Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 octobre - Jeudi 6 octobre, prochain éclairage de Jacques Cheminade Lire 4 octobre - Sabotage de Nord Stream, dollar : l’Europe dans le viseur des États-Unis ? Lire 3 octobre - Notre projet pour la France - discours de Jacques Cheminade Lire
AccueilActualités

Le plan LaRouche de 1983 pour faire la paix avec la Russie

Un laser « tueur » de missiles dans l’espace.
Un laser « tueur » de missiles dans l’espace.

Lors d’une conférence Helga Zepp-LaRouche, la présidente internationale de l’Institut Schiller a répondu longuement à une question concernant l’Initiative de défense stratégique (IDS), cette stratégie proposée par Lyndon LaRouche et adoptée par le président Reagan en 1983.

Etait-ce vraiment une « Guerre des étoiles », comme l’ont affirmé les médias, ou s’agissait-il déjà d’une tentative de faire « coïncider les opposés » de l’époque, les Etats-Unis et l’Union soviétique, autour d’un système de défense et d’intérêt mutuel ?

Helga Zepp-LaRouche : L’idée venait de Lyndon LaRouche (1922-2019), mon défunt mari. Nous éditions à l’époque un magazine scientifique appelé Fusion, qui, à son apogée, comptait 150 000 abonnés. A ce titre, nous nous nous intéressions à toutes sortes d’avancées technologiques de pointe, notamment la mise au point d’armes défensives à faisceaux de particules et d’armes à laser.

A un moment donné, nous avons constaté que le principal auteur sur ces questions en Russie avait cessé de publier. En cherchant à savoir pourquoi, nous avons découvert que les Soviétiques étaient en train de mettre au point un système de défense local pour Moscou. En arrière-plan se profilait la crise des missiles à portée intermédiaire. Suite au positionnement par le pacte de Varsovie de missiles SS20 menaçant l’Europe de l’Ouest, l’OTAN y installa des missiles Pershing. Ces systèmes étaient en état d’alerte permanente. Leur durée de vol était si brève qu’en voyant l’un de ces missiles nucléaires apparaître sur son écran radar, l’autre partie devait déclencher instantanément une riposte automatique, sinon c’était trop tard.

Helmut Schmidt chasse Brzezinski de son bureau

Le monde vivait alors sous l’épée de Damoclès d’une extinction nucléaire, un peu comme aujourd’hui. Seule différence, à l’époque, il y avait un mouvement pacifiste très fort et de nombreuses personnes étaient parfaitement conscientes du danger. Helmut Schmidt, le chancelier allemand de l’époque, avait déclaré à plusieurs reprises : « Nous sommes au bord de la troisième guerre mondiale. » Quelqu’un nous a confié un jour que Schmidt avait chassé Zbigniew Brzezinski de son bureau à Hambourg, en lui disant que les politiques qu’il préconisait menaçaient la survie de l’humanité.

La situation était extrêmement tendue. Selon mon mari, le plus grand danger pour la paix mondiale survient lorsque l’une des parties commence à développer des armes utilisant de nouveaux principes physiques, pouvant rendre obsolètes les armes nucléaires de l’autre partie. Cela peut créer une situation où l’un ou l’autre camp serait tenté d’utiliser ses armes tant qu’elles sont encore efficaces...
Mon mari défendait l’idée que l’Occident devait coopérer avec l’Union soviétique pour construire ces systèmes d’armes innovants, basés sur de nouveaux principes physiques. Il s’agissait d’un projet très complexe, comprenant quatre niveaux différents : le premier, pour cibler le missile lorsqu’il est en phase de décollage et se déplace relativement lentement, puis deux systèmes pouvant abattre le missile en orbite, et enfin un quatrième, chargé de le neutraliser dans sa trajectoire d’arrivée.

L’IDS, un projet révolutionnaire

Différentes phases complémentaires du système IDS.
Différentes phases complémentaires du système IDS.

Ce système était imperméable à 100 %, c’est-à-dire que tous les missiles pouvaient être arrêtés. Plus important encore, pour la première fois, on avait un système où les dispositifs de défense étaient beaucoup moins chers que les armes offensives. C’était une proposition révolutionnaire ! Nous avons tenu des conférences à Washington, à Rome, à Bonn, à Paris. Nous avons pris contact avec les milieux militaires en Europe. Plusieurs séminaires ont eu lieu à Bonn avec des responsables du ministère de la Défense, des généraux français et d’autres. Les Français, bien que très inquiets parce qu’ils avaient immédiatement compris que cela rendrait caduque leur dissuasion nucléaire « tous azimuts », étaient cependant fort intéressés car ils pensaient que c’était faisable.

Dans ce contexte, mon mari prit contact avec le Conseiller à la sécurité nationale du président Reagan, qui nous encouragea à établir des entretiens en coulisse avec les Soviétiques, ce que nous avons fait pendant un an. Nous avons discuté très sérieusement de la possibilité que les États-Unis et l’Union soviétique investissent ensemble dans des technologies qui rendraient les armes nucléaires technologiquement obsolètes. Après un an d’allers-retours entre les différents protagonistes, Moscou donna sa réponse : c’était non. Pourquoi ? Parce qu’ils estimaient que la mise au point de tels systèmes profiterait davantage à l’Occident qu’à l’Union soviétique.

C’était le 23 février 1983, mais l’histoire n’était pas finie. Un mois plus tard, le 23 mars, le président Reagan apparut à la télévision américaine pour annoncer quelle serait la politique officielle de défense américaine, qu’il a appelée l’Initiative de défense stratégique. Immédiatement, l’enfer s’est déchaîné. Certains de nos experts furent interviewés à la télévision. On s’agitait des deux côtés. À Washington, une certaine faction se déchaîna contre nous, de même qu’à Moscou. Beaucoup de calomnies furent publiées contre nous dans les médias soviétiques, des articles traitant mon mari de « troglodyte » et moi-même de « Teutonne », illustrations à l’appui.

Or, l’IDS n’était pas ce que les médias en ont fait. Ils l’ont présentée comme une « Guerre des étoiles », une tentative de militariser l’espace, ce qui n’était pas le cas. C’était une proposition absolument révolutionnaire. Le président Reagan en avait compris le concept, allant jusqu’à proposer aux Soviétiques l’aide des Etats-Unis pour appliquer ces nouvelles technologies à leur économie civile afin d’en stimuler la productivité, parce que c’est là que l’URSS connaissait des goulets d’étranglement. Par exemple, 40 % de leurs récoltes pourrissaient sur place faute d’infrastructures pour les conserver. Le but était donc de leur faire faire un saut technologique afin de créer une « plateforme infrastructurelle » complètement différente, ce qui aurait sauvé l’URSS. Mais à l’époque, il existait d’autres plans, comme le plan offensif d’Ogarkov, ce qui explique que l’IDS ait été rejetée.

La paix par le développement mutuel

Ce que mon mari avait proposé était absolument révolutionnaire : l’idée qu’ensemble, l’Occident et l’URSS pourraient développer ces nouveaux systèmes, engendrant ainsi un formidable saut dans leur productivité économique, qui aurait permis d’effectuer conjointement d’importants transferts de technologie vers les pays en développement. On aurait pu en finir avec l’habitude des superpuissances d’utiliser les pays en développement pour mener des guerres « par procuration » ! En même temps, la proposition incluait la dissolution de l’OTAN et du Pacte de Varsovie, abolissant les blocs pour s’engager à la place dans une coopération mutuelle pacifique afin de surmonter le sous-développement.

C’était une vision idéale pour surmonter la guerre froide et pendant plus de huit mois, ce fut la politique officielle du président Reagan.

C’est le même type de démarche que nous préconisons aujourd’hui pour construire une nouvelle architecture de sécurité. C’était déjà la réflexion qui nous guidait lorsque nous avons proposé, après la désintégration de l’URSS en 1991, de construire le « pont terrestre eurasiatique » afin d’intégrer le continent eurasien dans une perspective de développement, en construisant des « corridors de développement » qui connecteraient les centres de population et les centres industriels européens à ceux d’Asie.

Cette politique fut sabotée à son tour, car certains jugeaient qu’il valait mieux écraser la Russie pour en faire un simple exportateur de matières premières, comme les pays du tiers monde, plutôt que de permettre au continent eurasien de se développer. Notre idée fut cependant reprise par la Chine, avec son initiative « Ceinture et route ». Elle est donc en train de faire son chemin.

La coïncidence des opposés

La nouvelle architecture de sécurité internationale que nous proposons aujourd’hui vient de la même inspiration, à savoir que la paix ne peut se faire que par le développement, et que l’on doit offrir une perspective mutuellement bénéfique en créant un niveau de coopération plus élevé que celui qui a vu naître le conflit. Il s’agit d’une seule et même tradition, et la Banque internationale de développement, proposée par mon défunt mari en 1975, reposait sur ce concept de base. Ainsi, en considérant notre travail de ces 50 dernières années, vous verrez qu’il est absolument cohérent. Certes, avec l’évolution des circonstances, les tactiques ont pu changer, mais notre engagement reste le même : nous devons vaincre le sous-développement, c’est la seule base pour établir une paix durable dans le monde entier. 

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
BAM
30 mars 2013
Analyses
L’histoire de l’IDS et ses implications pour aujourd’hui
BAM
26 mars 2013
Analyses
30 ans après l’Initiative de défense stratégique (IDS), lançons une Initiative de défense terrestre (IDT) !
L’IDS de LaRouche : un autre monde était possible
28 avril 2010
Partenaires
L’IDS de LaRouche : un autre monde était possible
L’IDS de LaRouche :

un autre monde était possible
28 avril 2010
Partenaires
L’IDS de LaRouche :
un autre monde était possible

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard