Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

1er décembre - Great Reset et cryptomonnaies : la dictature verte des Banques Centrales - FVQC HS#5 Lire 1er décembre - Jacques Cheminade : Arrêtons la dérive autoritaire Lire 28 novembre - Agir c’est aussi contribuer Lire
AccueilNotre actuAnalyses

Bill Gates et le monde qui vient

par Jacques Cheminade, président de Solidarité & Progrès.

Paris, le 28 mai 2020 — De nombreux échos me sont parvenus sur les questions posées par les réseaux sociaux concernant les activités de Bill Gates et sur les réactions à un article paru sur le site de Solidarité & Progrès. Une mise au point me paraît nécessaire en cette période de confusion des idées et des sentiments.

  1. La pandémie de coronavirus est un fait. Les décisions de confinement étaient nécessaires dans les pays, comme le nôtre, qui n’étaient pas préparés à faire face (masques, lits de première urgence, réanimateurs, etc.). Le véritable scandale est celui de la négligence, criminelle dans ses conséquences, d’un système dont la priorité est le profit financier à court terme et non le respect de la personne humaine. Le danger est que ce confinement soit utilisé comme un levier pour imposer des mesures liberticides, en transformant notre Etat de droit limité en une « dictamolle » progressivement durcie. Mais c’est là un point fondamental du débat politique d’ensemble, qui ne peut être réduit à tel ou tel point particulier écarté de son contexte ;
  2. Un changement de système n’est possible que si les principaux pays du monde mettent leur poids dans la balance, dans l’intérêt de leurs peuples, pour mettre un terme à celui de la City et de Wall Street. En particulier, l’affrontement géopolitique entre les Etats-Unis et la Chine, s’il continuait, serait un désastre pour nous tous car il conduirait au chaos et à la guerre. L’alternative que nous défendons repose, contre tout malthusianisme et toute géopolitique, sur le principe de paix par le développement mutuel, fondé sur un accroissement du potentiel de densité démographique relative et le recours aux flux d’énergie et de technologie les plus denses. Ce qui exige, dans le monde entier, l’équipement de l’homme et de la nature : qualification du travail, éducation, santé publique, culture de la vie et de la découverte.
  3. C’est à partir de là que nous devons déterminer nos engagements, que nous venons de définir dans la Feuille de route 2020 pour la France de Solidarité & Progrès ;
  4. La personne et le rôle de Bill Gates doivent être jugés dans ce contexte, sur des faits établis ;
  5. Il est un représentant de la politique de mondialisation financière, associé à des milieux de cet Empire britannique mutant, à face anglo-américaine, que nous contestons et combattons. Nous l’avons dit bien avant d’autres qui aujourd’hui le découvrent. Le lobby pharmaceutique s’est adapté à cette politique oligarchique et le trust qui alimente la fondation Bill et Melinda Gates est une expression de cette adaptation ;
  6. Cependant, isoler Bill Gates du reste et de la nature du système au sein duquel il opère, en multipliant les contre-vérités et les élucubrations sur sa personne, ne fait que servir la cause de ce système et tomber dans son piège. Soyons précis : Bill Gates ne déclare pas vouloir dépeupler la planète, mais comme les Nations unies, il estime qu’une meilleure santé dans les pays en voie de développement pourra freiner l’emballement de la natalité dont il s’inquiète. Il est donc bel et bien un malthusien, ce dont on peut établir la preuve. En rajouter dessert notre propre critique ;
  7. Sous prétexte que, pour se faire valoir et contribuer à la mondialisation de la santé publique, il finance une politique de vaccination, ne doit pas être une raison pour combattre le principe même de vaccination. Car celui-ci repose sur le même engagement que le port du masque : le souci de protéger autrui. La vaccination, telle que mise au point par Louis Pasteur, a sauvé des millions de vies humaines et son principe est scientifique.Bien entendu, il peut être utilisé avec d’autres desseins, mais confondre vaccination et desseins éventuels de ceux qui l’utilisent, est du même ordre que confondre le nucléaire, forme d’énergie la plus dense, de nature à fournir les moyens du développement économique aux pays qui en sont dépourvus, et l’usage que peuvent en faire des nucléocrates bornés ou des complexes militaro-financiers. Ce dilemme entre découverte scientifique, technologie qui l’applique et intention animant ses utilisateurs, est le même pour toute invention humaine, depuis le biface jusqu’à aujourd’hui. Il définit la nécessité du pouvoir politique ;
  8. Que, comme beaucoup d’autres, Bill Gates ait prévu une pandémie ne suffit pas à en déduire qu’il l’a provoquée. Tous les éléments sont réunis depuis le 15 août 1971 pour qu’en raison de la priorité donnée au financier, à la dérégulation et au court terme, rien n’ait été prévu qui puisse en empêcher l’extension. Nos propres services de santé et nos responsables militaires ont, bien avant Bill Gates, mis en garde sur cette possibilité historique. Encore une fois, le scandale est qu’on savait et qu’on n’a rien préparé ou presque dans les pays occidentaux riches pour faire face. Le fait que des pays aient mieux réagi que le nôtre est dû à une meilleure préparation de responsables mieux disposés à rendre des comptes à leurs peuples ;
  9. Si la situation demeure en l’état, avec d’un côté les forces financières dévastant la planète, et de l’autre des écologistes dévoyés réduisant l’être humain à un facteur de pollution ou de pillage, avec pour dénominateur commun le pessimisme malthusien de tous, la politique de Wall Street et de la City prévaudra. L’Empire britannique, qui n’est pas une « force obscure » et ne peut être réduit à la volonté de puissance d’un homme ou de quelques-uns, a toujours deux fers au feu contre ses ennemis. Il entend désorienter ses ennemis potentiels et les amener à se battre entre eux en jouant sur leurs préjugés, leurs peurs et leur pessimisme irrationnel. Q-Anon, Judy Mikovitz et Steve Bannon sont une des faces de ce double jeu, comme l’étaient « les hommes de Londres » pendant la Révolution française ;
  10. Il ne s’agit donc pas de faire une fixation sur un homme (Bill Gates en l’occurrence), mais de désigner un ennemi par ce que, très concrètement et aux yeux de tous, il fait ou ne fait pas. L’Empire britannique, V.O. ou version XXIe siècle, a toujours opéré sous un soleil qui ne se couche jamais, qu’un Bernanos aurait appelé « le soleil de Satan ». L’essentiel est de proposer contre lui un projet positif, qui ne soit pas basé sur un point unique ou le désir de couper quelques têtes, mais qui rétablisse l’espérance en son pays et en l’Humanité. Et suscite le meilleur des capacités créatrices de chacun plutôt que des ressentiments stériles. C’est ce que Solidarité & Progrès tente de faire.
Cet article a été repris d'un autre site.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Hell Thierry • 01/06/2020 - 11:28

    Il n’y a pas de pandémie. Car cela entend une hausse significative de la mortalité. Or le taux de mortalité n’a pas bougé par rapport aux années précédentes. Le confinement de la population saine et les gestes barrières ne servent à rien. Les pays et régions qui ne l’ont pas fait n’ont pas de chiffres différents.
    Au contraire, ce sont les pays qui ont fermé les cliniques privées, provoquant un embouteillage, qui ont euthanasié le plus de personnes âgées. 52% des morts viennent des EPHAD, où la chloroquine n’a pas été distribuée puisqu’elle a été interdite.
    Cette épidémie est un crime contre l’humanité organisé sciemment pour détruire l’économie et donc la candidature de Trump.

    • Mirko • 09/06/2020 - 18:38

      Très bien résumé les choses. Quand on voit comment la Chine traite son peuple avec une surveillance généralisée, c’est sûr que si c’est ce pays qui va contrôler l’OMS, le monde de la santé est mal barré avec un pays totalitaire qui voudra vacciner et contrôler la santé des peuples.

    Répondre à ce message

  • Mirko • 09/06/2020 - 18:21

    Le problème ce n’est pas le virus mais le terrain. Arrêtez de parler des millions de vies sauvées par les vaccins mais plutôt des millions de vies enlevées et/ou détruites par les vaccins. Il faut suffit de vous informer et regarder les films vaxxed 1 et vaxxed 2 si vous voulez enfin sortir de votre idiotie avec ces vaccins sûrs et efficaces qui sont deux mots répétés dans les bouches des criminels qui se soucient juste de l’argent.
    Saviez-vous que le mot Corona existait bien avant les vaccins et signifiait le soleil qui par ses explosions magnétiques pouvait créer un environnement sur terre qui provoquait une alerte chez les gens "virus" avec une réponse adéquate des anticorps pour amener une réponse qui se traduisait par une maladie et un grand nettoyage.
    Les pandémies disparaissaient alors d’elles-mêmes sans le besoin de ces vaccins qui utilisent même du foetus humain donc renseignez-vous avant de raconter des inepties.
    Les vaccins permettent même de faire revenir des maladies éradiquées, quel progrès !!!!
    Pasteur est un imposteur, c’est Béchamp et le terrain qui compte, et compte tenu que l’extrême majorité des personnes mortent du virus avaient déjà une à plusieurs pathologies, le terrain extérieur (malbouffes, ondes, pollution de l’air de l’eau) mais aussi intérieur n’étaient pas bon et donc ces personnes décèdent.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard