Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

9 décembre - L’Algérie saura-t-elle contourner le piège des « révolutions de couleur » ? Lire 7 décembre - Assises de l’économie de la mer : la communauté maritime française à l’offensive Lire 7 décembre - Conférence de Jacques Cheminade, samedi 21 décembre à Le Quesnoy (59) Lire
AccueilActualité

Éoliennes : la face noire de la transition écologique

Crédit : Yann Gar

A propos du livre Éoliennes – la face noire de la transition écologique, de Fabien Bouglé.

Par Pierre Bonnefoy

Crédit : Editions du Rocher

Si vous cherchez des arguments contre les éoliennes, ne vous adressez pas à l’industrie du nucléaire, mais plutôt aux écologistes eux-mêmes. C’est ce qu’a fait Fabien Bouglé dans son livre qu’il convient de lire avec celui de Guillaume Pitron, La guerre des métaux rares, ainsi que celui du géographe Christophe Guilluy, La France périphérique.

La promotion des aérogénérateurs (les éoliennes) est révélatrice de la fracture dans la population française analysée par Guilluy. Pour le dire de manière schématique, elle est essentiellement le fait d’une population urbaine, aisée, écolo et voulant imposer de manière fort peu démocratique un changement de société… pour les autres, car ce n’est pas dans nos métropoles qu’on pourrait installer des éoliennes.

Cependant, même si une telle politique a été acceptée au départ par certaines populations rurales volontaires pour « jouer le jeu de la transition écologique », il s’avéra rapidement que le rêve d’une « énergie propre » tourna vite au cauchemar et entraîna un rejet massif en dehors des centres urbains :

« Fin 2018, en pleine crise des Gilets jaunes, le CESE (Conseil économique social et environnemental) avait ouvert une consultation sur plusieurs thèmes dont les questions de la transition écologique. A l’issue de trois semaines de consultation par Internet, parmi les neuf mille contributions déposées par les citoyens, « la fin des subventions à l’éolien » est celle qui avait recueilli le plus de suffrages avec trois mille votes. »

De très nombreuses associations écologistes locales anti-éoliennes ayant déposé des recours ces dernières années pour s’opposer à l’implantation d’aérogénérateurs terrestres et maritimes, la réponse du gouvernement a été purement et simplement de passer en force en court-circuitant la convention d’Aarhus, pourtant signée par la France, qui organise la participation des populations locales aux décisions impactant leur environnement :

« Fin 2018, le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a promulgué un décret au Journal officiel qui supprime le premier degré de juridiction pour les recours contre l’implantation des aérogénérateurs terrestres »

Pourquoi un tel rejet de la part des populations en première ligne ? Pour des raisons très simples à comprendre : les éoliennes sont nocives pour l’environnement, pour la santé des populations, et pour la biodiversité. Exactement le contraire de ce que prétendent les partis écologistes et les ONG avec lesquels Fabien Bouglé n’est pas tendre, mettant en évidence de nombreux conflits d’intérêts :

 L’activisme chevronné du parti EELV et de Greenpeace à soutenir le développement de l’éolien industriel et leurs relations avérées avec les promoteurs éoliens n’est pas sans susciter de questionnements quant à la sincérité de leur engagement pour la défense de la nature et des écosystèmes. Les liens et les partenariats financiers existant entre les industriels du vent et certaines associations ou ONG environnementales remettent largement en cause l’objectivité et la légitimité du combat de ces dernières dont les intérêts semblent être bien éloignés de la défense de la nature.

Pas écologiques les éoliennes

Il serait un peu long de présenter ici tous les problèmes environnementaux et sanitaires posés par les éoliennes et recensés dans ce livre. En ce qui concerne l’utilisation des métaux et terres rares inhérents à cette technologie – et qui nécessitent des activités minières extrêmement polluantes – Bouglé nous renvoie au livre de Guillaume Pitron très bien documenté sur le sujet. Certains pourraient objecter sur ce point qu’on sait aujourd’hui se passer des métaux rares pour les aimants utilisés dans les éoliennes, mais il ne faudrait pas oublier toute l’infrastructure informatique qui accompagne nécessairement le raccordement au réseau de sources d’électricité intermittentes...

La question du recyclage des éoliennes montre de manière ironique qu’il n’existe pas d’énergie renouvelable. La durée de vie des éoliennes n’est que de 20 ans et leur démantèlement pose des problèmes autrement plus compliqués que celui des centrales nucléaires, vue la quantité de matière infiniment plus grande qu’elles représentent. « Par ailleurs, selon des études réalisées par les experts de l’armée allemande, la Bundeswehr, les poussières provenant de l’incinération de fibres de carbone comme celles des pales d’éoliennes sont considérées comme extrêmement dangereuses pour la santé car elles provoquent un cancer comparable à l’effet de l’amiante. La seule solution aujourd’hui est donc l’enfouissement. » Les pales des éoliennes ne sont donc pas recyclables.

Le comble, c’est que vue l’intermittence de l’électricité produite par les éoliennes (puisque le vent ne souffle pas de manière continue), cette source d’énergie doit être couplée de toutes façons à des centrales thermiques et/ou nucléaires, pour assurer une fourniture constante. Résultat : l’Allemagne qui est le champion des éoliennes en Europe, voit ses émissions de gaz carbonique augmenter malgré ses objectifs de réduction annoncés.

Bouglé consacre également un chapitre au problème des infrasons engendrés par le mouvement des pales des éoliennes. Ce sont des sons dont la fréquence est trop basse pour que nous puissions les entendre. Cependant, ces vibrations inaudibles ont des effets physiologiques connus depuis longtemps des militaires qui ont étudié les armes à énergie dirigée. Des êtres humains soumis à certains infrasons peuvent développer différentes formes de pathologie comme des nausées ou des dépressions.

Certains médecins un peu méprisants invoquent un certain « effet nocebo » selon lequel les pathologies observées au voisinage des éoliennes résulteraient de l’hostilité des patients concernés envers l’innocente technologie des aérogénérateurs – une sorte de placebo à l’envers en quelque sorte. Cette hypothèse tient d’autant moins la route que les premières victimes étaient des agriculteurs convaincus par les arguments écologistes et volontaires pour avoir des éoliennes sur leur propriété.

Par ailleurs, il serait absurde d’invoquer un effet nocebo pour des animaux qui ont fait l’objet de nombreuses études citées dans ce livre. L’une d’entre elle mentionne par exemple une surmortalité dans des élevages bovins. A cela il faut également ajouter des atteintes à la faune sauvage terrestre, aérienne ou maritime, y compris concernant des espèces protégées. Assez curieusement, ce dernier point ne semble pas trop émouvoir les grandes associations écologistes d’habitude si promptes à réagir sur ce genre de problème.

Coûteuses les éoliennes

Les raisons pour lesquelles l’électricité est deux fois plus chère en Allemagne qu’en France sont en général bien connues : pour pouvoir lancer une filière éolienne il faut la subventionner massivement. Cependant, l’idéologie verte et l’idéologie économique de la concurrence libre et non faussée se conjuguent pour organiser un véritable pillage de la nation.

Depuis la crise de l’électricité de Californie des années 2000, où la société Enron tristement célèbre a joué un rôle d’acteur de premier plan, on sait que l’ouverture à la concurrence des marchés de l’électricité ne fonctionne pas. C’est pourtant ce que l’on fait en Europe et en France, en cassant le monopole d’Etat d’EDF que le monde entier nous enviait. C’est en poussant l’opérateur historique à la faillite qu’on organise la « transition énergétique] ». EDF revend à bon marché ce qu’elle achète cher !

« En général, les fournisseurs historiques d’électricité (comme EDF ou Hydro-Québec) se trouvent dans l’obligation de se porter acquéreurs d’électricité d’origine éolienne à un tarif supérieur à celui fixé par le prix SPOT. La différence entre le prix SPOT et le tarif subventionné sera alors répercutée sur la facture d’électricité des consommateurs, ou sur les impôts payés par les contribuables, et constituera pour le promoteur éolien des profits supplémentaires. »

Bien que la technologie éolienne soit désormais considérée comme « mature » économiquement, c’est-à-dire n’ayant plus besoin d’être subventionnée, l’Etat français a pris des engagements de longue durée pour la soutenir :

« (…) la somme totale des subventions de l’Etat accordée au titre des engagements passés pour les vingt prochaines années à la production d’électricité d’origine renouvelable représente cent vingt milliards d’euros (notamment pour l’éolien terrestre et le photovoltaïque) soit entre cinq milliards cinq cent millions et sept milliards d’euros par an pour les prochaines années. »

Et les justifications du gouvernement mettent surtout en lumière son absence totale de vision économique :

La raison invoqué par le gouvernement et le ministère de l’Ecologie pour justifier l’attribution de ce tarif quatre à cinq fois supérieur au prix SPOT était la création d’une filière industrielle française de l’éolien en mer. Mais compte tenu de la vente des fleurons industriels comme Alstom ou Areva ER, il est établi aujourd’hui qu’aucun acteur industriel français ne participera à la construction de ces centrales éoliennes.

Pour Fabien Bouglé, les éoliennes constituent une bulle qui a déjà commencé à éclater. Les pays pionniers dans ce domaine comme l’Allemagne réduisent drastiquement leurs investissements.

« Depuis 2015, on assiste d’ailleurs à un ralentissement mondial des nouvelles installations d’éoliennes, installations qui sont passées de 63,6 gigawatts en 2015 à 51,3 gigawatts en 2018, soit une baisse de presque 20 % en trois ans. »

Cependant, pour les promoteurs d’éoliennes, il reste encore quelques pays du monde à exploiter, où l’investissement éolien a été jusqu’à présent relativement réduit. Parmi ces pays, la France est une cible privilégiée.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

L'éclairage de Jacques Cheminade #8

Qui veut un fascisme vert ?
14 août
Analyses
L’éclairage de Jacques Cheminade #8
Qui veut un fascisme vert ?
Quand la spéculation se rue sur l'électricité
5 juin
Documents de fond
Quand la spéculation se rue sur l’électricité
Sortons du piège de la finance verte
26 novembre
Conférence S&P
Sortons du piège de la finance verte
L'utopie suicidaire du mix énergétique 100 % renouvelable
21 janvier 2016
Science
L’utopie suicidaire du mix énergétique 100 % renouvelable
Macron : sa transition énergétique et la nôtre
18 décembre 2018
Analyses
Macron : sa transition énergétique et la nôtre
La « finance verte », bouée de sauvetage ultime du Titanic ?
1er novembre
Politique
La « finance verte », bouée de sauvetage ultime du Titanic ?

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard