Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

30 novembre - Démantèlement d’un cartel de la cocaïne : l’UE se réveille-t-elle ? Lire 29 novembre - Corinne Lepage accuse le nucléaire d’avoir la rage Lire 28 novembre - Un panier de crabes nommé FTX Lire
AccueilActualités

Anne-Laure Bonnel : crimes de guerre ukrainiens dans le Donbass

A entendre les médias occidentaux, dans la guerre qui ravage l’Ukraine actuellement, les Ukrainiens sont les anges qui affrontent le démon russe, seul coupable de crimes de guerre et d’exactions commises dans ce contexte.

Pourtant, les images recueillies dans l’est de l’Ukraine par la journaliste Anne-Laure Bonnel, attestent des crimes de guerre commis par les combattants ukrainiens, dont ceux de la Brigade Azov, contre les populations russophones .

Le mur de la censure s’effondre

Après avoir tout fait pour bloquer leur diffusion et pour mettre en cause la crédibilité de son récit, ce témoignage a pu enfin briser le mur de la censure.

Le documentaire d’Anne-Laure Bonnel, Donbass, a percé notamment grâce à un entretien sur CNEWS, a des partages en masse sur les réseaux sociaux, ainsi qu’à des conférences comme celle qui a été organisée à Paris, par l’Association Dialogue Franco-Russe le 16 mai.

Kiev bombarde sa propre population

C’est en 2015 qu’Anne-Laure Bonnel, s’est rendue dans le Donbass pour recueillir les informations. Le documentaire montre que cela fait huit ans que le régime de Kiev n’a cessé de bombarder sa propre population dans cette région, causant la mort de plus de 13 000 Ukrainiens russophones (à 80 % des civils), 30 000 blessés et un million de réfugiés.

« Je sais qu’en France, on a pas l’habitude de montrer la réalité de la guerre, mais la guerre c’est pas une statistique, c’est des morts », a-t-elle lancé le 3 mars sur Cnews, en direct depuis le Donbass.

Le gouvernement de Kiev a bombardé sa population. Ici, depuis 2014, c’est l’Ukraine qui bombarde et tue des milliers de civils de la population. Il y a eu 13 000 victimes, en huit ans, parmi lesquelles des Ukrainiens russophones, qui se sentent tous ukrainiens. (…) J’ai toutes les preuves, j’ai les images, j’ai le film. C’est incontestable. Et d’ajouter : il y a des blessés, il y a des morts, que je filme, que je photographie pour garder ça en témoignage.

Tout en précisant ne pas être « pro-Poutine », la journaliste n’a pas caché son irritation face à la couverture actuelle de la guerre par les médias. Elle a montré un échantillon de son reportage, tout en commentant (devant un Bernard-Henri Levy bougon) :

Regardez cette institutrice vous la voyez la ? Coupée en deux ? Ça c’est les forces ukrainiennes. Je continue parce que vous allez voir ce que c’est la guerre. Ça c’est les abris, ça date d’hier (...) ça fait depuis 2014 qu’ils disent ce qu’ils vivent là.

Nous vous encourageons donc, chers lecteurs, à signer et à faire circuler l’appel de l’Institut Schiller à convoquer une conférence internationale afin d’établir une nouvelle architecture de sécurité et de développement pour toutes les nations.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Kasse • 10/11/2022 - 06:13

    Je suis son combat pour le pluralisme des medias mis en avant dans les chartes éditoriales en particulier lci et bfm : cependant contrairement a eux il faut etre rigoureux : dans les 13000 victimes de la guerre au Donbass de 2014 a 2022il n y a pas que des ukrainiens russophones mais aussi des soldats ukrainiens ukrainophones gouvernementaux et miliciens comme ceux d azov

    Répondre à ce message

  • pascal gillardin • 31/10/2022 - 01:11

    Le coup d’état Zelensky 5/5

    Début 2022, il devient évident que Zelensky n’a pas sa place en politique et que cette parodie d’élection démocratique de 2019 n’était qu’une mascarade, pour placer au pouvoir une marionnette soumise à des intérêts non citoyens et non avoués.
    En février 2022, le Président Zelensky a perdu toute légitimité démocratique réelle et sa place ne tient plus qu’à une instrumentalisation mafieuse des médias et des institutions ukrainiennes.

    Fin février 2022, son nouveau rôle fictif de héros de guerre, aussi peu crédible que celui de Président, relance sa carrière politique en Ukraine et le projette sur la scène internationale.
    Sa cynique mise en scène quotidienne (dans son déguisement ubuesque de soldat d’Azov) lui permet depuis plusieurs mois d’exercer pleinement son métier de professionnel des médias et de combler conjointement sa vieille frustration universitaire d’avoir été éloigné académiquement d’une carrière diplomatique espérée.

    Ce profil « frustration de jeunesse / mégalomanie exacerbée » semble être devenu un classique historique dans l’ascension des petits dictateurs.

    La page Wiki personnelle de Zelensky le présente comme « un humoriste, producteur, acteur, scénariste, réalisateur et homme d’État ».
    Cherchez l’erreur !

    Répondre à ce message

  • pascal gillardin • 31/10/2022 - 01:11

    Le coup d’état Zelensky 4/5

    Confondant la réalité avec la fiction de la série télévisuelle, les Ukrainiens ont en réalité voté en 2019 pour une image virtuelle, une icône illusoire, créée de A à Z par sa boîte de média/communication, en association finale avec la chaîne TV d’un richissime financier, promoteur de la droite ultranationaliste.

    Durant son mandat, les belles promesses électorales de Zelensky se révèlent progressivement comme des mensonges opportunistes grossiers. Son incompétence générale d’homme politique devient patente et sa popularité s’effondre.
    L’opportunisme apparait alors comme son principal moteur.
    Ayant d’abord promis une issue pacifique aux accords de Minsk, il finit par céder aux pressions ultranationalistes de la mouvance d’Azov et fait lamentablement échouer ce processus diplomatique, ouvrant la voie à une dégradation conflictuelle.
    Sa promesse initiale d’apaisement avec Moscou (pour récolter en 2019 les voix des oblasts séparatistes de l’Est ukrainien) fait également place à une distanciation manifeste antirusse et une volonté affichée de rapprochement avec l’UE et l’OTAN.
    Zelensky devient le champion du retournement de veste et n’agit plus que pour conserver son poste, en faisant le jeu des forces ultranationalistes … et en sapant tout espoir de diplomatie avec Moscou.

    Répondre à ce message

  • pascal gillardin • 31/10/2022 - 01:10

    Le coup d’état Zelensky 3/5

    Zelensky trempe par ailleurs dans les montages financiers et l’évasion fiscale ; lui et son entourage seront pointés en 2021 par les Pandora Papers.
    Manifestement, ce personnage n’a par son mode de vie et ses relations sulfureuses aucune ambition de se comporter en « citoyen ukrainien exemplaire » et encore moins en « défenseur de la démocratie » ou en « serviteur du peuple »..

    L’Ukraine et Kiev ne constituent que le terrain de jeu de son narcissisme exubérant et de sa mégalomanie exacerbée d’universitaire frustré. Sa vie estudiantine a en effet été marquée par son échec à intégrer l’Institut d’État des relations internationales de Moscou. Dans les années 1990, il se lance alors par défaut dans des études de Droit, où il développera ses talents de tribun, tout en entamant une carrière d’humoriste.

    Répondre à ce message

  • pascal gillardin • 31/10/2022 - 01:10

    Le coup d’état Zelensky 2/5

    Le peuple ukrainien n’a pas plus élu le « citoyen Zelensky » ; cet homme d’affaire mafieux et corrompu (déjà avant d’entrer en politique, un comble !), enfant gâté de la classe bourgeoise, baigne alors dans l’opulence, à l’écart des problèmes du peuple et partage la vie luxueuse des oligarques.
    Il se montre particulièrement proche du multimilliardaire Ihor Kolomoïsky, propriétaire d’une chaîne TV très active ensuite dans la campagne présidentielle de Zelensky. Avant ce riche soutien médiatique providentiel, Zelensky restait un apprenti politicien peu crédible, ne récoltant que 10 % des voix dans les sondages.
    Ce milliardaire est par ailleurs réputé pour financer les groupes armés de la droite ultranationaliste d’Ukraine, comme le sulfureux Bataillon Azov … dont l’idéologie traditionaliste aristocratique (présentée sur son site officiel) se réfère aux écrits de Julius Evola et prône un programme politique ultranationaliste, guerrier, ouvertement xénophobe et explicitement antirusse.
    La promotion providentielle de ce prétendu programme démocratique par un financier notoire de groupes armés ultranationalistes tient d’un surréalisme à mille lieues de toute vraisemblance.

    Répondre à ce message

  • pascal gillardin • 31/10/2022 - 01:09

    Le coup d’état Zelensky 1/5

    La prise de pouvoir de Zelensky en 2019 constitue une nouvelle forme sournoise de coup d’état, utilisant plus spécifiquement l’arme de pointe du XXIe siècle, l’audiovisuel et les réseaux sociaux. Rien à voir avec une légitime élection démocratique, c’est une arnaque médiatique. Il s’agit d’une sauvage prise de pouvoir par la force … des médias et du mensonge.

    Les électeurs n’ont pas voté pour son programme, il n’en avait pas. Juste quelques slogans people jetés en vrac sur les réseaux sociaux ou la chaîne TV de son riche promoteur, suivis au second tour par une joute démagogique creuse contre son adversaire.

    Les électeurs n’ont pas non plus voté pour son parti, « Serviteur du Peuple », c’était alors un parti fictif ; pendant les quelques mois séparant son élection de sa prise officielle de pouvoir (et encore à la fin 2019), les bureaux du parti restent vides, aucun personnel n’y est engagé et aucune activité n’y est détectée.

    Les Ukrainiens n’ont pas élu « l’homme politique Zelensky » , il n’était pas un homme politique. Il était et reste un professionnel des médias.

    Répondre à ce message

  • pascal gillardin • 31/10/2022 - 01:03

    Depuis Zelensky, l’Ukraine se rapproche conjointement de l’UE (et de l’OTAN, à l’Ouest) et de la Chine (à l’Est ; le 6 juillet 2021), jetant les bases d’un nouveau pont eurasien, plus direct, via les plaines centrales du Kazakhstan. Cette nouvelle voie de la BRI incluait les oblasts russes de Rostov et Volgograd, susceptibles de céder à terme aux sirènes du capitalisme.
    Ce projet concurrencerait la voie nord contrôlée par Moscou mais couperait la Fédération de Russie de la Mer Noire et du Proche Orient, l’isolant de tout un pan géostratégique.
    Dans le conflit actuel, Poutine a deux objectifs majeurs : contrôler le Donbass pour éviter à l’oblast de Rostov toute participation à un projet capitaliste eurasien et dévaster globalement les infrastructures ukrainiennes pour ruiner tout projet UE-Ukraine-Kazakhstan.
    Ces deux objectifs sont atteints : si le premier se fragilise, par aide militaire de l’OTAN, Poutine accentue le second.
    Pour Washington, les deux conviennent … en y ajoutant l’épuisement militaire russe et l’affaiblissement de l’économie de l’UE.

    Répondre à ce message

  • pascal gillardin • 31/10/2022 - 01:03

    Géostratégie du Donbass 4/5.

    Une pacification du Donbass, surtout sous contrôle Ukrainien, ne participe donc pas des projets de Washington car une voie de la BRI « UE-Ukraine-Rostov-Volgograd-Kazakhstan-Chine » ruinerait le pôle atlantique (soumis au dollar) dans la redistribution géostratégique en cours.
    Washington va tenter d’entretenir ce conflit, pour affaiblir (économiquement et militairement) Moscou mais en évitant toute issue pacifique en faveur de Kiev.
    L’UE n’a par contre pas d’intérêt (au contraire) à participer à cette stratégie, pour elle suicidaire.

    Poutine s’inquiète de toute option géostratégique de pont eurasien qui ne serait pas contrôlé par Moscou. La voie Nord prioritaire de la BRI a été jusqu’en 2021 celle liant la Chine à l’UE via le Kazakhstan nord, Moscou puis la Biélorussie.

    Répondre à ce message

  • pascal gillardin • 31/10/2022 - 01:02

    Géostratégie du Donbass 3/5

    Le virage politique de Zelensky, sortant progressivement de son rôle fictif de serviteur du peuple et épousant l’idéologie ultranationaliste guerrière et antirusse de la mouvance d’Azov, l’a poussé à saboter le processus de Minsk, à provoquer Moscou en se tournant ostensiblement vers l’UE et l’OTAN et maintenant, à entretenir l’escalade du conflit militaire de Washington(et son pion l’UE) contre Moscou.

    On pouvait deviner, dès 2006, dans ce projet d’Eurorégion du Donbass un cheval de Troie des lobbies capitalistes européens, visant une extension vers le l’Asie, via le Kazakhstan, riche pont eurasien convoité conjointement par Pékin.
    Ce pont a été repris à son compte par Pékin, via les diverses voies de la BRI (nouvelles routes de la soie), vaste projet initié depuis 2013 et sillonnant le Kazakhstan.
    Dans ce cadre que Xi Jinping a proposé, le 6 juillet 2021, à Zelensky une aide élargie, pour développer une nouvelle voie de la BRI via l’Ukraine et concurrençant la voie Nord via Moscou et la Biélorussie.

    Répondre à ce message

  • pascal gillardin • 31/10/2022 - 01:02

    Géostratégie du Donbass 2/5.

    Le plus fin de la farce réside dans le choix des trois oblasts voués à se fondre dans cette Eurorégion, brouillant les frontières et bousculant les souverainetés nationales, selon la plus pure idéologie néolibérale (fondant tout projet d’Eurorégion) : deux oblasts ukrainiens, ceux de Louhansk, puis de Donetsk mais surtout, dès le début … le vaste et prospère oblast russe de Rostov !
    Cette arrogante tentative d’ingérence du capitalisme européen sur le territoire de la Fédération de Russie, selon le très arbitraire principe néolibéral d’une théorique priorité du commerce et du capital sur la souveraineté des peuples, constitue le détonateur historique de la situation conflictuelle historique du Donbass. Cette situation n’a cessé de dégénérer depuis, intégrant au fil des ans d’autres moteurs.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Jacques Baud et Guy Mettan : le conflit en Ukraine, c’est l’arbre qui cache la forêt
18 mai
Conférence au Dialogue franco-russe
Jacques Baud et Guy Mettan : le conflit en Ukraine, c’est l’arbre qui cache la forêt
La vraie Europe, c'est Westphalie contre les Empires
19 mai 2014
Histoire
La vraie Europe, c’est Westphalie contre les Empires

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard