Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

26 octobre - UE, Climat :
le putsch juridique contre notre souveraineté Lire
21 octobre - LIVRES : Covid-19, la pandémie, vue du terrain Lire 19 octobre - Squid Game,
le jeu de l’oligarchie Lire
AccueilActualités
Brèves

« Super Watergate » pour Bush et Cheney ?

Dans un contexte où les pressions se multiplient sur une administration Bush-Cheney en grande difficulté pour y répondre, un « super-Watergate se met en place » à Washington, comme Lyndon LaRouche l’a fait remarquer le 9 juin. La situation présente en effet de nombreuses similarités avec la période précédant le départ du président Nixon, et ceux qui ont suivi les efforts de LaRouche et de ses collaborateurs pour obtenir le départ des néo-conservateurs de l’administration Bush, en particulier le vice-président Dick Cheney, n’en seront pas étonnés.

Jusqu’à présent, ces pressions concernaient essentiellement trois points : les révélations sur les fausses preuves de l’existence d’armes de destruction massive (ADM) irakiennes, le fiasco de l’occupation de l’Irak et l’enquête au criminel sur la fuite qui a révélé l’identité de Valerie Plame, l’agente de la CIA, épouse de l’ambassadeur Joe Wilson. Cependant, le scandale des tortures à la prison d’Abou Ghraib a ajouté une nouvelle dimension à cet ensemble : les crimes de guerre.

Ainsi, au Congrès, la révolte gronde dans les rangs démocrates, et même chez certains républicains. Huit parlementaires démocrates - Henry Waxman, David Obey, Tom Lantos, John Conyers, Ike Skelton, Jane Harman, John Dingell et Charles Rangel - ont déclaré qu’ils allaient ouvrir leur propre enquête sur la torture de prisonniers, demandant à nouveau au gouvernement de leur fournir les documents à ce sujet. Lyndon LaRouche a salué cette initiative, appelant « John Kerry à la soutenir ouvertement et à cesser d’être mou. Je lance un défi à Kerry : qu’il ait le courage de soutenir ces démocrates de la Chambre . »

Le 14 juin, la Commission des services armés de la Chambre devait se prononcer sur une résolution déposée par 40 démocrates, demandant au ministre de la Défense Donald Rumsfeld de remette au Congrès les photographies et documents mentionnés dans le rapport Taguba sur les sévices infligés aux prisonniers à Abou Ghraib, ainsi que des informations sur le personnel civil, travaillant pour des entreprises privées et impliqué dans l’interrogatoire des prisonniers.

Par ailleurs, les scandales concernant l’octroi de contrats en Irak sont toujours présents. Il s’agit de sociétés privées, principalement d’Halliburton/KBR, le géant des services dont Dick Cheney a été le PDG. Dernièrement, on a appris l’existence d’un e-mail envoyé par le Pentagone le 5 mars 2003, affirmant que l’octroi d’un contrat, sans appel d’offre, à Halliburton, à la veille de l’invasion de l’Irak, avait été coordonné avec le bureau du vice-président. Les contrats accordés par le Pentagone en Irak font l’objet de plusieurs enquêtes différentes et ont été au centre d’auditions à la Commission de la réforme gouvernementale de la Chambre le 15 juin, auditions obtenues en grande partie grâce aux pressions exercées par les membres démocrates de la Commission, notamment Henry Waxman.

Les difficultés de l’administration se reflètent dans les démissions presque simultanées du directeur de la CIA, George Tenet, et de son adjoint aux opérations, James Pavitt. On a l’impression que le premier, en particulier, a voulu quitter le « Titanic » avant qu’il ne coule, sachant que la guerre entre la Maison-Blanche et la communauté du renseignement ne ferait qu’empirer.

Ces deux démissions sont survenues au moment où il devenait évident que le scandale d’Abou Ghraib ne pourrait être endigué au niveau de quelques boucs émissaires, compte tenu des divers mémorandums du gouvernement montrant que le mépris pour les Conventions de Genève et le droit américain, était la politique adoptée délibérément par cette administration, au lendemain des attaques du 11 septembre 2001 et dès le début de la guerre en Afghanistan.

En effet, dans un mémorandum de janvier 2002 adressé au président Bush, l’avocat Alberto Gonzales avertissait que des responsables de l’administration risquaient d’être poursuivis pour crimes de guerre à cause du traitement subi par les prisonniers en Afghanistan et à Guantanamo. Ensuite, le Wall Street Journal a publié le 7 juin un mémorandum du Pentagone d’avril 2003, qui affirmait que le Président avait le pouvoir d’ordonner la torture et de bafouer les traités internationaux, ainsi que les lois américaines interdisant les sévices sur les prisonniers. Ce mémorandum fut approuvé par Rumsfeld et de hauts responsables civils du Pentagone - malgré les objections d’avocats militaires.

Le lendemain, le Washington Post et le New York Times révélaient à la une le contenu de mémorandums du ministère de la Justice (DOJ) qui leur avaient été transmis. On y apprend que c’est ce même ministère qui a fourni les arguments juridiques présentés dans le mémorandum du Pentagone déjà cité, ainsi que dans celui de Gonzales de janvier 2002. Rédigé par l’Office of Legal Counsel, un nid d’idéologues d’extrême-droite, le mémo du DOJ affirmait que les agents américains pratiquant des sévices sur des prisonniers, sur ordre du Président des Etats-Unis, ne peuvent être poursuivis dans le cadre de la loi américaine contre la torture.

Les mémos de la chancellerie sont parus dans ces deux quotidiens quelques heures seulement avant l’arrivée du ministre de la Justice John Ashcroft au Sénat, le 8 juin, pour une audition particulièrement tendue de la Commission judiciaire. A la différence de Tenet, Ashcroft semble prêt à couler avec le Titanic. Devant l’exigence des sénateurs qui réclamaient une copie des mémos sur les tortures, Ashcroft affirma qu’il n’était pas nécessaire de leur remettre des documents que possédait déjà la presse. Après le refus répété du ministre, qui n’invoqua même pas de motif juridique pour défendre sa position, le sénateur démocrate Joe Biden lui dit qu’il risquait d’être poursuivi pour « mépris envers le Congrès » - avertissement réitéré par le sénateur démocrate Richard Durbin.

Le 10 juin, le New York Times a publié deux commentaires qu’on peut considérer comme une mise en accusation de l’administration Bush par l’« establishment de la côte Est » au sujet des crimes de guerre :

Donald Gregg, ancien responsable de secteur de la CIA, qui avait été conseiller à la sécurité nationale du vice-président George Bush Sr. dans l’administration Reagan, a durement attaqué la politique de l’administration Bush en matière de torture ainsi que ses tentatives d’étouffer certains actes criminels commis en Irak, en Afghanistan et à Guantanamo. Ces mémos rédigés par les avocats de l’administration Bush, estime Gregg, « ont ouvert la voie » aux tortures « et rendent ridicules les affirmations de l’administration selon lesquelles seuls quelques soldats isolés se seraient livrés à des sévices contre des prisonniers ». Selon Don Gregg, « rien ne peut discréditer aussi gravement la position de l’Amérique dans le monde - ou pire, notre idée de nous-mêmes - que ces décisions » autorisant la torture.

Le deuxième commentaire, intitulé « Un Américain à La Haye », est signé par un rédacteur de l’organe du Council on Foreign Relations (CFR), Foreign Affairs. Selon lui, des responsables de l’administration Bush pourraient être poursuivis pour crimes de guerre à La Haye, en vertu des mêmes arguments juridiques invoqués par les Etats-Unis pour la poursuite des dirigeants nazis à Nuremberg, ainsi que par les tribunaux jugeant les crimes de guerre commis au Rwanda et en Yougoslavie. « Suivant la doctrine de la responsabilité de commandement, des dirigeants peuvent être tenus pour responsables de crimes de guerre commis par leurs subordonnés, même s’ils n’ont pas donné l’ordre de les commettre, dès lors que ces dirigeants contrôlaient les exécuteurs, avaient des raisons d’être au courant de ces crimes, ne les ont pas empêchés et n’ont pas puni les criminels . »

En ce qui concerne l’affaire Valerie Plame, il a été confirmé la semaine dernière que Dick Cheney avait été interrogé par des procureurs fédéraux enquêtant sur la révélation de son identité à des journalistes. Il a également été rapporté, et confirmé, que le président Bush avait consulté un avocat privé dans cette affaire et qu’il était prêt à l’engager si nécessaire. Pour John Dean, ancien conseiller juridique de la Maison-Blanche du temps de Nixon, il s’agit là d’un « développement plutôt renversant et extraordinaire ». Il en déduit que le procureur spécial estime que Bush sait quelque chose sur cette affaire, peut-être sur l’identité de l’auteur de la fuite et sur les tentatives d’étouffer l’affaire. L’enquête s’intéresse surtout au bureau de Cheney dont le secrétaire général, Lewis Libby, est l’un des principaux suspects. Dès le début de 2003, l’EIR avait été informé du fait que le bureau de Cheney avait tenté de discréditer le mari de Plame, l’ancien ambassadeur Joe Wilson, afin de l’empêcher de dire publiquement que l’histoire de l’uranium nigérien, l’un des principaux prétextes de la guerre d’Irak, avait été entièrement fabriquée.

Au cœur de l’affaire sur les renseignements falsifiés sur l’Irak, on trouve le protégé de Cheney, Ahmed Chalabi, et son Congrès national irakien. Le FBI enquête actuellement sur l’accusation selon laquelle Chalabi et son principal adjoint pour le renseignement auraient communiqué des renseignements américains sensibles à des amis du réseau « Iran-Contra » à Téhéran. Même après que la CIA, le département d’Etat et d’autres aient jugé Chalabi peu fiable, Cheney et les néo-conservateurs au Pentagone continuaient d’utiliser ses « renseignements fabriqués ».

Mentir au Congrès et au peuple américain, lancer une guerre illégale, et commettre des crimes de guerre en violation des lois américaines et des conventions de Genève - et chercher ensuite à étouffer le tout - voilà qui est bien plus grave que le Watergate.

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard