Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

24 novembre - « Pire que la Guerre froide, ou...? » - Eclairage de Jacques Cheminade Lire 22 novembre - Notre politique contre la vie chère,
réunion avec Jacques Cheminade Lire
18 novembre - Greta a tué Einstein - La science sacrifiée sur l’autel de l’écologisme Lire
AccueilÀ répartirArticles variés
RIA Novosti

Gaz : l’idéologie des cartels se nourrit de la peur des consommateurs

Igor Tomberg, du Centre de recherche énergétique IMEMO
de l’Académie des sciences russe, RIA Novosti

L’utilisation du terme à la mode de « petroeconomic » à Davos peut être considérée comme faisant partie de l’air du temps. Les participants au Forum économique mondial étaient venus discuter sur le thème du « Shifting Power Equation », expression que l’on peut traduire à la fois par « l’équation mouvante des forces » ou « les modifications de l’équation énergétique ». Tout cela vient souligner une nouvelle fois la dépendance accrue de l’économie mondiale vis-à-vis des hydrocarbures. La discussion sur les thèmes liés à l’énergie se distingue, par ailleurs, par sa tonalité alarmiste. Les médias européens et américains ont pris l’habitude de faire leurs choux gras des menaces liées à l’approvisionnement énergétique. Si bien que le fond médiatique, mais aussi politique tissé autour du problème de la sécurité énergétique se distingue par une grande tension.

Un bon exemple de ce climat nous est fourni par la sérieuse préoccupation qu’ont exprimée les Occidentaux à la suite du récent déplacement du ministre russe de l’Industrie et de l’Energie, Viktor Khristienko, en Algérie, à l’invitation de son homologue algérien Chakib Helil.

Cette visite a débouché sur la signature d’un mémorandum entre la Russie et l’Algérie. Ce document fixe les résultats atteints par les deux parties et les perspectives de la coopération des deux pays dans le secteur de l’énergie et de l’industrie d’extraction. Au terme des pourparlers, des accords ont été signés concernant l’exploitation de gisements d’hydrocarbures et les matières premières minérales. Les deux parties ont également convenu d’une coopération dans le secteur de l’électricité et sur les questions de l’efficacité énergétique et les économies d’énergie. Les Algériens ont notamment choisi quatre gisements sur les huit projets proposés par Gazprom.

La Russie et l’Algérie sont des partenaires idéaux : sans se concurrencer, elles touchent globalement, par les réseaux de gazoducs et les transports de tankers, la quasi-totalité de l’Europe. L’Algérie fournit plus de 10 % de la consommation de gaz de cette dernière. Avec Gazprom, elle contrôle 40 % du marché gazier européen. Mais, pour l’heure, les Algériens fournissent principalement en gaz les régions méditerranéennes, tandis que la Russie subvient aux besoins en gaz du Nord de l’Europe.

Les deux parties ne cachent pas qu’elles ont des intérêts dans des pays tiers. Gazprom s’intéresse ainsi à des territoires voisins de l’Algérie : la Libye, la Mauritanie, le Mali, certains pays d’Afrique centrale où est traditionnellement présente la Sonatrach algérienne, l’équivalent, en quelque sorte, du Gazprom russe.

Si elle s’avère possible, cette coopération, dans un premier temps, se limitera à des travaux de prospection géologique en commun. Il serait également intéressant, pour Gazprom, de pénétrer, avec l’aide des Algériens, les marchés de l’Europe du Sud (Espagne, Portugal, sud de l’Italie). En échange, la Sonatrach s’est vu promettre une aide pour s’implanter dans l’Europe du Nord, où les positions de Gazprom sont bien établies. Il pourrait s’agir d’opérations d’échange de marchandises : Gazprom livrerait sur contrat du gaz à la Sonatrach au Nord, tandis que la compagnie russe pourrait recevoir des quantités analogues de gaz pour ses livraisons au Sud. Avec, inévitablement, une coordination dans les secteurs marketing et formation des prix.

Ces aspects de la coopération entre les deux pays préoccupent tout particulièrement les analystes européens et américains. On peut comprendre les Américains, les positions de leurs majors s’étant sensiblement affaiblies en Algérie ces derniers temps. Il est question de liquider la compagnie américano-algérienne Brown Roots & Condor. Une information est également parvenue concernant le départ planifié d’Algérie de la compagnie américaine Conoco Phillips et la vente de ses parts dans ce pays, achetées à Burlington Resources en décembre 2005. Après la décision du gouvernement algérien de conserver à la compagnie étatique d’hydrocarbures Sonatrach 51 % des parts des gisements de pétrole et de gaz, le groupe de compagnies Anadarko a quitté ce pays.

Les Occidentaux, naturellement, sont préoccupés par la tendance globale à l’affaiblissement des positions de leurs propres compagnies d’hydrocarbures dans les zones de production. Si, autrefois, les pays consommateurs contrôlaient, de fait, par le biais de leurs compagnies, la production de combustible à l’étranger, désormais ces compagnies sont de plus en plus souvent évincées non seulement par les monopoles locaux des pays producteurs, mais aussi par des concurrents venus de Chine, d’Inde, du Venezuela, d’Indonésie et de Russie.

Il est évident qu’un tel scénario va à l’encontre de la planification stratégique américano-européenne. Les percées des compagnies des pays en développement sont considérées par Washington et Bruxelles comme une menace pour les intérêts des milliardaires de l’or noir dans telle ou telle région. Les Occidentaux s’inquiètent tout particulièrement de l’intention de la Russie de créer une sorte de cartel gazier mondial composé de l’Algérie, du Qatar, de la Libye, de pays de l’Asie centrale, de l’Iran, et qui serait une sorte d’OPEP.

Il n’est pour l’instant pas question d’une mise en forme institutionnelle d’une structure du type OPEP. Les pays producteurs de gaz rejettent même catégoriquement les accusations leur prêtant de telles intentions.

La Russie et l’Algérie considèrent pour leur part comme prématuré le projet de créer un cartel des pays producteurs de gaz du type OPEP, ont noté les participants aux discussions russo-algériennes. Le ministre algérien de l’Energie et des Ressources naturelles, Chakib Helil, a noté quant à lui : « Il est prématuré et trop complexe de parler de la création d’une "OPEP gazière"... D’ici 20 ou 30 ans, peut-être, quand auront été créés des marchés swaps et du gaz liquéfié, le marché sera dynamique et pourra avoir les mêmes caractéristiques que le marché du pétrole. »

Il est intéressant de noter que la direction de l’Union européenne fait tout, aujourd’hui, pour que le marché du gaz acquière le plus vite possible les caractéristiques du marché pétrolier - swaps, interdiction des contrats à long terme, etc. En appliquant sa "directive gazière", l’Europe, de fait, pousse les pays fournisseurs de gaz à constituer une union sous forme de cartel. L’Union européenne fait ouvertement part de la nécessité d’élaborer une stratégie énergétique unifiée des pays consommateurs de gaz. Dans ce contexte, les initiatives en retour des pays fournisseurs sont parfaitement prévisibles, et l’avancée de la Russie, de l’Algérie et de l’Iran vers la création d’une organisation du type OPEP apparaît comme parfaitement logique.

Des premières mesures concrètes ont déjà été prises dans ce sens. Des projets d’échange d’actifs gaziers ont été discutés au plus niveau par les dirigeants de la Russie et de l’Iran. Les échanges d’actifs avec l’Algérie sont désormais passés dans une phase concrète. Tout cela peut être évalué comme la volonté de Moscou de s’attacher plus solidement ses principaux concurrents potentiels sur le marché européen du gaz. Car chacun est bien conscient que, tôt ou tard, une fraction considérable des réserves iraniennes (26,9 billions de mètres cubes) sera convertie en livraisons à l’Union européenne.

Il est parfaitement possible que la coordination des positions de Moscou, d’Alger et de Téhéran s’exprime lors du prochain forum des exportateurs de gaz, qui aura lieu en avril au Qatar. Et l’on peut prévoir que l’idéologie des cartels se manifestera de plus en plus fortement dans le contexte du renforcement des tentatives des pays producteurs de se regrouper sur ces principes du cartel.

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May 2020
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours des élections présidentielles précédentes, de 2012 et 2017, nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard