Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

29 septembre - Jacques Cheminade invité sur le serveur Discord « Parlons-en » Lire 28 septembre - Jean-Claude Gayssot : mettre l’innovation au cœur de la croissance durable Lire 26 septembre - Fusion nucléaire : en 2025 ITER produira son premier plasma Lire
AccueilActualités
Covid-19

Chloroquine, hydroxychloroquine : que disent les experts chinois ?

Le débat sur l’utilisation de la chloroquine pour traiter les malades de COVID-19 fait rage dans notre pays.

Si son inclusion par Agnès Buzyn dans la liste II des « substances vénéneuses » apparaît comme proprement délirante aujourd’hui, face à un médicament d’utilisation courante et sûr depuis plus de 70 ans. Dans cette polémique, tout est faux. C’est en janvier 2020 que l’hydroxychloroquine, un dérivé trois fois moins puissant que la chloroquine, a été classée dans la liste II, par proximité avec la chloroquine qui s’y trouvait déjà. Cela veut simplement dire que ces produits ne sont pas en vente libre, mais peuvent, comme tous les produits classés dans les listes I et II, être prescrits par les praticiens dans certaines conditions.]], les experts chinois impliqués dans la réalisation d’essais cliniques au cours de cette pandémie soulignent, eux, son utilité et en recommandent l’utilisation, sans pour autant en faire une panacée, ni oublier les conditions strictes dans lesquelles ce médicament doit être utilisé.

La chloroquine étant un médicament puissant pouvant avoir des effets secondaires importants sur certains profils de malades, les chercheurs chinois ont aussi démarré des essais sur l’un de ses dérivés moins puissants, l’hydroxychloroquine. Vu la gravité dramatique de la crise sanitaire, aucune piste de recherche ne doit être exclue.

Nous tenons à souligner que nous ne sommes pas des experts médicaux mais que, compte-tenu des polémiques en cours, nous jugeons important de faire connaître à nos lecteurs l’évaluation des autorités médicales chinoises, qui ont aujourd’hui une précieuse expérience de terrain.

Le 17 février dernier, le Conseil des affaires d’État, la plus haute autorité administrative de Chine, avait organisé un point de presse pour présenter les résultats des essais cliniques, conduits par les experts chinois qui furent les premiers à informer la communauté internationale sur le rôle utile pouvant être joué par l’hydroxychloroquine, sous forme de phosphate, dans l’inhibition du coronavirus et sa guérison plus rapide.

Essais in vitro en janvier

Les premiers essais in vitro, montrant l’intérêt de ce médicament couramment utilisé comme antipaludique à l’échelle mondiale, pour combattre le COVID-19, ont été menés début janvier en Chine. Les résultats en ont été publiés le 25 janvier dans la revue Cell Research. Réalisés par des chercheurs de l’Institut de virologie de Wuhan de l’Académie chinoise des sciences et de l’Institut de pharmacologie et de toxicologie de Beijing, ces essais se sont déroulés dans le contexte d’une investigation plus vaste sur l’efficacité de sept médicaments.

Suite à ces découvertes, Mme Sun Yanrong, vice-directrice du Centre national chinois pour le développement de la biotechnologie, a confirmé le 4 février, lors d’une conférence de presse de la Commission nationale de la Santé, un effet avéré de la chloroquine dans l’inhibition de l’infection par le nouveau coronavirus.

Essais in vivo en février : « Efficacité notable » de la chloroquine

Le briefing de presse du Conseil des affaires de l’Etat chinois a communiqué, le 17 février, sur les résultats des essais cliniques in vivo conduits sur ce médicament par trois chercheurs chinois, Jianjun Gao, Zhenxue Tian et Xu Yang, dans plus de dix hôpitaux à Wuhan, Jingzhou, Guangzhou, Beijing, Shanghai, Chongqing et Ningbo. Les résultats ont été publiés dans la revue BioScience Trends Advance Publication dès le 19 février. Le Conseil conclut que : « Le phosphate de chloroquine, un médicament très ancien utilisé contre le paludisme, a montré lors des essais cliniques conduits dans un certain nombre de cliniques en Chine, une efficacité notable [marked efficiency] dans le traitement de la pneumonie associée au Covid 19. »

Voici ce que rapportent ces chercheurs : (renvoi

« Jusqu’à présent, les résultats de plus de cent patients ont démontré que l’effet du [traitement de] phosphate de chloroquine est supérieur au ‘traitement de contrôle’ en inhibant l’exacerbation de la pneumonie, en améliorant les résultats de l’imagerie pulmonaire, en favorisant une conversion négative du virus et en raccourcissant l’évolution de la maladie. Aucune réaction indésirable grave au phosphate de chloroquine n’a été notée chez les patients susmentionnés. Compte-tenu de ces constatations, une conférence s’est tenue le 15 février 2020 ; les participants, dont des experts des autorités gouvernementales et réglementaires et des organisateurs d’essais cliniques, sont parvenus à un accord selon lequel le phosphate de chloroquine a une activité puissante contre le COVID-19. Il est recommandé d’inclure le médicament dans la prochaine version des Lignes directrices pour la prévention, le diagnostic et le traitement de la pneumonie causée par le COVID-19, publiées par la Commission nationale de la santé de la République populaire de Chine. Le phosphate de chloroquine, un ancien médicament pour le traitement du paludisme, a démontré une efficacité manifeste et une innocuité acceptable contre la pneumonie associée au COVID-19 dans des essais cliniques multicentriques menés en Chine. »

Ce qu’en dit Zhong Nanshan

Enfin, comme le rapportait China.org le 13 mars, Zhong Nanshan, chef du groupe d’experts de haut niveau de la Commission nationale de la santé et membre de l’Académie chinoise d’ingénierie, et Anita Simonds, présidente de la Société européenne des maladies respiratoires (ERS, pour European Respiratory Society), ont organisé une vidéoconférence à la mi-mars pour présenter les résultats et l’expérience de la Chine dans la lutte contre le COVID-19.

Zhong Nanshan a indiqué qu’à la date du 17 février, près de 150 essais cliniques de médicaments pour le COVID-19 étaient en cours, avec notamment le Remdesivir, l’acide phosphorique de chloroquine et divers produits de la médecine traditionnelle chinoise (MTC). « Pour les essais avec l’acide phosphorique de chloroquine, on peut voir qu’un nombre important de patients se sont révélés négatifs au virus dans les quatre ou cinq jours suivant la prise du médicament. » (Renvoi à l’étude.)

L’hydroxychloroquine

Depuis ces recommandations cependant, et face à l’emballement de l’opinion publique effrayée à la recherche d’un remède miracle, en Chine, des responsables de la santé ont tenu à bien préciser les conditions dans lesquelles la chloroquine doit être prescrite. L’institut de virologie de l’Académie chinoise des sciences a rappelé les doses à partir desquelles la chloroquine est mortelle : entre 2 et 4 grammes par adulte.

Aussi, le 29 février, la Commission nationale de la santé a défini plus strictement, les conditions d’utilisation de la chloroquine : elle ne peut plus être administrée aux femmes enceintes, aux personnes ayant des problèmes cardiaques ou des maladies des reins ou du foie. Seules les personnes âgées de 18 à 65 ans pourront en bénéficier et la durée est fixée à sept jours.

Enfin, la recherche chinoise, comme la française, n’excluant plus aucune piste, s’oriente vers l’hydroxychloroquine, un dérivé trois fois moins puissant, de la chloroquine. En Chine, les résultats de deux essais « in-vitro » de ce produit ont été publiés récemment : l’un dans Clinical Infectious Diseases du 9 mars ; l’autre dans Cell Discovery. Elles confirment toutes deux que l’hydroxychloroquine est aussi prometteuse contre le Covid-19 que la chloroquine.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Schooneman • 30/03/2020 - 12:02

    Les autorités de santé affirmaient que les chinois ont publié une étude contredisant les effets constatés et prouvés du professeur Raoult .Ou est cette étude !! Ps pharmacien retraité

    • Christine Bierre • 02/04/2020 - 00:22

      Bonjour,
      A quel déclaration des autorités de santé, vous referez-vous ?

    Répondre à ce message

  • saint-gregoire pierre • 01/04/2020 - 21:14

    Si la chloroquine était un poison tel qu’on a pu l’entendre çà et là, pourquoi ce médicament a-t-il été prescrit et recommandé de façon officielle depuis les années 50 (notamment par le Ministère des Armées, le Ministère des Affaires Étrangères, et le Ministère de la Coopération ? Parler de la dangerosité de la chloroquine, c’est irresponsable car cela peut ouvrir la voie, comme pour le médiator, à des procès contre le gouvernement, de la part de ceux qui en ont pris durant des années !
    Certes, l’utilisation de ce médicament n’était pas recommandée sur de longues durées (>5 ans en prise quotidienne !), mais dans le cas du coronavirus il ne s’agit de prendre de l’hydroxychloroquine que pendant moins d’une semaine !
    Pourquoi donc effrayer les gens et tenter de discréditer le prof. Raoult qui est un grand scientifique qui sait ce qu’il affirme ?
    Le paracétamol aussi, à partir de certaines doses, détruit les cellules hépatiques et amène à la mort !
    Mon avis personnel est que le prof. Raoult dérange, probablement parce que le traitement proposé (hydroxychloroquine + azithromycine) est efficace ET qu’il est bon marché. Ce qui est de nature à réduire la vente de médicaments basés sur de nouvelles molécules, et beaucoup plus chers, et anéantirait les arguments en vue d’imposer un vaccin contre le Covid19 qui rapporterait gros.

    Répondre à ce message

  • Erik Braudeau • 28/03/2020 - 15:03

    Temoi ?nage personnel : Apres une petite crise la nuit du 25/03 j’ai été constaté positif au corona virus et transporté dans un centre approprié ou j’ai été suivi de près. Tous les paramètres sont bons excellents et stables. La particularité de mon cas est que je suis né au Cameroun en 49, et que on se soignait quoti diennement a la quinine puis la chlorquinine. Plus tard contre l’avis général des médecins qui ne cessait de changer quant à la prise de médicaments ?e prevention et de soins, j’avais une méthode bien à moi de me soigner : des que je sentais venir une crise, ne pas attendre le medecin pour la guoutte epaisse et le dîagnostique, mais prendre tres vite 6 comprimés de nivaquine en 2 fois. Surtout ne pas laisser s’installer le palu. Ça a marché tout le temps comme ça et j’ai toujours de la nivaquine avec moi. Sauf maintenant a l’hopital où on ne veut faire la parenté entre le corona virus et le paludisme. Le prof Raoult a raison.

    • Christine Bierre • 29/03/2020 - 13:49

      Merci pour ce témoignage. En effet, dans les pays en développement, la quinine était salvatrice. Après, suite à l’influence des lobbies malthusiens occidentaux, certains de ses traitements, et les vaccins essentiels, ont été supprimés, voir interdits. Résultats : certaines maladies comme la polio, la TB, et le palu, parmi d’autres, sont revenues.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

S&P et Jacques Cheminade se battent depuis plusieurs décennies pour re-nationaliser la Banque de France, afin de reprendre le gouvernail de notre avenir et recréer des millions d’emplois.

En savoir plus
Pistes essentielles pour vaincre la pandémie de COVID-19
23 mars
Feuille de route
Pistes essentielles pour vaincre la pandémie de COVID-19
Traitement contre le coronavirus : l’Europe se mobilise
20 mars
Actualités
Traitement contre le coronavirus : l’Europe se mobilise
Coronavirus : construire d’urgence des unités de soins intensifs ? Yes we can !
18 mars
Actualités
Coronavirus : construire d’urgence des unités de soins intensifs ? Yes we can !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard