Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

26 octobre - UE, Climat :
le putsch juridique contre notre souveraineté Lire
21 octobre - LIVRES : Covid-19, la pandémie, vue du terrain Lire 19 octobre - Squid Game,
le jeu de l’oligarchie Lire
AccueilActualités

A propos du pass sanitaire

Pensée, liberté, responsabilité
Ce que nous pensons de la « manip » liberticide du pass sanitaire.

Pro-masque ou anti-masque ? Complotiste ou progressiste ? Pro-Raoult ou anti Raoult ? Ecolo, nucléocrate ? Pro-Européen, nationaliste ? Démocrate, pro-chinois ? Etc.

Voilà le contexte biaisé dans lequel s’est inscrit le supposé « débat » sur le vaccin obligatoire et le pass sanitaire, bien avant l’allocution du président Macron. Voilà comment un débat qui aurait dû être rationnel sur la santé publique s’est transformé en injonction politique culpabilisatrice vis à vis de ceux qui sont victimes.

D’emblée, les personnes encore hésitantes à se faire vacciner ont été cataloguées d’« antivax » et de complotistes. Pire qu’un sophisme médiatique, nous assistons, à l’heure où plus que jamais la science et la pondération sont de mise, à de la manipulation… Une de plus dans le grand tumulte organisé et assourdissant de la pensée. Sans compter les méthodes aussi dignes de nudging qu’indignes de dirigeants d’un pays : infantilisation, culpabilisation, chantage, division ; enfin, stigmatisation des soignants, après les avoir épuisés à la tâche et dépouillés de tous moyens, y compris salariaux. Pourquoi eux n’auraient pas de raisons légitimes de s’interroger ? Qu’ils s’interrogent, eux : n’est ce pas cela qui devrait interroger nos dirigeants ?

Alors, que penser d’un pays « éclairé » – celui-là même qui vit naître Pasteur et la tradition des pasteuriens – en venant au chantage et à la coercition pour convaincre de se faire vacciner ? Ne doit-on pas y voir le même signe de déclin et d’impuissance que lorsqu’au lieu de faire le pari du dialogue et de la main tendue au niveau international, on brandit la sanction, la propagande et la menace militaire à la moindre suspicion ?

La punition et la restriction ont donc remplacé l’éducation, la pédagogie, la bienveillance. Un comble quand on voit que les valeurs aujourd’hui promues au sein de l’Education nationale sont précisément l’inverse !

Mais l’adhésion du sentiment était-elle possible à l’heure où la défiance envers le gouvernement n’a jamais été aussi forte ? A l’heure de la violence des réformes économiques et sociales (y compris celles annoncées dans l’allocution de M. Macron), à l’heure des coupures budgétaires partout, et encore et toujours dans le système de santé ? Alors qu’on a refusé, au début, de construire des hôpitaux de campagne, de tester, de proposer des masques, de fermer les frontières quand il en était encore temps ? Quand on a envoyé au front les soignants sans blouses ni gants ?

Comment susciter la confiance après avoir écarté les médecins de ville de la prise en charge des malades ? Prescrire, tâtonner empiriquement à la faveur de la connaissance médicale et de la réalité individuelle des patients fait pourtant partie de leur métier. Au lieu d’organiser une remontée des expériences de terrain et un dialogue entre chercheurs et praticiens pour faire évoluer les protocoles, au lieu de faire corps avec tous les personnels de soin, on a créé les conditions de leur division.

Le recours systématique à l’approche statistique « off shore » basée sur les essais randomisés, non seulement ne fait pas l’unanimité dans la communauté scientifique et médicale, mais n’est pas exempte de biais ou de zones d’ombres. Les scandales du « Lancetgate » ou du remdisivir en sont un caricatural et triste exemple. Le comble est que malgré les moyens déployés pour les essais, on en est resté à la doctrine du « restez chez vous et prenez un doliprane » (à ceci près qu’on a tout de même d’avantage sensibilisé sur la surveillance à domicile de la saturation en oxygène). Il est difficile de concevoir que l’absence de prise en charge précoce des malades n’ait pas contribué a accroître significativement le nombre de cas de réanimations et de décès.

A propos des vaccins

Deux choses :

  • La vaccination est l’une des plus belles avancées de l’humanité. A Solidarité et progrès nous nous sommes toujours battus pour la tradition pasteurienne et contre le refus irrationnel du progrès. Ainsi, même si elle comporte, comme toute chose, ses limites, la vaccination a contribué à éradiquer nombre de maladies et sauver des millions de vies. Le risque de la défiance actuelle – et de l’alimenter directement ou indirectement – est bien d’accroître le nombre de personnes opposées à la vaccination par principe ; c’est potentiellement un danger pour les générations actuelles et futures. L’urgence est de rétablir la confiance.
  • La vaccination est toujours un pari sur l’avenir, surtout quand l’urgence d’une pandémie nécessite de restreindre le temps de production et de tests. C’est là, et surtout au regard de ce type de vaccins nouveaux, qu’entre en jeu le balance bénéfice/risque.

Toutefois :

  • Le risque inverse serait de l’ériger au rang de solution toute faite, figée et imparable. Comme on l’a vu, bien qu’absolument décisifs, les vaccins ne sont pas les seuls outils dans l’arsenal de lutte contre une épidémie : prise en charge des patients, médicaments, tests, gestes barrières, prévention, prophylaxie, hygiène, sensibilisation, pédagogie, partage des connaissances, etc. Or très tôt elle a été brandie par nos politiques et les scientifiques médiatisés comme la seule solution, LA baguette magique.
  • Rappelons que la science s’applique sur du vivant. Si certains scientifiques appellent à revoir le calendrier vaccinal régulièrement, c’est que les maladies, nos interactions avec elles et l’avancement de nos connaissances évoluent. Dans le cas précis de la Covid-19, nous avons affaire à un virus à ARN, par nature instable et soumis aux variants. C’est un virus nouveau et il est un fait qu’on s’interroge encore sur ses origines et ses symptômes inhabituels (formes longues, perte de goût et d’odorat, hypoxie heureuse, comportement de la protéine spike, emballement immunitaire, etc.). Il nous met donc au défi. En même temps qu’il est une occasion d’extraordinaires découvertes, il appelait à ne pas se précipiter et à prendre le temps de faire le bon choix en matière de stratégie vaccinale.
  • Enfin, tout comme défendre le nucléaire n’est pas défendre les nucléocrates, défendre la vaccination ne signifie pas faire de l’angélisme. Marx évoquait en son temps la captation d’opportunité du capital. On doit lui donner raison en ajoutant, avec Rabelais, que science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Solidarité et progrès et Jacques Cheminade ont dénoncé depuis 30 ans l’occupation financière – bien avant que certains ne découvrent aujourd’hui le problème des lobbies pharmaceutiques. Ainsi, quand la finance s’infiltre et impose sa loi de rentabilité immédiate à tous les secteurs, la santé devrait-elle y échapper ? Des scandales tels que le Mediator ou le sang contaminé sont en droit de susciter la méfiance. Pfizer, pour ne citer que lui, n’a-t-il pas déjà été épinglé par la justice et des clauses actuelles n’enjoignent-elles pas les pouvoirs publics de dédommager les laboratoires en cas de litige sur les effets secondaires ? Qu’elles qu’en soient les raisons, est-il complotiste de s’en offusquer ? Si le marché du vaccin n’est pas rentable en « temps normal », la pandémie le rend au contraire particulièrement juteux. Dans ce contexte, on doit s’indigner que la France ait laissé filer des occasions concernant les vaccins contre la Covid-19. Une réforme en profondeur du contrôle sur les conflits d’intérêts, sur le financement de la recherche et de l’industrie pharmaceutique, ainsi qu’un patriotisme économique dans le domaine, sont à l’évidence indispensables. 2022 devra être l’occasion d’un véritable débat sur le sujet.
  • Certes la thérapie génique et les récentes découvertes sur l’ADN et l’ARN messager ouvrent des perspectives extraordinaires pour le traitement de certaines maladies, dont le cancer. Toutefois elles n’en étaient encore jusqu’à présent qu’à l’état de recherche ou d’applications restreintes. On est donc on droit de s’interroger face à une mise sur le marché aussi rapide, sur une population générale et mondiale. Dans ce contexte, la vaccination apparaît potentiellement d’avantage comme une prise de risque que comme un pari sur l’avenir. Il est un fait que les clôtures des essais de phase 3 pour Moderna et Pfizer n’auront lieu qu’en octobre 2022 et en mai 2023. Il est un fait que les effets secondaires (myocardites, tromboses, décès, etc.), sont inédits tant par leur nature que par leur nombre. Ils auraient dû ou devraient attirer l’attention des autorités et des laboratoires sur les causes, comme le rôle de la protéine spike ou la nature de la réponse immunitaire, pour savoir si l’on doit continuer ou arrêter. Ils devraient faire l’objet d’une transparence accrue auprès des utilisateurs. En outre, nous n’avons pas pris le temps et le recul nécessaire pour mesurer les risques à long terme de ces nouveaux types de vaccin.
  • La notion de balance bénéfice/risque et de vaccination sur une population générale doit prendre en compte, et d’autant plus quand il s’agit de nouveaux types de vaccins, le fait que la grande majorité des morts du Covid à ce jour sont des personnes de plus de 65 ans.

Au-delà de toute polémique inutile et stupide, l’approche du docteur Raoult sur la question nous semble raisonnable. Notons au passage son engagement depuis un an avec ses équipes contre la Covid-19 et pour le partage des connaissances de la maladie, et ce en dépit des multiples frondes. Rappelons également que l’IHU de Marseille a été fondé sur l’exemple du volontarisme de la Chine en matière technique, scientifique et médicale de pointe. Son idée était de développer plusieurs centres « à la Vauban » de même nature en France, afin d’être à la pointe en terme de veille épidémiologique, de réponse sanitaire en cas d’épidémie, et de dialogue entre recherche et pratique médicale de terrain. Au regard de la situation actuelle, on ne peut que regretter amèrement que les autorités n’aient pas suivi de tels conseils.

Comme lui nous pensons a priori qu’il aurait été préférable – et qu’il est souhaitable pour la suite – de privilégier un vaccin dit « traditionnel » (à virus atténué ou désactivé, etc.) (à ne pas confondre avec l’adénovirus atténué comme AstraZeneca, Johnson&Johnson ou même Spoutnik V). D’une part car on en maîtrise d’avance la nature et le type d’effets secondaires – surtout quand dans une période d’urgence on doit accélérer certaines phases d’essai ; et d’autre part parce que face à un virus instable comme la Covid-19, il est a priori plus raisonnable de créer une réponse immunitaire plus « générique » qui ne cible pas uniquement un aspect du virus – la protéine spike – mais l’ensemble du virus, afin d’éviter la possibilité que celui-ci ne s’adapte en mutant. Le vaccin à virus atténué pourrait au besoin donner lieu, comme pour la grippe, à un mélange de plusieurs souches, et être ainsi réajustable en fonction des variants. Toujours selon M. Raoult, les chiffres sur le premier vaccin chinois à virus atténué émanant d’une étude chilienne (sur 17 millions de vaccinés contre 5 millions de non vaccinés), sont à ce titre intéressants : 65 % de protection contre toute infection, 87 % contre l’hospitalisation, 90 % contre la réanimation et 86 % contre les décès. Des chiffres qui semblent raisonnables, et plus proches des réalités de terrain observées pour Moderna et Pfizer que de leurs effets d’annonce initiaux.

Pass sanitaire, vaccination obligatoire, lois et « libertés »

Que cela passe ou ne passe pas, le pass sanitaire resserré (qui a pour but revendiqué d’ostraciser et de jeter à la vindicte populaire les non-vaccinés) est, avec la vaccination obligatoire des soignants, le marche-pied vers la vaccination obligatoire pour tous. Ce n’est qu’une question de temps.

Précisons toutefois que ces notions existent déjà, notamment pour se rendre dans les pays sous-développés encore fortement exposés à certaines maladies : le passeport vaccinal contre la fièvre jaune en est un exemple. La différence est qu’il ne concerne pas toute une population et se fonde sur une décision personnelle, en l’occurrence celle de voyager vers une destination risquée ; et qu’il concerne des vaccins éprouvés en terme d’efficacité et d’innocuité (de même pour les 11 vaccins obligatoires sur les nourrissons – même si on peut comprendre qu’un débat existe sur le sujet).

Cela étant dit, au regard de tout ce que nous avons dit précédemment et des problèmes que posent les vaccins actuellement disponibles, nous ne pouvons que nous opposer au pass sanitaire, dans les conditions où il est conçu et imposé à tous, et à la vaccination rendue de fait obligatoire par une « manip » indigne.

Non seulement ils sont un aveu de l’échec du gouvernement à convaincre et susciter l’adhésion des Français, mais ils auront précisément comme conséquence d’accroître cet échec ! D’autant qu’ils arrivent dans la continuité des différents dispositifs d’exception et de restriction des libertés mis en place depuis les attentats terroristes et les manifestations des Gilets jaunes. Notons également que le pass sanitaire entre, sous sa forme dématérialisée, en conjonction avec la préparation du Health Data Hub.

Les quelques premiers rétropédalages montrent que le gouvernement est sur le fil du rasoir : ces décisions entrent en contradiction avec plusieurs textes concernant les libertés et le rapport de l’individu à la santé. Citons-en deux :

  • Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, datant de 1966, qui stipule que « nul ne peut être soumis sans son consentement à une expérience médicale ou scientifique » (ce qui peut se justifier par la date de fin des essais de phase 3 pour plusieurs vaccins).
  • La loi Kouchner du 4 mars 2002, qui dit, dans son article 11-4 que « toute personne prend avec le professionnel de santé et compte tenu des informations qu’il lui fournit, les décisions concernant sa santé. Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ses choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d’interrompre un traitement met sa vie en danger, le médecin doit tout mettre en œuvre pour la convaincre d’accepter les soins indispensables. Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment ».

Aujourd’hui, les manifestants crient à la liberté perdue. Ceux qui ne manifestent pas sont désorientés ou soumis. Mais attention : il ne s’agit pas seulement de liberté de vivre et de circuler, de la « sûreté individuelle ». La liberté est aussi morale. Elle est aussi fondée sur la raison et la nécessité : être en mesure de discerner ce qui est vrai et nécessaire, pour soi mais aussi pour la collectivité. Cela suppose d’être en capacité de savoir et de penser. De cette capacité fondamentale, notre « démocratie » est en train de nous priver. Cela a commencé bien avant le pass sanitaire.

« Ce qui précisément le fait homme, c’est qu’il ne s’en tient pas à ce que la nature a fait de lui, c’est qu’il possède la faculté (...) de transformer l’œuvre de la nécessité en une œuvre de son libre choix (...) »

Friedrich Schiller, Lettres sur l’éducation esthétique de l’Homme.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • danelon • 05/08/2021 - 17:41

    bonjour je suis tout à fait en phase avec votre discourt notre Président est un imposteur ou une marionnette de la grande finance Mondial et cette Europe ne sert pas à grand chose sinon a détruire notre souveraineté Nationale ils sont tous corrompu

    Répondre à ce message

  • Raynald Rouleau • 15/07/2021 - 21:15

    Je suis heureux de lire votre article, qui résume bien la situation. Mais où étiez vous donc dans la dernière année ? Ce fascisme a été créer de toute pièce, sous vos yeux ! Ne laissez pas les SS de l’OTAN vous avoir une deuxième fois !

    Répondre à ce message

  • Girard Virginie • 19/07/2021 - 20:47

    Merci pour cette synthèse.

    Répondre à ce message

  • Bernard Décombe • 17/07/2021 - 01:04

    Et le protocole universel de Nuremberg de 1947...?..
    C’est quoi...?....
    Il compte pour des prunes..?...

    Répondre à ce message

  • Sanchez • 16/07/2021 - 06:01

    Je me pose une question est-ce que vous n’avez pas fait une erreur en disant le covid19 est un virus à ARN à aucun moment j’ai entendu ou lu cela par contre on parle plus de vaccin à ARN (pfizer et moderna)
    Je vous mets le passage où vous révélez cela
    Rappelons que la science s’applique sur du vivant. Si certains scientifiques appellent à revoir le calendrier vaccinal régulièrement, c’est que les maladies, nos interactions avec elles et l’avancement de nos connaissances évoluent. Dans le cas précis de la Covid-19, nous avons affaire à un virus à ARN, par nature instable et soumis aux variants. C’est un virus nouveau et il est un fait qu’on s’interroge encore sur ses origines et ses symptômes inhabituels (formes longues, perte de goût et d’odorat, hypoxie heureuse, comportement de la protéine spike, emballement immunitaire, etc.). Il nous met donc au défi. En même temps qu’il est une occasion d’extraordinaires découvertes, il appelait à ne pas se précipiter et à prendre le temps de faire le bon choix en matière de stratégie vaccinale.
    Si c’est une erreur de votre part ça serait bien de la corriger
    Merci

    Répondre à ce message

  • Plantevin Catherine • 15/07/2021 - 23:57

    C’est exactement ce que je voulais lire : pas d’injonction, pas de manipulation et une position complexe et humaine sur ce sujet. Merci

    Répondre à ce message

  • Assabgui • 15/07/2021 - 23:20

    Merci Jacques Cheminade pour ce remarquable article ! Il enrichit mon intime conviction de résister à la pression vaccinale. Je vais le diffuser le plus largement possible

    Répondre à ce message

  • serris • 15/07/2021 - 21:45

    Pasteur et les microbes ...!
    C’est le terrain qui compte et la maladie ( les microbes,virus) agissent en fonction de l état du terrain/ Claude Bernard avait me semble t il cette opinion.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Didier Raoult : la veille épidémiologique, c’est le domaine du régalien !
20 juillet 2020
Analyses
Didier Raoult : la veille épidémiologique, c’est le domaine du régalien !
La vaccination, un enjeu majeur de santé publique
22 août 2020
Science
La vaccination, un enjeu majeur de santé publique
Marchons dans les pas de Louis Pasteur
22 avril 2016
Science
Marchons dans les pas de Louis Pasteur

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard