Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

6 mai - Sauver la paix contre l’OTAN en 2021 - EJC#56 Lire 4 mai - Nouveau ! Spacetrain, le retour du futur : le dossier Lire 4 mai - Intervention militante à Orléans en défense de Spacetrain Lire
AccueilÀ répartirArticles variés
Articles variés

Liban : qui contrôle la nébuleuse salafiste ?

Nous publions ici, avec l’aimable autorisation de l’auteur, l’enquête de Scarlett Haddad, journaliste au quotidien libanais l’Orient du Jour.

Depuis les affrontements de Tripoli, qui s’enlisent dans une sorte de pourrissement, et depuis les incidents dans la Békaa-Ouest, Aïn el-Héloué et Abdé, les salafistes sont revenus au premier plan de l’actualité.

[Au Liban] Les deux camps, la majorité et l’opposition, s’accusent réciproquement de vouloir les utiliser comme une carte maîtresse, la majorité niant leur existence et préférant les relier à Damas, alors que l’opposition, elle, considère qu’ils relèvent directement de l’Arabie saoudite. Mais le mystère salafiste demeure entier. Qui contrôle cette nébuleuse ? Quelle est son influence réelle sur la scène sunnite ? Autant de questions auxquelles il est difficile de répondre tant les versions sont contradictoires et les informations invérifiables. Ce qui est sûr, c’est que désormais, tout le monde s’intéresse à ce groupe, tantôt pour effrayer ses adversaires et tantôt pour gagner de nouvelles voix électorales...

Tout a commencé lors des derniers affrontements dans la région de Tripoli. Les habitants de Bab el-Tebbaneh et de Qobbé (deux quartiers sunnites) ont raconté à leurs voisins tripolitains et aux journalistes que les combattants qui se sont déployés dans leurs rues ne sont pas ceux qu’ils voyaient d’habitude. Selon plusieurs témoignages concordants, il ne s’agissait plus des habitués du quartier enrôlés sous la bannière du Courant du futur, mais de miliciens aguerris et violents avec des allures totalement islamistes.

Une nouvelle tournure...

Les habitants ont alors réalisé que la guerre dans leur ville prenait une nouvelle tournure et qu’elle comportait désormais des enjeux différents. Il ne s’agit plus du traditionnel conflit entre les alaouites de Jabal Mohsen et les sunnites de Bab el-Tebbaneh qui remonte aux années 1975 et 1976, mais d’un affrontement plus stratégique entre l’Arabie saoudite d’une part, l’Iran et la Syrie de l’autre. Pour les habitants des quartiers endommagés, il est clair que l’objectif est d’aiguiser la haine entre les deux parties, et à travers les alaouites, contre les chiites en général, mais aussi d’essayer de modifier les équilibres politiques dans la région.

Selon un responsable du Mouvement de l’unification islamiste, (fondé par cheikh Saïd Chaabane dans les années 80 et qui, après s’être violemment battu aux côtés de l’OLP contre les troupes syriennes au début des années 80, est désormais considéré comme plus proche de l’Iran que de l’Arabie), les groupes salafistes se sont bel et bien installés à Tripoli et, tout en n’ayant pas de chef ni une structure bien définie, ils sont courtisés désormais par toutes les parties en présence.

Selon ce responsable du MUI qui a requis l’anonymat, les salafistes de Tripoli auraient essentiellement trois grandes figures : Kanaan Naji, Soufiane Zohbi et Daïyatelislam Chahhal. Ces trois personnalités, qui ont chacune son groupe et ses moyens de financement essentiellement en provenance d’Arabie saoudite, ont pris de l’influence dans la capitale du Nord à la suite de l’exacerbation du sentiment sunnite dans la rue.

Les haines aiguisées

Les derniers événements de Beyrouth, les 7 et 8 mai, ont augmenté encore leur popularité dans les quartiers défavorisés, mais ces trois groupes se sont bien gardés de provoquer des incidents importants à Tripoli en cette période car ils ne se sentaient pas assez forts pour remporter la bataille.

Ils s’étaient alors contentés d’attaquer quelques permanences isolées, comme celle du Courant du futur ou du parti Baas, pour marquer leur présence. Mais il n’y avait pas eu d’affrontements à proprement parler dans la région de Tripoli.

Selon cheikh Ibrahim Saleh, qui se qualifie d’indépendant, c’est à partir de la mi-mai que les groupes salafistes ont commencé à être courtisés par les deux camps en présence.
Cheikh Saleh précise que depuis l’accord de Doha et l’adoption d’un nouveau découpage électoral, les deux camps ont fait leurs calculs et il leur est apparu que les prochaines élections législatives devraient se jouer à quelques sièges de différence, entre la majorité et l’opposition. Un expert en questions électorales, qui a aussi requis l’anonymat, confirme cette hypothèse et révèle que si les résultats des élections ne présentent aucun suspense dans certaines régions, tout va se jouer dans quelques circonscriptions chrétiennes et sunnites.

Selon cet expert, pour le Courant du futur, le Akkar est acquis, ainsi pratiquement que Beyrouth et Saïda où Bahia Hariri et Oussama Saad sont en voie de conclure un accord. Par contre, la Békaa-Ouest et Tripoli représentent des inconnues. Dans la Békaa-Ouest, le Courant du futur a un adversaire non négligeable en la personne de l’ancien ministre Abdel Rahim Mrad et ses alliés, et à Tripoli, Omar Karamé peut, s’il noue des alliances électorales avec l’ancien Premier ministre Nagib Mikati et le ministre Mohammad Safadi, emporter la plupart des sièges de la ville. Or, aussi bien dans la Békaa-Ouest qu’à Tripoli, le courant salafiste est en train de se développer et représente désormais un paquet d’électeurs qui pourraient faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre. C’est pourquoi il est désormais courtisé par les deux camps.

Congrès général sunnite

Selon le responsable du MUI, c’est autour des salafistes que se joue donc la véritable bataille de Tripoli. Il affirme qu’il y a trois semaines, l’Arabie saoudite avait directement lancé l’idée d’un congrès général regroupant toutes les forces sunnites au Liban, dont les salafistes, pour conclure une sorte d’alliance sur des principes généraux, dont la défense des sunnites du Liban. L’idée ne s’est pas encore concrétisée pour des raisons d’organisation, mais elle existe toujours.

De son côté, le Hezbollah ne reste pas les bras croisés. Il tente de diviser les salafistes et d’en gagner quelques-uns à sa cause. Au cours de la première semaine de juin, une rencontre élargie s’est ainsi tenue à Tripoli regroupant des cheikhs de la daawa salafiste de la ville. C’est le propre cousin de Daïyatelislam Chahhal, cheikh Hassan Chahhal, qui préside l’association « L’appel de la foi, de la justice et de la bienfaisance », qui a en quelque sorte dirigé la réunion. Elle portait sur le thème suivant : il n’y a pas de raison de participer à une guerre de rue pour le compte du Courant du futur qui n’a pas tenu ses promesses. Dans une déclaration à la presse, cheikh Hassan Chahhal a reconnu l’existence de conflits et de divergences entre les sunnites et les chiites. Mais il a ajouté que s’il n’est pas en son pouvoir de les régler, les salafistes devraient en tout cas jouer un rôle de rapprochement entre les musulmans et rappeler qu’il existe un ennemi commun, Israël, contre lequel tous les efforts doivent se concentrer.

« Laissons de côté le conflit doctrinaire... »

Le Hezbollah avait adressé aux parties réunies le message suivant : « Laissons de côté la question doctrinaire entre les chiites et les sunnites, et tentons de nous concentrer sur nos objectifs communs, le développement de la scène sunnite et la lutte contre les projets américano-israéliens. » Le message a rencontré un écho positif chez certaines figures salafistes qui en ont donc longuement discuté au cours de cette réunion.

D’ailleurs, selon cheikh Hassan Chahhal, le mufti de Tripoli, cheikh Malek Chaar, appuie cette démarche et estime qu’il faut à tout prix épargner la ville et protéger les sunnites de nouvelles secousses. Dans sa déclaration à la presse, cheikh Hassan Chahhal a aussi critiqué son cousin, l’accusant de travailler pour son propre compte et de s’être dissocié des autres mouvements salafistes. Cheikh Hassan Chahhal avait donc repris à son compte l’idée d’une rencontre élargie de tous les groupes salafistes, mais cette fois pour tenter de trouver une sorte de formule de coexistence pacifique avec les chiites et les alaouites afin de se concentrer sur les ennemis communs.

Ce projet a été rapidement remis en question par les nouveaux incidents qui ont éclaté entre Bab el-Tebbaneh et Jabal Mohsen au cours des deux dernières semaines.
Selon le cheikh du MUI qui a requis l’anonymat, ces affrontements visent essentiellement à étouffer dans l’œuf toute tentative de regroupement des salafistes sous une bannière de non-agression contre les chiites. Les incidents auraient, selon lui, pour principal objectif de raviver la fibre sunnite contre les chiites et les alaouites. D’autant que les alaouites ont sciemment bombardé des quartiers sunnites relativement éloignés de la « ligne de démarcation » pour semer la révolte et la peur parmi la population.

Des cellules entrées dans la clandestinité et incontrôlables

Mais selon ce cheikh, les combattants islamistes qui sont en train d’investir le quartier de Bab el-Tebbaneh et celui de Qobbé ne relèvent d’aucune organisation connue. Même cheikh Soufiane Zohbi, président des « Gardiens du patrimoine islamique » et connu pour être une figure salafiste d’influence, a nié être impliqué dans les derniers affrontements, tout comme cheikhs Kanaan Naji et Daïyatelislam Chahhal.

Pour le responsable du MUI, c’est l’indice que ces trois figures servent de paravent et n’ont pas de pouvoir réel sur le terrain. Selon ce responsable, depuis les combats de Nahr el-Bared, les salafistes qui se sont échappés du camp se sont réfugiés dans la clandestinité. Chacun a recréé sa petite cellule et agit selon son propre agenda. Toujours selon ce cheikh, l’argent coule à flot, en provenance d’Arabie pour les salafistes « pur jus » et d’Iran pour ceux qui veulent surmonter les clivages entre sunnites et chiites. C’est ainsi que les miliciens se baladent, selon lui, dans les rues de Tripoli, avec des dizaines de milliers de dollars en poche à la recherche d’armes et de fusils en tout genre. Toujours selon le cheikh du MUI, ces cellules ont une grande capacité de nuisance et de déstabilisation. Mais elles ne peuvent pas mener une bataille rangée et l’emporter. C’est pourquoi, selon lui, les affrontements de Tripoli ne peuvent pas dégénérer en une bataille généralisée. Ils ont pour objectif de constituer un foyer de tension et d’empêcher une unification des salafistes de nature à faire pencher la balance électorale dans un sens ou dans l’autre.

Ce que le cheikh ne dit pas, mais que tout le monde pressent, c’est que la question des salafistes a aussi une dimension régionale. Le jour où les Iraniens et les Saoudiens, sans oublier les Syriens, décideront d’établir entre eux des relations saines, la « bombe salafiste » sera désamorcée au Liban. Mais cela ne semble pas imminent. Entre-temps chaque pays fait bouger ses pions en prenant le risque que certains soient totalement incontrôlables...

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard