Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 novembre - Une idée, les Maisons Familiales Rurales ;
un homme, l’abbé Granereau Lire
13 novembre - Sortons du piège de la finance verte Lire 13 novembre - Sauvons l’hôpital public de la casse financière Lire
AccueilActualité

Helga Zepp-LaRouche - Contre l’éco-dictature, un nouveau paradigme

Message enregistré d’Helga Zepp-LaRouche, présidente du parti allemand Büso, pour les Journées de Mobilisation de Rentrée de Solidarité & Progrès le samedi 21 septembre 2019.

A l’heure où certains dirigeants européens rêvent d’une Europe "empire" et où les 130 plus grosses banques poussent à la fraude de la "croissance vert" (synonyme pour eux de dépopulation), il serait temps de se rendre compte qu’un nouveau paradigme de relations internationales est possible, autour des Nouvelles Routes de la soie, et que l’effondrement de la société n’est pas inéluctable.

Transcription du message d’Helga Zepp-LaRouche.

Cher Jacques, chers amis de Solidarité & Progrès,

J’aurais beaucoup aimé participer en personne à cette conférence, et je vous promets d’être présente la prochaine fois.

Permettez-moi de commencer par de très bonnes nouvelles. Le monde n’est pas tel que le pensent la plupart des Européens. En effet, il a beaucoup changé, et continue d’évoluer très rapidement vers ce à quoi Lyndon LaRouche a œuvré toute sa vie.

Un nouveau paradigme de relations internationales est en train d’émerger, dans lequel des pays redéfinissent complètement leurs relations en se rapprochant davantage des principes de la Charte des Nations unies : respect de la souveraineté et du système social de chacun, intérêt de l’autre.

En réalité, les principes de la Paix de Westphalie sont incarnés dans les Nouvelles Routes de la soie de la Chine à travers l’idée d’une coopération gagnant-gagnant.

Ce qui arrive maintenant avec ces nouvelles alliances n’est absolument pas ce que les médias et les politiciens européens vous en disent, en parlant de « modèles autoritaires » ou de « dictatures ».

A l’échelle mondiale, on voit apparaître toute une série d’organisations nouvelles : l’Initiative une ceinture, une route (ICR), l’Organisation de la coopération de Shanghai (OCS), les BRICS, la coopération Sud-Sud (The Global South). Tous ces pays et organisations avancent vers un nouvel ordre économique mondial plus juste. Et si vous regardez la trajectoire que prend leur développement, elle se dirige vers le haut. Leur objectif est de réduire la pauvreté. La plupart de ces pays travaillent à l’émergence d’une classe moyenne et se concentrent sur l’innovation, le plus haut niveau de technologie, afin d’engendrer des sauts qualitatifs permettant d’accéder aux conceptions scientifiques et technologiques les plus avancées.

Regardez simplement ce que la Chine est en train de faire : ils viennent de présenter le prototype d’un train à sustentation électromagnétique (maglev) capable d’atteindre 600 km/h. Une fois développée, cette avance technologique permettra de réduire l’écart entre leurs trains à grande vitesse, qui vont déjà à 350 km/h et bientôt 400, et leur trafic aérien. C’est un mode de transport complètement différent qui est en cours d’élaboration, et que la Chine compte partager avec les autres pays en développement.

Ainsi, l’ICR a été, dès le départ, ouverte à tout pays désireux d’y participer. Quelle fut la réponse de l’Europe, et de certains politiciens européens ? Eh bien, ils se sont catégoriquement accrochés à l’ancien paradigme, comme le ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, qui, en novembre dernier, affirmait dans le Handelsblatt que l’Europe devait devenir un « empire » pour se défendre face aux autres empires que sont les Etats-Unis, la Chine et la Russie ! Ce que proposent des gens comme lui et aussi, malheureusement, en partie le président Macron, ainsi que la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, c’est une Europe intégrée, une union bancaire, une union du marché des capitaux, et même une armée européenne. De son côté, Guy Verhofstadt, l’ancien Premier ministre de Belgique, a déclaré lors d’une réunion des libéraux-démocrates en Grande-Bretagne, que le monde à venir serait une compétition, non pas entre nations mais entre empires : l’empire de Chine, des Etats-Unis, de l’Inde, de Russie, et naturellement, il conclut : la Grande-Bretagne doit rester dans l’Europe et être un empire.

Il y a des années, Lyndon LaRouche (1922-2019) disait qu’il n’y a qu’un seul empire sur cette planète, et c’est l’Empire britannique, non pas celui de la population britannique, mais celui du système monétariste international, et que ce système doit prendre fin. Parce que c’est le seul qui soit aujourd’hui sur le point de se transformer en dictature, une dictature de type éco-fasciste.

Le 15 juillet, lors de son discours à Strasbourg, Ursula von der Leyen annonça que durant ses cent premiers jours [en tant que présidente de la Commission de l’UE], elle mettrait en œuvre un New Deal vert pour l’Europe et qu’elle édicterait une loi européenne pour le climat, fixant les objectifs pour 2050.

Hier, le « cabinet climat » allemand a annoncé un régime très strict, imposant des règles sur chaque aspect des transports, des bâtiments, de l’agriculture, et si ces acteurs ne remplissent pas leurs objectifs de réduction d’émissions de CO2, il y aura des sanctions. Tout sera entièrement supervisé et contrôlé : une éco-dictature à part entière. Le but est d’inciter et de pousser les gens à changer de comportement. Ils sont censés accepter une réduction de leur niveau de vie, et même de leur espérance de vie. Et bien sûr, cela implique la fin de tout espoir pour les pays en voie de développement.

D’ores et déjà, cette vision d’une éco-dictature est parfaitement illusoire. C’est un cauchemar utopique. Parce que le système financier est sur le point d’exploser, de manière bien plus violente qu’en 2008. Au cours des trois derniers jours, la Réserve fédérale a dû intervenir avec plus de 200 milliards de dollars, et la dernière fois que cela s’est produit, c’était à la veille de la crise de 2008.

Or, certains cercles financiers considèrent qu’en canalisant 100 milliards de dollars dans la finance verte, ils pourront éviter le krach financier, qu’il y aura une croissance verte et que, lentement mais sûrement, ils réduiront la population mondiale, comme l’a dit Schellnhuber (fondateur de l’Institut Potsdam pour la recherche sur le climat) à 1 milliard de personnes, voire à un demi-milliard, comme l’a écrit le mentor de Greta Thunberg, Kevin Anderson !

Bref, tout cela est complètement absurde et ne peut que mener à une catastrophe.

La seule façon de sauver le monde a été résumée par Lyndon LaRouche sous la forme de ses « Quatre principes » :

  1. une séparation bancaire de type Glass-Steagall ;
  2. une banque nationale dans chaque pays ;
  3. un Nouveau Bretton Woods comme système de crédit ;
  4. un programme à marche forcée pour la fusion et la coopération spatiale.

Ce que le président Poutine a récemment proposé – l’idée d’une intégration de Vladivostok à Lisbonne – peut sembler un projet improbable, mais dans les conditions de bouleversement que nous vivons, cela peut s’avérer être la seule solution. Cela pourrait arriver beaucoup plus vite qu’on ne le pense. Soulignons que cela doit impérativement inclure les Etats-Unis, car on ne peut envisager une Europe, ou même une Eurasie, opposées aux Etats-Unis, mais nous devons au contraire établir un niveau de coopération plus élevé, basé sur la vision de Lyndon LaRouche. On ne peut voir la solution que du point de vue du sublime de Schiller, une approche reprise par Lyn : on doit se placer au niveau de la coïncidence des opposés, partant de l’hypothèse que l’humanité forme un tout indivisible et que de ce point de vue supérieur, on parviendra à résoudre le problème qui ne pouvait être résolu à un niveau inférieur. Certains pensent sans doute que cette approche n’est pas réaliste, mais rappelez-vous les polémiques de Lyn contre les « gens réalistes ».

Pensez maintenant aux nombreuses idées que Lyn a mises en avant depuis des décennies, et que les gens ont soit rejetées soit ridiculisées : combien d’entre elles sont effectivement en train de devenir réalité ?

Le « Nouvel ordre économique mondial » (NOEM) est en marche : 130 nations adhèrent à la Nouvelle Route de la soie. La proposition de Lyn pour un programme spatial, qui est également celle de Jacques Cheminade, devient elle aussi réalité ! Les Etats-Unis ont le programme Artemis, visant à envoyer une femme et un homme sur la Lune, puis à lancer des missions habitées vers Mars. La Chine a la série de programmes spatiaux Chang’e-4, -5, -6, qui ont déjà posé un rover et un alunisseur sur la face cachée de la Lune. L’année prochaine, les Chinois vont commencer une mission spatiale pour voir si la « terraformation » est possible sur Mars. Avec son propre programme Chandrayaan, l’Inde va bientôt rattraper les autres. L’ESA représente vraiment le meilleur de l’Europe, parce qu’orientée vers l’avenir.

Quand Lyn a proposé tous ces programmes, ils n’avaient rien d’arbitraire, mais ils étaient basés sur ce que Nicolas de Cues appelle la « prescience » : si vous cherchez quelque chose, vous devez savoir en amont ce que vous cherchez, sinon vous ne saurez pas si ce que vous avez trouvé est effectivement ce que vous cherchiez !

Les programmes mis en avant par Lyn s’appuyaient tous sur ce type de prescience, sachant ce que sont les lois de l’univers, et ils ont été conçus pour répondre exactement à cela. Il disait qu’en tant qu’humanité, nous ne sommes pas des terriens, nous sommes une espèce faite pour voyager dans l’espace. C’est ce que Krafft Ehricke appelait « l’impératif extra-terrestre ». Par conséquent, le futur de l’humanité ne revient pas à Greta, ni à toutes les Greta de ce monde, mais aux astronautes.

Lyndon LaRouche, dans son célèbre discours du 12 octobre 1988 à l’Hôtel Kempinski, dans lequel il avait anticipé la réunification allemande, avec Berlin redevenant la capitale de l’Allemagne (ce que personne n’a cru sur le moment, mais qui est arrivé un an après), dans ce magnifique discours, Lyn disait : « Comme Schiller, je crois que chaque être humain qui aspire à devenir ‘une belle âme’ doit être un vrai patriote et un citoyen du monde. »

J’ajouterai simplement : il doit être un patriote, un citoyen du monde et un citoyen de l’espace, car l’Age de la Raison s’inscrit dans les étoiles.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus
Appel aux jeunes du monde entier :
La voie de la raison passe par les étoiles !
7 septembre
Actualité
Appel aux jeunes du monde entier : 

La voie de la raison passe par les étoiles !
Sommet de l’ONU pour le climat : les banques zombies veulent peindre leur krach en vert
24 septembre
Actualité
Sommet de l'ONU pour le climat : les banques zombies veulent peindre leur krach en vert
Sainte Greta et la croisade anti-humaine
27 septembre
Chroniques stratégiques
Sainte Greta et la croisade anti-humaine

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard