Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 décembre - Tabac, alcool et $$$ derrière l’offensive stupéfiante du Cannabiz’ness Lire 30 novembre - Démantèlement d’un cartel de la cocaïne : l’UE se réveille-t-elle ? Lire 29 novembre - Corinne Lepage accuse le nucléaire d’avoir la rage Lire
AccueilActualités

Et si la Crimée n’était ni russe, ni ukrainienne ?

Mars 2014 après le référendum.
Mars 2014 après le référendum.

Juste après la reconnaissance par Moscou des deux territoires prorusses du Donbass, le magazine GEO formulait à merveille la doxa occidentale :

Vladimir Poutine n’a jamais caché son attachement à l’Ukraine qu’il considère comme un territoire d’appartenance russe. Après avoir annexé la Crimée en 2014, l’autocrate semble être en passe d’accomplir ses ambitions expansionnistes.

Pour la « communauté internationale », « l’annexion » de la Crimée démontre clairement que la Russie ne respecte ni le droit international, ni « l’ordre international basé sur des règles ». En effet, la résolution 68/262 adoptée le 27 mars 2014 par l’Assemblée générale des Nations unies, qui évoque « l’intégrité ukrainienne » garantie par le Traité de Budapest de 1994, ainsi que le « caractère illégitime du référendum organisé par les autorités criméennes », affirme que cette annexion est illégale.

Le 1er février, le site de l’OTAN rappelait une fois de plus qu’«  en signant l’Acte fondateur OTAN-Russie, la Russie s’était engagée à s’abstenir de recourir à la menace ou à l’emploi de la force contre les pays membres de l’OTAN ou tout autre État. En annexant illégalement et illégitimement la Crimée, qui fait partie du territoire d’un État souverain, elle a trahi cet engagement ».

Du coup, pour bon nombre d’acteurs occidentaux, le « retour » de la Crimée à l’Ukraine reste une des conditions essentielles et quasiment non-négociables d’une paix durable.

Or, en résumant l’histoire réelle de la Crimée, dans son excellent livre Poutine, maître du jeu ? (Max Milo, 2022), Jacques Baud, un ancien colonel du renseignement militaire suisse ayant travaillé en Ukraine, notamment dans le cadre de l’OTAN, nous oblige à revoir totalement cette vision manichéenne occidentale.

Extrait :

(à partir de la p. 150)

Poutine, maître du jeu ? Livre de Jacques Baud (Max Millo, 2022).
Poutine, maître du jeu ? Livre de Jacques Baud (Max Millo, 2022).

On présente toujours la sécession de la Crimée comme un « coup de force » organisé par la Russie, expliqué – selon Pascal Boniface – par le fait que la Russie la considère comme russe parce qu’elle est peuplée de Russes. C’est évidemment faux.

Un examen plus honnête de l’Histoire récente impose un regard plus nuancé et moins partisan que ce que les propagandistes et révisionnistes occidentaux racontent pour condamner la Russie.

Ce qui a conduit à cette situation est qu’avant 2014, le droit n’a pas été respecté, ni par les Soviétiques, ni par les Ukrainiens, et que les Criméens ont exprimé à plusieurs reprises et massivement leur volonté d’être gouvernés par Moscou.

En premier lieu, il faut rappeler que la cession de la Crimée à l’Ukraine en 1954 n’était pas légale. Elle avait certes reçu l’approbation du Praesidium du Soviet suprême, le 19 février 1954, mais elle n’a été approuvée ni par le Soviet suprême de l’URSS, ni par celui de la République de Russie, ni par celui de la République d’Ukraine.

Officiellement présenté comme un cadeau à l’Ukraine à l’occasion du 300e anniversaire de ses liens avec la Russie, ce transfert semble avoir été motivé, en fait, par l’intérêt personnel de Khrouchtchev qui voulait l’appui de l’Ukraine au sein du Politburo, comme l’explique Mark Kramer, du Wilson Center.

Quoi qu’il en soit, cette cession n’a jamais été perçue comme légitime par la population criméenne, qui n’avait jamais été sous l’autorité de Kiev auparavant. De fait, elle illustre les dysfonctionnements du système communiste de l’époque, qui semblent étrangement trouver l’approbation des « experts » d’aujourd’hui !

Chronologie diffusée par l'Ambassade de Russie en France.
Chronologie diffusée par l’Ambassade de Russie en France.

Le 20 janvier 1991, soit avant l’indépendance de l’Ukraine, les Criméens sont invités à choisir entre deux options : rester avec Kiev ou revenir à la situation d’avant 1954 et être administrés par Moscou. La question posée sur les bulletins de vote est alors :

Etes-vous favorable au rétablissement de la République socialiste soviétique autonome (RSSA) de Crimée en tant que sujet de l’Union soviétique et membre du traité de l’Union ?

C’est le premier référendum d’autonomie en URSS, et les Criméens acceptent à 93,6 % (avec une participation de 81,3 % de la population) d’être rattachés à Moscou. La RSSA Crimée, abolie en 1945, est ainsi rétablie le 12 février 1991 par le Soviet suprême de la RSS d’Ukraine. Le 17 mars, Moscou organise un référendum pour le maintien de l’Union, qui sera accepté par l’Ukraine. A ce stade, la Crimée dépend de Moscou et non plus de Kiev, tandis que l’Ukraine n’est pas encore indépendante.

L’Ukraine organise alors « son » référendum pour l’indépendance, où la participation des Criméens est faible, car ils sont déjà indépendants et ne se sentent plus concernés.

L’Ukraine devient indépendante six mois après la Crimée, et après que cette dernière a proclamé sa souveraineté, le 4 septembre.

Le 26 février 1992, le parlement de Crimée proclame la « République de Crimée » avec l’accord du gouvernement ukrainien, qui lui octroie le statut de République autogérée.

Le 5 mai 1992, la Crimée déclare son indépendance et adopte une Constitution. La ville de Sébastopol, gérée directement par Moscou dans le système communiste, a une situation analogue, ayant été intégrée par l’Ukraine en 1991 en dehors de toute légalité. Les années suivantes sont marquées par un bras de fer entre Simféropol (capitale de Crimée) et Kiev (capitale d’Ukraine), qui veut garder la Crimée sous son contrôle.

En 1994, en signant le Mémorandum de Budapest, l’Ukraine abandonne les armes nucléaires de l’ex-URSS restées sur son territoire, en échange de « sa sécurité, son indépendance et son intégrité territoriale ». A ce stade, la Crimée considère qu’elle ne fait – de jure – plus partie de l’Ukraine et donc, qu’elle n’est pas concernée par ce traité. De son côté, le gouvernement de Kiev se sent renforcé par le mémorandum. C’est pourquoi, le 17 mars 1995, il abolit de force la Constitution de Crimée, envoie ses forces spéciales pour destituer Youri Mechkov, président de la Crimée, et annexe de facto la République de Crimée, déclenchant des manifestations populaires pour le rattachement de la Crimée à la Russie. Un événement à peine relevé par les médias occidentaux.

La Crimée est alors gouvernée de manière autoritaire par décrets présidentiels de Kiev. Cette situation pousse le Parlement de Crimée à formuler une nouvelle constitution en octobre 1995, qui rétablit la République autonome de Crimée. Cette nouvelle Constitution est ratifiée par le Parlement de Crimée le 21 octobre 1998. Ces événements et les inquiétudes de la minorité russophone conduisent à la signature d’un Traité d’amitié entre l’Ukraine et la Russie, le 31 mai 1997. Craignant alors une sécession de la Crimée, l’Ukraine y inclut le principe de l’inviolabilité des frontières, en échange – et c’est important – d’une garantie de « la protection de l’originalité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse des minorités nationales sur leur territoire ».

Mais, le 23 février 2014, non seulement les nouvelles autorités de Kiev sont issues d’un coup d’Etat qui n’a strictement rien de constitutionnel et n’ont donc pas été élues, mais, en abrogeant la loi sur les langues officielles, ne respectent plus cette garantie du traité de 1997. Les Criméens descendent donc dans la rue pour revendiquer le « retour » à la Russie qu’ils avaient obtenu trente ans plus tôt.

Le 4 mars 2014, lors de sa conférence de presse sur la situation en Ukraine, un journaliste demande à Vladimir Poutine « Comment voyez-vous l’avenir de la Crimée ? Envisagez-vous la possibilité qu’elle rejoigne la Russie ? », il répond :

Non, nous ne l’envisageons pas. D’une manière générale, je crois que seuls les résidents d’un pays donné qui sont libres de décider et en tout sécurité, peuvent et doivent déterminer leur avenir. Si ce droit a été accordé aux Albanais du Kosovo, si cela a été rendu possible dans de nombreuses parties du monde, alors personne n’exclut le droit des nations à l’auto-détermination, qui, pour autant que je sache, est fixée par plusieurs documents de l’ONU. Cependant, nous ne provoquerons en aucun cas une telle décision et n’alimenterons pas de tels sentiments.

Le 6 mars 2014, le Parlement de Crimée décide d’organiser un référendum populaire afin de choisir entre rester dans l’Ukraine ou demander le rattachement à Moscou. C’est à l’issue de ce scrutin que les autorités de Crimée font la demande à Moscou d’un rattachement à la Russie.

Avec ce référendum, la Crimée n’a fait que récupérer le statut qu’elle avait acquis légalement juste avant l’indépendance de l’Ukraine (mais que cette dernière n’a jamais respectée), en renouvelant sa demande d’être rattachée à Moscou, comme en janvier 1991.

D’ailleurs, l’accord entre l’Ukraine et la Russie pour le stationnement de troupes en Crimée et à Sébastopol renouvelé en 2010, courait jusqu’en 2042. La Russie n’avait donc a priori aucune raison de revendiquer ce territoire. C’est la population de Crimée, qui s’est légitimement sentie trahie par le gouvernement de Kiev, qui a saisi l’opportunité de faire valoir ses droits.

Ainsi, la soi-disant « opération spéciale » dénoncée par les Occidentaux, est en fait le résultat d’une succession de violations du droit et des intérêts du peuple de Crimée, depuis l’époque soviétique et avec la complicité d’Occidentaux qui rejettent le droit international à seule fin de combattre la Russie. (…)

Tout le narratif sur « l’annexion » de la Crimée en Occident repose sur une réécriture de l’Histoire et sur l’occultation du référendum de 1991, qui a bel et bien existé et qui était parfaitement valide.

Seuls les historiens et journalistes honnêtes évoquent cet épisode de l’histoire récente de la Crimée... mais ils sont bien peu nombreux !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Chipponi • 04/09/2022 - 21:31

    L’auteur de cet écrit est pro-russe.C’est navrant !

    Répondre à ce message

  • Tadeusz G ?owacki • 13/06/2022 - 07:14

    Ka ?de mocarstwo ma swoj ? stref ? wp ?ywów. Problem w tym, ?e USA ro ?ci sobie prawo do takiej strefy obejmuj ?cej dos ?ownie ca ?y ?wiat i od dawna narusza rosyjskie interesy w regionie oraz zagra ?a bezpiecze ?stwu tego pa ?stwa.
    Co by by ?o gdyby Rosja chcia ?a wci ?gn ?? w pakt wojskowy s ?siada USA i budowa ? u niego bazy wojskowe ?
    Zejd ? na ziemi ? i zacznij patrze ? obiektywnie na otaczaj ?cy ci ? ?wiat.
    Wyspy Salomona te ? maj ? prawo do samostanowienia ?

    Répondre à ce message

  • Tadeusz G ?owacki • 13/06/2022 - 07:26

    Putin w rozmowie z sekretarzem generalnym ONZ Antonio Guteresem powiedzia ? : Osobi ?cie czytam dokumenty Mi ?dzynarodowego Trybuna ?u Sprawiedliwo ?ci ONZ dotycz ?cej sytuacji w Kosowie. Doskonale pami ?tam decyzj ? Mi ?dzynarodowego Trybuna ?u Sprawiedliwo ?ci która stwierdza, ?e korzystaj ?c z prawa do samostanowienia, terytorium ?adnego pa ?stwa nie ma obowi ?zku ubiegania si ? o pozwolenie na og ?oszenie swojej suwerenno ?ci centralnej. To jest powiedziane w odniesieniu do Kosowa i jest to decyzja mi ?dzynarodowego s ?du. I t ? decyzj ? wszyscy poparli.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Jacques Baud et Guy Mettan : le conflit en Ukraine, c’est l’arbre qui cache la forêt
18 mai
Conférence au Dialogue franco-russe
Jacques Baud et Guy Mettan : le conflit en Ukraine, c’est l’arbre qui cache la forêt
Eric Denécé : l'Ukraine, un conflit qui aurait dû être évité
31 mai
Actualités
Eric Denécé : l’Ukraine, un conflit qui aurait dû être évité
En 2019, un think-tank de l’Armée américaine a écrit le script du conflit en Ukraine
7 mai
Actualités
En 2019, un think-tank de l’Armée américaine a écrit le script du conflit en Ukraine
Ralph Bosshard : les Etats-Unis utilisent l’Ukraine pour faire la guerre à la Russie
12 juin
Actualités
Ralph Bosshard : les Etats-Unis utilisent l’Ukraine pour faire la guerre à la Russie

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard