Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

30 novembre - TRACT - Stoppons immédiatement la « désintégration » de la santé publique et le triage social Lire 30 novembre - Samedi 4 décembre, tous avec les soignants pour sauver l’hôpital public Lire 30 novembre - La dangereuse utopie d’une baisse de la consommation - Rapport RTE Lire
AccueilActualités

Forum international : le Xinjiang tel que je l’ai vu

Le 20 mai, l’Association de diplomatie publique chinoise (CPDA) a parrainé un Forum International de haut niveau sur le Xinjiang destiné à contrer la campagne mensongère des Etats-Unis et de ses alliés l’accusant d’emprisonner la minorité ethnique ouïghoure dans des camps de travail et de concentration et de commettre carrément un génocide à leur encontre.

Organisé depuis Kashgar, au Xinjiang, Le forum réunissait des responsables chinois qui venaient de faire le tour de principales villes de la province autonome, ainsi que des experts et des universitaires étrangers l’ayant visitée et dont les témoignages ne correspondent pas du tout au récit des médias occidentaux.

Le président du CPDA, Wu Hailong, ouvrit la vidéoconférence, suivi de trois invités d’honneur : les anciens présidents du Montenegro, Filip Vijanovic, et de Slovénie, Danilo Türk, ainsi que l’ancien Premier ministre de la République kirghize, Djoomart Otorbaev. Connaissant bien le Xinjiang, puisque Kachgar n’est qu’à 400 km de Bichkek, ce dernier souligna l’importance des projets d’infrastructures ferroviaires et routières du projet chinois de Nouvelle route de la soie pour désenclaver leurs pays, prisonniers de vastes chaînes de montagnes. M. Otorbaev insista notamment sur le rôle de l’aéroport international d’Urumqi, capitale du Xinjiang, le plus grand d’Asie centrale.

Parmi les invités étrangers qui se sont exprimés lors de l’événement, on peut citer Rashid Alimov, ancien secrétaire général de l’Organisation de coopération de Shanghai ; des chercheurs de l’Institut Chonyang pour les études financières de l’Université Renmin de Beijing tels que John Ross, ancien directeur de la politique économique et commerciale de Londres et notre collègue, William Jones, responsable du bureau de l’EIR à Washington ; Graham Perry, professeur de résolution de conflits à l’Université de commerce et d’économie internationale ainsi que l’économiste ultra-libéral, Jeffrey Sachs. Christine Bierre, rédactrice en chef de Nouvelle Solidarité qui avait visité le Xinjiang en 2019 avec une délégation d’experts étrangers, figurait également parmi les invités étrangers.

Fondée en 2013, l’Association chinoise de diplomatie publique se définit comme une organisation nationale à but non lucratif comprenant des experts et des universitaires, des célébrités, ainsi que des institutions et des entreprises impliquées dans ce domaine. Elle s’efforce de faire progresser la diplomatie publique chinoise, de renforcer la compréhension mutuelle et l’amitié entre la Chine et le reste du monde, de diffuser l’image positive d’une Chine civilisée, démocratique, ouverte et progressiste, et de créer un environnement international propice au développement pacifique de la Chine.

Qui porte ces accusations contre la Chine au Xinjiang ?

Jan Oberg et Gordon Dumoulin, deux membres de la [Fondation transnationale pour la paix et la recherche sur l’avenir (TFF), basée en Suède : faisaient également partie des invités, ainsi que Thore Vestby, ancien maire et membre du Parlement norvégien. Tous trois ont récemment publié un article intitulé Analyse critique d’un rapport du Newlines l’Institut et du Raoul Wallenberg Center , démentant les accusations portées par ces deux instituts stratégiques, contre la politique de la Chine au Xinjiang.

Bien que TFF déclare d’emblée qu’elle ne prend pas position sur la question de savoir si ce qui se passe au Xinjiang est ou non un génocide, parce que par principe, elle ne se prononce que sur des situations où elle a, elle même, participé à l’enquête, son rapport examine minutieusement la composition et les méthodes de travail de ces deux instituts, The Newlines Institute et le Raoul Wallenberg Center, qui ont rédigé l’un des derniers rapports, supposé « circonstancié », contre la la politique de la Chine au Xinjiang.

Pour résumer leurs conclusions, ce rapport, disent-ils, est le produit d’une coopération entre des individus appartenant à au moins six groupes d’intérêt, ou milieux plus ou moins interconnectés, plus proches de gouvernements, que des organisations non gouvernementales - à savoir le fondamentalisme chrétien, les cercles des faucons néo-conservateurs de la politique étrangère américaine, les Frères musulmans, l’anticommunisme extrême, le lobby pro-israélien, et les droits-de-l’hommistes américains (dont les préoccupations relatives aux droits de l’homme tendent à servir divers types d’interventions des États-Unis d’Amérique).

Ainsi, L’Institut Newlines et l’Université Fairfax de l’Amérique (FXUA) qui lui est affiliée, ont été fondés en 2019 par le Dr Ahmed Alwani. Ken Logerwell, l’un des membres de leur conseil consultatif est également vice-président de la National Security and Innovative Solutions, une société de sécurité liée à la défense. M. Alwani est également vice-président de l’Institut international de la pensée islamique (IIIT), affilié aux Frères musulmans, tandis que son père fut l’un des fondateurs des Frères musulmans aux Etats-Unis. Trois des six membres de la FXUA sont également membres de l’IIIT.

En outre, en 2020, l’Institut Newsline a créé un Groupe de travail des universitaires ouïghours, dont l’un des principaux membres est le Dr Adrian Zenz, le fondamentaliste chrétien à l’origine des informations sur les supposés crimes de la Chine dans le Xinjiang et dont les informations viendraient essentiellement du CHRD (Chinese Human Rights Defenders), un groupe financé par les services de renseignements américains via la National Endowment for Democracy (NED).

Pour ce qui est du Centre Raoul Wallenberg pour les droits de l’homme, sa propre page d’accueil indique quels sont ses centres d’intérêts. Son action est dédiée à la mémoire de l’Holocauste, la lutte contre l’antisémitisme, les questions de droits de l’homme en Russie, en Chine, en Iran, en Corée du Nord, en Arabie Saoudite et au Venezuela. (...) Bref, les ‘bonnes’ questions de droits de l’homme qui intéressent les États-Unis.

En ce qui concerne le rapport lui-même, bien que les auteurs affirment qu’il est fondé sur la consultation de cinquante experts de haut niveau dans tous les domaines pertinents à travers le monde, ainsi que sur l’examen de plus de 10 000 témoignages d’Ouïghours et récits de détenus, l’auteur principal est un certain Yonah Diamond, écrivain prolifique sur les droits de l’homme, qui écrit régulièrement dans Foreign Policy et dans Genocide Watch. Cette dernière est une organisation fondée et présidée par le Dr Gregory Stanton, ancien fonctionnaire du département d’État qui avait prédit l’extermination des Ouighours pour novembre 2020 !

En résumé, les auteurs du rapport de la TFF, Jan Oberg, Gordon Dumoulin, et Thore Vestby, notent le parti pris unique que l’on trouve dans toutes les études et publications de ces deux instituts, contre la Chine, la Russie, et tous ceux que les USA considèrent comme leurs ennemis ou rivaux. Et en effet, la liste des contributeurs, publiée à la fin de leur rapport n’est composée que des Occidentaux ou des personnes appartenant à des institutions occidentales, dont plus de 20 sont basés aux États-Unis et au Canada et un couple au Royaume-Uni. De leur propre aveu, un certain nombre d’entre eux occupent des postes gouvernementaux et sont des partisans de la responsabilité de protéger et/ou de l’interventionnisme.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Gil Pontonnier • 09/07/2021 - 12:52

    encore une fois la désinformation internationale qui pousse ceux qui en tirent bénéfice à entrer en guerre les uns contre les autres... Le terme génocide est galvaudé par rapport aux génocides juifs et arméniens entre autre comme le terme de pandémie alors que les grippes de toutes sortes ont tué plus de gens que le covid...

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus
Sauver la paix contre l'OTAN en 2021 - EJC#56
6 mai
Analyses
Sauver la paix contre l’OTAN en 2021 - EJC#56
Il faut stopper ce train fou avant qu’il ne soit trop tard !
23 mars
OTAN 2030
Il faut stopper ce train fou avant qu’il ne soit trop tard !
Ouïghours : Adrian Zenz au service du China-bashing
6 avril
Xinjiang
Ouïghours : Adrian Zenz au service du China-bashing

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard