Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

13 juin - Pour lancer sa croisade anti-chinoise, Biden veut transformer le G7 en G1 Lire 10 juin - Poutine, Biden : L’entente ou la guerre - EJC#59 Lire 9 juin - Santé publique : il a urgence et urgences Lire
AccueilActualités
Ludwig van Beethoven

Ou comment déconfiner les esprits

Pourquoi donc un mouvement comme Solidarité et Progrès, connu pour son acharnement à attaquer l’oligarchie financière, perd son temps à commémorer l’anniversaire d’un artiste né il y a 250 ans ? N’y a t-il pas des choses plus urgentes à faire, comme manifester pour renverser Macron ? Et bien la réponse est justement dans la question. Car si l’urgence est là, n’oublions pas que c’est avant tout dans nos esprits que la bataille décisive se déroule, celle qui détachera nos concitoyens de la « servitude volontaire » entretenue par la culture de masse.

Pour l’année Beethoven qui vient de s’achever, nous avons décidé de lancer une offensive culturelle visant à « rendre au peuple » Beethoven et son souffle créateur. Cette offensive s’est concentré sur deux projets :

Le dossier Penser comme Beethoven, rebelle humaniste

Dossier à commander, 60 pages, 10 euros.
Dossier à commander, 60 pages, 10 euros.

On a tous soif de liberté, de justice, de vérité. Surtout en ce moment ! Parfois on doute. A écouter la cinquième, le Fidelio ou l’appassionata de Beethoven, c’est comme si le courage d’y croire et de vouloir nous battre nous revenait.

Mais comment une simple musique peut-elle produire un tel effet ?

Pourquoi même les stars de rock ont puisé dans les grands airs classiques ?

La réponse se trouve en partie dans notre dossier : Penser comme Beethoven, rebelle humaniste.

Nous l’avons composé pour vous, alors qu’en 2020 nous célébrions le 250e anniversaire de la naissance de Beethoven. Mais aussi alors que nous entrons dans l’une des périodes les plus tragiques de notre histoire - celles-là même qui nécessitent que nous allions puiser, ensemble, dans la part la plus forte et la plus belle de nous-mêmes.

Alors si vous voulez commencer l’année en beauté, rendez-vous dans notre boutique pour commander notre dossier... et faire plus intime connaissance avec l’un des génies les plus révolutionnaires de notre histoire.

La visioconférence Beethoven : le souffle créateur pour révolutionner notre temps

Pour permettre aux non-initiés de saisir la différence fondamentale entre la musique commerciale actuelle et le domaine dans lequel Beethoven nous entraîne, Johanna Clerc (apprentie cheffe de chœur) a invité les internautes à se demander ce qui les pousse habituellement à écouter de la musique. Finalement, n’utilisons-nous pas souvent la musique comme une sorte de drogue douce, pour créer une ambiance propice à la détente, à la rêverie, ou bien, à l’action, à la danse, voire à la transe ? Malheureusement, la plupart des gens ne savent pas qu’il existe un autre univers – dans leur esprit – où la musique n’est pas un instrument pour se mettre dans tel ou tel état émotionnel, mais un langage à part entière capable d’exprimer l’indicible.

Visioconférence de Solidarité & progrès le 16 décembre 2020, sur le thème Beethoven : le souffle créateur pour révolutionner notre temps
Visioconférence de Solidarité & progrès le 16 décembre 2020, sur le thème "Beethoven : le souffle créateur pour révolutionner notre temps"

Et c’est là que Beethoven entre en jeu. Rien n’est plus éloigné d’une musique d’ambiance que sa musique. Comme Bruno Abrial et Odile Mojon (tous deux co-auteurs de notre dossier Penser comme Beethoven, rebelle humaniste) l’ont exposé, Beethoven vivait dans une période révolutionnaire pendant laquelle les classes supérieures, qui avaient des oreilles mais n’écoutaient pas, trichaient avec leurs principes et étaient incapables de répondre aux défis de leur époque. Toute ressemblance avec des personnes actuellement au pouvoir dans nos « démocraties » n’étant absolument pas fortuite. Pour faire face à ce ramollissement des caractères, Beethoven donnera au peuple et à la postérité un art prométhéen et révolutionnaire. Ceux qui s’autorisent à penser dans les milieux autorisés vous dirons que c’est un lieu commun. Mais c’est un lieu commun dont on ne comprend plus la signification réelle…

Comme l’a démontré Georges Beriachvili, pianiste et musicologue, la musique de Beethoven ne parle pas de la révolution, de Prométhée et de son feu créateur : elle est elle-même la révolution et le feu créateur. La musique de Beethoven est habitée par la vie elle-même, et non par la fuite de celle-ci. Chez Beethoven, la matière musicale est toujours assez simple, comme le montre le premier mouvement de la 5ème Symphonie, mais cette matière est amenée à s’accroître et à se développer de manière très complexe. Beethoven ne recherchait pas la beauté du son, il concevait sa musique comme une idée se créant d’elle-même, luttant pour son existence et poursuivant inflexiblement son objectif.

Michèle Ariste (professeure de musique et pianiste) et Jan Tamzejian (compositeur et pianiste) présentèrent à travers des exemples comment cette approche « prométhéenne » se manifeste chez Beethoven. Mme Ariste donna des clés d’écoute et de compréhension de l’Ouverture d’Egmont, œuvre que la pièce de théâtre éponyme de Goethe inspira au compositeur. M. Tamzejian montra, entre autres, comment Beethoven inspire son travail de compositeur aujourd’hui, et comment cet héritage peut directement alimenter les luttes citoyennes pour la dignité. Les internautes purent ainsi écouter deux compositions de M. Tamzejian : une adaptation, sur un chant de Beethoven, de « On est là ! », la rengaine emblématique des Gilets Jaunes, et un « Bashrav » (Prélude) pour oud, percussion et quintette à cordes, une œuvre mariant « deux formes classiques : l’une classique occidentale et l’autre traditionnelle orientale ».

L’audience de notre visioconférence n’était pas en reste, car elle posait la question légitime de comment transmettre la compréhension de Beethoven à tous. Or, une résistance est déjà en place : dans le monde associatif basé sur des initiatives privées, la musique de Beethoven est timidement transmise à une population de plus en plus vieillissante. Mais les institutions officielles sont largement démissionnaires. Aujourd’hui, les musiciens, les compositeurs et les militants associatifs ne peuvent pas compter sur un État qui préfère promouvoir une culture officielle « démocratique » plutôt qu’accompagner sa population avec une culture de la vie et la découverte, par peur des « mauvaises idées » que ça pourrait lui donner.

Il existe pourtant actuellement des interprètes et des compositeurs talentueux, comme la jeune prodige britannique Alma Deutscher. Mais ils ne sont connus que d’une minorité de mélomanes, coincés dans la niche écologique d’une culture que les classes dirigeantes ne comprennent même pas elles-mêmes. Beethoven lui-même était loin d’être majoritaire à son époque, le romantisme et l’individualisme morbide triomphant dans l’histoire de l’art, sous le regard plutôt bienveillant de la bourgeoisie naissante et de l’aristocratie désargentée.

Nos intervenants, Jacques Cheminade en tête, ont rappelé que ce sont ces mêmes milieux oligarchiques qui ont étouffé dans l’œuf l’héritage de Beethoven dans la population, par peur que de nouveaux Prométhées en sortent pour « donner le feu aux hommes ». Car c’est bien cela que nos oligarchies diverses, variées, mais toutes rattachées à l’Empire de la City de Londres et de Wall Street, craignent. Que ce feu prométhéen devienne incontrôlable et brûle leur château de cartes de préjugés, d’idées reçues, de monétarisme financier et de malthusianisme légèrement verdâtre. Aujourd’hui, c’est entre vos mains que nous espérons voir ce feu créateur, à mesure que vous découvrirez et ferez découvrir ce génie universel qui n’a pas fini d’enflammer les cœurs et les esprits !

Les discours de la visioconférence :

A LIRE, EN SUPPLÉMENT :

La musique, c’est la dynamique de la vie, par Christine Bierre, à partir du troisième entretien de Wilhelm Furtwängler avec Walter Abendroth.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus
L'Hymne à la joie de Beethoven, aux sources de la créativité
6 mai 2019
Culture
L’Hymne à la joie de Beethoven, aux sources de la créativité
Penser comme Beethoven, rebelle humaniste
14 février 2020
Dossiers en vente
Penser comme Beethoven, rebelle humaniste
Beethoven - Saisir le Destin à la gueule
17 décembre 2019
Culture
Beethoven - Saisir le Destin à la gueule
Meeresstille : initiation à une culture de découverte
7 août 2007
Culture
Meeresstille : initiation à une culture de découverte

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard