Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

21 octobre - LIVRES : Covid-19, la pandémie, vue du terrain Lire 19 octobre - Squid Game,
le jeu de l’oligarchie Lire
19 octobre - Et si on s’inspirait de la Chine ! Lire
AccueilÀ répartirArticles variés
Articles variés

La proposition de loi belge visant à interdire la spéculation sur l’alimentaire

16 juin 2008 (Nouvelle Solidarité) — Suite au scandale de la Banque KBC Assurance qui a sécoué la Belgique, des députés belges ont déposé une proposition de loi"visant à interdire en Belgique la spéculation financière sur la hausse des prix des produits alimentaires".

Vu la gravité de la situation alimentaire mondiale et du rôle déstructeur de la spéculation, nous avons décidé de reproduire ici l’ensemble du texte dans l’espoir d’inciter des initiatives similaires dans d’autres pays.

En France, la propagande de l’Edito des matières premières pourrait être la cible d’une telle législation car elle comprend également la promotion de ce type de produit financier.

Nous nous battons sur cinq continents pour que la convergence de toutes ces intiatives permettront l’émergence d’un "nouveau paradigme" économique dont le "nouveau Bretton Woods", promu par l’économiste américain Lyndon LaRouche par Jacques Cheminade en France, sera au centre.

CHAMBRE DES REPRESENTANTS DE BELGIQUE
23 MAI 2008

PROPOSITION DE LOI
visant à interdire en Belgique la spéculation financière
sur la hausse des prix des produits alimentaires
(1196/001)

(déposée par M. Patrick Moriau et consorts)

RÉSUMÉ

Pour réaliser ce but, la proposition interdit la diffusion et la promotion en Belgique d’instruments financiers dans ce domaine.

DÉVELOPPEMENTS


MESDAMES, MESSIEURS,

1) Cadre général

La faim dans le monde est, hélas, une réalité de notre monde depuis trop longtemps. D’après l’association SOS Faim, 852 millions d’êtres humains souffrent de la faim, et plus particulièrement les femmes et les enfants.

D’après le Programme Alimentaire Mondial (PAM), 25.000 personnes meurent chaque jour dans le monde de malnutrition. Parmi eux, entre 11.000 et 18.000 enfants voient leur vie s’éteindre, du fait de ne pas avoir été suffisamment nourris !

Les causes de ce drame nous sont connues : inégalité des échanges Nord-Sud, désinvestissement des pays en voie de développement, sous l’impulsion bien souvent d’institutions internationales, dans l’agriculture vivrière, catastrophes naturelles, sécheresse, mal gouvernance, mauvais choix dans les investissements liés à la coopération au développement, etc.

Ces dernières années, la hausse des prix des produits alimentaires a accentué la crise et a provoqué l’extension de la crise alimentaire.

Contrairement aux pays développés, où la part des revenus des ménages consacrée à l’alimentation varie entre 10 et 20%, dans les pays en développement elle oscille entre 60 et 90%.

Des émeutes de la faim ont éclaté aux quatre coins de la planète : Egypte, Haïti, Indonésie et Afrique subsaharienne, notamment.

2) Causes principales de la famine

Les causes avancées pour expliquer cette envolée des prix des matières premières peuvent être regroupées en trois facteurs :

2-1 La principale cause de cette crise alimentaire se trouve dans la propagation à l’échelle mondiale d’un libéralisme débridé

La libéralisation des échanges commerciaux, sous l’impulsion de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), de la Banque mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI) a entraîné une déstabilisation profonde de la production agricole au Sud. Le développement de cultures d’exportations pour le Nord a conduit à un désinvestissement massif dans la production locale et à une dépendance vis-à-vis des importations en provenance de pays dont la production est subventionnée. Les pays en voie de développement sont incapables de satisfaire tant leurs propres besoins alimentaires qu’une demande de plus en plus importante des pays émergents qui font face à une fulgurante urbanisation. L’insuffisance des stocks a entraîné, ipso facto, selon la loi de l’offre et de la demande, une augmentation des prix agricoles.

2-2 Les changements climatiques

{}

Ceux-ci intensifient les sécheresses et les inondations, provoquant, de fait, l’anéantissement des récoltes.

2-3 La crise financière

{}

Elle encourage les fonds d’investissement à placer leurs capitaux spéculatifs sur les « marchés refuges » des matières premières agricoles.

2-4 Problématique des agro-carburants

{}

Certains analystes pointent aussi l’effet du développement non encadré de la culture des agro-carburants, qui entraîne, selon eux, une diminution des superficies cultivables pour la production alimentaire et exacerbe encore la spéculation sur les marchés céréaliers, alors que la hausse des prix pétroliers accentue la facture énergétique.

3) Conséquences pour les pays développés

{{}}

Les pays développés ne sont pas épargnés.

Dans les pays développés, comme la Belgique, les ménages aux faibles et moyens revenus subissent aussi de plein fouet l’envolée des prix des denrées alimentaires.

En Belgique, le Centre de recherche et d’information des organisations de consommateurs (CRIOC) a notamment révélé les hausses suivantes en deux ans :

  • Farine : +39%
  • Pain gris : +13%
  • Lait demi écrémé : +36%
  • Pommes de terre : +13%
  • Oeufs : +33%
  • Bifteck : +10%
  • Beurre de laiterie : +25%
  • Communications GSM : +22%
  • Tomates : +22%
  • Oranges : +17%
  • Yaourt : +14%

D’après une étude récente, les ménages à faibles revenus ont perdu en moyenne 400 euros de pouvoir d’achat en très peu de temps.

Dans ce contexte, pendant que les plus hautes autorités internationales appellent à agir et à venir en aide aux plus déshérités, des spéculateurs n’hésitent pas à profiter de la crise pour s’enrichir !

Il apparaît en effet qu’existent, sur le marché belge, des produits de placements (de type Branche 23 (*1), dont le rendement est lié à l’évolution d’un panier de matières premières agricoles (le cacao, le café, le sucre, le blé, le maïs et le soja).

En clair, au plus le prix des ces matières premières agricoles augmente, au plus l’investissement est rentable. Bien plus grave encore, la publicité associée à ces produits explique ouvertement qu’il est « possible de tirer avantage de la hausse du prix des denrées alimentaires ». Un feuillet de promotion avance même que « les changements climatiques et la pénurie d’eau et de terres agricole exploitables » sont une « opportunité » !

En somme, il est proposé aux épargnants belges de s’enrichir en affamant encore un peu plus les plus pauvres habitants de la planète.

Cette situation est tout simplement intolérable.

Aussi, la présente loi vise à rendre illégales la diffusion et l’exploitation de ce type de produits de placements.

L’auteur de la présente proposition de loi veut rappeler que le droit à une alimentation adéquate est contenu dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (article 11), ratifié par la Belgique. En 2002, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation a défi ni le droit à une alimentation adéquate en ces termes :

« Le droit à une alimentation adéquate est un droit de l’homme, inhérent à tous, le droit d’avoir un accès régulier, permanent et libre, soit directement, soit au moyen d’achats monétaires, à une nourriture quantitativement et qualitativement adéquate et suffisante, correspondant aux traditions culturelles du peuple dont est issu le consommateur, et qui assure une vie psychique et physique, individuelle et collective, libre d’angoisse, satisfaisante et digne. ».

Cette définition reprend tous les éléments normatifs définis en détail dans l’Observation générale 12 relative au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels :

Le droit à une nourriture suffisante est réalisé lorsque chaque homme, chaque femme et chaque enfant, seul ou en communauté avec d’autres, a physiquement et économiquement accès à tout moment à une nourriture suffisante ou aux moyens de se la procurer ».

En 2004, à l’issue de deux années de débats et de négociations au sein du groupe de travail, le Conseil de la FAO7 a adopté par consensus les « Directives volontaires » à l’appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate, dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale. De nature non contraignante, les « Directives volontaires » s’inspirent du droit international et fournissent des orientations sur la mise en oeuvre des obligations en vigueur. Elles sont destinées aux États parties au pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et aux États qui le ratifieront ultérieurement. Mais elles visent également les intervenants qui oeuvrent pour une meilleure mise en oeuvre du droit à l’alimentation à l’échelle nationale

Parmi ces directives, on peut en particulier relever celles relatives aux marchés :

« 4.1 Il convient que les États, dans le respect de leur législation et de leurs priorités nationales, ainsi que de leurs engagements internationaux, améliorent le fonctionnement des marchés, en particulier des marchés de produits alimentaires et agricoles, en vue de favoriser la croissance économique et le développement durable notamment en mobilisant l’épargne intérieure publique et privée, en formulant des politiques adéquates en matière de crédit, en établissant des niveaux adéquats durables d’investissement productif grâce aux crédits à des conditions libérales et en renforçant les capacités humaines.

{}

4.3 Il convient que les États encouragent les entreprises à assumer leurs responsabilités sur le plan social et tous les acteurs du marché et de la société civile à s’engager en faveur de la concrétisation progressive du droit de chacun à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale. »

Cette proposition de loi s’inspire directement de ces directives internationales de la FAO.

COMMENTAIRE DES ARTICLES

Article 1er

Cet article contient la disposition d’usage relative au fondement constitutionnel de compétence.

Art. 2

Cet article vise à interdire l’offre et la diffusion de produits de placements financiers dont le seul objectif est de spéculer sur la hausse des prix des denrées alimentaires et d’en tirer profit.

Il ne s’agit pas d’empêcher le financement d’investissements réels et directs dans le secteur agricole, ni des opérations de couverture contre l’évolution des prix, que pourraient contracter certains acteurs économiques du monde agricole (comme les producteurs de matières premières), qui voudraient se prémunir contre une évolution des prix des matières premières alimentaires (par exemple entre le moment de la récolte et le moment de la vente).

Art. 3

Cet article prévoit un dispositif pénal, en renvoyant aux sanctions prévues par la loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers.

PROPOSITION DE LOI


Article 1er

La présente loi règle une matière visée à l’article 78 de la Constitution.

Art. 2

Sont interdits : l’offre, la diffusion ou la promotion en Belgique d’instruments financiers, au sens de l’article 2 de la loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers, quel qu’en soit la nature, en ce compris les assurances placements, et notamment les produits d’assurance liés à des fonds d’investissement, lorsque leur rendement est directement lié, en tout ou en partie, à une spéculation sur la hausse du cours des matières premières alimentaires.

Art. 3

Toute infraction à la présente loi sera punie des peines prévues à l’article 41 de la loi du 2 août 2002 précitée.

7 mai 2008

Patrick MORIAU (PS)

Jean CORNIL (PS)

Dirk VAN DER MAELEN (sp.a+Vl.Pro)

Note :


(*1) Branche 23 : il s’agit de contrats d’assurance-vie liés à des fonds d’investissement. La prime ou le versement est investi dans un ou plusieurs fonds d’investissement. Ce n’est plus l’assureur qui prend un risque mais bien l’investisseur. En contrepartie, il reçoit la performance totale de son investissement. Quant à l’assureur, il est tenu à une obligation non de résultat mais bien de moyen : gérer les fonds en « bon père de famille ». S’il y a risque, il est limité par la diversification des placements et la dilution de ce risque, notamment à travers un investissement dans plusieurs pays. Le rendement final de la « branche 23 » dépend donc des marchés financiers (actions, obligations et/ou liquidités) dans lesquels les fonds ont été investis. Plus le rendement est susceptible d’être élevé (parce qu’il s’agit d’un placement en actions par exemple), plus le risque y afférent est important. L’investisseur peut aisément suivre le succès de son investissement puisque les journaux publient mensuellement et trimestriellement les performances des fonds de la branche 23 par catégorie de fonds identiques. Les plus-values capitalisées ne sont ni soumises au précompte mobilier ni imposables à l’impôt des personnes physiques (IPP). Seule une taxe d’assurance de 1,1% est due sur les versements effectués. Il s’agit au départ d’une assurance : elle remplira son rôle, à savoir : garantir à l’investisseur que le paiement du capital sera effectué auprès du (des) bénéficiaire (s).

Pour creuser le sujet : focus

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Approfondir

Refonder l’Europe

L’Europe n’est pas l’Union européenne (UE) ! L’UE est devenue la caricature destructrice de ce que devrait être une Europe progressant dans l’intérêt mutuel des peuples et des nations qui la composent. C’est pourquoi il faut la dissoudre.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard