Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Arrêt du projet nucléaire Astrid : une décision idiote et anti-écologique

Des chercheurs du CEA au travail.
Des chercheurs du CEA au travail.
Crédit : CEA

L’abandon du chantier du prototype du réacteur ASTRID annoncé fin août va complètement à l’encontre de ce « nucléaire du futur » que nous défendons. Car remettre à plus tard le développement du nucléaire de 4ème génération, c’est s’éloigner du saut technologique qui nous permettra, entre autres, de réutiliser les 250 000 tonnes de « déchets » radioactifs stockés à la Hague !

Vendredi 30 août 2019, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) a confirmé l’abandon du chantier du prototype de réacteur nucléaire de quatrième génération. ASTRID n’est plus « programmé à court ou moyen terme » et son déploiement n’est plus envisagé « avant la deuxième moitié de ce siècle ».

Ereintant l’image d’un Emmanuel Macron réputé pro-nucléaire et d’un Edouard Philippe ayant travaillé chez Areva, l’annonce fait l’effet d’un séisme pour la filière de l’atome. Comment croire après cette annonce au volontarisme affiché quelques semaines plus tôt de Macron devant la Conférence des Ambassadeurs où il annonçait que, face à la Chine, la Russie et les Etats-Unis, tous mobilisés pour prendre le leadership en matière du « nucléaire du futur », l’Europe et la France doivent affirmer leur volonté d’exister ou accepter de disparaître…

Nucléaire du futur

Comme nous l’avons documenté ailleurs, la transition énergétique que nous défendons se fonde avant tout sur un principe qui a marqué la longue marche du progrès humain : grâce à une énergie plus dense, à partir d’une quantité moindre de matières premières et avec un moindre effort, on arrive à fournir un travail quantitativement et qualitativement plus important. Avec un combustible plus dense, comme le kérosène, un avion a pu se déplacer plus loin alors qu’avec du bois, il n’aurait même pas de quoi décoller !

Or, avant qu’on puisse arriver d’ici une cinquantaine d’années à la maîtrise de l’énergie de fusion thermonucléaire contrôlée, plusieurs étapes transitoires s’imposent. Dans l’immédiat, une bonne quinzaine d’EPR’s nouveau modèle devront venir remplacer notre parc nucléaire actuel préparant l’arrivée de réacteurs dite de la Génération IV. Avec ces derniers, notamment avec les réacteurs à sels fondus au thorium ou avec la filière aux neutrons rapides, on pourrait disposer de l’énergie dont nous aurons besoin d’ici le moment où la fusion sera exploitable commercialement.

Le concept de « quatrième génération » est né en 2000 aux États-Unis, dans les bureaux du Department of energy (DoE). Il implique, pour les réacteurs du futur, de répondre à plusieurs ambitions :

  • des systèmes de sécurité passive éliminant les risques actuels ;
  • des températures élevées assurant une efficience énergétique plus élevée ;
  • une production moindre de matériaux à usage potentiellement militaire ;
  • une moindre production de déchets ;
  • une capacité de « broyer » et de transmuter les déchets existants et enfin,
  • la préservation et la multiplication des ressources en uranium.

La capacité d’innovation des laboratoires et des industriels a jusqu’ici surtout porté sur ce dernier point. En 2001, le Forum international Génération IV, organisme s’appuyant sur l’AEN et regroupant une dizaine de pays dont la France, a identifié, parmi plus de milles façons d’utiliser l’atome, six filières d’avenir et à même de préserver les ressources en matière première.

Trois sont dites à neutrons rapides :

Les trois autres sont à neutrons lents :

L’enjeu est de tester les six concepts et de sélectionner les meilleurs ou de les développer tous au même temps comme le fait actuellement la Chine.

En France, c’est le président Jacques Chirac, qui, en janvier 2006, charge le CEA d’étudier un projet de réacteur de IVe génération. La France a arrêté alors son choix sur la filière à neutrons rapides (RNR) utilisant le sodium, et non plus l’eau, comme caloporteur (généralement un liquide permettant de transmettre la chaleur). L’utilisation de ce métal a l’avantage de moins freiner les neutrons que l’eau et de ne pas corroder les éléments en acier du réacteur.

Après tout, la France ne part pas de rien et dispose déjà d’un savoir faire reconnu en la matière. Car, dans les années 1970 et 1980 elle a déjà construit deux réacteurs à caloporteur sodium, notamment le « surgénérateur » SuperPhenix, projet annulé par Lionel Jospin pour une poignée de voix écologistes.

Ainsi, le CEA propose la construction d’ASTRID, pour Advanced Sodium Technological Reactor for Industrial Demonstration. A la suite des réacteurs expérimentaux Rapsodie, Phénix (250 MWe) et Superphénix (1240 MWe), ce prototype de puissance intermédiaire (600 MWe) ambitionnait à démontrer la possibilité d’un passage au stade industriel de la filière des réacteurs à neutrons rapides au sodium.

En 2009, Nicolas Sarkozy, dans le cadre du grand emprunt et du Programme des investissements d’avenir (PIA) élaboré par Alain Juppé et Michel Rocard, consent à y consacrer un milliard d’euros et une subvention de 651,6 millions d’euros couvrant la partie « études de conception » pour ASTRID est accordée.

En 2012, une série de contrats industriels est signée avec les entreprises en charge de la réalisation du chantier et le 5 mai 2014, le Premier ministre japonais Shinzo Abe signe un accord de coopération avec François Hollande prévoyant l’implication du Japon dans le projet.

Avantages de la filière « neutrons rapides »

En premier lieu, la filière aux neutrons rapides répond mieux aux exigences du législateur sur la gestion des déchets radioactifs. La loi du 28 juin 2006 impose en effet d’orienter les recherches sur un réacteur pouvant réaliser « la transmutation », c’est-à-dire de brûler dans son cœur les actinides mineurs (américium, neptunium, curium…), des éléments très radioactifs dont la durée de vie est très longue. Non seulement ces déchets nucléaires (les « produits de fission ») en sont débarrassés, mais leur durée de vie, selon leur nature, passe de 10 000 ans à… 300 ans et parfois moins, ce qui change complètement la donne du stockage.

Le second intérêt est d’optimiser le cycle du combustible. L’uranium naturel contient 99 % d’uranium-238 non fissile, et 0,7 % d’uranium-235 fissile. Ce dernier doit donc être enrichi dans le combustible entre 3 % à 5 % pour être utilisé. Dans le combustible usé par n’importe quelle centrale nucléaire actuelle, environ 1 % de la matière est du plutonium. Il peut être réutilisé une fois, faiblement concentré sous forme de MOX [1] dans une partie des réacteurs actuels.

L’avantage énorme d’un réacteur du type Astrid c’est donc de pouvoir brûler aussi bien l’uranium-235 et de multirecycler le plutonium. Le nouveau réacteur permet par ailleurs de transmuter l’uranium-238 non fissile en plutonium-239 fissile par un phénomène dite de « surgénération ».

En clair, pour une même quantité d’uranium, ce type de réacteur pourrait produire 50 à 100 fois plus d’électricité qu’un réacteur actuel !

Disposant d’environ 250 000 tonnes de combustible usé stockées à la Hague, la France, si elle opte pour cette filière, disposerait alors d’assez de combustible pour assurer sa consommation actuelle pendant 3000 ans !

Le défi d’ingénierie reste entier sans être insurmontable. En effet, un réacteur à caloporteur sodium est sensible aux micro-ébullitions ou aux bulles de gaz. De tels événements peuvent entraîner un brutal accroissement de la réactivité du combustible. Ensuite, le sodium est très réactif à l’air et à l’eau, ce qui implique des risques d’incendie et d’explosion. En 1995, un réacteur de ce type au Japon avait été touché par un important incendie après une fuite de sodium. Remis en service en 2010, de nouveau stoppé en 2013, il a été arrêté définitivement en 2016.

Enfin, le sodium, contrairement à l’eau, est opaque. L’observation de l’état des matériaux et des soudures est donc fastidieuse.

Cependant, les expériences menées en France sur le réacteur Phénix ont prouvé qu’en l’absence d’alimentation électrique du système de refroidissement un mouvement de convection naturel apparaît au sein du sodium, permettant d’éliminer en partie la chaleur. Le projet ASTRID aurait sans doute pu permettre d’améliorer cette sécurité passive et de développer les outils de contrôle et des installations adaptés.

L’abandon « temporaire »

Déjà, au début 2018, désespéré, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), maître d’ouvrage du programme, avait proposé au gouvernement de revoir à la baisse les ambitions initiales, pour des raisons financières. Bien que cela ait fait hurler les ingénieurs, au lieu de construire un démonstrateur de 600 MW (mégawatts), dont la mise en service étaient prévue à l’horizon 2039, le CEA proposa qu’avec les fonds dont elle disposait on construise un projet d’une puissance trois à six fois moindre ! Immédiatement la presse japonaise demanda alors que le Japon se retire du projet.

Aujourd’hui, le 30 août 2019, le gouvernement annonce l’arrêt d’ASTRID tout en affirmant... qu’il ne s’agit pas d’un abandon !

En premier lieu, sans surprise, le cabinet d’Elisabeth Borne constate « l’abondance d’une ressource bon marché en uranium » (Nos amis nigériens apprécieront la perspective de rester sous-payés durant les trente ans à venir pour leur contribution à notre prospérité) et que les caisses sont vides.

EDF a du renflouer Areva, doit financer le grand carénage et s’est engagé pour Hinkley Point. Pour le ministère, « La priorité de la filière industrielle doit par ailleurs aller à la réussite de la filière des réacteurs EPR de troisième génération ». Cette justification fait écho aux difficultés du chantier de l’EPR de Flamanville (Manche) qui a subi plusieurs retards et dont le coût ne cesse de gonfler. « Dans ce contexte, la mise en chantier d’un démonstrateur de taille industrielle n’était ni nécessaire, ni opportune », conclut un gouvernement qui refuse d’être au rendez-vous des grandes aventures humaines.

Suite à l’émotion qu’un tel abandon suscite dans le secteur ainsi que chez certains écologistes conscients du rôle que jouera le « nucléaire du futur » pour traiter les déchets, le gouvernement a tenté de calmer les esprits. Il rappelle sa demande aux industriels « d’engager les actions de R&D nécessaires avec le CEA pour approfondir la faisabilité industrielle des solutions de multi-recyclage du combustible dans les réacteurs de troisième génération, solution transitoire qui contribuera à la recherche sur la fermeture du cycle et la quatrième génération de réacteurs ».

De son coté, le CEA précise que « conformément aux engagements qu’il avait pris auprès des pouvoirs publics, le CEA proposera d’ici la fin de l’année au Gouvernement un programme de recherche révisé sur la 4e génération pour 2020 et au-delà. (…) Il permettra de maintenir les compétences développées sur les réacteurs rapides au sodium ». Il n’y a plus de piscine mais on gardera pendant trente ans au sec les maîtres-nageurs pour préserver leur savoir-faire ! Mdr.

Le député LREM de la troisième circonscription du Gard, c’est-à-dire là où ASTRID aurait du se construire, souligne lui aussi que la R&D continuera et qu’en réalité « le projet de RNR n’est pas abandonné. Certains l’entendent comme un abandon, mais il est amené à une échéance qui est la deuxième moitié de ce siècle. En matière d’énergie, on est amené à réfléchir sur des échéances longues. Et je précise qu’il n’a jamais été dit qu’ASTRID se ferait, ni qu’il se ferait ici, à Marcoule. C’est un avant-projet ».

Voici qui est rassurant !

Voici une vidéo intéressante du site Novethic


[1Le combustible MOX (ou MOx) est un combustible nucléaire constitué d’environ 8,5 % de plutonium et 91,5 % d’uranium appauvri. Le terme MOX est l’abréviation de « Mélange d’OXydes » (ou Mixed OXides en anglais) car le combustible MOX contient du dioxyde de plutonium (PuO2) et du dioxyde d’uranium appauvri (UO2), produit en poudre, granulés ou pastiles. Actuellement, le MOX n’est produit que par l’usine Melox du groupe français Orano (ex-Areva). Cette production constitue un débouché civil pour le plutonium issu des combustibles usés retraités à l’usine de la Hague.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Martelli Carmelo • 12/09/2019 - 13:42

    Qui est Chantal Boury ? J’ai lu un article ou elle fusille les centrales 4eme génération, et bien sûr, elle fait la promotion des éoliennes ......

    • Karel Vereycken • 12/09/2019 - 14:33

      Chantal Bourry est titulaire d’une licence de sciences physiques de l’université de Poitiers. Militante associative, en particulier au sein du Réseau Sortir du nucléaire, elle est l’auteur en 2001 de L’impasse nucléaire, livre diffusé à 50 000 exemplaires.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

France-Chine : les atomes crochus
15 janvier 2018
Actualité
France-Chine : les atomes crochus
Le nucléaire que nous défendons
9 mars 2017
Nucléaire
Le nucléaire que nous défendons
Thorium et neutrons rapides seront au coeur du nucléaire du futur
4 février 2012
Science
Thorium et neutrons rapides seront au coeur du nucléaire du futur
La France va (enfin) bâtir de nouvelles centrales nucléaires
20 janvier 2015
Actualité
La France va (enfin) bâtir de nouvelles centrales nucléaires
Nucléaire de quatrième génération : la France au rendez-vous !
13 avril 2010
Brèves
 Nucléaire de quatrième génération : la France au rendez-vous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard