Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

28 novembre - Agir c’est aussi contribuer Lire 25 novembre - Le Prince Charles derrière la deuxième guerre du Haut-Karabakh ? Lire 25 novembre - La Chine toutes voiles dehors vers 2049 Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Banques centrales : dealers de morphine monétaire en dernier ressort

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 30 avril 2020 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Les banques centrales jouent désormais le rôle de prêteur de dernier ressort ; elle ingèrent tout et n’importe quoi, et recrachent ensuite de l’argent à tout-va, dans le but de maintenir debout le pachyderme cadavérique qu’on appelle le système financier libéral.

Mise sous les projecteurs par la crise sanitaire, la dichotomie entre la finance et l’économie réelle est plus criante que jamais. La hausse actuelle des bourses en est la caricature, et l’on peut s’inquiéter de la santé mentale de ceux qui croient pouvoir faire de bonnes affaires dans un marché des actions perché dans la stratosphère, pendant qu’en bas l’économie mondiale bascule dans une récession dont l’ampleur dépasse déjà celle de 2008-2009.

Les banques centrales, la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) en tête, poursuivent leur politique de « sauvetage » de l’économie, en injectant des milliers de milliards dans les marchés, tandis qu’on ne trouve pas quelques millions pour aider l’Afrique à combattre l’épidémie de Covid-19, et que même des pays « développés » comme la France se croient incapables – aidés certes par des dirigeants irresponsables – de fournir des masques et des tests de dépistage à leur population.

Personne ne peut plus croire le conte de fée de la toute-puissance des banques centrales. Le choc pétrolier en cours, point névralgique où se rencontrent directement la spéculation financière et l’économie réelle, comme nous allons le voir, est la démonstration de la logique folle et criminelle entretenue par leur politique de morphine monétaire.

Une monnaie zombie pour un casino financier zombie

La Fed se comporte désormais comme la banque centrale mondiale, épaulée par les principales autres banques centrales, dans le rôle de prêteur en dernier ressort visant à sauver le dollar international et la vaste pyramide de Ponzi qui y est associée. Elle rachète tout – dettes, bons du Trésor, obligations hypothécaires –, quelle que soit la qualité. Par cette politique de rachats d’actifs sans limite, elle a fait exploser son bilan, passé de 4160 milliards de dollars fin février à plus de 6500 milliards aujourd’hui, soit 30 % du Produit intérieur brut des États-Unis. On dit qu’il atteindra 9000-10000 à l’automne, triplant sur l’ensemble de l’année 2020.

Sur la même période, la BCE a vu son bilan passer de 4690 à 5280 milliards d’euros ; l’augmentation est moindre, par rapport à la Fed, mais le total représente 45 % de l’économie européenne. Entre 2007 et février 2020 (soit avant la pandémie), le bilan des trois principales banques centrales du monde – la Fed, la BCE et la Banque du Japon – est passé de 3400 à 14 600 milliards de dollars, comme le souligne Le Monde.

C’est une fuite en avant folle. La Banque du Japon achète tout et n’importe quoi, même les actions, et relève constamment ses plafonds. La BCE contourne ses propres règles en rachetant des obligations pourries. Il s’agit de sauvegarder l’empilement fantastique de prêts du casino financier mondial, quitte à anéantir les sacro-saints principes du « libéralisme » et de la prise de risque ; désormais, les banquiers centraux assument l’intégralité des pertes de n’importe quel acteur des marchés, quelle que soit la nature de l’opération financière.

Quelle peut donc en être la limite ? Le monde réel, pardi ! Car la façon dont cette folie financière détruit l’économie physique risque de provoquer partout des soulèvements – insurrections sociales, émeutes de la faim, etc – qui menacent de faire basculer l’ensemble du système dans le chaos.

Le pétrole, point de rencontre entre la finance folle et l’économie réelle

La chute du prix du pétrole représente le point où le système financier fou rencontre directement l’économie réelle. Les variations échappent à toute rationalité au point que le cours du pétrole texan (WTI) est passé en territoire négatif le lundi 20 avril, pour la première fois depuis 1859. Ce processus révèle combien le marché de cette ressource, si essentielle à l’économie mondiale et donc à la vie de milliards d’êtres humains, est aujourd’hui parasité par une spéculation effrénée. Comme nombre de matières premières et denrées alimentaires de base...

En raison du confinement, la consommation de l’or noir a chuté d’un tiers, passant en huit semaines de 100 à 67 millions de barils par jour ; le cours s’est donc effondré, mais souvent dans des proportions bien plus importantes, comme le WTI et le Brent de New-York, qui ont chuté respectivement de 72 % et 85 %. Les capacités de stockage sont au bord de la saturation – des supertankers circulent en mer avec des chargements complets de pétrole. De nombreux fonds d’investissement, qui achètent des lots de 1000 barils de pétrole américain pour spéculer sur des ventes à terme, ne parviennent pas à trouver des acheteurs.

La situation est particulièrement sensible aux États-Unis, où des centaines de milliards de dollars ont été investis dans le pétrole de schiste et autres bitumes liquides. Des milliers d’entreprises américaines risquent de faire faillite du jour au lendemain, faisant exploser une bulle de plusieurs milliers de milliards de produits financiers dérivés.

L’Afrique, première victime

Les conséquences sont également immédiates dans de nombreux pays sous-développés, qui dépendent directement des revenus de l’exportation de pétrole pour importer les biens vitaux pour leurs populations. En Afrique, la Chambre africaine de l’énergie (CAE) tire la sonnette d’alarme sur les potentielles conséquences gravissimes de la chute du cours du pétrole. Dans les trois prochains mois, le continent devrait perdre 110 milliards de dollars en taxes, exportations de pétrole, emplois et contrats avec les entreprises locales, d’après la CAE. « Nous devons faire face à la réalité, car nous vivons une époque sans précédent, a déclaré Nj Ayuk, son président. L’incertitude est encore plus frustrante pour les compagnies pétrolières et les travailleurs. Pardonnez-moi, mais il y a du sang dans les rues, et dans l’eau et l’air il y a le coronavirus ».

De son côté, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) tire la sonnette d’alarme sur le danger de crise humanitaire dans le Sahel central, région qui inclut le Burkina Faso, le Mali, le Niger, etc, et où 4 millions de personnes luttent déjà contre la faim. Elles pourraient être 5,5 millions en août, selon l’Organisation. Coumba Sow, la coordonnatrice de l’équipe de résilience de la FAO, a souligné que la pandémie se répand à une période cruciale pour la région, car c’est le moment du semi et de la transhumance des troupeaux. Et pour l’instant, aucune aide alimentaire ou nutritionnelle n’est prévue pour les agriculteurs.

Si la pandémie continue à se répandre, « elle représentera une menace de plus en plus grande, avec une augmentation du nombre de personnes déplacées, une réduction progressive de l’accès aux services sociaux de base, une hausse des prix des denrées alimentaires, une diminution des denrées alimentaires, a déclaré Mme Sow. Les gouvernements ont pris des mesures comme la distanciation sociale et la fermeture des marchés. Cela créera des perturbations sur les marchés, tant pour les commerçants que pour les consommateurs ».

La clé est le développement économique. Pour cela, les banques centrales doivent être arrêtées dans leur folie, le casino financier doit être placé en règlement judiciaire, et le crédit, redevenu instrument des États et des peuples, doit retourner au travail humain, à la science, à la technologie, aux infrastructures, à l’hôpital...

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • David Landelle • 03/05/2020 - 13:35

    Les pirates de l’air n’existent plus depuis les années 80, avec la télécommande obligatoire. Cela n’a pas empêché la fable du 11 septembre 2001.
    Je pense qu’il vont nous expliquer le reset avec une histoire de faux-monnayeur barbu en djellaba, ou de vilain hacker russe ????
    La fausse monnaie ? Plus personne n’en parle, les rotatives des petits castaners marseillais n’arrivent pas à suivre le rythme des banques.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard