :
Marseille 2040 : Le jour où notre système de santé craquera - Une enquête de Philippe Pujol
aux éditions Flammarion, publié en 2018

Une belle réussite que ce roman d’anticipation !

Soutenu par des acteurs de la santé de la région PACA, Philippe Pujol a fait un véritable travail de prospective et présente à quoi pourrait ressembler notre système de santé en 2040. Cette enquête, rigoureusement documentée, démontre la nécessité d’un changement de paradigme avant la mise en place des ressources nouvelles apportées par les évolutions technologiques de l’intelligence artificielle.

Le héros, Antoine, 23 ans, est régulateur de santé et à partir de son ordinateur, surveille les besoins d’un certain nombre de patients sur un territoire donné. Il les suit grâce à des objets connectés et un système de puces qui lui permettent d’interpeller les services de santé adéquats en cas de problèmes médicaux. Antoine est donc au service de la santé des citoyens, mais il apprend qu’il va être remplacé par un programme informatique, Mediflux. Ce super-programme d’intelligence artificielle gérera seul, sans intervention humaine, toutes les données de santé de chaque patient. De plus, il prendra le contrôle de tous les unités médicales, l’humain devenant totalement asservi à la machine. Inquiet de voire la santé de ses patients être confiée à un algorithme qui, de plus, appartient à une entreprise privée, Antoine va mener sa propre enquête.

On apprend à travers les pages que le système de santé « a craqué en 2028 » suite à une épidémie de grippe qui a porté à saturation les services de santé. Ces derniers avaient subi maintes réformes qui les ont appauvris tant en infrastructures qu’en personnels. L’impossible est alors arrivé. Cette défaillance humaine a appelé à une surveillance dominée par l’intelligence artificielle et à une transparence totale des fichiers pour la faciliter. De plus, pour éviter une nouvelle défaillance, tous les individus sont « accompagnés » par un assistant de vie électronique qui relate leur moindre altération physique ou mentale à un grand central — dirigé par une entité inconnue sur laquelle Antoine enquête aussi — et les conseille en direct. Big Brother ? En tout cas, une dérive dans une logique où les humains deviennent au final de simples paramètres gérés par des programmes informatiques.

La fin du roman démonte l’idéologie du transhumanisme et donne au lecteur à penser à ses choix sociaux et politiques présents. Mais également, ce livre n’oublie pas de nous apporter dans ses annexes une idée intéressante des changements positifs qui pourront être apportés à notre système de santé d’ici 2030 : télémédecine, imagerie médicale, l’électronique médicale (pose d’implants...), domotique, gestes chirurgicaux assistés par ordinateur, extension du Samu15, etc. La naissance aussi de nouvelles équipes de spécialistes d’autres champs d’expertise que la santé : des bio-informaticiens spécialistes du datamining (traitement du big data), des spécialistes de la modélisation, de l’intelligence artificielle, de la robotique. Tout un monde de nouvelles professions médicales et paramédicales qui sont prometteuses d’avenir.

Cela peut paraître lointain, mais les institutions s’y préparent déjà, comme l’attestent, par exemple, les propositions de certaines Agences régionales de santé :

Une mutation des métiers de la santé sera bien plus radicale encore : en effet, la formation des professionnels de santé, et celle singulièrement des médecins, passera d’un long processus d’accumulation des connaissances à une pratique reposant sur l’apprentissage pour trouver l’information, être capable de les interpréter, d’en déduire des stratégies de soins, et surtout au développement de ses capacités de communication avec le patient pour que celui-ci puisse participer au choix de sa propre stratégie thérapeutique Extrait du cadre d’orientation stratégique de 2018, La santé en 2030 ARS PACA (page 213 du livre).

Or, pour mettre en place un véritable programme santé du futur et garantir que ces nouvelles technologies soient réellement mises au service des êtres humains et non pas détournées vers la big-brotherisation décrite dans ce roman, il faudra briser avec la logique purement financière qui promeut un pillage de l’économie et de la santé pour le paiement de la dette de la France aux marchés.

A la fin du livre, divers scénarios sont ainsi passés en revue. Un paragraphe est notamment consacré à la prise en compte de la dimension économique comme condition de l’accès aux soins. En effet, il serait criminel d’institutionnaliser, sous prétexte de rendre le système de santé plus performant et de réduire les coûts excessifs (« toute ressource mal utilisée est un coût social inutile, et un risque d’inégalités entre citoyens »), l’exclusion de certains malades et le triage des êtres humains. C’est pourtant dans cette logique de triage que sont fourvoyés le Royaume Uni, avec le parcours de soin N.I.C.E mis en place par Tony Blair en 2000, et les Etats-Unis sous Obama avec son Obamacare. La vie humaine ne tient pas à un tiroir-caisse qui sanctionne sous prétexte de rentabilité !

Ce qui porte à conclure sur la question éthique qui est au cœur de ce roman : « Vertueuse dans sa capacité vers plus de qualité et de pertinence, la recherche de performance peut conduire également à des décisions de refus de soins, comme dans le système britannique, voire à une forme de section adverse avec des risques d’exclusion », et d’appuyer « les réponses à apporter seront aussi politiques ». En réalité, aujourd’hui, les ressources mal utilisées sont celles qui disparaissent dans le vaste casino financier, ce qui pourrait nous mener au « Grand Flash » du roman.

La santé n’est pas une marchandise. Mon objectif est de sauver ce trésor national en demeurant fidèle aux principes qui inspirèrent Ambroise Croizat et Pierre Laroque et en faisant de la prévention massive et du respect de chaque malade une priorité absolue. Si les moyens existants sont mobilisés à bon escient, si une politique réellement humaine recentrant la médecine sur le malade (et non sur l’évaluation financière du coût moyen de la maladie) est mise en œuvre et la contribution des différents acteurs mieux coordonnée, nous pouvons déjà parvenir à une espérance de vie moyenne de cent ans, dans un état physique et sanitaire satisfaisant. Pourquoi nous en priver ? Pourquoi abdiquerions-nous face à des assureurs privés qui, comme on l’a vu aux Etats-Unis, ont conjugué l’envolée des dépenses avec des inégalités abyssales ?Jacques Cheminade, Le projet 2017, Santé

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Le droit aux soins pour tous est un principe garanti par notre Constitution
9 mars 2017
Santé
Le droit aux soins pour tous est un principe garanti par notre Constitution
Urgences : stop à l’hémorragie !
5 juin
Nos propositions
Urgences : stop à l'hémorragie !
L’intelligence artificielle : le défi politique d’aujourd’hui et de demain
18 avril 2018
Culture
L’intelligence artificielle : le défi politique d’aujourd’hui et de demain

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard