Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

29 novembre - Corinne Lepage accuse le nucléaire d’avoir la rage Lire 28 novembre - Un panier de crabes nommé FTX Lire 25 novembre - Face à une oligarchie nihiliste, bâtir une alliance de bâtisseurs ! Lire
AccueilActualités

18 juin, l’esprit de Charles De Gaulle toujours vivant

Dans une allocution à l’Ambassade de Russie, le 14 juin 2022, jour de la Fête nationale, Pierre De Gaulle, petit fils de Charles De Gaulle, a prononcé de paroles lourdes à l’encontre des Etats-Unis et de ses alliés occidentaux, accusés d’avoir favorisé ce conflit.

« Chacun reconnaît aujourd’hui la responsabilité des États-Unis dans le conflit actuel, le rôle funeste de l’Otan qui s’élargit sans cesse et la politique inconsidérée du Gouvernement Ukrainien », a-t-il assené, avant de tenir des propos très durs contre ceux qui, en France, ont contribué à cette évolution.

« Les Américains donnent de l’argent (et des armes), nous les payons en parts d’indépendance. Je regrette que le Gouvernement français se commette dans cette soumission à l’Otan et donc à la politique américaine.

« Je déplore, que de par la volonté de certains présidents français, la France se soit dissoute dans l’Otan.(...) L’Otan absorbe l’Europe. Depuis, les Américains ne parlent plus à la France et ne nous considèrent plus comme une nation forte et indépendante. »

Pierre De Gaulle a souligné à quel point Charles De Gaulle tenait à l’amitié Franco-russe. Il a aussi appelé la France à tout faire pour mettre fin à cette situation : « Au milieu des alarmes du monde et des dangers de la crise actuelle, la France peut et doit, à nouveau, peser de tout son poids et chercher un arrangement avec les pays belligérants et la Russie en particulier. »

Extraits :

Au nom du peuple français, je salue cordialement le peuple russe et ses dirigeants et le Président Vladimir Poutine. (...)

Nos peuples sont liés par de longues années d’amitié et par le sang versé contre les Nazis. C’est l’occasion pour moi de répéter que la relation franco-russe était pour le Général de Gaulle d’une importance toute particulière. La France et la Russie sont proches l’une de l’autre mais aussi unies par la conscience de leur communauté d’intérêts et de destins. (...)

Le Général disait même :

La décision funeste de Napoléon d’attaquer Alexandre 1er est la plus lourde erreur qu’il ait commise. Rien ne l’y forçait. C’était contraire à nos intérêts, à nos traditions, à notre génie. C’est de la guerre entre Napoléon et les russes que date notre décadence.

Je viens ici pour affirmer une nouvelle fois haut et fort, qu’il est de l’intérêt de la France de garder de bonnes relations avec la Russie et de dire qu’il faut que nous travaillions ensemble en vue d’aider à l’union et à la sécurité de notre continent, ainsi qu’à l’équilibre, au progrès et à la paix du monde tout entier.

Chacun reconnaît aujourd’hui la responsabilité des États-Unis dans le conflit actuel, le rôle funeste de l’Otan qui s’élargit sans cesse et la politique inconsidérée du Gouvernement Ukrainien. Ce dernier, fort de belles promesses et nourri d’illusions américaines et européennes, a conduit une politique très condamnable à l’égard des populations russophones du Donbass, multipliant discrimination, spoliation, embargos et bombardements. Les Occidentaux ont malheureusement laissé faire Zelenski, ses oligarques et les groupes militaires néo-nazis s’enfermer dans une spirale de guerre.

Cet aveuglement est lourd de conséquence pour le peuple ukrainien. Mais ne nous y trompons pas : que veulent les Américains si ce n’est provoquer une nouvelle confrontation Est-Ouest, dont le seul but est d’affaiblir et de diviser l’Europe pour imposer leurs directives, leur économie et leur système ? (...)

Les États-Unis sont dans l’erreur, l’Otan est dans l’erreur, dont l’expansionnisme débridé et irréfléchi conduit inexorablement au déséquilibre du Monde et à l’injustice. Les belles promesses des Américains de ne pas élargir l’Otan à l’Est, ni au Nord, n’ont pas été respectées. Les accords de Minsk n’ont pas été respectés.

La réalité, c’est que les Américains n’ont jamais accepté, ni l’Occident avec eux, qu’après la difficile transition de 1991 et la reconstruction qui a suivi, que la Russie ne s’intègre pas dans son monde unipolaire. (...)

En provoquant une crise économique profonde, systémique et durable qui nous touche déjà tous, du prix du pain, au chauffage et aux carburants mais aussi par la pénurie agro-alimentaire, des matières premières et des métaux industriels qu’elle entraîne, les Américains affaiblissent les Européens à leur profit.

Aura-t-on oublié que depuis au moins un siècle, toutes les crises financières majeures viennent des États-Unis ? « Notre dollar, votre problème » disait Henry Kissinger. Les Américains nous tiennent toujours par leur endettement, qu’ils exportent.

En imposant aussi un modèle culturel et social qui repose sur le culte de la jouissance et de la consommation, les Américains sapent le socle de nos valeurs traditionnelles et les deux piliers de la civilisation que sont la famille et la tradition.

L’Europe et bien sûr la France ont tout à perdre à s’enfermer dans cette escalade militaire et idéologique voulue par les États-Unis et l’Otan. (...).

Permettez-moi de citer encore une fois le Général de Gaulle :

En France, on n’a jamais considéré la Russie comme un ennemi. Je suis pour le développement de l’amitié franco-russe et je n’ai jamais envoyé et je n’enverrai jamais des armes aux gens qui se seraient battus contre la Russie soviétique.

Les Américains donnent de l’argent (et des armes), nous les payons en parts d’indépendance. Je regrette que le Gouvernement français se commette dans cette soumission à l’Otan et donc à la politique américaine.

Je déplore, que de par la volonté de certains présidents français, la France se soit dissoute dans l’Otan.(...) L’Otan absorbe l’Europe. Depuis, les Américains ne parlent plus à la France et ne nous considèrent plus comme une nation forte et indépendante.

Faut-il rappeler le camouflet récent subi par la France dans la rupture brutale et unilatérale du contrat d’achat des sous-marins australiens par l’Australie, Membre du Commonwealth et qui fût orchestré par les anglais et les américains ? La France peut-elle se contenter, outre sa perte de souveraineté, des trois jours d’avance en munitions et en carburant que lui octroie l’Otan ? Je ne comprends pas la politique du Président français.

Fort de ses convictions, de son armée et de la force de dissuasion qu’il a lui-même construite au grand dam des Américains, le Général de Gaulle a eu la détermination de sortir de l’Otan, tout en restant comme membre de droit de l’Alliance Atlantique. Je souhaiterais que le Président français ait ce courage et cette volonté, plutôt que de subir les affres de la pensée unique et de la politique commune imposée par les Américains, qui le rendent dépendant. (...)

Le Général de Gaulle écrivait.

Il existe un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté du monde.

Notre but est et doit rester d’établir une entente européenne entre l’Atlantique et l’Oural. Au milieu des alarmes du monde et des dangers de la crise actuelle, la France peut et doit, à nouveau, peser de tout son poids et chercher un arrangement avec les pays belligérants et la Russie en particulier.

On ne fait pas la guerre tout seul !

C’est une conviction que les idéologies, donc les régimes qui les expriment, en Ukraine comme ailleurs, ne sont que de passage. « Seuls comptent, appuyés sur les fondements politiques, la patine des siècles et la capacité des pays à rester grands ».

Comme le disait le Général de Gaulle en 1966 lors de son deuxième voyage en Russie : « La visite que j’achève de faire à votre pays, c’est une visite de la France de toujours à la Russie de toujours ».

Je vous remercie.
Pierre de Gaulle

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Oreilly paul • 21/11/2022 - 16:54

    La Russie a été un grand allié de la France depuis la fin du 19ème siècle.
    Actuellement c’est la Russie qui a attaqué l Ukraine et s en prend à la population civile et qui a annexé des territoires ukrainiens...
    Elle doit se retirer de ce pays et accepter de faire la paix avec l Ukraine en garantissant les frontières de ce pays qui ne doiit pas rentrer dans l OTAN.

    • Christine Bierre • 21/11/2022 - 17:44

      Bonjour, Vous ne pouvez pas tenir ce raisonnement. Depuis l’entrée des néo-conservateurs au pouvoir aux USA, avec Bush père, la décision fut prise de réduire la Russie à un petit Etat insignifiant. Après, ils ont déployé l’OTAN aux portes de la Russie, soutenu la guerre en Tchétchénie, et transformé l’Ukraine, en 2014, en machine de guerre contre elle. La Russie n’a eu d’autre choix que de se défendre. Fin mars, Ukrainiens et Russes avaient abouti à un accord, l’Ukraine ayant renoncé à son entrée dans l’OTAN et a un statut de neutralité. Qui l’a refusé ? Blinken et Austin qui ont déclaré en Ukraine, le 26 avril, qu’ils ne cherchaient pas la paix ; que le but de la guerre était de détruire la Russie ! Il faut aller en profondeur !

    • 0reilly paul • 21/11/2022 - 19:42

      Vous racontez n importe quoi.
      Poutine risque de s en prendre aux pays de l ex pacte de Varsovie si on le laisse faire.
      Et ensuite aux pays plus à l ouest...
      Les dirigeants non jamais dit vouloir reduire la Russie à un petit pays.
      La Russie doit garantir les frontières de 1991. Et ne pas revenir aux frontières de l ex Urss.
      Et la pais pourrait revenir dans ce cas...

    • Christine Bierre • 21/11/2022 - 23:56

      Poutine n’entends pas du tout s’attaquer à ces pays. Il n’a fait que demander que l’OTAN ne s’étende pas jusqu’à ses frontières, en raison de son hostilité et de ses armes nucléaires. L’OTAN n’a pas tenu compte des exigences russes, et en 2008, elle a laissé entrevoir à l’Ukraine et à la Georgie leur possible candidature à l’avenir. En 2014, avec Washington, et à l’aide de milices de Privy Sektor, Azov et autres néo-nazis, des courants banderistes russophobes ont été installés au pouvoir en Ukraine, menacant la Russie. Fin 2021, la Russie a proposé deux traités, à l’OTAN et aux ETats-Unis, exigeant qu’il n’y ai pas de déploiements d’armes nucléaires à ses frontières. Aucune réponse. Macron a proposé que l’Ukraine accepte un statut de neutralité. Pas de réponse. Voilà les causes de l’actuelle guerre. Quant à la volonté des Anglo-américains de réduire la Russie à un petit pays, Brzezisnki le dit tel quel dans son ouvrage, Le Grand Echiquier. Par ailleurs, l’idée qu’aucun des anciens pays communistes ne puisse reconstituer ses forces dans leurs anciens territoires, tout comme leurs alliés, au Proche Orient, en Asie, est présentée dans les principaux textes de la défense américaine. On n’aurait jamais du avoir cette guerre ! Lors de la crise de missiles de Cuba de 1962, les Etats-Unis ont retiré leur missiles de Turquie et les Russes, les leurs de Cuba.

    Répondre à ce message

  • Rivoal • 21/11/2022 - 20:47

    Pierre de Gaulle a en commun avec le général le nom mais aussi cette grandeur d’esprit qui caracterise le Génaral.... le monde diplomatique de fevrier 2022 rappelle dans les details les accord de MINSK en 2014 qui devaient ces accords geler la sirtuation du dombas pendant 25 ans le guignol de Zelinski aidé des americain n ont pas voulu de cet accord ....le peuple Russe est et restera l’ami de la France cette derniére ce grand pays qui est le notre n’a nul besoin d ’etre le porte faix de Biden qui ne voit en Ukraine en particulier et l Europe en général qu ’un marché potentiel aprés guerre...Un regret important la misére accrue des civils de tous bords Vive le général Vive pierre de Gaulle.

    Répondre à ce message

  • Aurin jacques • 02/11/2022 - 12:02

    Bonjour CV sur internet.Comment envisager un contact organisé et efficace
    Très cordialement

    Répondre à ce message

  • Coppex • 18/10/2022 - 10:14

    Bravo. Je suis complètement en accord.
    Mais les discours ne servent à rien, et il faut agir maintenant.

    Répondre à ce message

  • Alex • 25/06/2022 - 12:49

    Bravo ! C’est peut-être le petit fils du Général mais il est loin d’avoir hérité de sa grandeur...Poutine n’est pas un dictateur ? Pardon ? Il enfermé des enfants de moins de 10 ans pour avoir manifesté contre la guerre, il fait de la censure et fait taire tous les médias opposant, il faut de la propagande, il enferme ses opposants etc et ce n’est pas un dictateur ? Sans blague. Le peuple russe est manipulé. Poutine est un taré. L’Ukraine n’est pas toute rose peut-être mais rendre l’Ukraine et l’Otan responsable, c’est tellement irresponsable. Les pays voisins de la Russie demandent la protection de l’Otan car Poutine les menace. Qui ne chercherait pas un allié ? Et oui, je préfère la protection des Américains et du monde occidental où on est relativement libres comparé à la Russie, régime autoritaire, désolé. De Gaulle doit bien se retourner dans sa tombe. Le monde a évolué et pas sûr qu’aujourd’hui De Gaulle se passerait du soutien américain. N’oublions pas que la seconde guerre mondiale à été gagnée grâce à l’intervention américaine donc arrêtons les faux semblant et ces discours où l’histoire est totalement niée. On parle des relations Franco russes d’avant Napoléon mais faut se réveiller les gars. Napoléon est mort depuis longtemps et les russes n’a jamais été un peuple fiable dans les alliances pendant les 2 guerres mondiales. Quelle hypocrisie dans ce discours...

    • RIVOAL • 03/07/2022 - 20:45

      le probleme n’est pas de peser le poids democratique de la RUSSIE par rapport à nos sociétés occidentales mais de s ’etonner de la promiscuité qui regne entre l union europenne en général et la france en particuliers. merci de donner a l adjetif promiscuité un abandon total de souverainété Nationale au seul profit des USA

    Répondre à ce message

  • René Vandeville • 24/06/2022 - 10:47

    Bonjour monsieur De Gaulle. Je suis en parfait accord avec votre discours et de l analyse que faisait déjà votre grand père le général De Gaulle. Ce qui se passe actuellement en Ukraine est très regrettable pour le peuple ukrainien. Mais c’est la suite logique de la politique occidentale menée ces dernières années à l’égard de la Russie et de Mr Poutine. Il aurait été beaucoup plus intelligent d’écouter Mr Poutine et de permettre à la Russie de s’intégrer dans le marché mondial par la diplomatie, en faire un allier diplomatique et commercial reconnu. Faute de ça. Nous sommes entré dans une guerre militaire dont nous ne connaissons pas l’issue et que personne ne maîtrise et une guerre commercial dangereuse pour le monde entier. Avec tout mon respect. Mr Vandeville René

    Répondre à ce message

  • chauvois • 19/06/2022 - 18:38

    Bonjour, et bravo pour cet article pour le moins élégant, et provocateur.J’ai pensé au futur député pour qui j’ai voté, de bien étudier un film de Darren Aronofsky, "le catcheur", avec le Mickey Rourke, incroyable (mais pas que), tout en pensant au "succès" du Benoit Odille, qui doit se préparer aussi. Mr Melenchon,, c’est pas Mr Cheminade, mais les insoumis ont fait du bon travail (pour moi), pendant 5 ans à l’assemblée, à 1 contre 10. Merci madame, j’arrive des parcelle des vieilles juments (les carrotes !), homme des chevaux.
    Organisé, quoiqu’il arrive, dans les bas quartiers : https://www.youtube.com/watch?v=QxS3q-HPPac

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
26 janvier 2000
Les analyses de Jacques Cheminade
Churchill, de Gaulle et la Résistance
Jacques Cheminade : « Mon exemple, c’est le général de Gaulle partant à Londres »
24 avril 2017
Notre actu
Jacques Cheminade : « Mon exemple, c’est le général de Gaulle partant à Londres »
Georges Boris, Roosevelt, De Gaulle, Mendès : reprenons le flambeau
14 septembre 2016
Histoire
Georges Boris, Roosevelt, De Gaulle, Mendès : reprenons le flambeau

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard