Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

10 avril - Les perspectives prometteuses d’une coopération Chine-Mexique-Argentine Lire 9 avril - La Russie espère rouvrir un dialogue avec les Etats-Unis Lire 8 avril - Le Pakistan au coeur des Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilÀ répartirArticles variés
Articles variés

Mise en garde de Lyndon LaRouche :
Les « canons d’août » de Cheney menacent le monde*

Fin juillet, Lyndon LaRouche a averti que le vice-Président américain Dick Cheney, en collusion avec l’entourage du Premier ministre britannique Tony Blair, pourrait profiter de la période estivale pour mettre en œuvre un plan de frappe militaire préventive contre l’Iran, incluant l’usage d’armes nucléaires. LaRouche fondait son évaluation sur différents éléments dont il venait de prendre connaissance, notamment le rapport d’un ancien responsable du renseignement américain publié dans la revue American Conservative. Selon cet expert, Dick Cheney aurait donné l’ordre au Commandement stratégique (StratCom) de l’armée américaine de mettre au point des plans d’urgence pour lancer une frappe conventionnelle et nucléaire tactique contre des centaines de cibles en Iran, plans qui seraient mis en œuvre en cas de nouvel attentat de type « 11 septembre » contre les Etats-Unis.

Comme l’Executive Intelligence Review le rapportait il y a plusieurs mois, dans le cadre de sa nouvelle doctrine de frappe globale (CONPLAN 8022), l’administration Bush avait déjà placé son arsenal d’armes nucléaires miniatures (mini-nukes) sous le contrôle des commandants de théâtre. Cette doctrine avait été conçue au début des années 1990 par Dick Cheney, Paul Wolfowitz et Lewis Libby, alors que Dick Cheney était le ministre de la Défense du président George H.W. Bush.

D’autres rapports parus depuis le début de l’année corroborent les plans militaires contre l’Iran :

  • Le 17 juin, dans un article paru dans The New Yorker sous le titre « The coming Wars », Seymour Hersh évoquait les plans du Pentagone pour des attaques aériennes et par commando contre l’Iran, avec un double objectif : détruire les prétendues installations souterraines abritant le programme d’armes nucléaires et instiguer une révolte populaire contre les mollahs.
  • Le 26 janvier, Richard Sale, correspondant d’UPI spécialisé dans le renseignement, faisait savoir que l’aviation américaine effectuait des missions provocatrices de reconnaissance au-dessus du territoire iranien, à partir de bases situées en Irak et en Afghanistan. Ces survols avaient pour but, écrivait-il, d’amener les Iraniens à activer leurs radars pour pouvoir les répertorier, en vue d’une campagne de bombardement contre au moins 14 cibles soupçonnées d’être des installations secrètes d’armes nucléaires. Toujours selon Sale, les Forces spéciales américaines et des commandos israéliens aidaient des réfugiés iraniens membres du Mujadhideen-e-Khalq (MEK), ainsi que des Kurdes irakiens, à conduire des incursions transfrontalières afin d’installer des détecteurs près des cibles.
  • Le 19 février, à Olympia (Washington), Scott Ritter, l’ancien Marine qui dirigea les équipes d’inspection de l’ONU en Irak pendant une bonne partie des années 1990, déclara en public qu’il s’attendait au lancement d’une campagne aérienne contre l’Iran, peut-être dès le mois de juin. Le président Bush, dit-il, avait déjà reçu et approuvé des plans d’attaque aérienne contre l’Iran.
L’option nucléaire

Dans le magazine The American Conservative du 1er août, Philip Giraldi (un officier de la CIA à la retraite) écrivait : « Suivant les instructions du bureau du vice-président Dick Cheney, le Pentagone a chargé le Strategic Command (StratCom) des Etats-Unis de préparer un plan d’urgence qui serait activé en cas de nouvelle attaque terroriste de type "11 septembre" contre les Etats-Unis. Ce plan inclut une attaque aérienne à grande échelle contre l’Iran, à l’aide d’armes nucléaires conventionnelles et tactiques. L’Iran compte plus de 450 cibles stratégiques majeures, y compris de nombreux sites soupçonnés de mettre au point des armes nucléaires. Nombre de ces cibles sont renforcées ou profondément enfouies dans le sol, et ne pourraient donc pas être détruites par des armes conventionnelles, d’où l’option nucléaire. Comme dans le cas de l’Irak, cette riposte ne serait pas conditionnée par une participation effective de l’Iran à l’acte terroriste dirigé contre les Etats-Unis. De nombreux officiers supérieurs de l’aviation prenant part à la planification sont, dit-on, épouvantés par les implications de ce qu’ils font - à savoir la préparation d’une attaque nucléaire non provoquée contre l’Iran - mais personne n’est prêt à risquer sa carrière en présentant des objections . »

Les récents attentats à Londres ont fourni à Tony Blair son propre « incendie du Reichstag » et il est à prévoir que la faction « impériale libérale » britannique se rangera pleinement du côté des faucons de Cheney à Washington.

Toutefois, comme l’a souligné Lyndon LaRouche, l’indice le plus convaincant de l’existence d’un plan visant à déclencher une attaque militaire en août est l’état d’esprit de Dick Cheney lui-même, confirmé par plusieurs témoins directs. Le vice-Président joue le scénario d’« Hitler retranché dans le bunker », version américaine, fustigeant les sénateurs républicains qui osent résister à ses violentes diatribes et traitant ceux qui refusent d’obéir à ses ordres - y compris des membres du Sénat - de « traîtres », voire pire.

Enfin, LaRouche a évoqué des rapports émanant de différentes sources hautement qualifiées du Congrès, de la communauté militaire et du renseignement, tous confirmant les points essentiels du récit paru dans l’American Conservative sur les plans de frappe nucléaire préventive concoctés par le docteur Folamour Cheney contre l’Iran. Ces sources soulignent qu’il ne s’agit pas de simples plans d’attaque éventuels, mais bien de l’intention politique réelle de Cheney. La folie de ces plans n’implique nullement qu’il ne les mettra pas en œuvre, au contraire.

L’étau se resserre

Le contexte immédiat de cette fuite en avant psychologique de Dick Cheney est marqué par deux facteurs : la révolte contre l’administration Bush qui s’étend au sein d’un groupe bipartisan de sénateurs et de députés et l’enquête menée par le procureur indépendant Patrick Fitzgerald sur le rôle de « deux hauts responsables du gouvernement » dans la divulgation de l’identité de Valerie Plame Wilson, une agente clandestine non officielle de la CIA.

Par ailleurs, à Londres, les maîtres synarchistes de Cheney se trouvent le dos au mur, car l’ensemble du système financier spéculatif mondial, qui représente leur pouvoir, est sur le point de s’effondrer. C’est le krach imminent du système mis en place après la dissolution de celui de Bretton Woods, qui représente la force motrice animant la politique de guerre et de chaos poussée par Cheney et bien d’autres. L’orchestration d’une attaque nucléaire préventive contre l’Iran suite à un nouvel incident de type « incendie du Reichstag » en dit long sur les motivations réelles de cette opération.

Le Plamegate

L’enquête de Fitzgerald, ouverte en décembre 2003, a déjà établi que le directeur de cabinet du vice-Président Dick Cheney, Lewis Libby, et le chef de cabinet adjoint de la Maison Blanche, Karl Rove, ont parlé à des journalistes des véritables activités de Mme Plame. Son mari, l’ambassadeur Joseph Wilson, avait été envoyé au Niger en 2002 pour vérifier l’information selon laquelle ce pays aurait fourni à Saddam Hussein de l’uranium (yellowcake) pour fabriquer la bombe. Wilson était parvenu à la conclusion que l’information était frauduleuse, ce qui ne plut guère aux cercles autour de Cheney.

Au-delà de Karl Rove et de Lewis Libby, l’enquête de Fitzgerald porte aussi sur le White House Irak Group (WHIG), une équipe de propagandistes de haut niveau mise sur pied en août 2002 par le chef de cabinet du président Bush, Andrew Card, et regroupant, entre autres, Rove, Libby, Karen Hughes, Condoleezza Rice (à l’époque directrice du Conseil national de sécurité) et son adjoint et successeur Stephen Hadley.

Par ailleurs, Fitzgerald s’est plus récemment intéressé à un mémorandum du département d’Etat, daté du 10 juin 2003, dévoilant l’identité de Valerie Plame. Avant la fuite publiée dans la presse par Robert Novak, à la mi-juillet, ce mémo avait circulé parmi bon nombre de membres néo-conservateurs du gouvernement, dont John Bolton, que George Bush vient d’imposer, par prérogative présidentielle, comme ambassadeur américain aux Nations unies.

Jeffrey Steinberg

* En référence au livre de Barbara Tuchman, Guns of August (1962), devenu un classique, qui décrit les trente premiers jours de la Première Guerre mondiale. Début août 1914, l’Allemagne, entourée par des alliances européennes, est en pleine mobilisation pour mettre en oeuvre son plan visant à envahir la France et à occuper Paris en l’espace d’un mois. En réalité, le conflit s’éternisera pendant quatre longues années de « guerre des tranchées » sur le front de l’ouest et d’affrontement sur le front de l’est, s’étendant jusqu’aux Balkans. Plusieurs guerres ont ainsi commencé pendant les vacances du mois d’août. Le 1er septembre 1939, Hitler envahissait la Pologne.

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard