Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Désolé, la forêt amazonienne n’est pas « le poumon » de la planète

Le 22 août 2019, sur twitter, Emmanuel Macron, ou plutôt son chargé de com, à la recherche d’un bon prétexte pour pouvoir annuler l’accord destructeur du Mercosur, écrivait :

Notre maison brûle. Littéralement. L’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20 % de notre oxygène, est en feu. C’est une crise internationale. Membres du G-7, rendez-vous dans deux jours pour parler de cette urgence.

« Nos poumons brûlent », renchérissait un communiqué de Greenpeace France du 27 août, pour alimenter toujours plus l’éco-anxiété ou « solastalgie », cette nouvelle affection qui tourmente la santé mentale de milliers de jeunes se sentant impuissants face à ce qu’on leur présente comme une destruction irréversible et fatale de l’environnement. A tel point que l’Association psychanalytique internationale a reconnu le changement climatique comme « la plus grande menace de santé publique du XXIe siècle ».

Qu’en est-il alors ?

Scientifiquement d’abord, le terme est mal choisi. Nos poumons captent l’oxygène qui est dans l’air et relâchent du CO2. Les arbres, nous dit-on, font le contraire, ce sont des « puits de carbone ». Lors de la photosynthèse, un arbre consomme du dioxyde de carbone (CO2) et de l’eau (H2O) pour produire du glucose et du dioxygène (O2), ce fameux oxygène que nous respirons.

C’est une partie du glucose produit par la photosynthèse qui permet à l’arbre de respirer, en particulier par ses racines et ses feuilles. L’intensité de cette respiration, et donc de sa consommation d’oxygène, dépend de son âge. Elle est maximale au début de sa vie, durant sa période de croissance, puis ralentit au fur et à mesure qu’il avance en âge.

Pour l’instant, les scientifiques ne sont pas sûrs qu’en fin de vie, un arbre ait produit plus d’oxygène qu’il n’en a consommé durant son existence. Car à sa mort, les tissus de l’arbre sont avalés par des bactéries, des champignons et la microfaune du sol. Les scientifiques estiment qu’à la fin de cette décomposition, tout l’excédent d’oxygène produit par l’arbre lors de sa vie aura été réutilisé. En parallèle à cela, il rejette la même quantité de CO2 qu’il avait fixée en grandissant. Soulignons qu’en se décomposant, les arbres morts libèrent des gaz à effet de serre (dont du méthane - CH4) dans l’air. On se rend alors compte qu’il est impossible, en pratique, de faire un bilan précis de la production et de la disparition de ces deux gaz...

La forêt amazonienne

C’est à un résultat similaire qu’a conclu une étude majeure sur la forêt amazonienne, publiée en mars 2015 par le magazine scientifique Nature. Cette étude est la plus vaste menée à l’heure actuelle sur cette question. Elle a impliqué, sous la direction de l’Université de Leeds, près d’une centaine de scientifiques, dont un grand nombre de chercheurs français du Cirad, du CNRS et de l’INRA, collaborant au sein du Labex Ceba, le Centre d’étude de la biodiversité amazonienne. Afin de calculer les changements de stockage de carbone, les auteurs ont observé 321 placettes forestières, réparties largement sur les six millions de kilomètres carrés de l’Amazonie. Ils y ont examiné 200 000 arbres et enregistré la croissance et la mort de chacun d’entre eux depuis les années 1980.

A titre de rappel, avec près de 6 millions de kilomètres carrés, la forêt amazonienne, qui abrite quelque 15 000 espèces d’arbres, couvre environ 10 fois la superficie de la France métropolitaine et s’étend sur 9 pays – le Brésil étant de loin le plus grand. De vastes territoires en Bolivie, Equateur, Colombie, Pérou, Venezuela, Guyane française, Guyana et Suriname sont encore couverts de forêt amazonienne.

Concernant sa capacité à capter le carbone, l’étude publiée par Nature estime que, si lors des décennies passées, la forêt amazonienne a pu jouer ce rôle en absorbant plus de carbone qu’elle n’en rejetait, une nouvelle analyse sur la dynamique forestière tend à démontrer qu’une augmentation rapide du taux de mortalité des arbres en Amazonie a changé la donne. Des sécheresses récentes et des températures anormalement élevées pourraient jouer un rôle important dans cette observation. Si l’étude démontre que l’augmentation de la mortalité a commencé bien avant la méga-sécheresse de 2005, elle montre aussi que les événements de 2005 et 2010 ont conduit à la mort de millions d’arbres supplémentaires.

En tout cas, comme le souligne le site notre-planete.info, si la forêt amazonienne « émet de l’oxygène (O2), elle en consomme également dans un bilan considéré comme nul. Il n’est donc pas juste d’affirmer que la forêt amazonienne est le poumon de notre planète ».

A cela il faut ajouter que seulement 1 % des arbres de la forêt amazonienne contribuent à la moitié de la production de bois et du carbone stocké en Amazonie, selon le groupe Rainfor, qui a participé à l’étude. Les chercheurs ont constaté que les espèces les plus abondantes de la forêt amazonienne n’étaient pas celles qui stockaient le plus de carbone. Au contraire, certaines espèces rares (1 arbre sur 1000), comme le Bertholletia excelsa, connu pour ses noix du Brésil, sont classées parmi les meilleures pour stocker du carbone (3e rang) et produire du bois (4e rang).

La forêt amazonienne, aussi immense soit-elle, ne produit donc, au mieux, qu’une fraction estimée à 5 % de l’oxygène de l’atmosphère terrestre.

En vérité, la moitié de ce gaz que nous respirons est produite par les océans, grâce au phytoplancton qui réalise la photosynthèse en absorbant du CO2. Le reste est émis par la végétation terrestre, y compris par les terres cultivées par l’homme.

La déforestation

Cela n’empêche pas que, vu son importance pour la biodiversité et la régulation des phénomènes météorologiques, la déforestation du bassin de l’Amazone soit une catastrophe bien réelle. Ajoutons à cela que la déforestation n’est pas le résultat, mais bien la cause principale des incendies.

Comme l’analyse un article du site de l’Association des sapeurs-pompiers humanitaires du Groupe secours catastrophe français (GSCF) :

Ce qui brûle actuellement en Amazonie correspond à des zones détruites par l’homme pour l’agro-industrie, particulièrement pour développer des zones plus importantes de culture du soja, de l’huile de palme, pour intensifier l’élevage de bovins et créer des nouvelles zones de pâturage, mais également pour du trafic de bois. Ainsi chaque année, des milliers d’arbres sont abattus, les troncs sont emportés et le reste de la végétation non utilisable est laissée sur place (feuilles, petites branches, végétaux, etc.). A l’issue de la saison des pluies, au moment de la saison sèche qui dure de juillet à novembre, les branchages, déchets non utilisés sont mis à feu et, ainsi, les forêts sont transformées en espace cultivable. C’est une erreur de croire que les forêts brûlent en Amazonie, ce qui est la proie des flammes ce sont simplement les déchets laissés lors de l’abattage des arbres (…) Les incendies qui sévissent actuellement en Amazonie rendent simplement visible la déforestation : nous découvrons, avec ces incendies et ce dégagement de fumées, la phase finale du processus de déboisement. Ainsi, l’accentuation des incendies illustre malheureusement avant tout l’accélération de la déforestation massive.

Cultivateurs brésiliens, autant qu’africains et asiatiques, pratiquent le brûlis, une pratique agricole primitive que le Président brésilien, sous pression internationale, vient d’interdire hier mercredi 28 août par décret présidentiel.

Nourrir la planète

Pour des malthusiens extrémistes décidés à réduire la population mondiale, le Brésil, devenu au fil des années le premier exportateur mondial de soja, de sucre, de bœuf, de poulet et de jus d’orange, est une cible de choix.

Or, comme le précise un rapport du Sénat, si ce pays consacre près de 60 millions d’hectares aux différentes cultures et 230 millions d’hectares aux pâturages pour l’élevage, il reste, selon différentes estimations, et sans y inclure le moindre hectare de forêt amazonienne, près de 90 millions d’hectares de terres disponibles !

En clair, si l’on aide ce pays à moderniser son agriculture (trop extensive) et que l’on fait en sorte qu’il ne soit pas livré à des firmes multinationales prédatrices (souvent basées en Europe et aux Etats-Unis), on créera les conditions où c’est plutôt la reforestation qui sera à l’ordre du jour.

En effet, 80 % des terres gagnées sur la forêt servent actuellement comme pâturage pour un bétail que l’on pourrait tout aussi bien nourrir avec le soja dont le Brésil est le plus grand exportateur mondial.

Pour se guérir de l’éco-anxiété, quoi de mieux qu’une bonne petite dose quotidienne de raison ?

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Pour une écologie responsable et humaine
9 mars 2017
Ecologie
Pour une écologie responsable et humaine
La Chine devient un poumon vert de la planète
28 mars 2015
Actualité
La Chine devient un poumon vert de la planète
Lac Tchad : poumon d’eau et vecteur de vie économique pour l’Afrique centrale
19 août 2010
Les écrits de Jacques Cheminade
Lac Tchad : poumon d’eau et vecteur de vie économique pour l’Afrique centrale
Sarkozy et la RGPP vont mettre le feu à nos forêts !
24 août 2010
Brèves
Sarkozy et la RGPP vont mettre le feu à nos forêts !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard