Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 mai - Odile Mojon interviewée par lepetitjournal.com Lire 20 mai - Sébastien Périmony interviewé par lepetitjournal.com Lire 18 mai - Visioconférence de l’Institut Schiller, jeudi 26 mai à 17 heures Lire
AccueilActualités

L’Europe doit refuser d’accueillir les nouvelles armes nucléaires américaines

Les 30 et 31 mai, se réuniront à Bruxelles les dirigeants européens pour un sommet extraordinaire sur la défense européenne et la guerre en Ukraine.

Un Macron fraîchement réélu entend y mettre en avant son concept d’« autonomie stratégique européenne », qui devrait permettre aux 27 membres de l’UE de prendre leurs propres décisions, sans avoir à dépendre de l’allié américain. Voilà en tout cas pour les paroles verbales...

Aux yeux du chef de l’État français, précise Euronews, « cela implique le développement de capacités industrielles et de déploiement » et « passe par une augmentation des fonds européens dédiés aux dépenses militaires, couplée à une amélioration de la coordination entre les Etats-membres ».

Or, pour l’instant, la « facilité européenne pour la paix », ce fonds extrabudgétaire d’une valeur approximative de 5 milliards d’euros pour la période 2021-2027, financé par des contributions des États membres de l’UE, est entièrement dédié à une guerre en Ukraine accélérant notre soumission à l’OTAN ! Belle autonomie !

Nouvelle Solidarité en 2015. Pour s'abonner, c'est ICI.
Nouvelle Solidarité en 2015. Pour s’abonner, c’est ICI.

Jusqu’ici, la principale réaction occidentale face au conflit en Ukraine (exception faite du Pape François) n’a été qu’une intensification, non pas de la diplomatie et des propositions de désarmement, mais de l’escalade tous azimuts, médiatique d’abord, stratégique et militaire ensuite. Le simple fait qu’on puisse, à un moment ou un autre, penser à faire la paix avec la Russie devient sinon un crime, du moins un péché mortel.

Certains se plaisent à souligner que le président Biden a jusqu’à présent rejeté les politiques les plus risquées que préconise le parti de la guerre, en réponse à l’opération militaire russe en Ukraine. Bien que soumis à d’intenses pressions, disent-ils, Biden continue d’exclure l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne et rejette catégoriquement les suggestions (même venant d’un proche allié démocrate comme le sénateur modéré Chris Coons) d’envoyer des troupes américaines au sol en Ukraine.

Cependant, sa politique, comme celle des Européens qui s’alignent aveuglément sur Washington, comporte indéniablement un risque d’affrontement nucléaire.

L’envoi d’armes de plus en plus sophistiquées et de moins en moins légères a conduit la Russie à notifier une nouvelle fois qu’elles constituent des cibles militaires légitimes.

En plus de fournir des armes et des drones à l’Ukraine, Washington partage avec Kiev des renseignements militaires essentiels, comme ce fut sans doute le cas lors de l’attaque contre le navire amiral de la flotte russe en mer Noire, le Moskva.

Livrer des armes lourdes = IIIe guerre mondiale

A droite, le général Erich Vad.
A droite, le général Erich Vad.

« On fait beaucoup de rhétorique de guerre en ce moment - avec de bonnes intentions éthiques », vient de déclarer le général allemand Erich Vad (cr), ancien conseiller militaire de l’ex-chancelière Angela Merkel.

« Comme chacun sait, le chemin de l’enfer est toujours pavé de bonnes intentions. Nous devons penser la guerre en cours entre la Russie et l’Ukraine en partant de la fin. Si nous ne voulons pas d’une troisième guerre mondiale, nous devrons tôt ou tard sortir de cette logique d’escalade militaire et entamer des négociations », prévient-il.

Erich Vad met en garde ceux qui qualifient Vladimir Poutine de « despote maladif » avec qui on ne peut plus parler. Bien que cette guerre en Ukraine soit contraire au droit international, et aussi terrible soit-elle, comparée à des guerres plus récentes, comme « L’Irak, la Syrie, la Libye, l’Afghanistan, ce n’est pas si nouveau », a-t-il déclaré.

L’ancien général de brigade se prononce radicalement contre toute livraison d’armes lourdes à l’Ukraine, qui serait potentiellement une « voie vers la troisième guerre mondiale », comme il l’a déclaré à l’agence de presse allemande DPA. Pour lui, les États-Unis et leurs alliés européens sont à deux doigts de devenir purement et simplement des co-belligérants dans une guerre extrêmement dangereuse.

Les armes nucléaires américaines arrivent

Le Canard Enchaîné du mercredi 20 avril 2022.
Le Canard Enchaîné du mercredi 20 avril 2022.

Autre élément pouvant faire de l’Europe la cible d’éventuelles frappes russes, l’arrivée, dans la plus grande discrétion, de nouvelles armes nucléaires américaines.

Dans son article du 20 avril intitulé « De nouvelles armes atomiques US en Europe », Claude Angeli, le rédacteur-en-chef du Canard enchaîné, révèle que des attachés militaires français en poste à Washington ont assisté dans la capitale américaine à un séminaire à huis clos de l’Advanced Nuclear Weapons Alliance Deterrence Center, un groupe de réflexion américain.

L’oratrice principale était Jessica Cox, cheffe de la Direction de la politique nucléaire au siège de l’OTAN à Bruxelles. Les nouvelles orientations exposées par Cox ont été confirmées aux délégués français par le Pentagone et transmises via les chefs d’état-major à l’Élysée : la nouvelle version (modèle 12) des bombes nucléaires B-61 sera très bientôt stockée sur le sol européen et progressivement (d’ici 2030), les pays ayant acheté des jets américains F-35 pourront les déployer contre un agresseur, sous le strict contrôle du Pentagone.

La B-61 est la principale bombe à gravité thermonucléaire des États-Unis, faisant partie de leur stock permanent depuis la fin de la Guerre froide. Elle est considérée comme une « arme nucléaire stratégique et tactique à rendement faible à intermédiaire » et donc extrêmement déstabilisante.

Déjà en janvier, l’Administration nationale de la sécurité nucléaire du ministère américain de l’Energie avait annoncé que la production à grande échelle de B61-12 commencerait en mai, donc juste avant le sommet européen chargé d’examiner une défense européenne autonome... « Macron, qui, récemment encore, rêvait d’une Europe de la Défense, un tant soit peu autonome, devra se faire une raison », note laconiquement Angeli.

Dans un premier temps, les B61-12 remplaceront le précédent modèle déjà présent en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique et en Italie, avant d’être déployées au Royaume-Uni, puis, « en fonction de l’évolution de la situation », elles seront proposées à la Pologne, au Danemark et à la Norvège et on est tenté d’y rajouter... l’Ukraine.

Le Pentagone a déjà engagé 484 millions de dollars pour préparer leur stockage en toute sécurité dans ces pays. Le programme américain prévoit d’en construire 500 exemplaires pour un coût d’environ 10 milliards de dollars (chaque bombe coûtant deux fois plus que si elle était entièrement fabriquée en or). Leur nombre réel reste toutefois secret, tout comme leur emplacement géographique. La décision américaine, note Angeli, « s’ajoute à la récente décision de créer des bases militaires dans trois États baltes ainsi qu’en Pologne, en Roumanie, en Hongrie et en Slovaquie. »

Moderniser les bunkers

Le quotidien britannique The Guardian du 12 avril confirme que, d’après des documents officiels, « les bunkers militaires du Royaume-Uni sont en cours de modernisation afin de pouvoir y stocker des armes nucléaires américaines, après 14 ans d’inactivité ». Il est vrai que dans le projet budgétaire pour la défense 2023 de l’administration Biden, le Royaume-Uni a été ajouté à la liste des pays où des investissements dans les infrastructures sont en cours sur les sites de stockage des « armes spéciales ».

Rappelons qu’en 2008, les États-Unis avaient retiré leurs bombes B61 de la base aérienne américaine de Lakenheath (au nord-est de Londres), marquant ainsi la fin de plus d’un demi-siècle de maintien d’un stock nucléaire américain au Royaume-Uni. À l’époque, précise le Guardian, « les bombes à gravitation étaient largement considérées comme militairement obsolètes et l’espoir était plus grand de voir les puissances nucléaires poursuivre leur désarmement. »

Aujourd’hui, avec l’opération de Poutine en Ukraine, les choses sont différentes. « Dans le cadre du plan de modernisation américain, la B61 a reçu un nouveau souffle avec un système de guidage, la variante B61-12, qui doit entrer en pleine production en mai. »

Ces développements en Europe, constate le Guardian,

font partie d’un recul plus large du contrôle des armements. L’examen de la posture nucléaire de l’administration Biden, qui a été envoyée au Congrès mais n’a pas encore été déclassifiée, ne contiendrait pas les changements promis par le président pendant sa campagne. En 2020, M. Biden avait annoncé qu’il déclarerait officiellement que le seul objectif des armes nucléaires était la dissuasion d’une attaque nucléaire contre les États-Unis ou leurs alliés. Mais la révision laisse ouverte l’option d’utiliser les armes nucléaires pour répondre également à des menaces non nucléaires. 

Abordant à son tour le même sujet, Manlio Dinucci écrivait le 20 janvier dans le journal italien Il Manifesto, qu’« il n’est pas exclu que les nouvelles bombes nucléaires puissent également être déployées en Asie et au Moyen-Orient contre la Chine et l’Iran ».

Dinucci rappelait que les cinq puissances nucléaires, qui sont également les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (États-Unis, Russie, Chine, France et Royaume-Uni), avaient affirmé le 3 janvier 2022, dans une déclaration commune, que « la guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée » et qu’elles restaient « engagées à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires et au désarmement nucléaire ».

Les États-Unis devraient donc s’engager clairement « à ne pas déployer les nouvelles bombes nucléaires B61-12 dans d’autres pays, et même mieux, à ne pas les produire du tout », conclut Dinucci.

En 2015, en Belgique, une pétition lancée à notre initiative avait recueilli plusieurs signatures d’élus pour sonner le tocsin.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard