Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 mai - Odile Mojon interviewée par lepetitjournal.com Lire 20 mai - Sébastien Périmony interviewé par lepetitjournal.com Lire 18 mai - Visioconférence de l’Institut Schiller, le 26 mai à 17 heures Lire
AccueilActualités

Armes nucléaires : des anciens du renseignement américain interpellent Biden

DESTINATAIRE : le Président des Etats-Unis
DE : Veteran Intelligence Professionnals for Sanity (VIPS, Anciens professionnels du renseignement, en défense de la santé mentale)
OBJET : Les armes nucléaires ne peuvent pas être désinventées, donc...
PRIORITÉ : IMMÉDIATE
REF : Notre mémo du 20/12/20, « Ne vous laissez pas berner à propos de la Russie ».

1er mai 2022

Monsieur le Président :

Les médias grand public ont fait mariner le cerveau de la plupart des Américains dans une potion de sorcière d’informations trompeuses sur l’Ukraine, et sur les enjeux extrêmement importants de la guerre. Au cas où vous ne disposeriez pas du type d’informations « non filtrées » que le président Truman espérait obtenir en restructurant le renseignement, nous vous proposons ci-dessous une fiche d’information en 12 points.

Certains d’entre nous, qui étions analystes du renseignement pendant la crise des missiles de Cuba, y voyons un parallèle direct avec la crise ukrainienne. Quant à la crédibilité de notre association (le VIPS), depuis janvier 2003, notre bilan – que ce soit sur l’Irak, l’Afghanistan, la Syrie ou la Russie – parle de lui-même.

  1. La possibilité croissante de l’utilisation d’armes nucléaires, alors que les hostilités en Ukraine continuent de s’intensifier, mérite toute votre attention.
  2. Pendant près de 77 ans, la prise de conscience commune de l’effroyable pouvoir destructeur des armes atomiques a créé un équilibre de terreur (ironiquement stabilisant) appelé dissuasion. Les pays dotés d’armes nucléaires ont généralement évité de menacer de les employer contre d’autres pays dotés des mêmes armes.
  3. Les récents rappels de Poutine sur la capacité de la Russie à se servir d’armes nucléaires peuvent facilement entrer dans la catégorie de la dissuasion. On peut également y voir un avertissement indiquant qu’il est prêt à les utiliser in extremis.
  4. In extremis ? Oui. Poutine considère l’ingérence occidentale en Ukraine, en particulier depuis le coup d’État de février 2014, comme une menace existentielle. À notre avis, il est déterminé à débarrasser la Russie de cette menace, et pour lui, l’Ukraine est désormais un cas où il ne peut se permettre une défaite. Nous ne pouvons exclure la possibilité que, le dos au mur, il autorise une frappe nucléaire limitée avec des missiles modernes volant plusieurs fois à la vitesse du son.
  5. Une menace existentielle ? Dans l’engagement militaire américain en Ukraine, Moscou voit précisément le même type de menace stratégique que le président Kennedy voyait dans la tentative de Khrouchtchev d’installer des missiles nucléaires à Cuba, en violation de la doctrine Monroe. Poutine se plaint que les sites de missiles « ABM » américains en Roumanie et en Pologne peuvent être modifiés, en insérant simplement un CD différent, permettant de lancer des missiles contre les ICBM de la Russie.
  6. Quant à l’installation de sites de missiles en Ukraine, selon le compte rendu du Kremlin sur votre conversation téléphonique du 30 décembre 2021 avec Poutine, vous lui avez dit que les Etats-Unis « n’avaient aucune intention de déployer des armes de frappe offensive en Ukraine ». Pour autant que nous le sachions, il n’y a eu aucune objection à l’exactitude de ce compte-rendu russe. Néanmoins, l’assurance que vous auriez donnée à Poutine s’est volatilisée, contribuant, comme nous pouvons l’imaginer, à la méfiance croissante de la Russie.
  7. La Russie ne peut plus douter que les États-Unis et l’OTAN visent à affaiblir la Russie (et à l’éliminer, si possible) et que l’Occident pense également pouvoir y parvenir en déversant des armes en Ukraine et en incitant les Ukrainiens à se battre. Nous pensons que ces objectifs sont délirants.
  8. Si le secrétaire d’État à la Défense Llyod Austin croit que l’Ukraine peut gagner contre les forces russes, il se trompe. Rappelez-vous que nombre de ses prédécesseurs (McNamara, Rumsfeld ou Gates, par exemple) n’ont cessé d’assurer aux présidents précédents, à propos de régimes corrompus, qu’ils pourraient l’emporter contre des ennemis bien moins redoutables que la Russie.
  9. L’idée que la Russie serait isolée sur le plan international semble également illusoire. On peut compter sur la Chine pour tout faire afin d’empêcher Poutine de perdre en Ukraine - avant tout parce que Beijing a été désignée comme la prochaine sur la liste, pour ainsi dire. Le président Xi Jinping a certainement été informé de la « Stratégie de défense nationale 2022 » du Pentagone, qui désigne la Chine comme la première « menace ». L’entente Russie-Chine marque un changement tectonique dans la corrélation mondiale des forces. On ne saurait en exagérer l’importance.
  10. Les sympathisants nazis en Ukraine n’échapperont pas à l’attention le 9 mai, alors que la Russie célébrera le 77e anniversaire de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie. Tout citoyen russe sait que plus de 26 millions de Soviétiques sont morts pendant cette guerre (y compris le frère aîné de Poutine, Viktor, durant les 872 jours de l’impitoyable blocus de Leningrad). La dénazification de l’Ukraine est l’un des principaux facteurs expliquant le taux de soutien populaire de Poutine, qui dépasse les 80 %.
  11. Le conflit ukrainien peut être appelé « la mère de toutes les aubaines de dépenses ». Dans son évaluation des menaces, l’année dernière, la directrice du renseignement national, Avril Haines, a identifié le changement climatique comme un défi majeur pour la sécurité nationale et la sécurité humaine, ne pouvant être relevé que par des nations travaillant ensemble. La guerre en Ukraine a d’ores et déjà détourné l’attention de cette menace imminente pour les générations futures.
  12. Précisons que nous avons envoyé notre premier mémorandum de ce type au président George W. Bush le 5 février 2003, critiquant le discours prononcé par Colin Powell à l’ONU ce jour-là, un discours bourré de renseignements non confirmés. Nous avons envoyé deux mémos de suivi en mars 2003 pour avertir le président que les renseignements avaient été trafiqués de façon à justifier la guerre, mais ces mémos sont restés lettre morte. Nous terminons le présent mémo par le même appel que nous avions lancé, en vain, à George W. Bush : « Vous seriez bien avisé d’élargir la discussion au-delà du cercle de ces conseillers, clairement déterminés à mener une guerre à laquelle nous ne voyons aucune justification impérieuse et dont nous pensons que les conséquences involontaires risquent d’être catastrophiques. »

Enfin, nous répétons l’offre que nous vous avons faite en décembre 2020 (dans le mémorandum VIPs référencé ci-dessus) : « Nous sommes prêts à vous soutenir avec une analyse objective, qui dit vraiment ce qu’il en est. Nous suggérons que vous pourriez bénéficier ainsi d’un apport ‘extérieur’ de la part d’agents de renseignement vétérans, ayant plusieurs décennies d’expérience de ‘l’intérieur’ ».

POUR LA DIRECTION DE VIPS, anciens professionnels du renseignement, en défense de la santé mentale

  • Fulton Armstrong, ancien responsable national du renseignement pour l’Amérique latine et ancien directeur du Conseil national de sécurité pour les affaires interaméricaines (retraité) ;
  • William Binney, directeur technique de la NSA pour l’analyse géopolitique et militaire mondiale, cofondateur du Signals Intelligence Automation Research Center de la NSA (retraité) ;
  • Richard H. Black, ancien sénateur de Virginie, colonel de l’armée américaine (retraité), ancien chef de la division du droit pénal, bureau du juge-avocat général, Pentagone (VIP associés) ;
  • Graham E. Fuller, vice-président du National Intelligence Council (retraité)
  • Philip Giraldi, CIA, officier chargé des opérations (retraité) ;
  • Matthew Hoh, ancien capitaine de l’USMC en Irak et officier du service extérieur en Afghanistan (VIP associés) ;
  • Larry Johnson, ancien officier de renseignement de la CIA et ancien fonctionnaire du département d’État chargé de la lutte contre le terrorisme (retraité) ;
  • Michael S. Kearns, capitaine de l’Agence de renseignement de l’USAF (retraité), ancien maître instructeur SERE ;
  • John Kiriakou, ancien agent de la CIA chargé de la lutte contre le terrorisme et ancien enquêteur principal de la commission des affaires étrangères du Sénat ;
  • Edward Loomis, informaticien en cryptologie, ancien directeur technique de la NSA (à la retraite) ;
  • Ray McGovern, ancien officier d’infanterie et de renseignement de l’armée américaine et analyste de la CIA, conseiller présidentiel de la CIA (retraité) ;
  • Elizabeth Murray, ancienne responsable adjointe du renseignement national pour le Proche-Orient, National Intelligence Council et analyste politique de la CIA (retraitée) ;
  • Pedro Israel Orta, ancien officier de la CIA et de la Communauté du renseignement (Inspecteur général) ;
  • Todd Pierce, MAJ, Juge-avocat de l’armée américaine (retraité) ;
  • Theodore Postol, professeur émérite, MIT (physique). Ancien conseiller scientifique et politique pour la technologie des armes auprès du chef des opérations navales (VIPS associé) ;
  • Scott Ritter, ancien MAJ., USMC, ancien inspecteur des armes de l’ONU, Irak
  • Coleen Rowley, agent spécial du FBI et ancienne conseillère juridique de la division de Minneapolis (retraitée) ;
  • Kirk Wiebe, ancien analyste principal, SIGINT Automation Research Center, NSA (retraité) ;
  • Sarah G. Wilton, CDR, USNR, DIA, (retraitée) ;
  • Robert Wing, ancien agent du service extérieur (associé VIPS) ;
  • Ann Wright, colonel de l’Armée américaine (retraitée), agent du service extérieur (a démissionné en opposition à la guerre en Irak).

Source : Antiwar.com

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
NOUVELLE VIDEO !

Ukraine Russie : à quoi ressemblera la paix
8 avril
Analyses
NOUVELLE VIDEO !
Ukraine Russie : à quoi ressemblera la paix
Livraison d’armes lourdes en Ukraine : pourquoi nous sommes devenus des 'cobelligérants'
2 mai
Chroniques stratégiques
Livraison d’armes lourdes en Ukraine : pourquoi nous sommes devenus des ’cobelligérants’ 
Dr Georges Koo : Washington et Londres veulent faire perdurer la guerre en Ukraine
7 avril
Chroniques stratégiques
Dr Georges Koo : Washington et Londres veulent faire perdurer la guerre en Ukraine

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard