Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

30 janvier - Appel : Prenons congé de l’OTAN, préparons sa dissolution Lire 30 janvier - Visioconférence internationale de l’Institut Schiller Lire 27 janvier - Réunion à Paris le mercredi 15 février avec Jacques Cheminade Lire
AccueilActualités

Corinne Lepage accuse le nucléaire d’avoir la rage

L’ancienne ministre de l’Environnement porte, avec d’autres, une grave responsabilité dans la débâcle du secteur énergétique français. C’est peut-être pour dissimuler ses fautes qu’elle crache son encre antinucléaire dans Le Monde du 18 novembre 2022. Les arguments de sa tribune intitulée « Le nucléaire est l’une des énergies les plus coûteuses », méritent une réponse car ce sont des lieux (vraiment très) communs.

Avant de les examiner, n’oublions pas que Corinne Lepage ne fait pas exception à la règle qui associe le militantisme écologiste à l’industrie des énergies intermittentes : le cabinet d’avocat Huglo-Lepage est une référence pour le conseil auprès des producteurs d’éoliennes qui savent se montrer généreux avec les défenseurs de l’environnement et du climat.

Charité écologique bien ordonnée commençant par soi-même, Lepage a joué un rôle déterminant lors de son passage dans le gouvernement Juppé, dans le processus qui aboutit sous Jospin à la fermeture du surgénérateur Superphénix, éliminant un concurrent gênant de ces mêmes industriels.

Cet exemple de conflit d’intérêt est loin d’être unique dans nos institutions chargées aujourd’hui de la « transition écologique ».

En voici deux autres exemples que Lepage mentionne elle-même à la fin de sa tribune :

A terme, les scénarios de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie [ADEME] ou de RTE [Réseau de transport de l’électricité], fondés exclusivement sur les énergies renouvelables à partir de 2050, devraient être les choix les plus rationnels à effectuer.

Comme le montrent Bernard Accoyer dans son livre, Une affaire d’État – la tentative de sabordage du nucléaire français, et Fabien Bouglé dans le sien, Nucléaire – les vérités cachées, l’ADEME et RTE sont peuplés d’antinucléaires qui ont publié des rapports prétendant montrer qu’un mix électrique à 100 % d’énergies dites renouvelables serait possible. Ces rapports sont ensuite brandis par Lepage et tous les antinucléaires comme « preuves scientifiques objectives » qu’il faut sortir du nucléaire…

Incompétence durable

Le problème de notre avocate comme malheureusement de beaucoup de citoyens dans notre société dominée par le tertiaire, est qu’elle n’a aucun sens de ce qu’est un processus de production physique (industriel ou agricole).

L’erreur généralement commise est de croire que l’on peut extrapoler mathématiquement à l’échelle globale ce qu’on fait à l’échelle locale. Lepage réclame ainsi

un développement massif des énergies renouvelables, en acceptant une réelle décentralisation énergétique et des investissements massifs dans les réseaux de proximité.

De par leur intermittence, ces sources d’énergies locales ne peuvent pas suffire à alimenter le niveau local. Pour l’alimenter par une nuit sans vent, celui-ci a tout de même besoin d’être raccordé au réseau global… à moins d’avoir chez nous une économie sans usine, quitte à sous-traiter dans les pays pauvres, le « sale travail » productif dont nous avons besoin.

Utiliser des énergies locales, peut avoir une utilité pour certaines situations particulières (dans des lieux relativement isolés par exemple). Multiplier les connexions entre des sources locales intermittentes et le réseau global, représente non seulement un gaspillage, pas du tout écologique, en termes de quantités de matière et de surface de territoire utilisées par quantité d’énergie produite, mais cela pose surtout des problèmes de plus en plus difficiles quand ces connexions deviennent plus nombreuses – du simple fait que le courant alternatif à 50 Hertz doit être partout synchronisé pour éviter un black-out général.

Mais intéressons-nous à la question des coûts du nucléaire centrale dans cette tribune. Lepage y écrit que

les Français sont aujourd’hui convaincus d’une série d’inepties : ‘L’énergie nucléaire est la moins chère.’ C’est faux. Si la France a effectivement bénéficié d’une énergie bon marché durant de longues années, grâce au nucléaire payé par les Français, l’énergie nucléaire elle-même est aujourd’hui une des plus coûteuses. Amory Lovins, dans un entretien accordé au Monde le 31 octobre, précise : ‘Les analystes de Bloomberg New Energy Finance disent qu’un nouveau kilowattheure nucléaire coûte cinq à treize fois plus cher qu’un nouveau kilowattheure solaire ou éolien.’

Comparer ainsi le prix d’un kilowattheure produit par du nucléaire à celui produit par le vent ou le Soleil n’a aucun sens par rapport à ce que cela coûte réellement. En réalité, l’électricité intermittente produite par des sociétés privées est très généreusement subventionnée au dépens du consommateur et de la collectivité.

Depuis 2001, (sous le ministère de l’Environnement d’Yves Cochet) EDF est obligée de l’acheter à un prix très élevé, qu’elle revend sur le marché spot à des niveau beaucoup plus bas (de l’ordre de 46,90 € le mégawattheure en 2012). Rappelons au passage que l’essentiel de l’électricité produite par EDF provient du nucléaire et des grands barrages. De plus, depuis 2011, le mécanisme ARENH force EDF à vendre 25 % de sa production d’origine nucléaire à ses concurrents à des prix cassés (42 € le mégawattheure).

Et pour ajouter l’injure à l’insulte, le fameux bouclier tarifaire du président Macron de ces derniers mois, a contraint EDF à racheter cette même électricité à des prix astronomiques à ses concurrents pour la revendre aux consommateurs finaux aux prix réglementés. Dans le court terme tout le monde s’y retrouve (politiques, consommateurs, producteurs privés) à l’exception de la vache à lait nucléaire d’EDF.

De plus, il faudrait rajouter à cela que les installateurs de panneaux solaires et d’éoliennes n’ont pas à assumer les frais de raccordement au réseau, ni la gestion de celui-ci qu’ils compliquent énormément. Corinne Lepage nous vante donc ces objets inefficaces comme si c’étaient des entités indépendantes, en « oubliant » l’environnement économique et physique sans lequel elles ne pourraient pas fonctionner.

Elle aborde ensuite la question de l’indépendance énergétique :

Le vent, le soleil, l’eau dont bénéficie notre territoire assurent notre indépendance. Il n’en va pas de même de l’uranium, qui est extrait de pays ‘complexes’, comme le Niger ou le Kazakhstan. (…) D’ailleurs, l’Allemagne n’a jamais compté le nucléaire comme une énergie assurant l’indépendance du pays.

Il y aurait beaucoup à dire à propos de la citation qui précède, tant elle est en démentie par l’actualité. Parler de « l’indépendance énergétique » de l’Allemagne – pays « modèle » qui organise sa sortie du nucléaire – dans un contexte où le sabordage des oléoducs de la mer Baltique est en train de porter un coup fatal à son industrie ressemble à une très mauvaise blague.

Mais sans doute notre voisin d’Outre-Rhin pourra t-il s’en sortir avec les éoliennes qu’il nous vendra d’autant plus volontiers que son travail de lobbying antinucléaire auprès de l’Union européenne aura porté quelques fruits. On comprend donc aisément l’intérêt que porte Lepage pour le modèle allemand.

Par ailleurs, il y a bien longtemps que la Chine a le monopôle des panneaux solaires dans le monde – ce qui a coulé ce secteur en Allemagne il y a quelques années. Ceci étant posé, il faudra nous expliquer en quoi le vent, le Soleil et l’eau pourraient assurer notre indépendance.

L’Uranium ne nous permettrait pas d’avoir cette indépendance ? Il est vrai que nous le pillons au Niger, l’un des pays les moins électrifiés au monde et où l’espérance de vie est l’une des plus basses. C’est effectivement une honte pour la France, bien que ce ne soit pas cette considération-là qui ait conduit Lepage à mentionner ce pays « complexe ».

Superphénix et Astrid

Cependant, sans l’action de notre ancienne ministre de l’Environnement, nous n’aurions probablement plus besoin de cet uranium. L’attaque qu’elle a menée dans le passé contre Superphénix avait une motivation majeure. Superphénix était notre prototype le plus avancé de la technologie de surgénérateur. Or un surgénérateur permet d’utiliser la quasi totalité d’uranium naturel alors que la proportion d’uranium utilisable dans un réacteur « classique » ne représente pas 1 % de l’uranium naturel. Autrement dit, avec les stocks d’uranium appauvri qui nous restent après avoir consommé le combustible, les surgénérateurs multiplieraient nos ressources par cent ! De plus, Superphénix permettait aux scientifiques d’étudier la transmutation des éléments radioactifs, ce qui aurait permis de résoudre une bonne partie du problème des déchets nucléaires, bête noire des antinucléaires.

La fermeture de Superphénix (ainsi que l’abandon, par Macron, d’ASTRID qui aurait dû prendre le relais) pose donc artificiellement des problèmes dont la cause n’est pas dans l’industrie nucléaire en soi, mais bel est bien dans un certain militantisme écologiste.

Ce militantisme a eu des effets désastreux sur le nucléaire français. Par opportunisme politique, certains partis ont soufflé le chaud et le froid sur l’avenir du nucléaire. Or le nucléaire demande une pensée stratégique sur le long terme : il faut du temps pour former des équipes compétentes, et si une génération se passe sans construction de nouveaux réacteurs, les compétences se perdent. Il en résulte l’imbroglio de l’EPR dont les écologistes voudraient nous faire croire que les causes se trouvent dans le nucléaire en soi, alors qu’elles ne font que refléter l’incompétence et/ou la corruption de nos politiques. (Rajoutons à cela une logique de rentabilité financière à court terme imposée à l’économie nationale qui se traduit par l’utilisation de sous-traitance en cascade dans le nucléaire – autre facteur dans la perte de compétences – dont Lepage a raison de se plaindre ici.)

Fessenheim

La fermeture de Fessenheim contribue à la démotivation et à cette perte de compétence : il s’agit d’un gaspillage scandaleux en période de pénurie et d’un bras d’honneur aux travailleurs compétents de cette centrale. Quoi qu’en dise Lepage, cet événement a donc son importance dans les causes sur le temps long de la crise énergétique actuelle.

Pour couper l’herbe sous les pieds de certains militants pronucléaires naïfs qui pensent que le plus grand problème environnemental étant la « décarbonation » de l’énergie, le nucléaire serait indispensable, elle leur répond que même si un tel argument pourrait sembler recevable, il serait néanmoins impossible d’avoir de nouveaux EPR avant 2035.

Or, compte tenu de « l’urgence climatique » reconnue par ces mêmes pronucléaires, cette échéance serait trop éloignée pour sauver le climat, l’humanité et la planète. Autant par conséquent mettre tout l’effort sur les énergies renouvelables qui seraient disponibles beaucoup plus tôt.

Urgence climatique ? Il est clair que c’est dans les pays en développement que l’utilisation d’énergie fossile par tête va être la plus importante dans les années à venir, et de loin. Allons-nous faire la guerre à la Chine, l’Inde, l’Afrique, pour les empêcher d’utiliser les ressources dont elles disposent pour se développer ? Que l’on admette ou non la nécessité de décarboner l’énergie, le fait est que l’utilisation par la France de centrales électriques modernes à combustible fossile, en attendant le développement d’un parc nucléaire moderne, ne changerait pas grand-chose pour le climat.

En tout cas, ce serait une approche plus efficace, moins coûteuse, et plus respectueuse pour l’environnement que le développement des énergies intermittentes.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Thierry Deneuve • 30/11/2022 - 12:03

    Contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, le nucléaire N’EST PAS une énergie propre. Pour construire une centrale nucléaire, il faut extraire les matériaux, il faut extraire l’uranium, il faut l’enrichir, il faut le déplacer. L’entretien d’une centrale nucléaire est énergivore, puis à sa fin de vie il faut la démanteler. La gestion de ses déchets radioactifs s’étalent sur des milliers d’années. Pour importer de l’uranium, nous dépendons d’États comme le Niger, le Kazakhstan, la Namibie. Nous n’avons pas cette indépendance énergétique vitale. À la question, une centrale nucléaire ne dépend pas de la météo… pour fonctionner : MAIS c’est faux, une centrale est très sensible aux événements climatiques extrêmes : inondations, canicules, tempêtes. Or, ces événements se multiplient avec le changement climatique. De plus, il est connu que l’énergie nucléaire est de plus en plus chère à produire : les centrales vieillissent, leur coût d’entretien augmente et leur rendement diminue. Les nouvelles générations de centrales (type EPR) ont coûté des milliards.... et les pro nuk veulent encore nous engager dans cette voie sans issue.

    • Bosteph • 16/12/2022 - 04:25

      Et les centrales nouvelles, style EPR (?) - je ne reviendrais pas sur Astrid et Superphénix, qui auraient permis de recycler nos déchets . Les énergies intermittentes sont indispensables, mais elles ne produiront que 20% maximum de nos besoins ! Je vous conseille la lecture du Hors-Série numéro 3 du magazines Marianne, à acheter au magazine lui-même désormais - très instructif !

    • Thierry Deneuve • 17/12/2022 - 09:57

      Les énergies renouvelables jouent un rôle important dans la maîtrise à long terme de la facture énergétique de la France. Elles permettent de relocaliser notre production d’énergie, en produisant et valorisant les ressources locales plutôt que d’importer des énergies fossiles dont la volatilité des cours est une source de tensions. Aujourd’hui, la France importe 98,5 % de son pétrole, 98 % de son gaz naturel, 100 % de son charbon et 100 % de l’uranium. Grâce au développement des énergies renouvelables, le déficit de la balance commerciale lié aux importations d’énergie pourrait être réduit de 60 % en 2035. Cette relocalisation de la production d’énergie doit également s’accompagner d’une relocalisation des outils de production, afin de ne pas remplacer la dépendance envers les énergies fossiles par une dépendance envers des matériaux critiques.

    • Pense Unpeu • 22/12/2022 - 07:00

      @Deneuve 1/3
      Je vous invite à réfléchir à vos raisonnements : il faut les appliquer à toutes les formes de production énergétique. Vous identifiez donc les coûts en matériaux pour le cycle de vie du nucléaire. Soit. Mais cela est valable encore plus pour le solaire et l’éolien. Et là, il n’y a pas photo, c’est deux derniers sont extrêmement coûteux en comparaison du nucléaire.
      Pour l’éolien, vous avez besoin entre 7,5 et 10 fois plus de béton que le nucléaire par térawatt-heure produit ! Pour le solaire, c’est surtout du ciment (et un peu de béton), soit x5 le béton du nucléaire. Et le solaire, il faut ajouter le verre en énorme quantité. Mais là où ça fait mal, c’est pour l’acier. Pour le solaire, vous en avez besoin pratiquement de 50 fois plus ! Et pour l’éolien, c’est entre 7 à 11 fois plus ! En plus, il ne faut pas oublier que pour l’éolien et le solaire, l’espérance de vie n’est que 25 ans alors qu’une centrale peut aller au-delà de 60 ans ; multiplier donc par au minimum par deux les matériaux requis pour le solaire et l’éolien. Sans compter que le solaire et l’éolien consomment une panoplie de minéraux, dont plusieurs sont géographiquement situés que dans très peu d’endroits dans le monde (bonjour la dépendance). En surface de terrain, le nucléaire à besoin de 379 fois moins d’espace en moyenne et de 421 moins que l’éolien pour une production équivalente.

    • Pense Unpeu • 22/12/2022 - 07:02

      Mais le gros hic pour le solaire et l’éolien, comme le montre magistralement l’exemple allemand, c’est que ce sont des énergies intermittentes qui nécessitent absolument des sauvegardes d’énergie : au gaz naturel ou au charbon. Bonjour la pollution ! Rentrez-vous bien cette statistique dans la tête : avant le conflit, la France produisait 10 fois moins de CO2 que l’Allemagne pour une énergie deux fois moins chère. En fait, si l’Allemagne avait investi ses 540 milliards qu’ils mettent dans l’éolien (et solaire), sans avoir baissé d’un iota la production globale de CO2 pour ce pays, dans 49 centrales nucléaires, ils ne produiraient plus de CO2 dans la production électrique. En fait, en Europe, les moins gros émetteurs de CO2 sont la France et la Suède, qui carbure au nucléaire et à l’hydro. De même que pour l’Allemagne, la Californie a vu ses prix multipliés par 7 en comparaison des autres États américains du fait de sa politique des renouvelables. Et c’est d’ailleurs, en plus des folies ubuesques des politiques de ‘compétition’ libérale de Bruxelles imposé à la France, les énergies renouvelables, ultrasubventionnées, qui plombent les bilans d’EDF. Ôter les subventions, ajouter les surcoûts qu’occasionnent les énergies en centrale de sauvegarde et sur le système de transmission et bienvenue l’explosion des coûts.

    • Pense Unpeu • 22/12/2022 - 07:06

      @Deneuve 3/4 Et pour les déchets : pour une même quantité d’énergie, les panneaux solaires produisent 200 à 300 fois plus de déchets toxiques tout aussi dangereux pour la santé, comme le cadmium, plomb et autres molécules cancérigènes ; des déchets éternels contrairement aux déchets radioactifs qui se désintègrent avec le temps (et qu’on arrête de parler de millions d’années : à ces dates, la radioactivité est plus faible que l’uranium radioactif qu’on retrouve dans la nature). Sans compter que contrairement aux déchets toxiques conventionnels qu’on rejette sans précaution, souvent dans des dépotoirs des pays pauvres et qui rentreront en contact avec les personnes ramasseuses d’ordures, les ‘déchets’ nucléaires sont stockés sécuritairement, vitrifiés, rendant leur dissémination improbable ; et recyclable, mais étonnamment les écolos sont muet là-dessus. Surtout, il en est très peu, ce qu’on ne dit pratiquement jamais : pour les États-Unis, pour 50 ans d’activité, c’est un terrain de football de 15m, ce qui n’est rien en comparaison de tous les déchets toxiques qui se produit au pays.

    • Pense Unpeu • 22/12/2022 - 07:08

      @Deneuve 4/4 La raison des avantages, de l’importance de cette énergie ? Sa densité !! E=MC2. 1 KG d’Uranium vous donne 62 500 fois la quantité d’électricité qu’un Kg de pétrole ; et si on recycle, 875 000 fois plus ! Donc, pour moins de matière, moins d’espace, vous produisez plus d’énergie et forcément moins de déchet. Ou pour le dire autrement : 1 balle de tennis équivaut à 31 wagons de train transportant 100 tonnes de charbon : et cette balle vous donne de l’électricité pour une ville de 200 000 maisons. C’est tout le contraire pour les énergies renouvelables qui sont de très faibles densités : elles impliquent nécessairement plus d’espace et de matériaux consommés, sans parler des surplus de coûts imposés aux systèmes de transmissions par le fait qu’elles sont intermittentes.
      Et pour votre argument de l’effet de la météo, il est juste ridicule ; et même en tenant compte, ses effets dévastateurs seraient bien pires sur les éoliens et solaires !!!

    • Bostephbesac • 23/12/2022 - 02:51

      A tous, je renouvelle mon conseil d’ acheter les hors-série de Marianne consacré sur l’ écologie, son numéro 3 . Je me répète : très instructif ! Vous en avez besoin tous les deux !!!!!!!!

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Une affaire d’État – La tentative de sabordage du nucléaire français
30 mars 2022
Revue de livre
Une affaire d’État – La tentative de sabordage du nucléaire français
Jean Fluchère : black-out ou Renaissance du nucléaire, il faut choisir !
15 février 2022
Actualités
Jean Fluchère : black-out ou Renaissance du nucléaire, il faut choisir !
La Science, puissant vecteur de rapprochement entre peuples
29 avril 2022
Fusion nucléaire
La Science, puissant vecteur de rapprochement entre peuples

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard