Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

5 décembre - Climat : l’ex-conseiller d’Obama affirme qu’on ignore (presque) tout Lire 5 décembre - Jacques Cheminade : en Turquie avec le Parti Vatan Lire 4 décembre - Tabac, alcool et $$$ derrière l’offensive stupéfiante du Cannabiz’ness Lire
AccueilActualités

En 2019, un think-tank de l’Armée américaine a écrit le script du conflit en Ukraine

En 2019, à la demande des plus hautes instances de l’Armée américaine, la RAND Corporation, un des think tank les plus puissants du monde (voir encadré à la fin de cet article), a publié une étude confidentielle destinée aux responsables politiques américains.

Aujourd’hui, avec le recul historique, l’étude, une liste de mesures visant à déstabiliser et à ruiner la Russie, se lit comme la check-list dont l’oligarchie coche une par une les cases... Du moins, tant que nous la laissons faire.

Cliquez sur l'image pour télécharger en PDF le rapport complet de 354 pages en EN.
Cliquez sur l’image pour télécharger en PDF le rapport complet de 354 pages en EN.

Intitulée « Extending Russia, Competing From Advantageous Grounds » (Susciter l’extension de la Russie, lui faire concurrence depuis une position avantageuse), cette étude de 354 pages [1] fit alors peu de bruit et ce n’est qu’en avril de cette année, lorsque certains médias russes s’y intéressent, que la RAND, pour répondre aux accusations à son encontre, finit par en dévoiler elle-même le contenu.

En fait, ce rapport est le compte rendu d’une équipe de chercheurs, engagée dans un projet portant le nom de code HQD177526, visant à « examiner une gamme de moyens possibles permettant ‘d’étendre’ la Russie ». Par ce terme, précisent-ils, ils entendent « des mesures non violentes susceptibles d’exercer une pression sur l’armée ou l’économie de la Russie ou sur la position politique du régime à l’intérieur et à l’étranger ».

L’idée, héritée de la Guerre froide, n’est pas de rivaliser avec la Russie dans des domaines où l’Occident n’a aucune chance de l’emporter, mais de la pousser à s’engager dans des domaines et des actions politiques où elle perdrait la partie.

Identifiée comme le flanc faible de la Russie : sa situation économique supposément catastrophique et sa dépendance des revenus qu’elle tire de ses exportations d’hydrocarbures (pétrole, gaz) et d’autres matières premières.

Un bref survol de la table des matières permet de constater qu’il s’agit quasiment d’un script très détaillé des événements dramatiques que nous vivons depuis quelques mois !

La guerre secrète que ces messieurs y proposent pour terrasser la Russie y va crescendo, partant de simples sanctions économiques jusqu’à des manœuvres et un déploiement hyper-agressif de l’OTAN, en passant par la guerre des communiqués, des révolutions de couleur, des tentatives de coup d’État, la construction à grande échelle d’éoliennes (chez nous) (autant de gaz russe acheté en moins !), l’annulation de projets de gazoducs tels que Nord Stream 2, la vente de GNL américain au monde entier et l’idée de piéger la Russie en l’attirant dans une guerre en territoire ukrainien !

Les auteurs précisent que leurs mesures n’ont pas

pour objectif premier la défense ou la dissuasion, bien qu’elles puissent contribuer aux deux. Elles sont plutôt conçues comme susceptibles d’amener la Russie à entrer en concurrence dans des domaines ou des régions où les États-Unis ont un avantage concurrentiel, ce qui la pousserait à se sur-étendre militairement ou économiquement, ou à faire perdre au régime son prestige et son influence au niveau national et/ou international.

Dans la palette des mesures économiques proposées pour « mettre sous tension » l’économie russe, des sanctions économiques ainsi que l’annulation de projets de gazoducs :

De toutes les mesures que nous avons examinées, l’expansion de la production énergétique américaine et l’imposition de sanctions commerciales et financières à la Russie semblent les plus susceptibles de stresser davantage son économie, le budget de son gouvernement et ses dépenses de défense.

Pour ruiner la Russie, les auteurs proposent de la priver des recettes provenant de ses exportations de gaz et de pétrole. Il s’agit bien de frapper la population russe tout entière car, disent les auteurs, cela pourrait empêcher la Russie de

maintenir ses opérations gouvernementales, y compris ses activités militaires à l’étranger et la fourniture de services sociaux et de pensions dans le pays (…) La réduction de ses revenus pétroliers conduira la Russie à faire des choix difficiles, au-delà de ceux qu’elle a déjà dû faire (…) La production mondiale de pétrole et son cours échappent au contrôle total d’un seul pays, mais les États-Unis peuvent adopter des politiques visant à accroître l’offre mondiale et donc à faire baisser les prix mondiaux, limitant ainsi les revenus russes.

Si cela ne marche pas, on envisage une autre piste :

Imposer des sanctions plus sévères est également susceptible d’affaiblir l’économie russe, et ceci plus largement et plus rapidement qu’en maintenant des prix pétroliers bas, à condition que ces sanctions soient complètes et multilatérales. L’efficacité de cette approche dépendra de la volonté des autres pays de se joindre au processus. (page XII)

Concernant l’Ukraine, les auteurs espèrent bien y piéger la Russie :

L’armée ukrainienne y fait déjà saigner la Russie dans la région du Donbass (et vice versa). Fournir davantage d’équipements et de conseils militaires américains pourrait conduire la Russie à accroître son implication directe dans le conflit et le prix qu’elle en paie. Moscou pourrait répondre en organisant une nouvelle offensive et en s’emparant de davantage de territoires ukrainiens. » (page XV)

A cette fin, la mesure 1 du chapitre 4 propose explicitement de « fournir une aide létale à l’Ukraine », c’est-à-dire des armes offensives !

Graphique extrait du rapport de la RAND Corporation. Évaluation du rapport coût/bénéfice d'opérations destinées à provoquer la ruine de la Russie, condition préalable à l'hégémonie de l'oligarchie anglo-américaine.
Graphique extrait du rapport de la RAND Corporation. Évaluation du rapport coût/bénéfice d’opérations destinées à provoquer la ruine de la Russie, condition préalable à l’hégémonie de l’oligarchie anglo-américaine.

Voyons maintenant la table des matières. Avec le recul historique, elle se lit comme la check-list de l’oligarchie anglo-américaine et dont pas mal de cases ont déjà été cochées (Nous nous sommes permis de mettre en rouge les tâches exécutées et en orange celles en cours).

Nul besoin d’être complotiste pour y voir une intention clairement exprimée, celle de terrasser non plus un adversaire ou un compétiteur, mais tout un pays avec lequel on refuse de faire la paix et qu’on a décidé d’abattre.

La lecture de ce rapport est donc vivement conseillée à tous ceux qui refusent de marcher comme des somnambules vers un affrontement nucléaire généralisé.

(Nous reviendrons dans un prochain article sur les mesures militaires préconisées par le rapport.)

Extrait de la table de matières :

Version courte de 12 pages (en anglais).
Version courte de 12 pages (en anglais).

CHAPITRE TROIS : Mesures économiques.

  • Mesure 1 : entraver les exportations de pétrole.
  • Mesure 2 : réduire les exportations de gaz naturel et entraver l’expansion des pipelines.
  • Mesure 3 : imposer des sanctions.
  • Mesure 4 : accélérer la fuite des cerveaux russes.

CHAPITRE QUATRE : Mesures géopolitiques.

  • Mesure 1 : fournir une aide létale (comprenez armes offensives) à l’Ukraine.
  • Mesure 2 : augmenter le soutien aux rebelles syriens.
  • Mesure 3 : promouvoir un changement de régime en Biélorussie.
  • Mesure 4 : exploiter les tensions dans le Caucase du sud.
  • Mesure 5 : réduire l’influence russe en Asie centrale.
  • Mesure 6 : remettre en question la présence russe en Moldavie.

CHAPITRE CINQ : Mesures idéologiques et informationnelles. Voies pour les opérations d’influence ; situation actuelle de la légitimité du régime russe ; environnement intérieur russe ;

  • mesures politiques visant à réduire le soutien intérieur et extérieur au régime russe.

CHAPITRE SIX : Mesures aériennes et spatiales.

  • Mesure 1 : modification de la posture et des opérations des forces aériennes et spatiales.
  • Mesure 2 : augmentation de la recherche et du développement aérospatiaux.
  • Mesure 3 : augmentation des composantes aériennes et missiles de la triade nucléaire.

CHAPITRE SEPT : Mesures maritimes.

  • Mesure 1 : accroître le dispositif et la présence des forces navales américaines et alliées.
  • Mesure 2 : accroître les efforts de recherche et de développement navals.
  • Mesure 3 : modifier le dispositif nucléaire en faveur des SNLE (sous-marin nucléaire lanceur d’engins).
  • Mesure 4 : réduire la concentration des forces russes en mer Noire.

CHAPITRE HUIT : Mesures terrestres et multi-domaines.

  • Mesure 1 : augmenter les forces terrestres des États-Unis et de l’OTAN en Europe.
  • Mesure 2 : intensifier les exercices de l’OTAN en Europe.
  • Mesure 3 : se retirer du traité sur les forces INF ((intermediate-range nuclear forces).
  • Mesure 4 : investir dans de nouvelles capacités pour manipuler le risque russe.

Rapport complet :
https://www.rand.org/content/dam/rand/pubs/research_reports/RR3000/RR3063/RAND_RR3063.pdf

RAND CORPORATION

Siège de la RAND Corporation à Santa Monica, Californie.
Siège de la RAND Corporation à Santa Monica, Californie.

La RAND Corporation (« Research ANd Development »), fondée en 1948 par la Douglas Aircraft Company pour conseiller l’armée américaine, est une institution américaine de conseil et de recherche qui se donne pour objectif d’améliorer la politique et le processus décisionnel par la recherche appliquée et l’analyse stratégique.

Elle a ensuite progressivement élargi son champ d’action en travaillant pour d’autres gouvernements, pour des fondations privées, pour des organisations internationales, notamment l’OTAN, et pour des entreprises privées, sur des questions de défense et de sécurité ainsi que sur l’économie industrielle en général. La RAND Corporation est sise à Santa Monica (Californie), en Belgique, en Angleterre et en Australie. Elle a une armée de 1 800 chercheurs et autres spécialistes recrutés dans 50 pays, qui parlent 75 langues, distribués en bureaux et autres sièges en Amérique du Nord, en Europe, en Australie et dans le Golfe Persique. Le personnel états-unien de la Rand vit et travaille dans plus de 25 pays.

Elle est financée par le gouvernement américain, par des dotations privées, par des entreprises, des universités et des dons de particuliers.


[1Overextending and Unbalancing Russia, James Dobbins, Raphael S. Cohen, Nathan Chandler, Bryan Frederick, Edward Geist, Paul DeLuca, Forrest E. Morgan, Howard J. Shatz, Brent Williams, Rand Corporation, April 2019. Voir aussi les détails du plan dans Extending Russia : Competing from Advantageous Ground, Raphael S. Cohen, Nathan Chandler, Bryan Frederick, Edward Geist, Paul DeLuca, Forrest E. Morgan, Howard J. Shatz & Brent Williams, Rand Corporation, May 25, 2019. Ces deux rapports furent présentés à la Chambre des Représentants US le 5 septembre 2019.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Scott Ritter : l'Ukraine gagne la guerre sur Twitter mais perd dans le monde réel
5 mai
Actualités
Scott Ritter : l’Ukraine gagne la guerre sur Twitter mais perd dans le monde réel
CGTN interroge Karel Vereycken sur la guerre Russie-Ukraine : le rôle de l'OTAN
6 mai
Passages médias
CGTN interroge Karel Vereycken sur la guerre Russie-Ukraine : le rôle de l’OTAN
« Guerre Russie-Ukraine, dernière carte de l'oligarchie financière ? » - Éclairage de Jacques Cheminade
9 mars
Analyses
« Guerre Russie-Ukraine, dernière carte de l’oligarchie financière ? » - Éclairage de Jacques Cheminade

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard