Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 décembre - Notre Sécurité sociale : mieux la connaître pour mieux la défendre Lire 13 décembre - Sauvons le Palais de la Découverte ! Lire 10 décembre - « l’Homme de Vitruve » de Léonard de Vinci Lire
AccueilActualité

Chine-France, accords bilatéraux et gouvernance mondiale

Par Christine Bierre

La visite du président Xi Jinping en France a révélé de grandes surprises. Qui l’eût cru ? Avec des médias pratiquant un « China bashing » dépassant la propagande de la guerre froide, doublé de rapports haineux de think-tanks inféodés à Washington et à Londres ; avec l’arrogance calculée d’Emmanuel Macron qui dès son arrivée au pouvoir, a saisi toutes les occasions pour traiter la Chine de haut, tantôt la qualifiant de système « hégémonique », tantôt participant à la formation d’un front Indo-Pacifique pour la contrer, le moins que l’on puisse dire est que l’on ne s’attendait pas à de grandes percées lors de la visite du Président Xi Jinping.

D’où notre agréable surprise devant l’importance des contrats signés. [1] Si les grands contrats bilatéraux font parti désormais de l’ADN des relations franco-chinoises, de petits progrès sont aussi à signaler au niveau de la Nouvelle Route de la soie, face à laquelle la France était restée jusqu’ici très critique : trois listes des projets auraient été retenues par les deux parties. Il faut aller plus loin !

Chine-UE pour une relance du multilatéralisme

La véritable surprise fut cependant l’organisation par Emmanuel Macron et par Xi Jinping d’un « forum pour la gouvernance mondiale », à Paris, à la fin des rencontres bilatérales. La chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission Européenne Jean Paul Junker y ont été conviés pour définir, à quatre, de nouvelles règles dans la relation UE-Chine, et pour relancer le multilatéralisme comme méthode de résolution des crises face aux poussées « unilatéralistes » et « protectionnistes » qui surgissent à travers le monde. Le nom de Trump n’a jamais été prononcé, mais ses oreilles ont dû beaucoup siffler !

Les Européens étaient particulièrement soucieux d’obtenir de la Chine qu’elle « respecte l’unité de l’UE », en ne négociant pas des accords économiques avec chaque Etat membre individuellement, mais en acceptant que la concertation s’organise depuis le sommet. La Chine, quant à elle, s’est montrée surtout préoccupée par un état du monde particulièrement dégradé et par les mesures à adopter pour qu’il ressemble à la « communauté de destin partagé pour toute l’humanité » que Xi Jinping appelle de ses vœux.

Le président chinois a ainsi appelé à remédier aux quatre grands déficits dans les affaires mondiales : déficit de gouvernance, de confiance, de paix et de développement. Il a défendu l’autorité de l’ONU et l’avènement d’un système commercial multilatéral rénové. Il a appelé à rejeter les mentalités du « jeu à somme nulle », de la guerre froide, de la loi de la jungle, et a régler les conflits de façon pacifique. En matière de développement, il a défendu une approche fondée sur l’innovation pour faire face aux problèmes de la pauvreté. Dans ce contexte, il a une fois de plus invité les autres pays à participer activement à son Initiative une Ceinture, une Route (ICR, nom donné par la Chine à son projet de « Nouvelle Route de la Soie »).

La France, l’Allemagne et l’UE s’ouvrent à l’ICR

Est-ce cette discussion au plus haut niveau sur les graves problèmes du monde, qui a créée, chez les Européens, une certaine ouverture d’esprit à l’approche chinoise du développement ? Ou la décision italienne de passer outre les consignes de Washington et de l’UE, et de signer le protocole d’accord pour la Nouvelle Route de la Soie ? Toujours est-il qu’à Paris, M. Macron a placé « l’ICR » parmi les 4 grandes questions qu’une approche multilatérale doit traiter, avec les questions internationales de sécurité (respect de l’accord nucléaire iranien, dénucléarisation de la péninsule coréenne, et développement et sécurité en Afrique).

Un multilatéralisme rénové, plus juste, pourrait, selon lui, résoudre les déséquilibres provoqués dans nos pays par une mondialisation qui a donné naissance à un besoin légitime de protection. « L’ICR est une proposition très structurante qui peut contribuer à la stabilité, au développement et à la coexistence entre les peuples », a-t-il dit, avant de proposer un agenda commun de connectivité Chine-UE, pour construire des infrastructures et des équipements. « Nous pouvons sortir beaucoup des pays de la pauvreté », a-t-il osé avancer.

Angela Merkel a aussi qualifié l’ICR « de projet très important, dans lequel nous, Européens, voulons jouer un rôle » et qui permet de « visualiser de façon excellente l’interdépendance entre l’UE et la Chine ». « La Chine a montré qu’il est possible de sortir des millions des gens de la misère très rapidement. Je pense qu’il y a des choses à apprendre de cet exemple et que nous en devons tirer des conclusions pour notre coopération avec l’Afrique ».

Même Junker y a été de sa propre musique, notant que « concernant » l’ICR, nous, Européens, devons expliquer à nos citoyens qu’il ne s’agit pas d’un projet chinois dirigé contre les intérêts de l’Europe. (...) Je voudrais trouver notre intérêt dans l’application de ce grand projet et savoir que les investissements ne sont pas exclusivement Chinois mais qu’ils bénéficieront aux Européens et à tous les pays par lesquels il transite. »

Le sommet UE-Chine du 8-9 avril

Après ces discours d’ouverture cependant, l’UE devra rapidement passer des mots aux actes, notamment lors du prochain sommet UE-Chine les 8-9 avril prochains.

C’est là que nous verrons si elle voudra réellement faire de l’ICR un « point d’appui archimédien » - pour reprendre les mots d’Emmanuel Macron - pour transformer le monde vers une sortie de crise, ou si, au contraire, elle tentera de le dévoyer en le réorientant vers la bulle verte ou la finance spéculative.

C’est là que nous verrons si l’UE est prête à adopter les reformes qui s’imposent pour s’engager dans cette aventure.

Car, depuis la crise financière de 2008, l’UE est une région terriblement endettée et en déclin industriel, alors que la Chine, grâce à son approche d’économie dirigée orientant ses capitaux vers les infrastructures, la connectivité, l’innovation, et la création d’emplois qualifiés, connaît toujours une forte croissance industrielle qui génère des surplus pouvant être investis. Une véritable évaluation de l’utilisation et de l’utilité du Plan Junker, qui prétend déjà avoir investi 315 milliards dans les entreprises européennes, devrait être faite avant de s’engager dans la même approche.

Faute de faire une réforme financière de grande envergure, nettoyant la BCE et les principales banques de leurs créances douteuses, via une séparation stricte entre les banques spéculatives et les banques commerciales ; faute de rétablir les Banques Nationales dans leur souveraineté et de faire des émissions de crédit public orientées vers ces projets « structurants » capables de tirer les économies de l’avant, l’UE n’aura pas l’argent pour investir dans la construction des infrastructures aux côtés de la Chine.

Plus grave, la tentative d’interdire aux Etats membres de signer des accords commerciaux directs avec la Chine dans le cadre de ses projets - ce qui est totalement légitime de leur part - pourrait se traduire par le blocage pur et simple du projet en Europe, alors que pour de nombreux pays, il représente la seule source de capitaux pour investir dans la modernisation des infrastructures.

Face à ces menaces, nous disons : « multilatéralisme oui, mais attention à l’affairisme bien connu de l’UE ! »


[1L’achat de 300 Airbus pour près de 30 milliards d’euros ; un accord pouvant atteindre 6 milliards d’euros entre Schneider Electric, très implanté en Chine et Power Construction Corporation (PCC) pour la modernisation des usines PCC en Chine et dans des pays tiers ; un accord entre CMA-CGM, leader français du transport maritime et la China State Shipbuilding corporation pour la construction de 10 navires équivalent à 15 000 conteneurs chacun, pour 1,2 milliards d’euros ; un contrat de 1 milliard d’euros signé par EDF pour la construction des phases 4 et 5 du parc d’éoliennes de Dongtai, dans la province de Jingsu ; et un protocole d’accord pour la création d’un Fonds commun franco-chinois de 1 milliard d’euros, entre BNP Paribas, Eurazeo et China Investment Corporation, pour soutenir l’implantation des petites et moyennes entreprises françaises en Chine ; accord signé entre le CNES et l’agence spatiale chinoise, pour envoyer une quinzaine d’expériences françaises dans la mission lunaire Chang’e 6. Enfin, la levée de l’embargo sur la volaille de 2015, adopté suite à la grippe aviaire, permettra à nos agriculteurs d’exporter toutes les parties de la volaille aux Chinois qui en sont friands, un marché de près de 7 milliards d’euros par an.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus

S&P et Jacques Cheminade se battent depuis plusieurs décennies pour re-nationaliser la Banque de France, afin qu’elle redevienne une Banque « du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

En savoir plus
Coopération Italie-Chine : un gros caillou dans la chaussure de l'empire anglo-américain
15 mars
Chroniques stratégiques
Coopération Italie-Chine : un gros caillou dans la chaussure de l’empire anglo-américain
L’Italie rejoint la Chine sur les Nouvelles Routes de la soie !
11 mars
Chroniques stratégiques
L’Italie rejoint la Chine sur les Nouvelles Routes de la soie !
La Chine explore la face cachée de la Lune
23 février
Science
La Chine explore la face cachée de la Lune
Huawei, 5G : montée en puissance de la Chine et jalousie occidentale
12 février
Actualité
Huawei, 5G : montée en puissance de la Chine et jalousie occidentale
Visite de Xi Jinping : face aux vents puissants d'Asie, Macron veut ériger des murs !
22 mars
Actualité
Visite de Xi Jinping : face aux vents puissants d’Asie, Macron veut ériger des murs !
Bienvenue à Xi Jinping en France ! l'Italie nous montre l'exemple
21 mars
Déclarations
Bienvenue à Xi Jinping en France ! l’Italie nous montre l’exemple
Après l’Italie, Xi Jinping bouscule l’inertie européenne
27 mars
Chroniques stratégiques
Après l’Italie, Xi Jinping bouscule l’inertie européenne
France-Chine : arrêtons de nous réfugier derrière l'Union Européenne !
31 mars
Cheminade sur Tropiques FM
France-Chine : arrêtons de nous réfugier derrière l’Union Européenne !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard