Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 août - La France doit se désolidariser des provocations américaines visant Taïwan Lire 31 juillet - JFK, le Congo et le monde des non-alignés Lire 28 juillet - Couloir international de transport Nord-Sud, dé-dollarisation et NBW Lire
AccueilActualités

Couloir international de transport Nord-Sud, dé-dollarisation et NBW

C’est parti ! Le 12 juin 2022, le départ d’une modeste cargaison de deux conteneurs de contreplaqué russe au départ de Saint-Pétersbourg en Russie à destination de Bombay en Inde, marque l’ouverture d’un nouvel axe de transport nommé Corridor international de transport Nord-Sud (International North–South Transport Corridor – INSTC).

Loin d’un projet « anti-occidental » ou « alternatif » au projet chinois des Nouvelles Routes de la soie, l’INSTC incarne donc l’embryon d’un nouveau paradigme et d’un nouveau système financier international dont il est si urgent de discuter lors d’une nouvelle conférence de type Bretton Woods que nos dirigeants devraient être sommés de convoquer de toute urgence. (merci de signer l’appel de l’Institut Schiller dans ce sens)

Le nouveau corridor de transport INSTC est en réalité un réseau multimodal (rail, mer, route, mer), long de 7200 km, reliant la mer Baltique à la mer d’Arabie.

  • Du nord, les marchandises russes et biélorusses seront acheminées par chemin de fer, en passant par Moscou, jusqu’à la ville russe d’Astrakhan, carrefour historique des anciennes Routes de la soie, peuplée de 530 000 habitants et située à 1276 km de Moscou près de l’embouchure de la Volga sur la mer Caspienne ;
  • Partant de Solyanka, le port d’Astrakhan, les marchandises traverseront ensuite la mer Caspienne par navire pour être réceptionnés au port iranien d’Anzali, ville de 11 400 habitants également située sur la mer Caspienne à 360 km au nord de Téhéran ;
  • Les marchandises traverseront ensuite l’Iran du nord au sud, en passant par la capitale iranienne, carrefour où leur itinéraire croise les réseaux ferrés de la Route de la soie reliant la Chine à la Turquie ;
  • Enfin, dernière étape, à partir du port iranien Bandar Abbas sur le golfe Persique, les marchandises partiront de nouveau par voie maritime vers Nhava Sheva, le grand port en face de Bombay, en Inde. Le tout organisé par l’Iran Shipping Lines (IRISL), une entreprise sous sanctions américaines...

Avec ce nouveau corridor, en dépit de trois changements modaux, la durée du trajet des marchandises entre la Russie et l’Inde passera de 40 à seulement 25 jours. Le voyage sera 30 % moins cher et 40 % plus court que l’itinéraire actuel. Il évitera également le canal de Suez, les Bosphore et les Dardanelles, régulièrement obstrués. Enfin, pour la Russie, ce sera un trajet à moindre risque, puisqu’il n’est plus question de longer les côtes européennes.

Historique

De l’idée à sa réalisation, l’INSTC a parcouru un long chemin :

2000
C’est le 12 septembre 2000 que Russie, Inde et Iran signent un accord intergouvernemental en vue de réaliser le projet d’INSTC.

2005
Prenant conscience de la pertinence du projet et des retombés potentielles au niveau régional, l’Azerbaïdjan se joint au projet en 2005, suivi par d’autres pays (Biélorussie, Bulgarie, Arménie, Kazakhstan, Kirghizistan, Oman, Tadjikistan, Turquie, Ukraine).

2020
Un protocole d’accord pour le transport de marchandises est signé en mars 2020 entre la société d’État indienne Container Corporation of India (Concor) et la société contrôlée in fine par la Fédération de Russie, Russian Railways Logistics Joint Stock Company (RZD).

2022
C’est suite au conflit en Ukraine et aux sanctions occidentales que le projet se trouve accéléré : la Russie réorientant ses exportations vers l’Asie, et des pays comme l’Inde, très dépendant d’importations d’hydrocarbures, refusant d’être pris en otage par la « logique » des blocs.

Comme le note Paco Martin dans son article posté sur le site du Portail d’Intelligence Économique,

En plus d’avoir refusé de condamner la Russie à la suite de l’invasion de l’Ukraine, le gouvernement du Premier ministre indien Narendra Modi semble avoir accéléré sa coopération avec Moscou, aussi bien militaire qu’énergétique. La Russie a vendu pour 5,5 milliards de dollars de systèmes de missiles S-400, et est devenue le deuxième fournisseur d’armes de l’Inde, représentant 35 % des exportations russes. Depuis mars 2022, les exportations de pétrole et de gaz russes ont très largement augmenté en Inde, presque 30 millions de barils de pétrole ont été vendus en juin 2022, et la Russie se classe comme deuxième exportateur de gaz en Inde derrière l’Irak, alors qu’elle était à la neuvième place en 2021. Ces achats de ressources sont largement dus à la baisse du prix des énergies fossiles extraites en Russie à la suite des sanctions occidentales. Il est à noter que l’Inde est le troisième consommateur mondial de pétrole et 80 % de celui-ci est importé.

D’ailleurs, selon une étude du National Bureau of Asian Research, la demande électrique en Inde devrait augmenter de 5 % tous les ans. Le pays était aussi dépendant à 85 % des importations de pétrole en 2020 et à 54,3 % pour ses importations de gaz. Une demande à laquelle l’Asie centrale, la Russie et l’Iran pourraient répondre avec leurs importantes ressources naturelles.

Enfin, à la veille d’une potentielle crise alimentaire mondiale, ce corridor pourrait offrir l’opportunité à la Russie d’honorer ses contrats de fourniture de blé au monde entier, à travers l’Iran.

Dans l’article de Silk Road Briefing du 24/05/2022, Mohammad Reza Mortazavi, le chef des associations des industries alimentaires iraniennes, avait annoncé que l’Iran pourrait « faire transiter du blé de la Russie vers d’autres pays et les entreprises iraniennes pourraient dominer le commerce » ; « l’Iran, la Russie et le Kazakhstan pourraient troquer du blé et des céréales avec d’autres produits tels que des légumes, des fruits et des produits laitiers. »

Pour l’Iran, le projet offre également des avantages intéressants. Dans le cadre des sanctions occidentales contre l’Iran et sa situation économique, le pays peut retrouver son statut de grand carrefour commercial entre la Russie et l’Inde, y compris en profitant des taxes prélevées sur les transits.

Infrastructures

Port iranien de Chabahar.
Port iranien de Chabahar.

Le lancement du projet ne peut que susciter des investissements dans les infrastructures. Le 10 juin, une semaine après l’annonce du départ du premier convoi, le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian a déclaré que l’Iran et l’Inde ont convenu d’augmenter les investissements dans le port de Chabahar, le premier port iranien en eau profonde à l’embouchure du golfe d’Oman, afin de compléter les capacités de Bandar Abbas qui gère actuellement 85 % des transports maritimes iraniens mais ne peut pas recevoir des bateaux de plus de 100 000 tonnes. A cela s’ajoute qu’en cas de verrouillage du détroit d’Ormuz, l’Iran, grâce au port de Chabahar, gardera un accès à l’océan Indien.

Et comme le souligne Paco Martin, l’INSTC contribuera au désenclavement des pays d’Asie centrale.

  • Par exemple, cela offre à l’Afghanistan une deuxième voie pour accéder à la mer, autre que le Pakistan. C’est dans ce cadre que de nombreux projets d’infrastructures en partie financés par Téhéran ont fleuri. Par exemple : le tronçon kirghize du projet routier Iran-Afghanistan-Tadjikistan-Kirghizistan-Chine et le tunnel d’Anzob au Tadjikistan.
  • Autre exemple de développement d’infrastructure iranienne : le port d’Astara au sud-ouest de la mer Caspienne qui a été inauguré en mars 2013 et intégré à l’INSTC afin d’améliorer la connectivité maritime de l’Iran. Un port qui a été relié par un chemin de fer au port de Shahid Rajaee, faisant partie du complexe de Bandar Abbas, en juin 2021. Ainsi, via ce chemin de fer, l’Asie centrale enclavée obtient une liaison ferroviaire plus courte vers le golfe Persique, confortant la nouvelle place de ce port comme « plaque tournante maritime dans la région de la Caspienne ».

L’Inde tire également son épingle du jeu. Pour elle, c’est une occasion d’accroître ses échanges avec l’Iran et l’Afghanistan via le port de Chabahar, mais aussi in fine avec le reste de l’Asie centrale. Jusqu’ici, le Pakistan refuse aux marchandises indiennes l’accès terrestre à l’Afghanistan, impactant fortement les capacités commerciales indiennes.

De plus, le corridor pourrait faciliter l’approvisionnement en blé de l’immense population de l’Inde, permettant à celle-ci d’avoir une option supplémentaire pour subvenir partiellement à ses besoins. Malgré son statut de deuxième producteur mondial de blé, les problèmes persistent au point que Narendra Modi a fini par suspendre depuis le 14 mai les exportations de blé indiennes. Avec 1,4 milliards d’Indiens à nourrir, l’accès aux fournitures russes accroît la sécurité.

La proposition iranienne

Enfin, vu qu’il s’agit d’un « complot » entre pays « autocratiques » et sous sanction, c’est autour de ces échanges vitaux d’énergie et de nourriture qu’un nouveau type de système financier se met graduellement en place.

SE Mehdi Safari, le ministre iranien des Affaires étrangères et la diplomatie économique.
SE Mehdi Safari, le ministre iranien des Affaires étrangères et la diplomatie économique.

Le 1er juin, Mehdi Safari, ministre iranien de la diplomatie économique, a déclaré que la République islamique a proposé que l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), dont l’Iran est devenu membre, introduise une nouvelle monnaie unique pour les échanges commerciaux de ses États membres.

La proposition a été envoyée sous forme de lettre à l’Organisation de coopération de Shanghai deux mois avant l’annonce. M. Safari a ajouté que son pays assurerait un suivi et a exprimé l’espoir que la proposition soit approuvée par l’organisation. Le 21 septembre dernier, la candidature de l’Iran pour devenir membre à part entière de l’Organisation de coopération de Shanghai a été approuvée à l’unanimité par les sept membres permanents du bloc. Aujourd’hui, avec l’Indonésie et l’Argentine, l’Iran a demandé à devenir membre des BRICS.

Hamid Reza Maghsoudi.
Hamid Reza Maghsoudi.

En effet, le 30 janvier 2022, Hamid Reza Maghsoudi, membre du corps enseignant de l’Université de Qom, avait précisé dans une interview avec l’Agence iranienne de presse coranique (IQNA), à propos de la formation d’une monnaie commune entre les pays islamiques :

Les pays arabes du Golfe persique ont un système monétaire lié au système monétaire du dollar. Certains pays islamiques, comme les pays africains et certains pays d’Asie centrale, n’ont pas de système monétaire spécifique et leur système monétaire est basé sur les devises d’un pays européen. Comment ces pays qui ne disposent pas d’un système de prise de décision indépendant dans le domaine monétaire et bancaire, pourraient-ils participer à la formation d’une monnaie islamique unique ? D’autre part, étant donné que les pays arabes ont lié leurs économies au dollar et profitent de nombreux avantages du dollar, il est peu probable qu’ils veuillent quitter leur système monétaire actuel, du moins à court terme.

Les pays qui souhaitent former une monnaie unique doivent avoir certaines affinités ou du moins, une autorité politique qui les oblige à accepter le système monétaire de l’autre. Une unité monétaire islamique commune peut être formée entre l’Iran, l’Afghanistan, la Syrie, le Yémen et même certains pays d’Amérique du Sud comme le Venezuela, car l’Iran jouit d’une autorité politique. Avec la Turquie, la Malaisie et l’Indonésie, qui ne sont pas en conflit sérieux avec nous, et ne sont pas dominées par le dollar américain, un pacte monétaire bilatéral et multilatéral peut être conclu, mais pour le moment, nous ne devrions pas penser à créer une devise islamique commune.

La Banque islamique de développement n’a pas de pouvoir politique et n’a donc pas de valeur économique particulière. Bien sûr, différents pays islamiques sont actionnaires de cette banque, mais ce n’est qu’un fonds commun qui si un problème survient pour un pays, peut combler les trous, mais en raison de conflits politiques entre les pays membres, la Banque islamique de développement n’a pas pu travailler de façon correcte.

La République islamique d’Iran possède une quantité importante de monnaies numériques, dont la valeur fluctue constamment selon des gens comme Elon Musk. C’est donc une grave erreur de penser que les super-capitalistes américains sont séparés du gouvernement américain, et le prix de ces devises augmentera ou diminuera quand ces super-investisseurs le voudront. Un autre point est de savoir si nous pouvons avoir une monnaie numérique commune. En réponse à cette question, il faut dire que tant que les monnaies numériques ne sont pas sous le contrôle des pays islamiques, la création de ces devises est une erreur. Si une monnaie numérique est créée dans cette situation, elle est basée sur les intérêts des pays qui l’ont créée et contrôlée. A mon avis, il est inutile de former une monnaie numérique commune entre les pays musulmans, tant qu’il n’y aura pas une force majeure capable de protéger les intérêts des musulmans et sa juste répartition.

Tout cela explore les contours d’un système nouveau. Cependant, et c’est est ici que nous mettons nos amis des BRICS et d’ailleurs en garde, car si ce qui se dit dans les média se confirme, le « modèle » pour cette « monnaie unique » serait l’euro, ce qui serait totalement suicidaire pour des raisons que le mouvement LaRouche (ainsi que celui de Jacques Cheminade en France), depuis quarante ans la principale force politique dans le monde proposant un nouveau système financier international, ont documenté depuis la création de cette « fausse monnaie » (car dépourvue d’État).

Si cette erreur est évitée, « une unité comptable » partagée, basée sur un panier de devises et de matières premières, peut bien sûr devenir très utile et unir une variété de monnaies souveraines arrimées les unes aux autres dans le cadre d’une perspective de développement économique commune gagnant-gagnant.

Pour y voir clair, l’article de l’économiste américain Lyndon LaRouche de 2009, intitulé Trade Without Currency, reste de loin, le texte de référence le plus aboutit sur la question.

La Russie et la dédollarisation

Pour sa part, le président russe Vladimir Poutine, a annoncé lors du forum économique des BRICS qui s’est déroulé à Pékin le 22 juin, soit 10 jours après l’inauguration de l’INSTC, que « La question de la création d’une monnaie de réserve internationale basée sur un panier de devises de nos pays est à l’étude (…) Nous sommes prêts à coopérer ouvertement avec tous les partenaires honnêtes. »

La rapidité avec laquelle les États-Unis et leurs alliés ont imposé des sanctions sur les réserves de change russes fin février et début mars (gel d’environ la moitié des réserves monétaires de la Banque de Russie (soit 300 milliards d’équivalent dollars et euros) a choqué les autorités russes. Pour sa part, la Chine a également remarqué la rapidité et la furtivité des actions du Trésor américain dans la localisation et le gel des avoirs monétaires de l’État russe.

Dans un premier temps, il pourrait s’agir d’un système facilitant les paiements. Moscou veut développer et mettre en œuvre au sein des BRICS un système de messagerie et de paiements internationaux alternatif à SWIFT, système contrôlé par les États occidentaux. La Russie souhaite connecter son propre système, SPFS, au réseau des BRICS.

Poutine déclara en ce sens le 22 juin qu’avec les partenaires des BRICS, « des mécanismes alternatifs fiables pour les paiements internationaux sont en cours de développement. (…) Le système russe de transmission des messages financiers est ouvert pour connecter les banques des cinq pays. La géographie de l’utilisation du système de paiement russe Mir est en expansion. »

Dans un deuxième temps, une « monnaie alternative commune » basée sur un panier de devises des pays membres du groupe BRICS est envisagée.

Le 27 juin, Nikita Kondratyev, directeur adjoint du Département de la coopération économique multilatérale, a précisé que

Sans une augmentation de la part des règlements en monnaies nationales, sans une certaine part de dédollarisation, qui a maintenant lieu dans le cadre des BRICS, sans mécanismes financiers, le pool de réserves monétaires contingentes des BRICS, qui existe maintenant et est testé en tenant compte des paniers de monnaies nationales, il ne sera pas possible de parvenir à la création d’une monnaie alternative commune.

Or, c’est précisément ce qui a lieu et qui va s’accélérer, notamment avec l’INSTC. Si aujourd’hui, la part des règlements commerciaux dans les monnaies nationales des pays BRICS est de 38 %, ce chiffre ne dépassait pas 3 % en 2013-2014. Dans un avenir proche, il est prévu de l’augmenter à 50 %, y compris par le biais du commerce de produits agricoles et de biens de consommation.

Dans un article intitulé Partnership of Russia, Iran And Turkey- Foundation Of A New World Order Has Begun (Partenariat Russie, Iran et Turquie, la fondation d’un nouvel ordre mondial a commencé), le site India.com note le 21 juillet rappelle que

Depuis que les Etats-Unis ont lancé le concept du ’pétro-dollar’, ils ont fait du dollar américain la monnaie étrangère la plus importante du monde. Dans le monde entier, les pays ne se contentent pas de faire du commerce en dollars américains, mais conservent également d’importants dépôts de dollars américains dans leurs réserves de change. Actuellement, les États-Unis ont plus de 2,5 trillions de dollars en circulation sous forme de billets de banque et plus de 25 trillions de dollars en circulation sous forme d’obligations, de bons du Trésor et d’autres instruments. C’est beaucoup plus que leur PIB total et presque 55 fois plus que l’ensemble des réserves d’or des États-Unis.

Le 19 juillet Poutine a été reçu à Téhéran par le président iranien Ebraham Raisi et le guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khameini pour discuter coopération bilatérale et l’avenir de l’accord nucléaire iranien.

C’est lors de cette visite que la Russie a annoncé qu’elle accroîtra ses investissements dans l’industrie pétrolière iranienne, en plus des 4 milliards de dollars déjà investis par elle dans le pays. La National Iranian Oil Company (NIOC) et le producteur de gaz russe Gazprom ont signé un protocole d’accord d’une valeur d’environ 40 milliards de dollars, a déclaré l’agence de presse du ministère iranien du pétrole, SHANA.

Gazprom aidera la NIOC à développer les champs gaziers de Kish et de North Pars, ainsi que six champs pétroliers, selon SHANA. Le géant public russe participera également à la réalisation de projets de gaz naturel liquéfié (GNL) et à la construction de pipelines d’exportation. Selon l’agence de presse IRNA, il s’agirait du plus gros investissement jamais réalisé dans la République islamique.

Le lendemain, le 20 juillet, d’après l’agence de presse officielle IRNA, le gouverneur de la Banque centrale d’Iran, Ali Salehabadi a annoncé le lancement de la paire rial-rouble sur le marché officiel iranien des changes (ICE), une étape importante pour stimuler les liens économiques avec la Russie.

Le 26 juillet, le ministre iranien des affaires économiques et financières, Ehsan Khandouzi, a annoncé que l’Iran et la Russie allaient officiellement commencer à échanger en rials et en roubles, ce qui implique une réduction de la demande de 3 milliards de dollars par an.

Selon l’agence de presse russe Sputnik, le gouverneur de la banque centrale iranienne, Ali Saleh Abadi, a souligné que « le lancement des échanges sur la paire de devises rouble/rial iranien est une étape importante dans le développement des relations économiques entre l’Iran et la Russie. »

La cotation sur le marché officiel iranien des échanges (ICE) de la paire rial-roubleconstitue la première phase d’un accord bancaire plus large entre l’Iran et la Russie, qui s’appuie lui-même sur des accords généraux antérieurs conclus lors de la visite du président Ebrahim Raisi à Moscou l’année dernière.

Les Indiens paient les Russes en yuan

La Russie, on le sait, impose d’être payée en rouble par les pays qui lui sont hostiles, et en certaines devises nationales par les pays amicaux. Les entreprises chinoises utilisent le yuan dans les règlements commerciaux avec la Russie depuis des années.

Le 29 juin, précise Reuters, le plus grand producteur de ciment de l’Inde, UltraTech Cement, a importé une cargaison de charbon russe et payé en yuan chinois. Du jamais vu.

Alors que nos géopoliticiens nous font des cours sur les rivalités entre l’Inde et la Chine, il s’avère que pour les règlements commerciaux indiens utilisant le yuan, les créanciers indiens envoient des dollars à des succursales en Chine ou à Hong Kong, ou à des banques chinoises avec lesquelles ils ont des liens, en échange de yuan pour régler le commerce. « Si la voie roupie-yuan-rouble s’avère favorable, les entreprises ont toutes les raisons et les incitations pour passer à cette voie. Cela devrait se produire davantage », a déclaré Subash Chandra Garg, ancien secrétaire aux Affaires économiques au ministère indien des Finances.

En réalité, tout au long de la Route de la soie maritime, marchands chinois, indiens, perses et arabes se côtoient depuis des millénaires. Ils se font la concurrence mais savent également se rendre des services en temps utile.

Vers un Nouveau Bretton Woods

Les États-Unis, et une partie du monde transatlantique, « découvrent » et « s’étonnent », qu’à force de sanctions, de confiscation d’avoirs de pays « inamicaux » et de menaces militaires, un nombre croissant de pays, y compris leurs propres alliés, entament une « dédollarisation » de leurs échanges et économies. Contrairement aux moutons de Panurge européens, ces pays ont bien compris qu’il ne s’agit plus d’une devise américaine, mais d’un « dollar » transformé en outil de domination au service, non plus d’un peuple américain en voie de déclassement, mais d’une oligarchie financière hors-sol, apatride et prédatrice.

Loin d’un projet « anti-occidental » ou « alternatif » au projet chinois des Nouvelles Routes de la soie, l’INSTC incarne donc l’embryon d’un nouveau paradigme et d’un nouveau système financier international dont il est si urgent de discuter lors d’une nouvelle conférence de type Bretton Woods (merci de signer l’appel de l’Institut Schiller dans ce sens) que nos dirigeants devraient être sommés de convoquer de toute urgence.

Une telle conférence, si chacun laisse ses jeux politiques et sa cupidité au vestiaire, pourrait permettre au monde entier, y compris aux États-Unis, de repartir sur des nouvelles bases grâce à des coopérations gagnant-gagnant au service d’un avenir partagé par tous.

Ce qui manque pour y arriver, c’est précisément cet état d’esprit et du cœur dont parlait le président Abraham Lincoln en 1865. Anticipant la fin de la guerre de Sécession, ce géant politique exhortait chaque Américain d’agir « With malice toward none ; with charity for all » (avec malice envers personne ; avec charité envers tous).

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • MICHEL RUISSEAU • 03/08/2022 - 16:48

    Ceci est la preuve qu’une monnaie n’est pas de l’économie et qu’elle ne satisfait pas aux
    besoins de l’homme. La monnaie n’est qu’une simple indication de valeur et non la valeur
    en elle même. Depuis 1945 toutes les monnaies mondiales ont perdu de leur valeur sauf
    le franc suisse et l’or ! Bonne chance à l’INSTC.

    Répondre à ce message

  • Ntabeua tepeu • 30/07/2022 - 11:09

    À la lecture de cet article j’ai eu l’impression que que je m’envolais dans un nouveau monde j’aimerais me retrouver dans un de ses pays du BLOCS

    Répondre à ce message

  • YvesDams • 30/07/2022 - 08:49

    Instructif !
    A la lecture de cet article j’ai eu le sentiment de découvrir l’existence d’un autre Monde bien vivant avec des dirigeants agissants juste derrière le mur constitué par les écrans télé du "Monde occidental".

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
10 septembre 2001
Brèves
La dédollarisation progressive de la Russie
Un nouveau Bretton Woods en gestation, et nous, et nous, et nous ?
12 juillet
Actualités
Un nouveau Bretton Woods en gestation, et nous, et nous, et nous ?
Jacques Sapir : les BRICS s'apprêtent à créer leur propre système financier
8 juillet
Actualités
Jacques Sapir : les BRICS s’apprêtent à créer leur propre système financier
Globe
26 avril 2014
Actualités
Sanctions contre la Russie : les contre-propositions de Glaziev

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard