Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 mai - Odile Mojon interviewée par lepetitjournal.com Lire 20 mai - Sébastien Périmony interviewé par lepetitjournal.com Lire 18 mai - Visioconférence de l’Institut Schiller, jeudi 26 mai à 17 heures Lire
AccueilActualités
Entretien avec le Pr Jean Costentin

La légalisation du cannabis, chronique d’un désastre annoncé

Pr Jean Costentin
Pr Jean Costentin

Les Français sont, parmi les 27 Etats européens, les premiers consommateurs de cannabis avec 1.500.000 usagers réguliers dont 1.000.000 d’usagers quotidiens et souvent multi quotidiens.

Certains candidats à l’élection présidentielle, ainsi que certains Etats voisins, évoquent désormais la perspective d’une légalisation du cannabis.

Entretien avec le Pr Jean Costentin, auteur de nombreux livres sur le sujet.

Propos recueillis par Agnès Farkas.

Agnès Farkas : La France se dirige vers la légalisation du cannabis tout comme ses voisins européens, remettant ainsi en cause la loi de 1970 qui le prohibe. Quelles seraient, selon vous, les conséquences d’une légalisation sur la population ?

Jean Costentin : Le pire n’étant jamais sûr, je me prends à espérer que notre nation ne copie pas ce que certains de nos voisins feraient de plus mal. Le temps qui passe peut nous laisser celui qui permettra à la raison de s’imposer. Une course de vitesse est engagée entre l’impatience des uns à commettre l’irrémédiable et l’accumulation de données qui vont toutes à l’encontre d’une légalisation du cannabis.

Pour synthétiser les plus graves conséquences à redouter d’une légalisation, je me contenterais d’être énumératif :

  • Son pouvoir addictif puissant est tel que 20% au moins de ceux qui l’ont expérimenté en deviennent dépendants ; à sa légalisation serait associée une augmentation inévitable de ses consommateurs (rappelons pour mémoire que 13 millions de Français sont dépendants du tabac (75.000 décès annuels) et que 4,5 millions sont dépendants de l’alcool (41.000 décès annuels). Ne comptons pas sur les buralistes pour en refuser la vente aux mineurs, puisque 70% d‘entre eux ne respectent pas l’interdiction de la vente de tabac aux mineurs.
  • Le cannabis est un puissant facteur d’escalade vers d’autres drogues, comme cela est montré avec l’alcool, la cocaïne et les morphiniques (les mécanismes neurobiologiques étant élucidés) il conduit à ces poly-toxicomanies que l’on voit déjà se multiplier.
  • Cette drogue de « la crétinisation » commence à affecter nos enfants au collège, dès la cinquième et, bien sûr, au delà. C’est un grand perturbateur de la cognition. Son intrusion, que dis-je son invasion dans la sphère éducative (il touche aussi des enseignants), explique pour une bonne part le rang très pitoyable (27ième) que nous occupons dans le classement international PISA de performances éducatives, alors que la France est parmi les nations qui consacrent le plus de moyens pour l’éducation de ses enfants.
  • Une légalisation multiplierait les accidents routiers (comme cela a été constaté au Canada) et professionnels ; alors qu’on a tant de mal à juguler à ces égards les méfaits de l’alcool. La rencontre du tabac et de l’alcool multiplie par 27 (statistiques récentes) le risque d’accidents mortels de la route. Notre société qui macère dans l’alcool ne peut accueillir en sus le cannabis.
Le Pr. Jean Costentin est auteur et co-auteur de nombreux livres sur ce sujet. Dernier en date : Toxicomanies : sauvons la jeunesse, chez JDH Editions
Le Pr. Jean Costentin est auteur et co-auteur de nombreux livres sur ce sujet. Dernier en date : Toxicomanies : sauvons la jeunesse, chez JDH Editions

C’est sans compter les conséquences psychiatriques sur les consommateurs.

Jean Costentin : En effet, à une légalisation du cannabis s’associerait une explosion des affections psychiatriques, alors que nos hôpitaux psychiatriques sont déjà débordés.

  • Le THC est à l’origine d’anxiété, de dépression, de décompensations psychotiques ;
  • il induit de novo des schizophrénies ;
  • il aggrave cette affection quand elle est déclarée et crée une résistance aux traitements destinés à apaiser ses expressions. Cette affection qu’on ne sait guérir, touche 1% de la population. Sans le cannabis notre nation compterait près de 15.000 schizophrènes en moins.
  • Le cannabis est la drogue de l’aboulie, de la démotivation, de la désinhibition, qui rend agressif ou dangereux ; il est, chez ses consommateurs, responsable de fréquentes et longues périodes de chômage.

C’est un véritable désastre humain.

Jean Costentin. Il y a plus grave encore : ceux qui s’exposent au THC, par un « tagage » de la chromatine de certains de leurs gènes, modifient au très long cours l’expression de ces gènes ; et exposant leurs gamètes (spermatozoïdes pour eux, ovules pour elles) , ils transféreront aux enfants qu’ils pourraient concevoir des modifications de l’expression de certains de leurs gènes.

Il a été montré que ce mécanisme sous tend la vulnérabilité de leur progéniture aux toxicomanies à l’adolescence, à certaines maladies psychiatriques (autisme, schizophrénie, dépression), à leurs réactions au stress, à leurs capacités cognitives, à leurs défenses immunitaires. « Les parents ont fumé le cannabis vert et leurs enfants en ont eu les neurones agacés » (en adaptant une formule du livre d’Ezéchiel).

  • Le cannabis abrège la grossesse, les nourrissons sont de plus petits poids et de plus petites tailles que normales, ils ont un développement psychomoteur ralenti, ils sont plus à risque de mort subite ou d’hyperactivité avec déficit de l’attention.
  • Le cannabis est plus toxique que le tabac, sa combustion produisant 6-8 fois plus d’oxyde de carbone et de goudrons cancérigènes. Il est dépresseur de l’immunité. Sa toxicité cardio-vasculaire en fait la troisième cause de déclenchement d’infarctus du myocarde. Il est à l’origine d’accidents vasculaires cérébraux ou d’artérite chez des individus jeunes. Il est dépresseur de l’immunité…
  • Quand tous ces méfaits seront portés à la connaissance de nos concitoyens, ils seront armés pour s’opposer à sa légalisation, mais tout est fait pour empêcher leur information et, quand il y a des fuites, elles sont immédiatement contredites.

Quels sont les intérêts des décideurs politiques, qui me semblent pernicieux, à la légalisation des drogues ? Cette dépénalisation n’est pas seulement française. Une action internationale contre la production de drogue est-elle envisageable, et dans ce cas, existe-t-il des organismes internationaux qui puissent intervenir directement à la source de production ?

Jean Costentin : Cette question est en dehors de ma sphère d’expertise, aussi suis-je réduit à n’exprimer que des hypothèses.

La demande de légalisation émane d’écologistes appelant de leurs vœux une régression économique ; le THC induisant une aboulie, le renoncement, la paresse, l’absence d’ambition, le contentement de peu, s’inscrit bien dans leur projet.

  • La demande implique des politiciens qui rêvent, par la diffusion de cette drogue, de transformer des citoyens révoltés en des citoyens résignés.
  • Le fer de lance à l’Assemblée Nationale de la légalisation du cannabis, est le député et porte-parole de LREM (J.-B. Moreau), agriculteur dans la Creuse. Il voudrait transformer son département en un Eldorado vert de cannabis.

Peut-on parler d’un enjeu politique par la libéralisation de la consommation de cannabis ?

Jean Costentin : Dans la compétition internationale rendue plus aiguë par la mondialisation, les nations concurrentes auraient à gagner que la nôtre comporte une forte proportion de sujets abêtis, passifs, démotivés, répugnant à se former, asthéniques, rendant le match plus facile à gagner.

Le Pr. Constentin a aussi déclaré : Dans le conflit civilisationnel qui se dessine, le gagnant sera celui qui saura éviter aux siens de s’anéantir avec les drogues dans les toxicomanies.

  • La démagogie de certains politiques, consiste à acheter les suffrages de leurs électeurs en flattant leurs bas instincts, dont la toxicomanie est un élément fort.
  • Un capitalisme sans foi ni loi, faisant feu de tout chanvre, a énormément investi dans la filière du chanvre ; il subvertit des médias, des politiques, il abuse le public, aux fins d’obtenir d’importants retours sur ses investissements.
  • Le phénomène est international. De très puissants groupes financiers sont à la manœuvre. (Le milliardaire américain) George Soros et (le Canadien) Edgar Bronfman ont dépensé des sommes considérables (un million de dollars) pour qu’en 2010 la Californie, après deux votes négatifs, se prononce en faveur de la légalisation du cannabis.

Peut-on envisager une éducation de la population sur les conséquences de la consommation du cannabis et des cannabinoïdes sous leurs diverses formes ?

Jean Costentin : La solution de ce très grave problème, à la fois sanitaire, social et sociétal passe d’abord par l’éducation. Si la France est le plus gros consommateur en Europe de cannabis, elle est aussi la nation dans laquelle rien n’est fait pour l’information de ses enfants à cet égard. Ç’en est au point où l’Observatoire Européen des Drogues et Toxicomanies (OEDT) a décerné un carton rouge à la France pour sa défaillance notoire en matière d’information et de pédagogie sur ce sujet.

La justice est, elle aussi, totalement défaillante quant à la condamnation des consommateurs et des dealers. Le dernier florilège, pour l’en dessaisir, réside dans l’infliction d’une amende de 200 €, en solde de tout compte, pour le contrevenant. En l’absence de toute mémoire, l’infraction peut se répéter une multitude de fois au même prix ; l’amende n’étant d’ailleurs pas inéluctablement payée…

Il n’y a pas de trafic, ni de deal, s’il n’y a pas des consommateurs, si l’argent de poche ne coule pas à flot, si les parents ne sont pas déresponsabilisés. Ils doivent pouvoir être taxés, eux aussi, pour les errements de leurs enfants mineurs, sur les allocations qui leur sont versées pour les aider à assurer l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants. Ces derniers doivent payer en travaux d’intérêt général, qui doivent être encadrés d’une façon rigoureuse.

Je vous laisse le mot de la fin.

Jean Costentin : « Où il y a une volonté, il y a un chemin », mais où prévalent l’indifférence, la négligence, la méconnaissance délibérée, la dissimulation, la démagogie, l’idéologie, de sordides intérêts aux antipodes de l’humanisme, insoucieux du sort de notre société, des familles, de la communauté nationale, de notre civilisation, la drogue est une arme fatale pour des desperados de tous types.

Il appartient à ceux encore préservés par ses effets destructeurs une véritable union pour préserver nos concitoyens en luttant de toutes nos forces contre sa légalisation. C’est, pour notre société, « la mère des batailles ».

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Pr Jean Costentin : pourquoi la légalisation du cannabis est pire qu'une aberration
8 juillet 2021
Entretien
Pr Jean Costentin : pourquoi la légalisation du cannabis est pire qu’une aberration
Opium en Afghanistan : l'éradiquer et moderniser l'agriculture
12 août 2021
Actualités
Opium en Afghanistan : l’éradiquer et moderniser l’agriculture
La nouvelle guerre de l’opium de Dope Inc.
9 novembre 2021
Chroniques stratégiques
La nouvelle guerre de l’opium de Dope Inc.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard