Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

25 janvier - Récupérons la Banque de France - Soyons le lobby citoyen contre lobby financier Lire 24 janvier - Nos solutions pour redonner vie aux territoires. Lire 24 janvier - CP : Des nervis au service de l’oligarchie financière agressent les militants de S&P Lire
AccueilActualité

La question du Xinjiang et des Ouïghours

par Christine Bierre

Cliquez sur l'image ou ICI pour visionner la vidéo de la CGTN sur le problème du terrorisme au Xinjiang.
Cliquez sur l’image ou ICI pour visionner la vidéo de la CGTN sur le problème du terrorisme au Xinjiang.

Nous présentons ci-contre une vidéo diffusée par la CGTN (chaîne de télévision chinoise à l’internationale) sur le problème du terrorisme au Xinjiang, qui contient du matériel filmé inédit.

En 2017, le Pentagone a diffusé dans différents documents officiels, l’analyse que le retour de la Russie et de la Chine sur la scène internationale, et leur ambition de contester les règles de l’ordre néolibéral mondial, ouvrait une nouvelle période, dite de compétition entre grandes puissances, pour l’hégémonie du monde. Si ces instances américaines, appuyées par celles du Royaume-Uni, n’utilisent pas encore le mot « ennemis » à leur encontre, d’ores et déjà l’hallali est sonné pour employer tous les moyens – propagande, sanctions économiques et politiques – permettant de reprendre la main sur ces pays qualifiés de « régimes autoritaires » et « révisionnistes ».

C’est dans ce contexte qu’on a vu les officines de propagande américaines, notamment la NED (National Endowment for Democracy) et leurs machines à « révolution de couleurs », ainsi que le Congrès américain, ouvrir les hostilités contre la Chine dans deux endroits particulièrement sensibles pour ce pays : Hong Kong, où la Grande-Bretagne cogère avec la Chine le délicat processus d’adhésion à cette dernière jusqu’en 2047, et le Xinjiang, où les États-Unis cultivent depuis des années, des éléments radicaux de la minorité Ouïghour, aujourd’hui regroupés au sein du Congrès Ouïghour Mondial (COM).

Erkin Alptekin, le premier président du COM, lors de sa fondation, en Allemagne, en 1991, travaillait pour Radio Free Europe/Radio Liberty, une radio animée par l’US Information Agency (USIA). La mission explicite de cette agence, à cette époque, était « de comprendre, d’informer, et d’influencer des publics étrangers, dans la promotion de l’intérêt national des Etats-Unis ». En 2006 Alptekin est remplacé par Rebiya Kadeer, exilée Ouïghour basée à Washington où elle présidait l’Association Ouïghour Américaine (AUA).

Ce n’est un secret pour personne que ces associations reçoivent d’abondantes subventions de la NED. En 2018, la NED confirme elle même avoir donné au COM deux contributions de plus de 300 000 dollars chacune pour la cause !

Un autre organisme basé aussi à Washington, le Chinese Human Rights Defenders (CRDH), qui a joué le rôle de lanceur d’alerte sur les « camps de détention » du Xinjiang, reçoit des financements encore plus importants de la NED. Un rapport de The Grayzone révèle qu’entre 2012 et 2016, le CRDH a touché environ 500 000 dollars annuels de la NED.

Le Xinjiang partage des frontières avec 7 pays de l’Asie centrale (Pakistan, Afghanistan, Inde, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, et Mongolie).
Le Xinjiang partage des frontières avec 7 pays de l’Asie centrale (Pakistan, Afghanistan, Inde, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, et Mongolie).

Rien n’est dit dans ces campagnes de presse, sur l’ampleur terrifiante des attentats terroristes, commis par des éléments extrémistes ouïghours au Xinjiang depuis les années 1990, avec des méthodes qui ressemblent à s’y méprendre aux attentats qu’a connu la France depuis 2015 : attaques des foules à la voiture bélier, meurtres indiscriminés des passants à la hache ou à la machette, ainsi que des attentats à la bombe. Rien n’est dit, non plus, sur le fait que des extrémistes Ouïghours, affiliés au Parti Islamique du Turkestan (PIT), appelé aussi Mouvement pour l’indépendance du Turkestan oriental (MITO), ont envoyé un fort contingent de combattants – certains parlent de 10 000 individus – combattre aux côtés d’Al-Qaïda en Syrie, dans l’objectif avoué explicitement de s’aguerrir pour pouvoir s’en prendre ensuite à la Chine, au Xinjiang.

Depuis, a déferlé toute une campagne internationale, via tous les organes de propagande médiatique associés à ces révolutions de couleurs, pour dénoncer l’emprisonnement de plus d’un million de ouïghours dans des camps de détention et d’endoctrinement dans le Xinjiang et la volonté de la Chine de s’en prendre aux musulmans et d’effacer leur culture à tout jamais.

La Chine rétorque à juste titre que :

  1. Au Xinjiang, elle ne combat ni les Ouïghours, ni les musulmans, mais un mouvement terroriste soutenu par des puissances étrangères. D’ailleurs, toute tentative d’accuser la Chine de vouloir éliminer la culture et la religion de ses nombreuses minorités, est risible, face à l’effort considérable qu’elle mène au niveau national pour protéger le patrimoine culturel de toutes ses minorités et pour assurer non seulement la liberté mais aussi la pratique des cultes, en contribuant à la modernisation des locaux et à la diffusion gratuite du Coran. La Chine n’intervient que lorsque, sous couvert de pratique religieuse, prospèrent le séparatisme ou l’extrémisme.
    Notons, avant de jeter la pierre aux Chinois, que les mêmes considérations, délicates sans aucun doute, ont poussé la France à fermer des mosquées, où les prêches tournaient aux appels à la haine contre « les infidèles ». Des recherches sérieuses sont aussi conduites, en France et dans d’autres pays qui ont subit ces attentats et où de pans entiers de la population ont été radicalisés par l’extrémisme religieux profitant des mécontentements économiques, sociaux ou politiques, pour savoir comment les inciter à retrouver un rôle positif au sein de la société. Quelques dizaines de djihadistes français se retrouvent actuellement dans les prisons syriennes et le gouvernement français a décidé de les faire juger sur place, car, a dit Jean-Yves Le Drian ministre des Affaires étrangères, ce sont des terroristes, des ennemis qui ont combattu avec Daech. Sauf que sur place, ils sont passibles de la peine de mort, ce qui n’est pas le cas en France. Voyons donc, le type de difficultés, auxquels cet extrémisme religieux confronte nos États de droit.
  2. La Chine attire l’attention sur le fait que le Xinjiang, partage des frontières avec 7 pays de l’Asie centrale (Pakistan, Afghanistan, Inde, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, et Mongolie), où le djihadisme et le terrorisme sont endémiques, depuis l’époque où les Etats-Unis et le Royaume-Uni, ont utilisé les services des djihadistes pour combattre les Soviétiques en Afghanistan ; depuis aussi la dissolution de l’URSS qui a créé des situations d’instabilité dans certains de ces pays ;
  3. A la campagne menée par les néo-conservateurs américains contre la Chine, les responsables chinois ont répondu, à juste titre, que les Etats-Unis dans pareils circonstances, ont choisi comme seule méthode d’action, celle de bombarder les Etats accusés d’héberger les terroristes, jusqu’à les réduire à néant : l’Irak, la Libye, la Syrie, l’Afghanistan...

Au contraire, la Chine, consciente que la pauvreté est l’un des éléments dont profitent les extrémistes religieux pour recruter, oriente ses efforts de lutte contre le terrorisme, vers le développement économique des populations particulièrement exposées à ce phénomène.

C’est le cas du Xinjiang notamment, et du Gansu, où il y a aussi une minorité bouddhiste, deux régions de l’Ouest de la Chine, particulièrement défavorisées jusqu’à récemment, auxquelles la Chine consacre d’importants efforts pour relever le niveau de vie et de qualification depuis quelques années. Aujourd’hui ces provinces ont été désenclavées grâce à la Voie Express routière, ouverte en 2017 entre Beijing et Ürümqi, capitale du Xinjiang – 2540 km de longueur – et par le TGV Urumqi-Lanzhou. De plus, aussi bien dans le Gansu qu’au Xinjiang, les réseaux routiers ont été modernisés, avec stations de service et aires de repos. Au Xinjiang, les touristes se bousculent désormais pour pouvoir le visiter, apportant de très utiles devises pour la population locale. Les deux régions sont particulièrement concernées en plus, par le projet national visant à éliminer la pauvreté extrême en 2020.

C’est donc dans un contexte de hausse du niveau de vie, et des projets d’avenir comme celui de l’Initiative une ceinture et une route qui apporte déjà et qui apportera un progrès considérable à cette région, que les centres vocationnels, partiellement fermés, visant des populations qui, dans le Xinjiang, se sont rendus coupables de crimes mineurs dans le contexte d’opération terroristes et qui ont manifesté leur volonté de changer, ont été créés. Là, ils sont informés sur les lois de la Chine (les droits et les devoirs) ; ils apprennent le Mandarin, à côté de leur langue maternelle, et reçoivent des formations professionnelles leur permettant d’avoir accès à un emploi selon les conditions du marché (industrie, tourisme, etc.). Ceux qui se sont rendus coupables de crimes aggravés, subissent, par contre, le poids entier de la loi.

La Chine, un pays de 1,4 milliards de personnes, qui a déjà pu sortir 800 millions de personnes de la pauvreté extrême dans un temps record, agit à sa façon, pour résoudre ses problèmes. Nous aurions peut-être notre propre façon de faire. Le problème en Occident est que non seulement nous avons été incapables d’enrayer la montée de l’extrémisme dans nos banlieues, mais aussi de mettre fin au chômage et à la chute du niveau de vie que subit toute notre population, sans parler de nous doter d’un rêve permettant d’avoir un avenir fleurissant, comme celui que la Chine promet à son peuple.

Et si, à la place de vouloir stopper le développement d’autres pays, comme la Chine notamment, par des moyens machiavéliques, nous nous mettions à résoudre nos problèmes et à imaginer un rêve pour nos pays ?

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus
Xinjiang : La Chine rejette catégoriquement toutes les accusations
31 juillet 2019
Actualité
Xinjiang : La Chine rejette catégoriquement toutes les accusations
Helga Zepp-LaRouche : les clés pour comprendre l'esprit d'Une ceinture, une route
15 décembre 2017
Partenaires
Helga Zepp-LaRouche : les clés pour comprendre l’esprit d’Une ceinture, une route
Combat contre la pauvreté, la Chine exemplaire
7 mars 2018
Politique
Combat contre la pauvreté, la Chine exemplaire
Hong Kong - une bombe à retardement contre la Chine
29 novembre 2019
Actualité
Hong Kong - une bombe à retardement contre la Chine
L'éclairage de Jacques Cheminade #12

Ce que fait la Chine, ce que ne fait pas la France
17 septembre 2019
Analyses
L’éclairage de Jacques Cheminade #12
Ce que fait la Chine, ce que ne fait pas la France
L'éclairage de Jacques Cheminade #9

Hong Kong, Poutine en France, scandale Epstein
20 août 2019
Analyses
L’éclairage de Jacques Cheminade #9
Hong Kong, Poutine en France, scandale Epstein

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard