Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

25 janvier - Récupérons la Banque de France - Soyons le lobby citoyen contre lobby financier Lire 24 janvier - Nos solutions pour redonner vie aux territoires. Lire 24 janvier - CP : Des nervis au service de l’oligarchie financière agressent les militants de S&P Lire
AccueilActualité
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements
Le dessous des cartes

Des accords avec la Chine à l’origine de la déstabilisation de l’Irak ?

Nos confrères de l’Executive Intelligence Review (EIR), le magazine fondé par l’économiste américain Lyndon LaRouche, ont appris qu’en septembre dernier des accords négociés au cours d’un voyage en Chine entre le Premier ministre irakien Adel Abdel-Mahdi et le Premier ministre chinois, M. Li Keqiang comprenaient notamment un accord « pétrole contre reconstruction » qui ouvrait la perspective d’une forte augmentation des investissements chinois dans le secteur pétrolier dévasté de ce pays et dans les infrastructures en général (routes, chemins de fer, agriculture, parcs industriels, etc.).

Quel rôle ont pu jouer ces négociations dans les troubles qui ont éclaté en Irak, dès son retour, entre factions pro- et anti-gouvernementales, et qui ont conduit à la démission de Mahdi du pouvoir, voilà ce qu’il faut déterminer désormais.

Importations chinoises de pétrole brut, par pays de provenance.
Importations chinoises de pétrole brut, par pays de provenance.

Le 24 septembre dernier, le Premier ministre irakien Adel Abdel-Mahdi, en visite officielle en Chine, rencontrait le Président Xi Jinping. Le président chinois s’était alors félicité que son pays ait été le premier à participer à la reconstruction de l’Irak et celui qui y soit resté le plus longtemps en dépit des conditions de sécurité extrêmement difficiles.

Xi Jinping s’est également dit prêt à approfondir l’intégration de l’initiative « la Ceinture et la Route » avec le plan de reconstruction de l’Irak, précisant que les deux parties devaient encourager la coopération dans les secteurs tels que le pétrole et les infrastructures.

« Huit gros contrats seront négociés dans le domaine des infrastructures, de la reconstruction des villes détruites au cours des combats avec Daech, des dettes que l’Irak devra rembourser à la Chine et de la réouverture des usines dont les activités sont gelées depuis 2003 », a rapporté Al-Sumaria News.

Un protocole d’accord (MoU) aurait même été établi. Ce sont les médias arabes qui ont dévoilé son existence, sans que nous ayons pu confirmer à l’heure de cette publication, s’il a été signé en bonne et due forme par les deux Etats ou non.

Cependant, Abel Hussein Al Honen, conseiller du Premier ministre irakien, a confirmé un certain nombre des points qui y figurent, lors d’un entretien sur la page Youtube de Iraqi Dijla TV, le 25 septembre dernier :

Ces importantes négociations entre l’Irak et la Chine jettent un éclairage nouveau, potentiellement explosif, sur les turbulences qui ont secoué ce pays juste après le retour du Premier ministre Mahdi de Chine, créant le climat qui a conduit à l’assassinat par les Etats-Unis du général Qassem Souleimani, le 3 janvier dernier.

En effet, dès son retour, le pays a explosé en manifestations anti-gouvernementales (et anti-iraniennes, le gouvernement étant favorable à l’Iran). Elles ont été suivies d’une riposte de la part de « milices chiites » contre les manifestants — qui aurait occasionné 460 victimes.

Tout cela a provoqué la démission du Premier ministre Adel Abdel-Mahdi, qui se trouve cependant encore au pouvoir, en l’absence d’accord sur le choix du nouveau Premier ministre.

Sauf que, en tant que gouvernement intérimaire, M. Abdel-Mahdi n’a pas le pouvoir de signer des accords tel que celui qui aurait été négocié avec la Chine.

Hussein Askary, notre confrère de l’EIR, note que le même Abdel-Mahdi était déjà ministre du pétrole en Irak en 2014. A cette époque il avait déjà organisé un accord du même type avec la Chine, accord cependant avorté à cause de la montée de Daech.

Rappelons aussi, pour contrer les mensonges des néo-conservateurs repris comme argent comptant par le Président Trump qui accuse le général Qassem Soleimani d’être à l’origine de la mort de nombreux Américains, que c’est le président américain George Bush qui a envahi l’Irak, sur la base d’accusations mensongères. Une guerre qui a fait plusieurs centaines de milliers de morts parmi les Irakiens et que le Président Trump avait qualifiée, à juste titre, de « la pire erreur jamais commise par cette nation ».

Protocole d’accord, tel qu’il aurait été négocié entre la Chine et l’Irak :

  1. Ceci est un accord non contraignant ; il fait partie de l’Accord d’amitié. Des différends seront résolus à travers les institutions internationales d’arbitrage ;
  2. Durée de l’accord : 20 ans ;
  3. Un fonds de reconstruction irako-chinois sera crée, sous la supervision du gouvernement irakien et d’une société de conseil en affaires qui sera choisie par la Banque centrale irakienne parmi les cinq principales sociétés internationales dans ce domaine ;
  4. La partie chinoise garantissant l’accord est la China Export and Credit Insurance Corporation (SinoSure) ;
  5. Les revenus de 100 000 barils de pétrole par jour, vendus à la Chine via deux corporations précises, Zhenhua Oil et China National Offshore Oil Corporation (CNOOC), seront déposés chaque mois dans un fonds de réserve et transférés au Fonds de reconstruction irako-chinois ;
  6. Le plafond du crédit émis par les banques chinoises à destination du fonds de reconstruction irakien sera de 10 milliards de dollars, l’Etat Chinois prenant à sa charge les intérêts ;
  7. Lorsque le premier lot de projets aura été réalisé avec succès, et si la partie irakienne souhaite accroître le niveau des investissements, le plafond des ventes de pétrole irakien [réservé à ce fonds] sera relevé à 300 000 barils par jour, et la partie chinoise relèvera le plafond de prêts à 30 milliards de dollars ;
  8. Ces sommes seront déposées à la Banque CITIC chinoise, qui, à son tour les transférera vers un compte irakien auprès de la Réserve fédérale américaine à New York, chargé de superviser les ventes totales de pétrole irakien. A partir de là, la somme sera reversée sur un autre compte dénommé « compte d’investissement » ;
  9. Un autre compte, dit « compte de remboursement », sera ouvert pour assurer le service de la dette et les taux d’intérêt. Il sera abondé à partir du « compte d’investissements » ;
  10. Le Fonds couvrira le financement des projets suivants : aéroports, construction d’écoles, construction de routes goudronnées, chemins de fer, lutte contre la pollution et réhabilitation des fleuves Tigres et Euphrate, construction de logements, projets d’infrastructure, projets d’énergie et de dessalement d’eau de mer et enfin d’autres projets dont le gouvernement irakien fera la demande. Si le coût d’un projet est de 1 milliard de dollars, cette somme sera retenue du Fonds dans les proportions que voici : 850 millions de dollars de la Chine, et 150 millions de dollars de la vente du pétrole irakien ;
  11. Lorsque le gouvernement irakien précise les projets ci-dessus et signe un contrat particulier, tel qu’un contrat pour construire 2000 écoles, il est signé en tant que « contrat ouvert » ;

Le processus consistant à rassembler les dépôts des ventes du pétrole irakien dans le Fonds a commencé le 1er Octobre 2019, et un montant d’un demi-milliard de dollars s’y trouve déjà. On avait l’espoir que les premiers projets pourraient être identifiés ces jours-ci. Mais comme le gouvernement irakien est devenu un gouvernement intérimaire, il n’a plus le pouvoir pour le faire.

Le gouvernement irakien s’accorde le droit de choisir les entreprises internationales, européennes et américaines qui seront les partenaires des entreprises chinoises.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lantrade • 14/01/2020 - 17:06

    Pourquoi le retour du Premier ministre irakien de Chine le 24 septembre 19 a-t-il généré des émeutes anti Iran ?

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Face au système translatlantique, les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – ont décidé de poser les bases d’un autre monde : politique de développement économique mutuel, nouveau système monétaire international pour nourrir la croissance, économies physiques tirées par la recherche scientifique.

En savoir plus

S&P et Jacques Cheminade se battent depuis plusieurs décennies pour re-nationaliser la Banque de France, afin qu’elle redevienne une Banque « du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

En savoir plus

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Appel : exigeons un sommet Russie-Chine-Etats-Unis pour sauver la paix mondiale
16 janvier
Actions
Appel : exigeons un sommet Russie-Chine-Etats-Unis pour sauver la paix mondiale
Helga Zepp-LaRouche et Jacques Cheminade en Chine
19 octobre 2019
Partenaires
Helga Zepp-LaRouche et Jacques Cheminade en Chine
Helga Zepp-LaRouche : Contribuer à l'émergence d'une nouvelle ère pour l'humanité
3 janvier
Analyses
Helga Zepp-LaRouche : Contribuer à l’émergence d’une nouvelle ère pour l’humanité

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard