Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

30 janvier - Appel : Prenons congé de l’OTAN, préparons sa dissolution Lire 30 janvier - Visioconférence internationale de l’Institut Schiller Lire 27 janvier - Réunion à Paris le mercredi 15 février avec Jacques Cheminade Lire
AccueilActualités

Le « pré-bunkage » des esprits, nouvelle arme de guerre de l’OTAN

Cet article est tiré d’une série d’enquêtes menées par des rédacteurs de l’hebdomadaire américain Executive Intelligence Review (EIR) sur des opérations de contrôle mental, visant à domestiquer la pensée des citoyens pour faire triompher le « narratif » d’une oligarchie financière à la dérive, que l’ancien analyste de la CIA Ray McGovern a surnommée « MICIMATT » (Military Industrial Congressional Intelligence Media Academic Think Tank, en français complexe militaro-industriel, de la communauté du renseignement, des médias, des universitaires et des laboratoires d’idées).

Par Karel Vereycken, sur la base d’un rapport de Marcia Merry Baker, EIR

Aux Etats-Unis, les deux chambres de l’État du New Jersey viennent d’adopter le 21 novembre un projet de loi bipartisan rendant obligatoire dans les écoles publiques, de la maternelle (sic) à la 12e année, « l’éducation aux médias » afin de combattre la « désinformation ».

Si le gouverneur Phil Murphy signe cette loi, le New Jersey deviendra le premier État à adopter une telle réforme.

Pour le Philadelphia Inquirer, il n’y a que du bon : « Ils veulent que les bibliothécaires scolaires, les spécialistes des médias et les enseignants aident les élèves à interpréter correctement l’information. »

Or, le type d’apprentissage auquel ils font allusion ne pourrait s’avérer plus insidieux. Il s’agit d’un programme visant à empêcher les jeunes de penser par eux-mêmes et à leur laver le cerveau avec des codes d’interprétation préfabriqués. Si le New Jersey est pionnier dans cette opération, d’autres Etats américains préparent des réformes identiques.

Aux Etats-Unis, l’agence en charge de la « lutte contre la désinformation » en milieu scolaire est le groupe Media Literacy Now, basé dans le Massachusetts, qui gère une carte des 50 États et des endroits cibles où cela peut être imposé. La fondatrice et présidente du groupe, Erin McNeill, fait l’éloge du New Jersey, premier État à avoir mis en place ce programme dans les écoles primaires et secondaires. L’Illinois ne l’applique encore que dans les écoles secondaires.

Il existe un programme d’éducation aux médias, qui enseigne aux enfants comment déterminer la crédibilité des sources qu’ils consultent, conseillant évidemment de ne faire confiance qu’aux grands médias dominants.

Olga Polites, enseignante à la retraite et fervente lobbyiste en faveur du nouveau projet de loi, donne comme exemple de désinformation le fait de douter du bon déroulement des élections présidentielles américaines, alors que Républicains autant que Démocrates sont les champions de la fraude électorale. Une autre préoccupation majeure de Media Literacy Literacy est de déconstruire les « stéréotypes médiatiques sur le genre » transmis aux enfants et adolescents.

En Europe

En réalité, cette campagne est mondiale et l’Europe n’y échappe pas. En Europe, la Commission européenne a publié le 11 octobre ses propres « Lignes directrices à l’intention des enseignants et des éducateurs sur la lutte contre la désinformation et la promotion de l’alphabétisation numérique par l’éducation et la formation ».

Les auteurs de cette directive demandent aux écoles de faire appel à des experts en « inoculation psychologique », ce que Wikipédia décrit comme

une théorie développée pour protéger les attitudes et les croyances existantes, montrer comment renforcer la résistance à de futurs contre-arguments inacceptables ou à des attaques persuasives.

Il ne s’agit donc pas d’aiguiser le sens critique de chacun pour qu’il soit en mesure de réfuter des infox, mais bien d’un conditionnement mental visant à immuniser les esprits contre des informations jugées d’avance comme nuisibles aux élites en place, par exemple douter de la légitimité de l’OTAN, douter de l’urgence climatique ou avoir des sympathies pour la Chine...

Pré-bunkage et dé-bunkage

Les 40 pages de directives de la Commission européenne sur la question restent généralement extrêmement vagues, tout en incitant les enseignants à travailler sur le pré-bunking, habilement traduit par « réfutation des idées fausses » (alors que le terme anglais implique une approche préventive) et le débunking (démystification), traduit par « rétablissement de la vérité ». Jadis, cela s’appelait endoctrinement, un mot sans doute trop clair…

Selon la directive, la réfutation des idées fausses (pré-bunking) est

un processus dans lequel les gens sont avertis qu’ils sont sur le point d’être la cible de fausses informations. Elle s’appuie sur le raisonnement selon lequel ’mieux vaut prévenir que guérir’. Pour enseigner la réfutation des idées fausses aux élèves, il est possible de leur fournir au préalable des informations factuelles et des informations détaillées sur un sujet particulier, puis de présenter des cas existants de désinformation sur le même sujet. On peut également leur dire à l’avance à quel type de désinformation ils peuvent s’attendre...  (p. 29)

En complément,

le rétablissement de la vérité [débunking] intervient après le fait, c’est-à-dire après l’apparition de la fausse information. L’objectif est de corriger les fausses informations et d’empêcher d’autres personnes de croire une information dont on peut vérifier qu’elle est fausse. Les personnes qui lisent ou voient l’information ’trient’ ce qui est présenté comme un fait et/ou la vérité. Les stratégies de vérification des faits peuvent être utilisées pour rétablir la vérité en cas de mésinformation et désinformation. (p. 29)

La désinformation russe ?

Évidemment, ceci implique que quelqu’un, au sommet, décide quelle est « la vérité » bonne à partager et celle qui ne l’est pas. Notons que la East Strat Com Task Force, créée par le Conseil européen en 2015, sur son site euvsdisinfo.eu tient à jour une liste de « faux récits » et de « désinformation russe » que personne n’a le droit de contester.

Un autre rapport de l'OTAN sur la guerre cognitive.
Un autre rapport de l’OTAN sur la guerre cognitive.

Exemples de « désinformation russe » à éradiquer des esprits :

  • l’expansion de l’OTAN vers l’Est constitue une menace sérieuse pour la Russie ;
  • l’OTAN utilise l’Ukraine pour combattre la Russie ;
  • l’Ukraine a lancé deux missiles sur la Pologne ;
  • les sanctions occidentales entraînent des crises alimentaires et des hausses de prix ;
  • les sanctions de l’UE font plus de mal à l’Europe qu’à la Russie ;
  • les pays occidentaux appliquent la censure et font taire les dissidents ;
  • les nationalistes d’Azov utilisent des boucliers humains ;
  • les États-Unis bénéficient du sabotage du Nord Stream.

Différentes unités de recherche publiques et privées dressent des listes de ce type sur de nombreux sujets, allant de la météo à la nourriture et aux causes de la famine, dictant ce qui doit être considéré comme une information vraie ou fausse.

Le rapport de l’OTAN

Rapport de l'OTAN.
Rapport de l’OTAN.

Le document qui fait référence est un rapport de l’OTAN publié le 29 octobre 2021 par son Centre d’excellence des communications stratégiques à Riga, en Lettonie.

Selon ce rapport,

les chercheurs ont exploré les moyens de réfuter de façon préventive (« pre-bunker » en anglais) la désinformation. L’idée de développer un ‘vaccin’ psychologique contre la désinformation découle d’un cadre de travail des années 1960, appelé ‘théorie de l’inoculation’. Pendant la guerre du Vietnam, le gouvernement américain s’est inquiété de la possibilité que ses troupes subissent un lavage de cerveau (ou soient persuadées) par la propagande étrangère. Cette crainte a inspiré au psychologue social William McGuire l’idée d’un ‘vaccin contre le lavage de cerveau’. Faisant une analogie avec la vaccination, McGuire a proposé qu’au lieu de bombarder les gens avec des faits plus convaincants, mieux valait les exposer préventivement à une dose affaiblie d’un argument ‘manipulateur’ spécifique, pouvant leur conférer une résistance psychologique contre l’exposition future à des attaques persuasives [des arguments contraires], un peu comme un vaccin confère une résistance physiologique contre une infection future.

Ainsi, « au fil des années, les traitements d’inoculation se résument à deux composantes essentielles :
1. un avertissement contre une attaque imminente contre ses convictions ;
2. une réfutation préemptive de l’argument persuasif, appelé « prébunk ». Depuis, un grand nombre d’études et de méta-analyses ont été menées, établissant la théorie de l’inoculation comme un cadre solide pour contrer la persuasion non désirée.

« Bien que le paradigme original se soit avéré hautement reproductible, il n’a jamais été testé dans le cadre qui a inspiré l’idée de McGuire : le lavage de cerveau et la propagande. Cela commença à changer vers 2017, lorsque des chercheurs entreprirent d’appliquer la théorie de l’inoculation dans le contexte moderne de la désinformation en ligne. »

Changement climatique

Un vaccin contre le lavage de cerveau. D'après l'article original de McGuire (1970) paru dans Psychology Today.
Un vaccin contre le lavage de cerveau. D’après l’article original de McGuire (1970) paru dans Psychology Today.

L’un des auteurs du rapport de l’OTAN, le professeur Sander Van der Linden, de l’université de Cambridge, a cherché avec ses collègues à savoir, par exemple, s’il était possible d’« inoculer » quelqu’un « contre la désinformation sur le changement climatique ».

« Les participants à l’étude ont reçu soit un message sur le consensus scientifique concernant le changement climatique (affirmant que ‘97 % des climatologues ont conclu que le changement climatique est causé par l’homme’), soit un message de désinformation (disant qu’une ‘pétition a été signée par plus de 30 000 personnes, affirmant qu’il n’existe aucune preuve scientifique convaincante que le changement climatique causé par l’homme serait nuisible), ou les deux messages côte à côte. »

Pour le test, afin de vérifier si le « pré-bunkage » fonctionne, on a exposé certains participants au message « inoculant » suivant : « La quasi-totalité des climatologues - 97% - ont conclu que le changement climatique causé par l’homme est en cours. Certains groupes politiquement motivés utilisent des tactiques trompeuses pour essayer de convaincre le public qu’il y a de nombreux désaccords entre les scientifiques. Cependant, les recherches scientifiques ont montré que parmi les climatologues, ‘il n’y a pratiquement aucun désaccord sur le fait que les humains sont la cause du changement climatique’. »

Sans entrer dans tous les détails, on se rend bien compte que pour les « chercheurs » de l’OTAN, la notion d’un citoyen se forgeant son propre jugement n’existe pas et que l’histoire de la science se résume en général à une seule personne ayant raison contre le consensus dominant. On pense à Platon, de Cues, Leibniz, Kepler, Gauss, Einstein, Pasteur, Claude Bernard et tant d’autres.

A l’opposé, pour l’OTAN, il n’y a que des rats de laboratoire auxquels on tente d’imposer une théorie mécaniste. Les théories du lavage de cerveau et du contre-lavage partent toutes deux de l’idée que le cerveau est une sorte d’ordinateur équipe de disquettes programmable et effacable.

Réaction d’Helga Zepp-LaRouche

Helga Zepp-LaRouche, fondatrice et dirigeante internationale de l'Institut Schiller.
Helga Zepp-LaRouche, fondatrice et dirigeante internationale de l’Institut Schiller.

Interrogée sur cette question, la fondatrice de l’Institut Schiller, Helga Zepp-LaRouche, a souligné la gravité de ce qu’il faut bien qualifier de dérive totalitaire. Le 1er décembre, lors de sa chronique hebdomadaire sur internet, elle a déclaré :

Un tribunal allemand – et je pense que le Bundestag a également légiféré – a confirmé un changement dans le paragraphe 130 du code pénal, article 5. Or, si cela renforce la loi s’appliquant à ceux qui dissimulent des crimes de guerre, ou affirment des choses pouvant inciter à la haine, le paragraphe en question, comme l’ont souligné plusieurs experts juridiques, est tellement vague qu’il laisse la décision aux tribunaux et à la police ; il ouvre la porte à la suppression totale de toute opinion !

A cela s’ajoute une autre atrocité : les lignes directrices de l’UE à l’intention des enseignants, selon lesquelles ceux-ci sont censés ‘pré-bunker’ leurs élèves contre la propagande russe. Normalement, si quelqu’un affirme quelque chose d’erroné, vous pouvez le réfuter en lui disant : ‘Non, ce n’est pas vrai’ et lui faire connaître ce que vous pensez être la vérité. Mais avec le pré-bunkage, c’est totalement différent car il s’agit ’d’inoculer’ les gens de telle sorte qu’ils ne posent même plus de questions...

Ils ont dressé une liste de choses que l’on n’est pas autorisé à penser ou à dire, par exemple, vous ne pouvez pas dire ’l’expansion de l’OTAN nuit aux intérêts de la Russie’, ou ’l’OTAN est agressive’. Il y en a toute une liste – y compris un historique de la guerre en Ukraine – qui sont censées être éradiquées des esprits. Et les élèves – les enfants – sont censés être psychologiquement vaccinés contre toute interprétation de ce type.

Pour moi, ce n’est pas la liberté d’expression, c’est une dictature. C’est du contrôle mental. Nous menons actuellement une enquête sur les multiples efforts visant à manipuler totalement le débat. Beaucoup se plaignent qu’il n’y ait plus aucune discussion possible, qu’on ne puisse plus avoir d’opinion différente.

Cela signifie, j’en ai bien peur, que nous ne vivons plus dans une démocratie mais, de plus en plus, sous un régime autoritaire.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Bosteph • 16/12/2022 - 04:42

    En Nouvelle Zélande, le/la Premier(ère) Ministre (transgenre) s’ est prononcé CONTRE LA LIBERTÉ D’ OPINION ! c’est est dire la maladie des "zélites" occidentales !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Allemagne : les 4 vérités d’Oskar Lafontaine sur la soumission à l’Otan
5 décembre 2022
Chroniques stratégiques
Allemagne : les 4 vérités d’Oskar Lafontaine sur la soumission à l’Otan
« Si on n’était pas dans le commandement de l’OTAN, on nous respecterait. »
27 octobre 2022
Jacques Cheminade :
« Si on n’était pas dans le commandement de l’OTAN, on nous respecterait. »
Ukraine : l’Otan franchit un nouveau cap dans l’escalade contre la Russie
14 septembre 2022
Chroniques stratégiques
Ukraine : l’Otan franchit un nouveau cap dans l’escalade contre la Russie
Sortir de l'Otan, une ardente obligation
15 juillet 2022
Nouvelle Solidarité N°04/2022
Sortir de l’Otan, une ardente obligation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard