Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 mars - La guérilla s’organise contre le Great Reset - EJC#48 Lire 2 mars - Prochain éclairage de Jacques Cheminade jeudi 4 mars à 19h30 Lire 2 mars - Vendredi 5 mars
Entretien avec Sylvain Baron Lire
AccueilÀ répartirArticles variés
Articles variés

Terrorisme, sabotage et chaos, dernière cartouche de l’oligarchie financière ?

En Europe, une lecture attentive d’évènements apparemment sans aucun rapport entre eux, porte à croire que nous assistons, comme au début des années 1970, à la réactivation d’une nouvelle « stratégie de la tension » qui risque, non seulement d’aboutir à l’élimination physique de personnalités représentant un pouvoir institutionnel, mais menace également de plonger nos pays dans une sorte d’ingouvernabilité permanente de nature à envoyer aux calendes grecques toute remise en cause du système financier et monétaire inique que nous subissons.

Le 13 novembre, à la suite d’une manifestation de 5000 jeunes contestant le manque d’effectifs dans les universités, plusieurs centaines de fanatiques de « l’ultra-gauche » ont pris d’assaut les bâtiments administratifs de l’Université Humboldt de Berlin, brisant les vitres, cassant les ordinateurs et brûlant les meubles. Aveuglés par leur orgie de violence, ils n’ont pas hésité à ravager une exposition sur l’expropriation des juifs pendant les années trente à Berlin.

Bien qu’il s’agisse peut-être d’une étrange coïncidence du calendrier, il n’en reste pas moins que l’opération s’est déroulé au lendemain de la sortie en salle du Baader Meinhof Komplex, le nouveau film glorifiant les psychopathes de la RAF.

En France, l’enquête en cours sur la vague d’actes de sabotage contre les lignes de TGV semble confirmer l’existence d’une opération de grande envergure aux ramifications internationales.

Si jusqu’alors, le nombre croissant de pannes et de ruptures de caténaires à la SNCF avait été attribué pour l’essentiel à la réduction dramatique de la maintenance du réseau ferré, la donne a brutalement changé fin octobre, quand des tirs de Winchester ont entraîné la rupture d’un fil de caténaire à proximité de Marcoussis (Essonne) provoquant d’importantes perturbations sur le TGV Atlantique.

Ce sont essentiellement les actes commis dans la nuit du vendredi 8 novembre qui présentent les caractéristiques d’une opération de sabotage. Quatre fers à béton, pliées en accent circonflexes, fixés aux caténaires des lignes des TGV Nord, Est et Sud-Est, ont été retrouvés. Ces dispositifs très solides sont capables de détruire le pantographe d’un train et de provoquer un affaissement de la caténaire. En tout cas, l’opération a provoqué de fortes perturbations du trafic, entraînant des retards pour 160 trains et des milliers de passagers.

Dès le début de 2008, la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie, avait elle, sur la base de notes du renseignement, affirmé « craindre » en France un terrorisme « d’extrême-gauche ». Après la victoire de Nicolas Sarkozy, parfois présenté comme un fasciste pur et dur, ainsi qu’avec l’affaiblissement du Front National de Jean-Marie LePen, les forces se disant « anti-fascistes » s’en prennent de plus en plus à l’Etat français. Pour l’occasion, le réseau TGV ainsi que les centrales nucléaires se retrouvent transformés en symboles du fascisme !

L’attention de la police s’est concentrée récemment sur le livre publié par La Fabrique édition (2007), L’Insurrection qui vient écrit par un mystérieux « Comité invisible ».

On peut y lire, p. 101 : « Inutile de s’appesantir sur les trois types de sabotage ouvrier : ralentir le travail, du « vas-y mollo » à la grève du zèle ; casser les machines, ou en entraver la marche ; ébruiter les secrets de l’entreprise.

Élargis aux dimensions de l’usine sociale, les principes du sabotage se généralisent de la production à la circulation. L’infrastructure technique de la métropole est vulnérable : ses flux ne sont pas seulement transports de personnes et de marchandises, informations et énergie circulent à travers des réseaux de fils, de fibres et de canalisations, qu’il est possible d’attaquer. Saboter avec quelque conséquence la machine sociale implique aujourd’hui de reconquérir et réinventer les moyens d’interrompre ses réseaux. Comment rendre inutilisable une ligne de TGV, un réseau électrique ? Comment trouver les points faibles des réseaux informatiques, comment brouiller des ondes radios et rendre à la neige le petit écran ? Quant aux obstacles sérieux, il est faux de réputer impossible toute destruction. Ce qu’il y a de prométhéen là-dedans tient et se résume à une certaine appropriation du feu, hors tout volontarisme aveugle. En 356 av. J.C., Erostrate brûle le temple d’Artémis, l’une des sept merveilles du monde. En nos temps de décadence achevée, les temples n’ont d’imposant que cette vérité funèbre qu’ils sont déjà des ruines. »

Et les auteurs soulignent que ; « Pour la méthode, retenons du sabotage le principe suivant : un minimum de risque dans l’action, un minimum de temps, un maximum de dommages. »

Devant le constat d’une opération concertée de sabotage, les autorités françaises ont estimé que la coupe était pleine. Mardi 11 novembre, dès l’aube, 150 policiers procèdent à l’interpellation d’une vingtaine de suspects à Paris (20e), à Baccarat (Meuse), à Rouen (Seine maritime), et surtout à Tarnac (Corrèze), où une ferme abrite un noyau dur d’individus appartenant à « l’ultra-gauche » (qu’on distingue de l’extrême-gauche classique). Si vingt à cinquante personnes y vivaient, tout le réseau s’y retrouvait régulièrement. Des connexions avec d’autres pays existent dont le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Belgique, la Grèce, l’Italie et les Etats-Unis, entre autres.

Le groupe avait l’habitude de se confondre aux groupes « anars » lors des manifestations internationales comme celle contre le sommet du G8 à Heiligendamm (Allemagne) ou encore celle contre l’Europe libérale lors du sommet de l’UE à Thessalonique, en Grèce. Les enquêteurs pensent aussi pouvoir prouver la présence de certains membres du groupe lors de la manifestation à Paris contre le fichier Edvige ou contre le centre de rétention de Vincennes. On pense également que le même groupe a fait dégénérer en émeute le contre-sommet pacifique organisé à Vichy pour dénoncer la politique scandaleuse anti-immigration du sommet de l’UE dans cette ville.

Les enquêteurs s’intéressent surtout à des ramifications internationales, en particulier en Allemagne. Dans ce pays, le sabotage des trains y est une pratique bien rodée par la mouvance ultra-écologiste. De plus, le week-end des sabotages en France correspond avec l’envoi du 11e convoi de déchets nucléaires vitrifiés de Cherbourg vers le centre de Gorleben en Allemagne. Ce convoi a mis 80 heures pour arriver sur place et 11000 policiers ont dû être mobilisés pour dégager les voies.

Celui que l’on soupçonne d’être « le cerveau » du groupe est un certain Julien Coupat (34 ans) et sa compagne Yildune (25 ans). Issu d’une famille bourgeoise, Coupat, qui roule en Mercedes et réside dans la ferme de Tarnac tout en disposant d’un appartement à Paris, est un ancien doctorant en histoire et civilisation à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Influencé par le situationnisme de Guy Debord, il était membre du comité de rédaction de la revue Tiqqun et on le soupçonne d’être l’auteur du livre inquétant L’Insurrection qui vient.

Le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur Coupat dès le 16 avril 2008 sur la base de renseignements fourni par le FBI. Coupat et son amie aurait pénétré clandestinement le territoire américain à partir du Canada. Dans leur sac à dos abandonné, la police trouve des documents anarchistes en anglais et des photos d’un centre de recrutement des forces armées américaines situé à Times Square, à New York. Le FBI signale aussi la présence du couple lors de réunions anarchistes dans cette ville. Deux mois plus tard, le 6 mars 2008, le centre de recrutement en question est dévasté par une grenade qui ne fait que des dégâts matériels. Seule certitude : Coupat n’était plus sur le continent américain.

Si de nombreux éléments (cartes du réseau ferré, matériel d’escalade, gilets pare-balle, etc.) ont été retrouvés chez certains suspects, beaucoup de questions restent sans réponse pour l’instant.

En premier lieu se pose la question de l’origine des fonds, puisque peu de membres du « Groupe Coupat » semblent impliqués dans un travail rémunéré. Ensuite, on s’interroge sur l’acquisition de l’expertise technique indéniable pour installer de tels dispositifs de sabotage. Les enquêtes sur les ramifications internationales livreront certainement quelques secrets.

Pour creuser le sujet : focus

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • bobdy • 08/12/2008 - 15:24

    Dans la mouvance ULTRA LIBERALE il y a eu un grand sabotage au niveau planétaire avec les TRADES savates , les spéculateurs , les BANKSTERS mais aucun d’eux n’ont été arrété on préfere claironner sur des pseudos terroristes pour masquer son impuissance et sa servilité au monde de la crapulerie financiere.
    dites moi à ce jour(8décembre2008) ou son passé nos "terroristes"anarco machin bidules et j’en passe ???

    Répondre à ce message

  • A.Pierre • 26/11/2008 - 03:54

    .../...Enfin je tiens à vous faire part aussi, puisqu’il est aussi mentionné dans votre article et dans le ton que vous lui avez donné, que l’on peut être aussi de droite et ne pas faire les louanges du fichier "EDVIDGE" ou similaires, bien au contraire. Je vous remercie de ce fait pour cet espace que vous laissez aimablement disponible afin de pouvoir s’exprimer. J’en suis ravi puisque je visite régulièrement votre site que j’apprécie particulièrement.

    Bien cordialement.

    Répondre à ce message

  • Berth • 14/11/2008 - 22:28

    L’ingéniosité rare du dispositif utilisé pour démolir des centaines de mètres de caténaires est la preuve évidente des agissements de gens très puissants et organisés. J’étais arrivé à la même conclusion que vous d’après les photos et les commentaires publiés dans le Figaro.

    • Bernard Rossi • 15/11/2008 - 13:22

      Parler "d’ingéniosité rare" c’est faire peu de cas de ce que sait faire l’ingéniosité humaine. Une bombe atomique dite "à neutrons" qui ne tue que des personnes et laisse en place les biens matériels du coup réappropriables... Voilà qui est ingénieux ! Plier un fer à béton en trapèze pour détruire un caténaire et utiliser une perche pour le mettre en place afin de ne pas s’électrocuter, franchement c’est plutôt du genre fil à couper le beurre !
      Restons confiants dans l’ingéniosité !

    Répondre à ce message

  • tirpitz • 15/11/2008 - 10:15

    comité de soutien complice ! ainsi que le maire de la villedieu qui fait l’apologie des terroristes

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard