Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

21 septembre - Nicolas de Cues : souveraineté nationale et dialogue des cultures Lire 18 septembre - Derrière la trahison australienne, Global Britain et le parti de la guerre Lire 18 septembre - 11 septembre et débâcle en Afghanistan Lire
AccueilActualités

Genocide chinois contre les Ouighours : qu’en est-il juridiquement ?

TRIBUNE
Adrian Zenz
Adrian Zenz

Les accusations de génocide des États-Unis contre la Chine sont-elles justifiées au regard du droit international ?

par Léa Paris, spécialiste des questions internationales CLC Consulting.

Un constat s’impose : depuis huit mois, les États-Unis multiplient les accusations de génocide à l’encontre de la Chine. Ainsi par exemple, le 19 janvier 2021, Mike Pompeo, alors secrétaire d’État américain sortant, a accusé la Chine de commettre « un génocide » contre les Ouïghours. Pour sa part le 30 mars, le département d’État américain a critiqué, dans son Rapport national 2020 sur les droits de l’homme, la politique génocidaire que le Chine aurait menée au Xinjiiang.

Sur quelles preuves sont fondées les accusations américaines ? Surtout, au regard du droit international, l’État américain peut-il se permettre d’accuser un autre État – en l’occurrence la Chine – de génocide, accusation extrêmement grave ? La population ouïghure a doublé en 40 ans. Selon Mehmet Sukru Guzel, expert turc en droits de l’homme, professeur honoraire de l’Académie internationale des sciences d’Azerbaïdjan et trois fois nominé pour le prix Nobel de la paix, « Mike Pompéo n’a jamais caché sa conviction que le mensonge était un outil de la politique étrangère américaine ».

Toujours selon lui, « le rapport [du département d’État américain] n’utilise le terme génocide que deux fois – une fois dans la préface et l’autre dans le résumé du chapitre sur la Chine ». De telle sorte qu’« une grande partie du rapport traite de questions telles que la liberté d’expression et les élections libres, qui constitueraient une violation flagrante des droits de l’homme, mais ce n’est pas une preuve de génocide.

En fait, les accusations américaines – qu’elles émanent de Mike Pompéo ou du département d’État américain – sont issues d’une seule source : « un article du chercheur allemand Adrian Zenz, publié en juin 2020 et qui s’intitule : Stérilisation, dispositif intra-utérin et contrôle des naissances obligatoire : la campagne du PCC pour réprimer les naissances ouïghoures au Xinjiang ». Mehmet Sukru Guzel indique par ailleurs que les médias américains et anglais – de l’Associated Press à la BBC en passant par CNN –, se sont eux aussi appuyés sur l’article d’Adrian Zenz pour affirmer que la chute du taux de natalité ouïghoure et l’application de mesures de contrôle des naissances dans les comtés ouïghours du Xinjiang constituent des preuves d’une politique de génocide.

Selon Adrian Zenz, le taux de croissance démographique de la population
ouïghoure a brusquement chuté à partir de 2017, et plus particulièrement depuis 2018. Son affirmation s’appuie sur les statistiques 2019 sur la santé publique en Chine. Certes, le taux de natalité des Ouïghours était en baisse en 2017, mais ce n’est pas la conséquence d’un génocide. D’abord, 2017 a été l’année où, pour la première fois, le Xinjiang a commencé à mettre en place le planning familial. Dans le cadre de ce planning familial, un couple de citadins peut avoir deux enfants, tandis qu’un couple vivant en zone rurale peut en avoir trois.

Ensuite, il est important de signaler que, jusque-là, le planning familial ne s’appliquait qu’à l’ethnie han vivant au Xinjiang. Pour rappel, la Chine compte 56 ethnies dont les Hans, la plus importante, qui représente 92% de la population chinoise. Alors que, entre 1979 et 2011, les Hans ont été soumis à la politique de l’enfant unique, les Ouïghours, eux, pouvaient avoir autant d’enfants qu’ils le souhaitaient, tout comme les autres minorités ethniques de la Chine. Enfin, la baisse du taux de natalité au Xinjiang doit être interprétée de façon nuancée : un rapport de l’Académie des sciences sociales du Xinjiang montre qu’en 2017, le taux de natalité au Xinjiang se stabilisait autour de 15‰ ; et qu’en 2018, celui-ci était de 10,69‰, contre 10,94‰ pour l’ensemble de la Chine et 11,9‰ pour les Ouïghours. Autre chiffre qui interpelle : selon les chiffres officiels publiés par le bureau national des statistiques de la Chine, en quarante ans – de 1978 à 2018 –, la population ouïghoure a doublé, passant de 5,55 à 12,80 millions. Et, entre 2010 et 2018, elle a enregistré un taux de croissance de 25,04%, contre 13,99% pour la population totale du Xinjiang et... 2% seulement pour les Hans.

Une question se pose à présent : quel est le degré de fiabilité de l’article d’Adrian Zenz ?

Mehmet Sukru Guzel : « Adrien Zenz n’a pas respecté la règle d’interprétation de
la Convention des Nations Unies sur la prévention et la répression du crime de génocide. »
Dans son article Stérilisation, dispositif intra-utérin et contrôle des naissances obligatoire : la campagne du PCC pour réprimer les naissances ouïghoures au Xinjiang , Adrian Zenz déclare : « Les résultats (ndlr : de nos enquêtes) soulèvent de sérieuses inquiétudes quant à savoir si les politiques que mène Pékin au Xinjiang représentent ce qui pourrait être caractérisé comme une campagne de génocide par le texte de la section D de l’article II de la Convention des Nations Unies sur la prévention et la répression du crime de génocide. »

Pour rappel, le texte de la section D de l’article II de la Convention des Nations Unies sur la prévention et la répression du crime du génocide rappelle que « le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel : [...] d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ».

Pour sa part, Mehmet Sukru Guzel s’est livré à une analyse juridique rigoureuse de la déclaration d’Adrien Zenz, en s’appuyant sur la Convention de Vienne sur le droit des traités (CVDT) – traité-loi qui codifie les traités et les relations internationales juridiques entre les États. Son but était de comprendre si, dans son accusation de génocide à l’encontre de Pékin, Adrian Zenz a correctement interprété la section D de l’article II de la Convention des Nations Unies sur la prévention et la répression du crime du génocide. Il s’est notamment appuyé sur l’article 31.1 de la CVDT selon lequel « un traité doit être interprété de bonne foi suivant le sens ordinaire à attribuer aux termes du traité dans leur contexte et à la lumière de son objet et but ». La conclusion à laquelle il est parvenue est la suivante : Adrien Zenz n’a pas respecté la règle d’interprétation de la section D de l’article II de la Convention des Nations Unies sur la prévention et la répression du crime du génocide.

En effet, il a « omis de mentionner dans son rapport la politique de contrôle des naissances mise en application en Chine ». Or il s’agit d’un point crucial pour déterminer si la Chine a oui ou non l’intention de détruire systématiquement l’ethnie ouïghoure. En se référant à la politique de l’enfant unique, Mehmet Sukru Guzel a précisé : « La Chine a strictement appliqué sa politique de l’enfant unique à la majorité de sa population ; mais elle s’est montrée plus libérale envers les minorités ethniques, y compris les Ouïghours. Le Xinjiang enregistre un taux de croissance démographique positif, la population ouïghoure ayant augmenté plus rapidement que la population non ouïghoure du Xinjiang entre 2010 et 2018. »

Pourquoi une telle omission de la part d’Adrian Zenz ? Selon Mehmet Sukru Guzel, si celui-ci avait fait référence à la manière dont la Chine a appliqué sa politique de contrôle des naissances, son accusation de génocide des Ouïghours à l’encontre de Pékin n’aurait pas été convaincante... Il en résulte que les accusations américaines de génocide à l’encontre de la Chine, qui s’appuient sur un article sans fondement juridique, sont nulles et non avenues dans le système juridique de l’ONU.

Surtout, selon Mehmet Sukru Guzel, «  la communauté
internationale a la responsabilité de protéger le terme génocide
contre toute utilisation abusive de la part des responsables américains, y compris le président Biden, car elle risque de porter atteinte au droit international mais aussi d’attiser les tensions géopolitiques et militaires régionales »
.

Doutes et interrogations en France et en Allemagne

En 2020, l’écrivain français Maxime Vivas [1] a publié Ouïghours – pour en finir avec les « fake news », récit de voyage au Xinjiang où il s’était rendu deux fois. Dans son livre, il a fait part de ses nombreux doutes et interrogations sur les accusations de génocide à l’encontre de la Chine : « Le Xinjiang n’est pas l’Europe sous la botte nazie : dénonciations, otages, destructions de lieux du culte... génocide. La population ouïghoure, qui a plus que doublé en quarante ans, continue à croître plus vite pendant le ’génocide’ que celles des autres régions chinoises. » « Je prends le pari que la vérité s’imposera à la longue. »


[1Ancien référent littéraire d’Attac, Maxime Vivas est auteur de vingt livres dont trois ont été primés et cinq se trouvent dans la bibliothèque du congrès des États-Unis. Il est traduit en treize langues. En 2021, il a co-dirigé un livre collectif publié aux Éditions Delage : La Chine sans œillères. Outre-Rhin, la Commission des droits de l’homme du Bundestag a organisé le 17 mai 2021 une audition publique où sept experts en droit international, droit pénal et droits de l’homme ont été invités à examiner les questions des droits de l’homme au Xinjiang, en Chine. Tous se sont accordés à dire que les preuves du crime de génocide contre les Ouïghours étaient insuffisantes dans les circonstances actuelles. Ils ont en particulier pointé le manque de preuves pour étayer l’affirmation d’une volonté de destruction de la part de Pékin – condition centrale pour déterminer le génocide.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Xinjiang : La Chine rejette catégoriquement toutes les accusations
31 juillet 2019
Actualités
Xinjiang : La Chine rejette catégoriquement toutes les accusations
La question du Xinjiang et des Ouïghours
19 décembre 2019
Actualités
La question du Xinjiang et des Ouïghours
Ouïghours : Adrian Zenz au service du China-bashing
6 avril
Xinjiang
Ouïghours : Adrian Zenz au service du China-bashing
Xinjiang : sécurité et lutte contre la pauvreté
31 août 2020
Actualités
Xinjiang : sécurité et lutte contre la pauvreté

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard