Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

4 juillet - IIe Guerre mondiale : Zepp-LaRouche répond à Poutine Lire 3 juillet - EJC#31 Sécurité alimentaire : un plan pour nourrir et unir Lire 2 juillet - Action devant le ministère de la Santé : « Trions les dettes, pas les patients ! » Lire
AccueilActualités

USA : pourquoi Mike Pompeo n’a pas sa place dans l’administration Trump

Alors que le Président Trump fait régulièrement savoir qu’il entend revenir à des relations normales avec les gouvernements russe et chinois, plusieurs représentants de son administration persistent à affirmer le contraire, jour après jour, au point où le monde entier se demande qui dirige réellement outre-Atlantique.

Trump lui-même a ironisé récemment que s’il avait écouté son Conseiller national à la Sécurité John Bolton, remercié depuis, les Etats-Unis seraient déjà engagés dans la « sixième guerre mondiale »...

Or, parmi les plus puissants va-t-en guerre qui restent aux commandes se trouve le Secrétaire d’État Mike Pompeo, une figure clé de la faction des « chrétiens évangélistes » pour qui la Chine et la Russie incarnent le diable en personne.

Pour clarifier la situation, et encourager Trump à tenir la promesse qu’il avait faite aux électeurs américains d’engager le retrait des forces américaines des « guerres sans fin », le Comité d’action politique de l’économiste américain Lyndon LaRouche (1922-2019) (LPAC) fait circuler, au niveau américain et international, un tract dont voici notre traduction :

Mike Pompeo est-il moralement apte à servir comme Secrétaire d’État ?

Le 5 février, après un long bras de fer de trois ans avec les services de renseignement américains et leur parrains britanniques, l’acquittement du Président Donald Trump crée une situation entièrement nouvelle.

Cependant, pour l’heure, ses ennemis ne comptent pas le laisser chasser du pouvoir le « parti de la guerre » (War Party) – cette bureaucratie permanente qui dirige de fait le pays. Il est à craindre que tout sera mis en œuvre par les agents d’influence de Londres et de Wall Street pour empêcher Trump de rencontrer les présidents Vladimir Poutine et Xi Jinping lors d’une potentielle rencontre au sommet à trois pour mettre fin au risque de guerre mondiale et écarter l’utilisation du prétexte d’un « changement climatique » pour réintroduire le colonialisme en Afrique, en Asie et dans le monde en général [1]

La Chine, en particulier, peut être un partenaire naturel des États-Unis. Le président Trump ne vient-il pas de déclarer qu’ « en ce moment, la relation des États-Unis avec ce pays n’a probablement jamais été aussi bonne. Nous avons traversé une période très difficile, mais ça n’a jamais été aussi bien. Ma relation avec le président Xi est exceptionnelle. Lui est pour la Chine ; moi je suis pour les États-Unis, mais à part ça, nous nous aimons beaucoup. »

Alors pourquoi, une semaine seulement après l’acquittement de Trump, le secrétaire d’État Mike Pompeo, en apparence un de ses alliés, et la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, une de ses ennemis jurés, se sont tous deux retrouvés à « lire une page du même livre », lançant des attaques violentes contre la Chine lors de leurs interventions respectives à la Conférence de Munich sur la sécurité des 13 et 15 février en Allemagne.

Pelosi a accusé le président Xi Jinping de saper les « valeurs démocratiques américaines, les droits de l’Homme, l’indépendance économique et la sécurité nationale » des États-Unis.

Pour Pompeo, « la Chine essaie de plus en plus de coopter nos fonctionnaires aux niveaux national et local…. Ils essaient d’avoir un impact non seulement au niveau fédéral, mais aussi sur nos fonctionnaires nationaux et locaux. » L’idée selon laquelle la Chine serait « la plus grande menace pour les États-Unis » correspond aux discours va-t-en guerre de la période « avant Nixon 1972 », et ne correspond pas à la politique déclarée par le président Trump, qui cherche certes à établir un équilibre commercial plus favorable aux Etats-Unis, y compris en engageant un bras de fer avec elle, mais pas la guerre.

Elle est aussi contraire à la politique américaine traditionnelle telle qu’elle fut exprimée par la présidence de Franklin Roosevelt vis-à-vis de la Chine et de l’Asie il y a 75 ans, partant du point de vue qu’il n’y a pas de problème sur cette planète qui ne puisse pas être résolu si les pays les plus importants du monde coopèrent.

Tel est le message de paix et d’espoir que pourrait envoyer au monde une réunion au sommet, qui pourrait être convoquée dès avril ou mai à l’occasion des célébrations du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Au lieu d’agir au nom de cette approche, Mike Pompeo ne se livrerait-il pas au « grand jeu » du diviser pour mieux régner, inspiré par Londres, allant ainsi à l’encontre des intérêts nationaux des États-Unis ?

Sous Pompeo, le Département d’État a confié des responsabilités de haut niveau à des personnes telles que Mme Kiron Skinner, ancienne directrice de la planification des politiques du Département d’État, qui a déclaré à propos de la Chine le 29 avril dernier : « Je ne veux pas sous-estimer ce qu’il s’est passé lors de la guerre froide, la réalité de la guerre nucléaire qui aurait pu se produire ou le fait que nous nous en sommes rapprochés dans certains cas – mais quand nous pensons à l’Union soviétique et à cette compétition, c’était en quelque sorte un combat au sein de la famille occidentale. Karl Marx était un Juif allemand qui a développé une philosophie qui faisait vraiment partie de la pensée politique générale… dont quelques principes relevaient même du libéralisme classique…. Ce n’est pas vraiment possible avec la Chine. C’est un combat avec une civilisation vraiment différente, et une idéologie différente, et les États-Unis n’ont pas eu affaire à ce type de phénomène auparavant. »

En réponse à une question qui lui a été posée ultérieurement, Skinner a même déclaré : « c’est la première fois que nous avons affaire à une grande puissance concurrente qui n’est pas Caucasienne » – une déclaration qui est non seulement raciste, mais aussi factuellement fausse, comme quiconque peut le constater en localisant Pearl Harbor [cible d’une attaque militaire japonaise, ndt.] sur une carte ou en se penchant sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Une question pour Mike Pompeo

Début 2017, le président Trump a demandé à Pompeo, alors qu’il était encore directeur de la CIA, à rencontrer l’ancien directeur technique de la NSA, Bill Binney, un spécialiste des systèmes de surveillance électronique. Binney a alors informé Pompeo qu’il n’existait absolument aucune preuve d’un piratage russe [du serveur du Parti démocrate, soupçon à l’origine de l’accusation de connivence avec la Russie portée contre Trump, ndt]. Au contraire, les analyses techniques de Binney démontrent sans conteste qu’il s’agit d’une fuite intentionnelle venant de l’intérieur du système.

Binney a averti Pompeo que toute l’affaire du Russiagate était une imposture, mais celui-ci est resté jusqu’à ce jour silencieux sur tout cela. Pourquoi ? Bill Binney maintient pleinement son évaluation de 2017 selon laquelle l’accusation de 2016 contre la Russie est une infox, parce que ce « piratage », tel qu’il est décrit, n’est physiquement pas possible. Cependant, bien que Binney, en tant qu’ancien haut responsable de la NSA, ait été chargé par le Président Trump de fournir à Pompeo toute son expertise, Binney n’a pas reçu jusqu’ici la moindre réponse de Pompeo, positive ou négative.

Pourquoi Pompeo n’a-t-il pas agi à cette époque ? Quel a été le coût pour la nation de son incapacité à agir ? Quels ont été les dommages collatéraux de ce mythe du « piratage par la Russie » qui a sapé les relations essentielles que les États-Unis doivent entretenir avec la Russie dans diverses régions du monde, comme la Syrie ?

À l’heure actuelle, il est urgent que le président des États-Unis organise, le plus tôt possible, une réunion au sommet avec les présidents de la Chine et de la Russie, et peut-être aussi de l’Inde, où le Donald Trump se rendra bientôt. Une nouvelle architecture financière équitable ; un nouvel ensemble d’accords de défense conçus autour des intérêts mutuels des quatre nations ; une éventuelle mission conjointe de ces « quatre puissances » pour l’exploration pacifique de la Lune et de Mars ; le développement de technologies énergétiques plus performantes grâce à leur haute densité, mettant l’accent sur la recherche sur la fission nucléaire de quatrième génération et la fusion thermonucléaire, rejetant les prémisses malthusiennes du « New Deal Vert » – un tel dialogue nécessite une nouvelle façon de penser, différente de celle du « choc des civilisations » dont Mike Pompeo s’est fait le chantre à Munich.

Bien que le « Choc des civilisations » soit souvent attribué, à tort, à l’auteur Samuel P. Huntington, l’idée vient en fait de feu l’agent britannique, le géopoliticien Bernard Lewis, dont Mike Pompeo a déclaré le 20 mai 2018 : « Je dois beaucoup de ma compréhension du Moyen-Orient à son travail. »

Lewis a joué un rôle central dans la décision, sur la base d’informations erronées, d’envahir l’Irak en 2003, une initiative que le président Trump a qualifiée de « pire décision jamais prise ».

Trump a déclaré [ironiquement, ndt] en mars 2018 : « C’était Bush. Un autre vrai génie... sur la base de renseignements imparables d’un service de renseignements redoutable… »

Pour savoir exactement qui le secrétaire Pompeo sert vraiment, on peut le soumettre à un test clinique. Va-t-il enfin donner au Président la réponse demandée ?

Permettra-t-il au patriote William Binney de dire à ce pays la vérité sur le canular mettant en cause les Russes ? Ou continuera-t-il à servir les intérêts de ceux qui veulent lâcher les chiens de guerre ? Si c’est vraiment le cas, il ne mérite aucune place dans l’administration Trump, ni dans aucune autre.


[1Un arrêt immédiat et sans transition, affirme le LPAC, de la consommation de ressources fossiles y provoquerait un vaste bond en arrière.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • OUSMANE • 24/02/2020 - 22:25

    HI ! LA VISITE DE MIKE POMPEO A DAKAR A MIS A NU TOUTES LES ATTENTES DU SAHEL SUR LA POSITION AMERICAINE SUR LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHARA . IL N’A PAS DONNE UNE REPONSE POSITIVE A LA QUESTION . CETTE DEMARCHE VA EN DROITE LIGNE AVEC VOTRE THESE AVANCEE . MERCI §

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
L’épidémie de géopolitique anglo-américaine fait des ravages
12 février
Chroniques stratégiques
L’épidémie de géopolitique anglo-américaine fait des ravages
Paris, Berlin, New York, Copenhague, Montréal, Milan, Lima : mobilisation pour la paix
19 janvier
Actions
Paris, Berlin, New York, Copenhague, Montréal, Milan, Lima : mobilisation pour la paix
De Bernard Lewis à Pegida : qui tire les ficelles du choc des civilisations ?
29 janvier 2015
Politique
De Bernard Lewis à Pegida : qui tire les ficelles du choc des civilisations ?
Libérons Trump de l'emprise des « sionistes chrétiens » !
25 mars 2019
Déclarations
Libérons Trump de l’emprise des « sionistes chrétiens » !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard