Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

15 février - BlackRock préfère vos assurances-vie à vos retraites - Hors-série #4 Lire 14 février - Spacetrain : le transport du futur menacé par la surdité administrative Lire 14 février - Penser comme Beethoven, rebelle humaniste Lire
AccueilActualité
Brèves

Joachim Starbatty : il n’est pas à exclure que l’Allemagne sorte de l’Euro

Joachim Starbatty (à droite sur notre photo) est professeur émérite d’économie à l’Université de Tübingen. Avec Wilhelm Hankel, Wilhelm Noelling et Karl Albrecht Schachtschneider, il a déposé en 1997 une plainte devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, contre le Traité d’Amsterdam qui a introduit l’euro. Sans partager toutes les orientations de cet économiste, nous répercutons ses propos qui reflètent le rejet de plus en plus fort de la monnaie unique en Allemagne. Cet entretien a été réalisé le 29 avril par Claudio Celani, de l’Executive Intelligence Review (EIR).

De gauche à droite : Karl Albrecht Schachtschneider, Wilhelm Nölling, Wilhelm Hankel et Joachim Starbatty.

EIR : Vous et trois autres professeurs d’économie avez annoncé que si l’Allemagne devait voter en faveur du plan « d’aide » à la Grèce, vous déposeriez une plainte auprès de la Cour constitutionnel de Karlsruhe. Qu’attendez-vous de cette plainte ?

Starbatty : Que la Cour constitutionnelle maintienne la décision qu’elle a rendue dans le cas du Traité de Maastricht. Si l’Union économique et monétaire (UEM) nous conduit vers une société de risques et d’inflation, cela signifie que ce concept contractuel a été abandonné. La Cour constitutionnelle doit se prononcer en faveur de la stabilité de la monnaie et donc, de notre société.

EIR : Si la Cour en vient à soutenir votre plainte, l’Allemagne quittera-t-elle l’euro ? Quels scénarios anticipez-vous ?

Starbatty : Si la Cour approuvait notre plainte et déclarait inconstitutionnel le plan « d’aide », ceci créerait une dynamique.Dans ce cas, il n’est pas à exclure que l’Allemagne sorte de l’euro. Ce qui pourrait arriver alors, je l’ai décrit dans un article du New York Times. J’y expliquai entre autres choses que si l’Allemagne saisissait cette opportunité et quittait l’euro, elle ne serait pas seule. Le même calcul inciterait aussi l’Autriche, la Finlande et les Pays-Bas – peut-être même la France – à laisser tomber les États qui ont une dette élevée et à rejoindre l’Allemagne au sein d’un bloc stable, peut-être même avec une nouvelle monnaie commune.

Ceci serait moins douloureux qu’il n’y paraît. La zone euro est divisée entre ces deux groupes, mais l’illusion qu’ils sont unis a déjà provoqué des complications économiques considérables. Un bloc monétaire fort pourrait remplir l’objectif initial de l’euro. N’étant pas obligé de s’occuper des États qui sont à la traîne, ce bloc serait à même de mener une politique monétaire fiable et cohérente qui obligerait graduellement les gouvernements membres à réduire leur dette nationale. Toute l’économie européenne prospérerait. Et les États-Unis y trouveraient même un allié lors d’une future réorganisation du système monétaire mondial et de l’économie globale.

EIR : La crise grecque est-elle réellement grecque ?

Starbatty : La Grèce est entrée dans l’Union monétaire en contrebande, en utilisant des statistiques fausses (comme l’ont fait d’autres États, tels que l’Italie). Les taux d’intérêt de la Banque centrale européenne pour la Grèce ont également été trop bas, ce qui conduisit à une consommation privée et publique excessive. Pendant ce temps, les hommes politiques grecs, mais aussi ceux de la zone euro, ont fermé les yeux. Eurostat avait documenté depuis longtemps que les statistiques fournies par les Grecs n’étaient pas justes.

EIR : Est-ce que la BCE, la Commission européenne et plusieurs Etats membres ne seraient pas davantage préoccupés par le besoin de sauver leurs banques exposées en Grèce que par la population du pays ?

Starbatty : Renflouer la Grèce équivaut à renflouer les banques qui y sont impliquées.

EIR : Vous avez beaucoup critiqué les exigences de l’Union européenne sur la Grèce ; vous les avez comparées à la politique du chancelier Brüning en Allemagne.

Starbatty : La thérapie que la Grèce devra accepter sera fatale. C’est comme la politique du chancelier Brüning au début des années 1930 : il s’agit, en plein milieu d’une récession sévère, de couper les dépenses, accroître les impôts, geler et couper les salaires. Brüning l’a fait afin de gagner de la crédibilité auprès des marchés de crédit internationaux. Les Grecs sont aujourd’hui dans une situation similaire. Aucun autre pays industrialisé ne mène actuellement une politique de type Brüning, parce que cela conduit de récession en dépression.

EIR : Pourquoi les dirigeants de l’Union européenne s’acharnent-ils à imposer de telles politiques à la Grèce ? Sont-ils incompétents, stupides ou malfaisants ? Se pourrait-il que des gens veuillent promouvoir une nouvelle dictature des colonels ?

Starbatty : La politique dictée à la Grèce est soutenue par une grande partie de la communauté scientifique. C’est une stratégie de substitution lorsqu’un pays ne peut pas dévaluer.

EIR : En Grèce, on se demande actuellement s’il serait plus douloureux de quitter l’euro, et donc l’Union européenne, que de subir les mesures qu’on lui propose si elle reste au sein de l’UE. Qu’en pensez-vous ?

Starbatty : En quittant l’Union monétaire, ses dettes en euros devront être réduites d’un montant égal à la dévaluation de sa monnaie. Les banques devront participer à ce nettoyage, elles qui ont pris délibérément de gros risques.

EIR : Revenons à la plainte auprès de la Cour. En référence au jugement de 2009 de la Cour constitutionnelle à propos du Traité de Lisbonne, considérez-vous les initiatives du président de l’UE, Van Rompuy, et du commissaire aux Finances Olli Rehn, visant à faire adopter par l’UE, au niveau supranational, les budgets nationaux, avant qu’ils ne soient votés par les parlements nationaux, comme une violation de ce jugement, qui avait clairement établi que l’Allemagne doit sauvegarder sa souveraineté nationale ?

Starbatty : Ceci correspond à une transformation par la petite porte de l’UE en un quasi-Etat. Ce développement constitue effectivement une violation du jugement de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe.

EIR : Afin d’élargir ses compétences, l’UE se réfère souvent à l’article 136 du Traité de Lisbonne. Cet article ne constitue-t-il pas, lui aussi, une violation de la dite décision de la Cour constitutionnelle ? Le Bundestag devrait-il intervenir sur cette question ?

Starbatty : L’article 136 ne constitue pas une base pour faire des transferts de compétences politiques. Sur cette question, le Bundestag doit intervenir.

EIR : Attendrez-vous le vote sur le plan d’aide à la Grèce pour agir, ou allez-vous prendre les devants ?

Starbatty : Nous attendrons la procédure législative, puis nous lirons le texte et nous agirons immédiatement après.

EIR : Vous proposez que les pays déficitaires quittent l’UEM pour que l’euro retrouve sa stabilité. Mais l’euro resterait toujours une monnaie supranationale, la Banque centrale européenne une ONG irresponsable, et l’Allemagne et les autres membres de cette mini zone euro n’auraient pas plus de moyens pour conduire une politique économique. Ceci ne ferait que de remettre à plus tard l’agonie de l’Allemagne et des autres États membres.

Starbatty : Une Union monétaire basée sur un bloc monétaire fort constituerait un édifice stable.

EIR : Il est bien connu que l’euro fut une invention du président François Mitterrand et du Premier ministre anglais Margaret Thatcher pour enfermer l’Allemagne réunifiée dans une cage. Les Allemands l’ont accepté par peur de voir le monde entier se dresser contre eux. D’autres nations aussi, je pense à l’Italie, furent poussées par la peur de voir leur monnaie et leur niveau de vie détruits, sans la protection de l’euro. N’est-il pas temps d’expliquer la véritable histoire de cette escroquerie de l’euro ?

Starbatty : Nous pourrons expliquer la véritable histoire de la naissance de l’euro quand nous aurons accès aux archives.

EIR : L’euro nous avait promis le bien-être, l’intégration et la paix, mais il ne nous a apporté que misère, problèmes d’intégration et conflits croissants entre États membres. Ne vaudrait-il pas mieux se désengager de l’UEM et la remplacer par un système monétaire traditionnel ?

Starbatty : Si la Cour constitutionnelle prend sa décision dans l’esprit de notre plainte, alors une situation dynamique prendra place, comme je l’ai dit plus haut. Si elle refuse notre plainte, alors l’Union monétaire glissera dans une zone d’instabilité et d’inflation. Personne ne peut prédire actuellement quelles seront les conséquences de tout cela. Mais plaise à Dieu que cela n’ait pas lieu !


Article : Réjouissons-nous de la fin de l’euro !


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • petite souris • 06/05/2010 - 12:32

    Il ressort de cet interview, un malaise réel.

    Toute cette "construction européenne" faite des traîtés d’Amsterdam, de Maastricht, et de Lisbonne, donne la nausée.

    Tout cela n’est que magouilles, manipulations, tricheries, mise en faillite des états, appauvrissement volontaire des populations, vol de leurs richesses, lavage de cerveaux, etc...

    Si ce n’est pas un rêve, alors, une révolution existera bel et bien.

    Est-ce que nos chefs en sont conscients ?

    De toutes façons, ils seront responsables devant l’histoire ce qui peut, éventuellement, être flatteur pour leurs egos respectifs, mais surtout ils sont déjà coupables pour les peuples.

    Répondre à ce message

  • arcane • 06/05/2010 - 13:38

    suite, ce qui est encore plus grave, c’est que nos responsables politiques sont egalement au service de ce plan et vont eux meme livrer leur population à cet empire.
    ils font semblant de s’agitter, de gesticuler cherchant des solutions, pour garder du crédit face à la population.
    Mais les jeux sont fait, Sarkosy lui meme lors de son discours devant les diplomates a declaré, un nouvel Ordre Mondial est en marche, et personne, je dis bien Personne ne pourra s’y opposer. Les choses sont claires, nettes et précises.

    • fée bleue • 06/05/2010 - 22:30

      Personne ne pourra l’arrêter ?
      Il va s’arrêter tout seul ce NOM, il est en train de péricliter, de se disloquer.

      Plus d’argent, t’es foutu !

    Répondre à ce message

  • enoch • 06/05/2010 - 17:19

    Venez signer la pétition nationale pour sortir la France de la zone euro :

    http://www.esprit-enoch.com/article-petition-pour-sortir-la-france-de-la-zone-euro-49928543.html

    Répondre à ce message

  • arcane • 06/05/2010 - 13:32

    Ce qui ce produit actuellement est ahurissant, en effet les analyses savantes fusent de toute par, on accuse les marchés, les traeders, les états, les populations, les politiques, les banques, tout cela parait inextricable.

    Mais c’est la GUERRE Tout simplement, les soldats de l’empire sont là !! Sans armes, sans uniformes mais ce sont les memes. L’empire est passé a l’attaque de l’europe il a tout d’abord construit une chaine avec les pays les plus fort, puis il a rajouté les maillons faibles.
    L’empire savait que lui meme etait un colosse aux pieds d’argile avec un dollar virtuel. L’angleterre est la taupe de l’europe qui elle a gardée sa LIVRE.
    Les agences de notations sont des soldats de l’empire
    et le premier coup de canon est partit sur la grece, puis ce sera le portugal, l’espagne, et la France suivit de l’italie. L’euro a été créé pour etre detruit avec ses pays.
    Voila ce qui se passe, L’europe doit etre sacrifiée à l’Empire.

    Répondre à ce message

  • pascale • 05/05/2010 - 22:20

    Bonjour,

    La politique dictée à la Grèce est soutenue par une grande partie de la communauté scientifique. C’est une stratégie de substitution lorsqu’un pays ne peut pas dévaluer.

    Qu’est-ce que ça veut dire ?

    Merci

    • sousou • 06/05/2010 - 12:10

      @Pascal, Cela signifie que c’est un hold up ! Depuis quand la finance est elle une science ?
      Sachant que les scientifiques nous entubes à tout les coups. voir la grippe h1N1.
      Bonne journée.

    Répondre à ce message

  • michel trine • 06/05/2010 - 02:46

    Monsieur Starbatty nous dit que "l’Allemagne réunifiée s’est sentie obligée d’accepter l’euro proposé par Mitterand et Thatcher pour la mettre en cage, de crainte de se mettre le monde entier à dos...". Mais les allemands ne pouvaient-ils dire à l’Angleterre : "Messieurs les anglais, acceptez-le (l’euro) les premiers !" ?
    Perfide Albion !

    Répondre à ce message

  • Louise • 05/05/2010 - 22:46

    Où sont les économistes français qui en feraient autant ?

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard