Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

23 août - Léonard de Vinci et la créativité dans la nature Lire 22 août - Pénurie de médicaments : syndrome d’un désastre annoncé ! Lire 22 août - Kilopower : un mini-réacteur nucléaire permettant de travailler sur Mars et la Lune Lire
AccueilActualité

La MerXXL : l’Institut Schiller apporte le vent du large

Lors de l’exposition géante LaMerXXL organisée à Nantes début juillet, l’Institut Schiller a fait connaître les perspectives enthousiasmantes qu’offre le volet maritime de l’initiative chinoise Une ceinture, une route.

Avec près de 40 000 visiteurs, l’exposition géante La Mer XXL, organisée à Nantes début juillet sur le thème de la mer et de l’économie bleue, a relevé le défi.

Dans ce qui fut une véritable première, à part nos grands ports et nos armateurs, tout ce que compte le secteur (industriels, chercheurs, collectivités, écoles, ONG, etc.) avait répondu présent pour se retrouver et sensibiliser le grand public autour du sujet central : la mer, qui nous fait vivre, et les promesses qu’elle offre à l’humanité en vue d’un avenir plus sain et plus harmonieux.

Sur le thème « La France et la Route de la soie maritime : passé, présent, futur », l’Institut Schiller avait décidé d’y faire connaître les perspectives qu’ouvre le volet maritime de l’initiative chinoise Une ceinture, une route.

Durant douze jours, les militants ont pu alimenter sur leur stand des discussions animées et souvent fructueuses avec une bonne centaine de visiteurs, leur faisant découvrir à cette occasion leur dernière publication, un document de 484 pages intitulé Les Nouvelles Routes de la soie, pont terrestre mondial : pour en finir avec la géopolitique.

Passé, présent et futur de la Nouvelle Route de la soie maritime

Le 2 juillet, pour toute une après-midi, et alors que le public se faisait plutôt rare dans les 200 autres conférences qui se tenaient dans la même enceinte, l’Institut Schiller accueillit près de 60 personnes sur la même thématique, une assistance parfois venue de loin, notamment de Provence, du Luxembourg et même de Suisse.

Après les mots d’accueil prononcés par M. André Sobczak, conseiller municipal et vice-président de l’agglomération nantaise, Mme Anne Lettrée, conseillère de la Silk Road Business School et coorganisatrice de la conférence, transmit le message des dignitaires de l’Ambassade de Chine en France (malheureusement retenus pour des raisons protocolaires), suivie de Mme Chen Minghong, présidente fondatrice de l’Association européenne d’innovation et d’entrepreneuriat, ainsi que du Centre interculturel franco-chinois basé à Saint-Nazaire.

Passé et présent des Routes de la soie maritimes

Evoquant l’épave d’un navire arabe, datant de 826, retrouvée en 1998 en Indonésie et chargée de céramiques chinoises décorées de motifs persans, le journaliste Karel Vereycken ouvrit le débat en mettant en lumière cette réalité millénaire qui conduisit les peuples du continent eurasiatique à se rapprocher, s’entendre et coopérer. Pour lui, les Nouvelles Routes de la soie ne sont pas un projet sino-chinois, mais bien un « projet universel ».

Antoine Cid, professeur à l’Amolingua University, confirma cette réalité historique avec l’exemple des expéditions maritimes de l’amiral Zheng He sous la dynastie Ming, au début du XVe siècle. S’il y en eut d’autres à la même époque, la Chine met en avant ces missions diplomatiques pour souligner le caractère non colonial de sa politique étrangère.

Ayant joué un rôle de médiateur dans les relations franco-chinoises, Henri Tsiang, chercheur émérite de l’Institut Pasteur, apporta son éclairage sur les tensions actuelles en mer de Chine méridionale. L’abandon par les Etats-Unis du partenariat transpacifique (TPP) a fait naître d’autres initiatives commerciales dans la région, permettant de résoudre des disputes territoriales exploitées par l’Occident pour contenir la Chine.

Sébastien Goulard, consultant et coordinateur du site OBOReurope (One Belt, One Road Europe), s’employa ensuite à démystifier « le piège de la dette et autres fantasmes ». Sans ignorer les difficultés qui existent ici ou là en fonction des changements politiques survenant dans des pays participant au projet OBOR, il fit remarquer qu’entre la Chine et l’Occident, la notion du temps est radicalement différente : la Chine pense son action dans la durée, l’Occident se préoccupe, au mieux, de la prochaine échéance électorale. La Chine apporte des réponses nouvelles face à ce problème. Au Sri Lanka, le fait qu’une société chinoise aura pendant 20 ans la charge de construire le nouveau port de Hambantota le met à l’abri d’éventuels changements politiques provoqués par des pays rivaux de la Chine, l’Inde en l’occurrence. Ainsi, paradoxalement, la consolidation de la présence maritime chinoise au Sri Lanka conduit l’Inde à investir massivement dans l’aéroport d’Hambantota.

Sébastien Périmony, responsable du bureau Afrique de l’Institut Schiller, montra à son tour comment l’initiative chinoise est en train de stimuler l’Afrique dans sa volonté de s’industrialiser et de moderniser ses ports, de la Côte d’Ivoire à la Namibie et du Mozambique au Kenya, avec deux révolutions : celle des infrastructures, permettant aux ports et aux pays africains de se connecter et de commercer entre eux, et celle des manufactures, permettant au continent de garder et de transformer lui-même ses matières premières.

Témoignant des coopérations fructueuses nouées avec la Chine, le Pr Mohamed Jebbar, de l’université de Brest, présenta les recherches et l’historique de la création du Laboratoire international associé (LIA) franco-chinois de microbiologie des grands fonds (« Microbsea »). Au début, « personne ne voulait aller en Chine, confia-t-il. Aujourd’hui, on apprend les uns des autres ». D’ordinaire, à 5000 mètres de profondeur, on ne s’attend pas à trouver du vivant. Or, certains organismes, qui utilisent la chimiosynthèse, y vivent dans le noir absolu. Ces recherches franco-chinoises intéressent au plus haut point les exobiologistes de la NASA et de l’ESA. Un satellite chinois fut le premier à emporter une micro-algue intéressante, la spiruline, dans l’espace.

Mme Anne Lettrée décrivit ensuite son projet de Jardin des Titans, combinant santé, travail artistique, environnement et espace ludique. Mme Jane Han, représentante en France d’une grande société chinoise du photovoltaïque, confirma l’intérêt chinois pour ce projet qui doit démarrer en Normandie et ultérieurement en Chine.

Futur du maritime

Les perspectives d’avenir furent abordées par deux orateurs « en colère » de voir que la France, qui, avec 2 millions de km2, détient pourtant la seconde Zone économique exclusive (ZEE) maritime du monde, ne se mobilise pas en réaliser le potentiel.

Architecte et urbaniste, Michel Cantal-Dupart a bien appuyé là où ça fait mal : faute d’infrastructures ferroviaires et fluviales suffisantes, nos ports risquent l’asphyxie.

Bernard Planchais, ancien directeur opérationnel de la DCNS (aujourd’hui rebaptisée « Naval Group »), présenta un plan qui permettrait de mettre « en ordre de bataille » l’industrie française pour relever réellement le défi de l’économie bleue. Alors qu’il travaillait avec EDF et le CEA, cet expert de la construction navale avait été à l’origine du projet FlexBlue, un programme de construction de mini-centrales nucléaires immergées, abandonné faute de volonté politique.

Enfin, Odile Mojon présenta brièvement l’historique de l’Institut Schiller et la genèse du dossier qu’il vient de publier. Sortie en 2018 à la suite des versions anglaise, arabe, chinoise et allemande, la version française est de loin la plus complète et la plus à jour.

Vu la richesse et la profondeur de l’ensemble des interventions, nous ne pouvons que conseiller au lecteur de se rendre sur le site de l’Institut Schiller où les enregistrements vidéos sont d’ores et déjà accessibles.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus
La Route de la soie maritime, une histoire de Mille et Une coopérations
17 mai
Histoire
La Route de la soie maritime, une histoire de Mille et Une coopérations
Helga Zepp-LaRouche au Forum de la Route de la soie maritime à Guangdong
9 décembre 2017
Actualité
Helga Zepp-LaRouche au Forum de la Route de la soie maritime à Guangdong
L’amiral Zheng He et les expéditions maritimes chinoises
25 janvier
Histoire
L’amiral Zheng He et les expéditions maritimes chinoises

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard