Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

10 avril - Les perspectives prometteuses d’une coopération Chine-Mexique-Argentine Lire 9 avril - La Russie espère rouvrir un dialogue avec les Etats-Unis Lire 8 avril - Le Pakistan au coeur des Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilÀ répartirArticles variés
Articles variés

Irak : Peut-on arrêter le génocide ?

par Muriel Mirak-Weissbach

Cet article a été exceptionnellement tiré du journal Nouvelle Solidarité.

Le nombre de morts ne cesse d’augmenter, tant du côté irakien que chez les soldats américains. Le Premier ministre irakien al-Maliki pourrait être écarté du pouvoir, alors que la pression sur l’Iran ne se relâche pas.

Lorsque le président Bush s’est trouvé confronté aux résultats d’une étude faisant état de 655 000 Irakiens tués depuis le début de la guerre, en 2003, il le nia comme à son habitude, affirmant qu’il n’y avait eu « que » 30 000 morts. Le chef des forces américaines en Irak, le général George Casey, abonda dans son sens : « Je n’ai pas vu de chiffre plus élevé que 50 000, et je n’accorde par conséquent aucune crédibilité à cela. »

L’étude, publiée dans le prestigieux journal médical Lancet, a été menée par des médecins qui ont enquêté auprès de 1849 ménages, représentant un total de 12 801 habitants, dans 47 régions d’Irak choisies au hasard. Les estimations finales ont été obtenues par extrapolation pour l’ensemble de la population (soit 26 millions d’habitants). D’après l’étude, quelque 610 000 décès étaient dus à la violence, les autres sont attribués à la maladie. Il est frappant de constater que le taux de morts violentes a doublé entre mai 2004 et mai 2005, puis à nouveau entre juin 2005 et juin 2006. Dans la première période, ce taux était de 6,6 décès pour 1000 habitants, dans la seconde de 12 pour 1000.

Si George Bush et ses proches ont mis en cause la méthodologie utilisée dans l’étude de la Johns Hopkins University, celle-ci a été approuvée par les professionnels du monde médical. Paul Bolton, un chercheur à la Boston University School of Public Health qui a mené plusieurs enquêtes à travers le monde, l’explique ainsi : « Le Président dépend principalement de chiffres provenant d’une surveillance passive, tandis que les institutions comme les hôpitaux basent leurs données sur les cadavres qui leur sont amenés », a-t-il expliqué au Boston Globe. « Lorsque le Président dit que ces études sont différentes, elles le sont effectivement. Mais c’est la méthode passive qui est défectueuse. »

De toute façon, le problème n’est pas le nombre exact de victimes, mais le fait que chacune de ces statistiques représente un être humain souverain, irremplaçable, qui finalement n’aurait pas dû mourir. Ceci montre bien le caractère génocidaire de cette guerre. D’ailleurs, comme l’a écrit l’ancien adjoint au secrétaire au Trésor de Reagan, Paul Craig Roberts, le 12 octobre sur le site Antiwar.com, on peut faire un parallèle avec le régime nazi.
Il est clair que la situation en Irak est absolument hors contrôle et que l’avenir du régime Bush-Cheney est en jeu. De nouveaux sondages indiquent un retournement majeur des électeurs face au Parti républicain, à cause non seulement des frasques sexuelles du député Mark Foley, mais aussi du désastre irakien. La Maison Blanche semble avoir choisi de s’orienter vers une nouvelle guerre, en s’attaquant à l’Iran, peut-être même avec des armes nucléaires. Qu’ils y parviennent ou non reste à voir. Mais leur intention est claire et montre la nécessité de neutraliser au plus vite ce gouvernement.

Guerre sectaire

Il n’y a aucun signe de relâchement de la violence. Au contraire, les guerres fratricides entre chiites et sunnites, arabes et kurdes, et ainsi de suite, s’intensifient, de même que le nombre de victimes parmi les troupes américaines et britanniques. Du 1er au 20 octobre, 74 soldats américains ont été tués et le 19, le général Caldwell du QG américain en Irak a dû reconnaître l’échec de l’« action de nettoyage » contre les rebelles dans la région de Bagdad.

Quant au secrétaire général-adjoint de l’ONU, Jan Egeland, il a lancé le 12 octobre un cri d’alarme depuis Genève : « Notre appel s’adresse à tous ceux qui peuvent endiguer la violence. Les dirigeants religieux, ethniques et culturels doivent reconnaître que la situation est devenue hors de contrôle. » Selon lui, la « violence sectaire et les opérations militaires ont provoqué le déplacement de 315 000 personnes au cours des huit derniers mois » ; chaque jour, 1000 personnes sont délogées de chez elles et 100 sont tuées.

Les rapports en provenance d’Irak décrivent un conflit social en pleine escalade. Chaque quartier de Bagdad, par exemple, est identifié comme étant sunnite ou chiite ; on dit que tel district a été « occupé par des sunnites » (ou des chiites, le cas échéant), et que tel autre s’en est libéré. Les Irakiens ont recours à de fausses cartes d’identité, se faisant passer pour chiite ou sunnite selon les barrages et les quartiers qu’ils doivent traverser. Ils évitent en général d’entrer dans un territoire considéré comme « occupé » par l’autre côté et utilisent des plans spécialement conçus à cette fin. Les luttes ethniques/sectaires se traduisent aussi par des exécutions en groupe qui sont devenues quasi quotidiennes. En même temps le système d’éducation, charpente de toute société civilisée, est en pleine désintégration.

Ces luttes ethniques/sectaires sont le résultat légitime de la politique de « débaasification » imposée par Paul Bremer lorsqu’il était le chef de l’Autorité provisoire de la coalition. Il a banni la plupart des militaires, policiers et autres fonctionnaires irakiens de tout emploi. Les anciens membres du Parti Baas, souvent sunnites, se sont retrouvés sans emploi et, de plus, à la merci de forces chiites rivales. La police irakienne manque de personnel qualifié pour assurer la sécurité, et les forces de sécurité sont infiltrées par les résistants ; au cours des dernières semaines, 4000 policiers ont été licenciés à cause de suspicion quant à leur loyauté.

Des marionnettes

La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a effectué une visite impromptue (pour des raisons de sécurité) en Irak la première semaine d’octobre, pour signifier au Premier ministre Nouri al-Maliki qu’il disposait de deux mois pour mettre fin à la violence. Pour la forme, elle a appelé les différents partis à mettre fin aux combats. Al-Maliki avait déclaré un état d’urgence, quelques jours plus tôt, mais la situation continue à se détériorer.
Dans une interview avec USA Today, le Premier ministre irakien a réagi aux pressions exercées depuis Washington, déclarant que « nous payons encore le prix des erreurs commises par les forces multinationales lors de la mise en place des ministères de l’Intérieur et de la Défense », c’est-à-dire la débaasification. Il semble d’ailleurs craindre déjà pour son poste, tant il est vrai qu’un changement de régime à Bagdad devient de plus en plus probable.

Le journaliste Robert Dreyfuss, écrivant sur TomPaine.com les 5 et 6 octobre, a évoqué la possibilité que Washington puisse discrètement signaler aux forces américaines sur place et à l’ambassadeur Zalmay Khalilzad d’écarter al-Maliki du pouvoir, comme le Président Kennedy l’avait fait en 1963 à l’égard du président sud-vietnamien Ngo Dinh Diem.

En même temps, les Américains se montrent éventuellement prêts à discuter avec les sunnites. Selon Abdel Rahman Abu Khula, de l’Armée islamiste d’Irak, des entretiens ont déjà été engagés.

Quoi qu’il en soit, les plans de contingence américains, s’ils existent, sont gardés au fond des tiroirs. Le chef d’état-major de l’Armée, le général Peter Schoomaker, a affirmé que les effectifs resteraient au niveau actuel jusqu’en 2010. Le général George Casey a pour sa part admis que la situation « était dure », ajoutant toutefois qu’il ne prévoyait pas d’augmenter le nombre de soldats. Bush et Cheney continuent à répéter que les Etats-Unis « maintiendront le cap ».

Dans cette situation fort complexe, il faut cependant prendre en compte deux développements importants. Premièrement, l’adoption par le Parlement irakien, le 12 octobre, d’une loi favorable à la création de régions fédérales. Même si la plupart des groupes sunnites, ainsi que quelques partis chiites, ont boycotté la session parlementaire, ceux qui s’y sont rendus étaient en nombre suffisant pour faire adopter la mesure. Une telle démarche vers la mise en place de régions autonomes en Irak, avec les kurdes au nord, les sunnites au centre et les shiites au sud, est un pas vers la partition.

Le deuxième facteur est la dynamique d’une attaque militaire contre l’Iran. Si elle devait avoir lieu, des guerres encore plus asymétriques se répandraient dans toute la région, avec la possibilité d’interventions militaires iraniennes en Afghanistan et en Irak contre les forces d’occupation.

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard