Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 mai - Odile Mojon interviewée par lepetitjournal.com Lire 20 mai - Sébastien Périmony interviewé par lepetitjournal.com Lire 18 mai - Visioconférence de l’Institut Schiller, jeudi 26 mai à 17 heures Lire
AccueilActualités
ENTRETIEN

Georges Kuzmanovic : avec de Gaulle et avec Jaurès, construire le bloc populaire

Georges Kuzmanovic, candidat à l'élection présidentielle de 2022.
Georges Kuzmanovic, candidat à l’élection présidentielle de 2022.

Dans le cadre de nos échanges avec différents candidats « hors système » à l’élection présidentielle de 2022, voici l’entretien accordé par Georges Kuzmanovic, président du parti République souveraine, à Nouvelle Solidarité, le mensuel de Solidarité & Progrès. (s’abonner, c’est par ici !)

Voici un lien vers l’intervention de Jacques Cheminade, le président de Solidarité & Progrès : Nous ferons campagne aux côtés de Georges Kuzmanovic

ENTRETIEN

Quel est le sens de votre candidature et en quoi se différencie-t-elle des autres ?

D’abord, je ne suis pas un professionnel de la politique : j’ai été humanitaire, militaire, enseignant, jusqu’à il y a peu, j’étais un cadre dans une grande entreprise, et le mouvement qui me soutient ne comprend pas de permanents et fort peu d’élus. Ensuite, je suis le seul à allier un souverainisme assumé, un attachement à l’ordre et un attachement à ces piliers de la République que sont la laïcité, la sécurité sociale, les grands services publics et l’État stratège. Dans les deux cas, je suis comme une grande majorité des Français, mais je suis le seul parmi les candidats.

Je me présente car je ne supporte plus de voir la France lentement étouffée, comme sans espoir, du seul fait d’une élite qui trahit la Nation. Je pense qu’il y a depuis 40 ans un dépérissement organisé de l’Etat dont la conséquence est la destruction de l’Etat social et de la grandeur de ce pays.

Pourtant la France est belle et forte. Forte de son histoire et de sa culture qui rayonnent dans le monde, d’une agriculture qui peut la rendre autosuffisante, forte de sa puissance maritime (la deuxième mondiale) ; la France est une puissance nucléaire et spatiale, elle a été forte du système social le plus abouti, avec le programme du Conseil national de la Résistance (CNR) après la Seconde Guerre mondiale, et le meilleur système scolaire – et tout cela s’efface. La France s’affaiblit et devient vassale de Washington et de Bruxelles. Elle se paupérise et perd son industrie. Elle n’est plus une Nation fière, avec un avenir pour sa jeunesse. Je ne le supporte pas.

Est-il encore possible de rassembler les « Républicains des deux rives » contre l’atlantisme et l’oligarchie financière ?

Même si gauche et droite peuvent encore avoir une valeur identitaire importante pour certains de nos concitoyens, il semble de plus en plus évident que ces notions n’ont plus de cohérence. La preuve : la gauche se divise en même temps qu’elle s’effrite, et la droite, qui va du macronisme à Zemmour, est trop massive et diverse pour être une catégorie pertinente. D’autre part, la crise démocratique est très grave, avec une abstention qui touche des élections jusqu’à présent épargnées : municipales hier et demain présidentielle. Dès lors, comme toujours en cas de crise, je crois possible de rassembler les Français autour de ce qui leur est le plus cher : la défense de leur liberté collective et la cohésion de la nation par l’ordre et la solidarité. Je crois qu’il est possible de contrecarrer le « malheur français » dont parlait Marcel Gauchet, c’est-à-dire la poursuite par les gouvernements successifs de politiques contraires à la sensibilité et aux intérêts des Français.

Mais je dirais qu’il est surtout temps de construire le bloc populaire, s’unir, faire front autour de principes clairs et simples. Nos adversaires l’ont fait, et justement en rompant avec le clivage gauche-droite – c’est le camp des « gens de nulle part », nous sommes « les gens d’ici ». Ils sont l’oligarchie, nous sommes le peuple.

De quoi Emmanuel Macron est-il le nom ? Il est l’incarnation parfaite du bloc bourgeois contemporain dont les caractéristiques sont très précises : européiste, atlantiste, ayant la volonté de tout privatiser, favorisant le Capital sur le Travail, dérégulateur en faveur de l’oligarchie financière et des multinationale, chantre de la mondialisation et donc de la désindustrialisation, et ayant une nette préférence pour le modèle sociétal anglo-saxon, jusqu’au communautarisme. Sur cette base, Emmanuel Macron a réuni des gens des deux rives, des politiciens de gauche comme de droite – ce qui fut relativement aisé étant donné que ceux-là menaient depuis quarante ans déjà des politiques publiques conformes à cette idéologie commune. C’est un bloc logique et très homogène idéologiquement.

Notre bloc populaire est l’exact contraire, son miroir inversé, et ses caractéristiques sont tout autant précises : souveraineté nationale contre européisme, indépendance plutôt qu’atlantisme, le commun, le bien public et les services publics plutôt que la privatisation tous azimuts, faveur donnée au Travail plutôt qu’au Capital, réguler et contraindre l’oligarchie financière et les multinationales, réindustrialiser et relocaliser l’économie, et attachement au modèle universaliste français et à la laïcité. C’est également un bloc très cohérent où peuvent se rejoindre des gens issus de la gauche comme de la droite. C’est pourquoi la devise de République Souveraine est « Avec de Gaulle et avec Jaurès ».


Ancien militaire, comment voyez-vous l’escalade de tensions et d’affrontement entre la Russie et l’OTAN ? Sommes-nous au bord d’une guerre en Europe et quelles en seraient les conséquences ?

La tension entre l’OTAN et la Russie est un jeu très dangereux. Je ne pense pas que nous soyons au bord d’une guerre, car personne ne la souhaite : les États-Unis de Biden ont choisi une stratégie de la tension pour avancer leurs pions au maximum ; la Russie le sait et réagit comme il est rationnel de son point de vue de le faire, c’est-à-dire avec le plus de fermeté possible. Par ailleurs, la dissuasion nucléaire empêche toute guerre au niveau des superpuissances, mais elle n’est pas à exclure au niveau des Etats plus petits, comme ce fut le cas en Yougoslavie ou en Ukraine. Les USA ont besoin d’ennemi sérieux pour continuer à maintenir un appareil militaro-industriel surdimensionné

Le problème est qu’un accident, un malentendu est vite arrivé, et je ne veux pas imaginer quelles en seraient les conséquences. C’est pour cela que je souhaite que la France sorte de cette logique de l’affrontement, mais aussi de la logique de bloc qui y conduit naturellement, pour reprendre un rôle de puissance d’équilibre luttant pour la sécurité collective et contre les impérialismes.

Que répondez-vous à ceux qui envisagent l’emploi de l’arme atomique ?

Qu’ils sont des fous dangereux ! Il est indispensable de conserver la doctrine française de la dissuasion, qui est justement une garante de la paix.

Malheureusement l’usage des armes nucléaires, en particulier sous leur aspect « d’arme nucléaire tactique », a été récemment et de manière récurrente théorisé par le Pentagone.

C’est évidemment délirant et doit être lié à la doctrine militaire étasunien de « zéro mort » – le zéro étant entendu dans les armées étasuniennes – reposant sur la théorie de « choc et effroi » (bombardements et artillerie massivement utilisés), mais a peu de chance d’être réellement mis en œuvre, même si la bombe « Davy Crockett » (très faible charge nucléaire dont le but est d’irradier les troupes, et plus apparentée à une « bombe sale ») a été mise en service. De toute façon, pour ce genre d’opération (choc et effroi), les Etatsuniens et les Russes disposent de bombes thermobariques ultrapuissantes, suffisamment terrifiantes pour ne pas utiliser des armes nucléaires tactiques.

La vraie question est de savoir si le nucléaire restera l’arme de dissuasion ultime ou s’il pourrait être concurrencé par d’autres, en particulier le cyber et éventuellement les armes électromagnétiques (domaine dans lequel les Russes semblent avoir une longueur d’avance qui inquiète les Occidentaux). Mais ma faveur va au cyber.

Je vais faire simple : si Edward Snowden dit vrai dans ses révélations – et je n’ai aucune raison de ne pas le croire – alors les Etats-Unis (et évidemment d’autres puissances comme la Chine ou la Russie) auraient la possibilité de mettre des malwares dans des centrales (comme ils l’ont fait très concrètement avec Stuxnet contre les installations nucléaires iraniennes) capables de littéralement débrancher le pays.

Avec un effondrement instantané de la production d’électricité, attaque dont on ne serait même pas capable de déterminer clairement l’origine et qui nous replongerait dans le Moyen-Age, à quoi nous servirait notre dissuasion nucléaire ? A peu de choses. Or, en termes de cyber, en raison de l’impéritie de nos gouvernants, la France en est aux balbutiements, donc incapable de se défendre.

Élu président, quitteriez-vous l’OTAN ? Pour quoi faire et dans quelles conditions ?

Élu président, je quitterai le commandement intégré de l’OTAN, qui n’a rien apporté à la France, sinon des sujétions incompatibles avec une vraie indépendance stratégique. Suivant l’exemple du général de Gaulle, je resterai allié et ami avec les États-Unis, mais saurai les rappeler à leurs devoirs, comme il l’avait fait à Phnom Penh en 1966, et mener une politique d’équilibre avec les autres grands – Chine, Russie et Inde – compatible avec nos intérêts.

Je suis à ce titre adepte du multilatéralisme, et du règlement négocié et pacifique des différends entre Etats suffisamment puissants pour se nuire réellement les uns les autres, mais sans qu’aucun n’ait un statut de puissance hégémonique. Je récuse aux Etats-Unis le droit d’être cette nation hégémonique (ou « nation utile », concept dangereux dont ils aiment se qualifier), soi-disant gendarme du monde, et qui est – bien qu’elle se fantasme comme telle –bien loin du modèle intégrateur que fut Rome. Plutôt que de sortir de l’OTAN, je préfère envisager la dissolution de cette organisation qui n’a plus lieu d’être.

Et puis, rappelons-le, l’OTAN est une organisation dont le sens historique était de faire face au Pacte de Varsovie, disparu depuis 1991. Dès lors l’existence de l’OTAN n’est plus légitime, si ce n’est comme outil d’asservissement des Européens – or je ne veux pas d’une France vassale ; je veux une France souveraine !

Peut-on parler de trahison, lorsque nos responsables politiques asservissent nos moyens de défense à des puissances étrangères et à l’OTAN ?

Ce qui ressort de la trahison au sens juridique du terme, c’est d’envisager de transférer à Bruxelles – c’est-à-dire, dans les faits, à Berlin – notre siège au Conseil de sécurité des Nations unies et notre capacité de dissuasion – c’est tout le sens de l’insupportable Traité d’Aix-la-Chapelle, qui est je crois la trahison principale d’Emmanuel Macron et également le sens de sa volonté de construire une improbable souveraineté européenne. Pour le reste, la politique atlantiste et fédéraliste menée depuis au moins Nicolas Sarkozy est une trahison au sens moral, mais c’est hélas une constante dans certains milieux. De Gaulle parlait de « l’esprit d’abandon. Cette espèce de trahison de l’esprit, dont on ne se rend même pas compte ». Mais il ajoutait aussitôt : « Heureusement, le peuple a la tripe nationale. »

Le problème de la sortie de l’OTAN est que les Etasuniens ont bien fait les choses avec leurs serviteurs dans l’Union européenne. Ils ont activement poussé à la mutualisation tant opérationnelle que des systèmes d’armes, ou encore de l’industrie de défense.

C’est le concept de « Smart defense » voulu par l’OTAN et imposé à l’UE il y a de cela une douzaine d’années : sous couvert de réduction des coûts, mutualiser, interpénétrer, rendre dépendant les uns des autres, bien évidemment sous des standards OTAN. On le voit encore à l’œuvre avec le projet d’avion de combat « européen », le SCAF : les USA ne supportent pas que la France ait développé le meilleur avion de combat polyvalent au monde, le Rafale, concurrent direct de leur F-35 (qui est d’ailleurs un vrai fer à repasser), et poussent à la construction d’un avion européen, ce qui permet aux Allemands d’exiger les secrets industriels du Rafale. S’en départir exigera du temps et des efforts.

La laïcité vous paraît-elle un principe essentiel ?

La laïcité est un principe essentiel de la sensibilité française, ancrée, comme l’a montré Jean-François Colosimo, depuis bien plus longtemps que 1905, et fondée avant tout par le traumatisme des guerres de Religions. C’est d’ailleurs une des raisons de la crispation identitaire à laquelle nous assistons avec le phénomène Zemmour : je l’interprète comme une réaction à long terme face aux attaques djihadistes subies par la France depuis 2012.

Les Français ont vu les fanatiques les attaquer au plus profond d’eux-mêmes et ont peur du retour de la guerre civile. M. Macron, qui avait commencé son mandat avec l’objectif à peine masqué de « normaliser », là encore, la France à l’aune du modèle anglo-saxon multiculturel, l’a d’ailleurs bien compris, et a pris un virage à 180 degrés bienvenu… Sincère ou non, à chacun d’en juger.

Ce que je peux dire, c’est que, si j’étais président de la République, la laïcité, seule garante de la paix civile, serait appliquée sans concession.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • chauvois • 17/01/2022 - 21:21

    Il est peut être bien ce Monsieur, mais aujourd’hui, la colère me détruit le cœur, de voire nos parlementaires, convoqués comme des gamins le dimanche soir, après leur 4 heures, pour nous voter des lois contre la France toute entière. Vive la République, vive la folie collective ? Il est temps de se révolter face à la folie de l’occident, mais comment le faire collectivement ? Lundi vichy, maréchal, nous voilà ! Depuis hier, ce n’est plus une plaisanterie, l’an 1 d’une dictature, qui fait trembler les Québecois ! Quelle trahison...

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Présidentielles : Nous ferons campagne aux côtés de Georges Kuzmanovic
17 janvier
Déclarations
Présidentielles : Nous ferons campagne aux côtés de Georges Kuzmanovic
Kuzmanovic : reprendre le contrôle de la dette souveraine
2 octobre 2021
Actualités
Kuzmanovic : reprendre le contrôle de la dette souveraine

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard