Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

19 octobre - Squid Game,
le jeu de l’oligarchie Lire
19 octobre - Et si on s’inspirait de la Chine ! Lire 16 octobre - Ce n’est pas le climat qui nous menace, mais ceux qui s’en servent comme prétexte pour nous détruire Lire
AccueilActualités

Entretien avec Fabrice Grimal


Dans le cadre de l’union nationale que nous nous efforçons de susciter dans le contexte des prochaines élections, nous avons interrogé François Asselineau puis Alexandre Langlois, tous deux candidats à la présidentielle. Voici le tour de Fabrice Grimal, entrepreneur et écrivain, candidat présidentiel de La Concorde Citoyenne (entretien paru dans notre mensuel Nouvelle Solidarité, n°8 - septembre 2021).


Nouvelle Solidarité : Quel est votre projet politique et quelles seraient vos premières initiatives si vous êtes élu président de la République ?

Cet entretien est tiré de notre mensuel Nouvelle Solidarité n° 8, Septembre 2021. Abonnez-vous ici !
Cet entretien est tiré de notre mensuel Nouvelle Solidarité n° 8, Septembre 2021. Abonnez-vous ici !

Fabrice Grimal : Le « programme des programmes » que je défends a été élaboré par quatre groupes très différents [1], autour des principes de la justice sociale, fiscale et environnementale, de la souveraineté du peuple (l’autre nom de la démocratie réelle) et de l’indépendance de la nation, condition qui les regroupe toutes. Ces objectifs nécessitent un important rééquilibrage fiscal, le sauvetage et la consolidation d’un certain nombre de services publics, des renationalisations de souveraineté et l’amorce de la réindustrialisation de notre pays. Cela implique bien entendu la fin de l’Union européenne telle qu’on la connaît, le retour d’une banque centrale nationale et de notre souveraineté monétaire, ainsi que la reprise en main de notre défense.

Nous portons par ailleurs une série de grands projets, allant de la durabilité agroécologique au « plan grande pauvreté » pour sortir 100 000 sans-abris de la rue, en passant par la mise en place de l’Internet souverain français. Enfin, nous nous donnons les moyens d’une réelle indépendance de la justice ainsi que d’un renouveau démocratique, par la refonte de nos institutions vers une implication équilibrée autant que décisive du citoyen. En plus du RIC, les dix plus grands points de ce programme seront par conséquent soumis aux Français par référendum. Mes premières initiatives seront de nommer un gouvernement compétent (incroyable !) et de préparer les premières consultations, à commencer par celle qui lancera le processus de notre affranchissement européen, ce qui autorisera la mise en place des mesures les plus élémentaires pour répondre aussi vite que possible à l’urgence sociale qui accable notre pays.

Vous évoquez un véritable clivage politique entre la population et ses dirigeants. Comment en définissez-vous les fondements ?

Fabrice Grimal fait partie des cinq personnalités qui interviendront à notre conférence de rentrée du 25 septembre. Programme et inscription ici.
Fabrice Grimal fait partie des cinq personnalités qui interviendront à notre conférence de rentrée du 25 septembre. Programme et inscription ici.

Il s’agit d’un constat tout simple que je suis loin d’être le seul à partager : la fracture n’a jamais été aussi béante entre la population et celle qui se fait encore appeler son « élite », au sens large qui inclut le personnel politique, l’oligarchie industrielle et les médias, déconsidérés comme jamais et d’ailleurs suspendus aux perfusions financières des deux premiers. Conscient que tous les blocages accumulés avaient mené le système politique français à sa phase terminale, mais que les forces en présence étaient trop importantes pour rendre probable un changement de cap en douceur par la voie classique de l’élection, j’en avais tiré mon premier ouvrage, intitulé Vers la révolution, et si la France se soulevait à nouveau ? paru au début de l’année 2018, quelques mois avant l’apparition des Gilets jaunes. Deux événements majeurs avaient en effet coupé le dernier cordon de confiance qui reliait les Français et leurs dirigeants : la gestion de la crise financière de 2008 (toujours pas résolue) et quelques années plus tôt, un certain 29 mai 2005 qui a entériné une dépossession démocratique quasi-définitive.

Qu’entendez-vous exactement par « dépossession démocratique » ? Après avoir voté « oui » au référendum de 2005, qu’est-ce qui vous a fait changer ?

Soyez indulgent, j’étais jeune à l’époque… Cette dépossession s’exprime par la perte de sens du vote, jusqu’à faire du vote blanc un fétiche, et le jeu pervers de cette alternance obligatoire, aujourd’hui ce centrisme obligatoire qui met en scène un « cercle de la raison » fantasmé contre des « extrêmes » qui jouent son jeu la plupart du temps. À quoi bon voter si ce sont toujours les mêmes politiques qui sont proposées ou à peu près, et si tout se décide ailleurs, à Bruxelles, Washington ou La Défense ?

Vous m’avez demandé ce qui m’a fait changer de braquet. À l’époque, j’avais certes « perdu » ce référendum de mon point de vue, mais la désinvolture avec laquelle nos dirigeants se sont tous assis sur le vote populaire m’a rapidement mis la puce à l’oreille. Lorsque Giscard a lâché que le nouveau texte serait identique alors que Sarkozy avait promis que ce ne serait pas le cas, et que j’ai compris que les promesses de notre président de régler le problème à lui tout seul n’étaient qu’un copié-collé de ce que les autres dirigeants européens avaient raconté à leurs peuples, j’ai eu l’intuition que le système bruxellois, que je tolérais jusqu’alors mais dans lequel je voyais tout de même un « cadre mental obligatoire » (Hubert Védrine), n’était pas forcément conforme à la publicité qui en était faite, alors j’ai eu envie d’aller voir sous le capot. Puis la crise de 2008 a démontré une gestion calamiteuse par la BCE au profit exclusif des banques, et c’est à cette période que j’ai compris le rôle néfaste de l’euro dans notre déclin économique.

Faut-il rompre avec les critères importés des écoles de commerce et d’administration, et si oui comment ?

Comme leur nom l’indique, ces écoles apprennent à leurs étudiants à commercer et à administrer, et ils devraient s’en tenir là. Les critères que vous évoquez peuvent être efficaces dans de nombreux domaines mais ils ne doivent pas entraver le champ de la décision politique qui ne saurait être l’objet d’un quelconque formatage. Au fond, on pose ici la question du renouvellement et de la diversification du personnel politique. Même si leurs connaissances ont souvent une grande utilité, le fait qu’ils soient tous biberonnés sur le même modèle ou presque (ENA, écoles d’ingénieur ou de commerce, Sciences Po, avocats…) n’a jamais rien apporté de bon car il faut multiplier les points de vue pour la saine direction d’un État. Notre expérience avec La Concorde Citoyenne a démontré que des Français de toutes classes et de tous horizons pouvaient élaborer un programme riche et argumenté autant voire davantage que ceux des politiciens professionnels, tout en étant beaucoup plus proche des véritables aspirations du peuple, telles qu’exprimées dans les derniers mouvements sociaux ou les revendications du « Vrai débat ».

Pensez-vous que le peuple soit, par nature, conscient de ses intérêts ?

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas toujours conscient de ses intérêts de peuple (sauf cas évident de la guerre) et lorsque c’est le cas, il souffre de la déficience classique de toute masse ou majorité pour se donner une cohérence. Mais chacun reste conscient de son intérêt propre, familial et professionnel et de ceux de ses proches. L’intérêt du pouvoir est de maintenir les gens divisés pour qu’ils ne prennent pas conscience que, le plus souvent, leurs intérêts convergent. Les Gilets jaunes et le chamboulement dû à l’arrivée du virus ont permis ce petit miracle et le soufflé n’est pas près de retomber.

Comment pourrez-vous obtenir les parrainages des maires ?

Il faut pour cela constituer une équipe fiable avec un maillage territorial serré, puisqu’il faut à tout candidat 500 parrainages répartis sur 30 départements. Le défi est encore plus dur à relever cette année avec la modification de la procédure de signature (envoi direct d’un formulaire officiel aux maires un mois avant la clôture des parrainages). Nous avons cependant bon espoir d’y arriver puisque La Concorde Citoyenne, le nouveau parti créé pour soutenir le « programme des programmes » et ma candidature, reçoit des soutiens venus de toute la France.

Votre « rassemblement d’union » va devenir, dites-vous, un parti présidentiel ? Comment allez-vous faire ?

Nous allons le créer tout simplement, lors d’un congrès qui s’annonce dans les semaines qui viennent. Nous nous en serions bien passés mais nous n’avons hélas pas le choix. Les règles de financement de la vie politique et des campagnes, particulièrement la présidentielle, impliquent en effet le soutien d’un parti, sinon autant essayer de jouer du piano avec un seul doigt.

Quelle influence exerce sur vous la pensée de Simone Weil ?

Dans ma conception de la philosophie, le fétichisme des systèmes doit toujours céder la place à l’observation et à l’intuition, dans la quête d’une vérité forcément partielle ou temporaire mais qui puisse être utile à d’autres, sur notre chemin dans le grand tout de la société humaine ou de l’espace métaphysique. Simone Weil résonne forcément en moi de ce point de vue. J’apprécie son amour de la vérité, sa simplicité, sa capacité à fréquenter tous les milieux et à considérer tous les points de vue pour formuler des synthèses qui font mouche instantanément sans avoir la prétention d’élaborer des systèmes purs et parfaits qui ne sont que des fictions. Écrite sur une courte période, son œuvre est prolifique. J’en retiens et je conseille la lecture de sa « Note sur l’interdiction des partis politiques » qui, sans résoudre la tension entre la formation individuelle d’une idée et son élaboration collective (personne n’y est jamais arrivé), décrit par le menu et avec une finesse chirurgicale les conditionnements mentaux qu’impose le plus souvent la « forme parti » et le poids qu’ils font peser sur l’exercice serein de la démocratie. Je considère aussi L’Enracinement comme l’une de ses œuvres majeures, pour son étude éloquente des besoins fondamentaux de l’homme. Tout y est.

Vous êtes candidat aux élections présidentielles mais, dans certaines de vos interventions, vous sembliez considérer que ce n’était pas la question fondamentale aujourd’hui. Pourquoi ?

Lorsque j’ai défendu mon premier ouvrage sur certains plateaux, j’expliquai ce dont je suis toujours convaincu, à savoir que les blocages sont trop importants pour être réglés à court ou moyen terme, et que l’élection présidentielle dans ce contexte est une impasse, quand bien même elle est l’élection centrale qui conditionne tout le reste. C’est pourquoi nous avons voulu travailler sur le « quoi » avant le « qui », formuler les meilleures propositions pour demain avec les citoyens les plus impliqués. Mais qu’on le veuille ou non, l’élection présidentielle se profile. Certains veulent la boycotter, mais ils seront mangés tout crus en 2022, comme les autres. Imagine-t-on que trois ans après le déclenchement du plus grand mouvement social depuis Mai 68 et deux ans après l’aboutissement du Brexit, cette élection ne voie aucun candidat se revendiquer de ces deux faits majeurs ? C’est pourquoi nous avons fait malgré tout le choix d’y aller, de désigner un « qui » pour porter ce projet populaire, puisqu’aucun politicien professionnel n’en est capable ou n’en a la volonté. Nous avons aussi en tête la crainte que cette élection soit la dernière à notre portée, qu’en 2027, il faudra peut-être 1000 signatures aux candidats et que le vote sera intégralement électronique, donc que toute confiance dans les institutions sera définitivement perdue. Surtout si Emmanuel Macron mène grand train sa politique de destruction et de division de la société pendant cinq années supplémentaires.

Vous appelez à des compromis avec « les plus malins du CAC40 et les cadres ». Comment concevez-vous ces compromis ?

Tout changement majeur implique plusieurs classes de la société, et celui que nous appelons de nos vœux impliquera nécessairement certaines classes favorisées (en voie de déclassement ou non) qui, pour plusieurs raisons qu’il serait trop long d’expliquer ici, peuvent fraterniser avec la cause du peuple. Ils ne nous rejoindront, ils ne prendront le risque de nous rejoindre contre leurs milieux, leurs castes et parfois contre eux-mêmes que si nous leur garantissons le sérieux, l’ordre et la méritocratie (la vraie). Beaucoup de celles et ceux qui se sont hissés dans les 10 % sont conscients qu’ils n’ont d’utilité sociale que comme valets de pied du 1 %, et leur honneur de Français les titille. Ils sont souvent sensibles à nos valeurs et nos principes, et comme nous, ils ont chaque jour à l’esprit l’avenir de leurs enfants, qui est loin d’être garanti. Le déclin terminal de notre pays ne les fait pas tous rire. Une minorité de ces gens-là nous suffira, car ils ont les moyens de leur révolte. Il y a ceux qui avaient déjà rejoint les Gilets jaunes, et maintenant ceux qui s’éveillent depuis le Covid. La prochaine vague sera, je l’espère, décisive.

Conférence de rentrée de Solidarité & Progrès : inscrivez-vous !


[1S&P a participé à ces échanges en présentant les points essentiels de son programme, sans toutefois endosser la candidature de M. Grimal.

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Fabrice Grimal : la souveraineté commence par la monnaie
2 octobre
Actualités
Fabrice Grimal : la souveraineté commence par la monnaie

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard