Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

23 octobre - Jacques Cheminade : Ce que signifie le rejet de mon compte de campagne de 1995 Lire 20 octobre - Débat sur Discord : Pourquoi Trump est-il un moindre mal ? Lire 19 octobre - Evasion fiscale, blanchiment : ce que l’Afrique perd vraiment Lire
AccueilActualités

71e anniversaire de la République Populaire de Chine : un bilan exceptionnel !

En ce 71e anniversaire de la fondation de la RPC, le contraste entre ce que la Chine est devenue et la condition actuelle des pays occidentaux est saisissant ! Deux résultats à la mesure de deux modèles économiques que tout sépare, si l’on se base sur les 40 dernières années. D’un côté, une Chine dont la politique économique est pilotée par un État stratège qui, bien qu’imparfait, se soucie du bien commun et qui a connu une modernisation spectaculaire. De l’autre, une politique occidentale où les États, bien que se targuant de progressisme, n’interviennent plus dans l’économie, laissant aux seuls marchés le soin de la déterminer, ce qui se traduit par un appauvrissement généralisé de tous, sauf les plus riches. L’occasion pour nous de tirer les leçons, de revenir à nos traditions d’économie dirigée et d’établir une coopération gagnant-gagnant avec la Chine.

Le 22 septembre dernier, Covid-19 oblige, l’Ambassade de la République de Chine en France n’a pas organisé les festivités d’usage mais s’est contentée d’une conférence de presse de son ambassadeur, M. Lu Shaye, qui présenta les principaux accomplissements de son pays depuis cette date historique.

D’abord dans la lutte contre pauvreté extrême, qui mobilise actuellement toute la Chine. Depuis 2012, rapporta-t-il, « le nombre d’habitants vivant sous le seuil de la pauvreté est passé de 98,99 millions à 5,51 millions à la fin de l’année dernière ». Cette politique a permis « à plus de 16 millions d’habitants démunis d’avoir un accès assuré à l’eau potable, de rénover les maisons délabrées de plus de 7 millions de foyers ruraux et de reloger près de 10 millions d’habitants démunis pour les aider à sortir de la pauvreté ». « L’éradication de la pauvreté absolue en Chine et l’édification intégrale d’une société de moyenne aisance » restent le principal objectif du pays pour cette année.

M. Shaye revint également sur la victoire de son pays contre la Covid-19 et sur l’importante opération d’aide internationale menée par la Chine dans ce cadre, avec « l’attribution de 50 millions de dollars d’aide à l’OMS, l’envoi de 34 équipes d’experts médicaux dans 32 pays et la fourniture de 283 lots de fournitures anti-épidémiques à 150 pays et 4 organisations internationales. Nous avons également surmonté nos propres difficultés afin de pouvoir exporter 151,5 milliards de masques, 1,4 milliard de combinaisons de protection, 230 millions de lunettes de protection et 470 millions de kits de test vers les pays et régions qui en ont besoin, apportant ainsi un soutien de taille à la lutte mondiale contre la COVID-19. »

Si l’épidémie est loin d’être jugulée dans le monde, 9 vaccins sont en phase d’essais cliniques en Chine et 4 sont passés en phase III à l’étranger.

Dans ce contexte difficile, M. Shaye s’est félicité que la Chine soit le premier grand pays à avoir renoué avec la croissance depuis la fin du confinement. Au deuxième trimestre, elle a vu son économie progresser de 3,2 %, alors que l’économie française dévissait de 13,8 %, et l’américaine de 31,4 %. Les exportations chinoises en août ont augmenté de 11,6 % en glissement annuel.

Par ailleurs, la Chine poursuit inlassablement ses efforts dans l’innovation. Outre qu’elle se place dans le peloton de tête pour les dépôts de brevets et le nombre de chercheurs affectés à la R&D, elle a fait des percées spectaculaires dans le domaine spatial, le numérique et le transport ferroviaire.

Dans le spatial, elle a effectué « le plus grand nombre de lancements spatiaux au monde pendant deux années d’affilée. Avec le lancement réussi de sa première mission d’exploration martienne, la sonde Tianwen-1, la Chine a entamé son voyage de découverte de Mars. Le dernier satellite du système de navigation Beidou a été lancé avec succès.

La Chine est désormais l’un des quatre principaux fournisseurs du système mondial de navigation par satellite. Elle a construit le plus grand réseau haut débit mobile au monde et devrait déployer environ 500 000 stations de base 5G d’ici la fin de cette année.

La ville de Shenzhen, qui en abrite déjà plus de 46 000, est devenue la première ville 5G du monde. La longueur opérationnelle des chemins de fer chinois atteindra 146 000 kilomètres d’ici la fin de cette année, dont 39 000 kilomètres de lignes à grande vitesse, ce qui maintiendra la Chine en tête du peloton dans ce domaine. »

Une certaine « grande puissance »

M. Shaye profita de l’occasion pour décocher quelques flèches contre « une certaine grande puissance » (sans jamais en prononcer le nom), qui « va de plus en plus loin sur la voie de l’unilatéralisme, se retirant délibérément de traités et d’organisations internationales, portant des coups durs à l’ordre international centré sur les Nations unies. Certaines forces politiques extrêmes s’enferrent dans la mentalité de la guerre froide,ressuscitent le maccarthysme, sèment la discorde et tentent d’entraîner le monde dans l’abîme de la division et de l’affrontement. Certains pays cherchent à soulever un vent contre la mondialisation, érigeant des barrières protectionnistes et un rideau de fer numérique, et prônant le découplage forcé, ce qui affecte gravement la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales. »

Face à ces défis, insista M. Shaye, « le multilatéralisme est la seule option. »

En dépit de cette propagande, il n’en reste pas moins que la Chine demeure l’une des destinations préférées des investisseurs internationaux, confirma M. Shaye. « Au cours des huit premiers mois de cette année, 27 000 entreprises à capitaux étrangers ont été créées en Chine et les capitaux étrangers effectivement utilisés chez nous ont augmenté de 6,9 %. Selon certains sondages, 99,1 % des entreprises étrangères interrogées ont déclaré qu’elles continueraient à investir en Chine et à s’y développer, et 89 % des entreprises de l’Union européenne n’envisageraient pas de relocaliser leurs chaînes industrielles ailleurs. Schneider Electric a implanté ses deux centres de conception mondiaux à la ville de Xi’an et investi nouvellement dans la construction d’un parc pilote de fabrication intelligente Chine-France à Beijing. »

Droits de l’homme

Face aux questions harcelantes de certains journalistes sur les droits de l’homme, Lu Shaye répondit sans s’offusquer : « Nous disons souvent qu’en termes de droits de l’homme, la perfection n’existe pas ; on peut faire de mieux en mieux. C’est un processus de développement pour tous les pays. (…) Chaque pays a ses propres situations nationales. (…) Est-ce qu’on trouve ce genre de choses chez vous ? D’après moi, c’est sûr, ce genre de choses existe certainement chez vous, et souvent dix fois, cent fois plus fortes. »

« Si la Chine était telle que vous le décrivez, ajouta-t-il, comment expliquez-vous que chaque année, 200 millions de touristes chinois sortent du pays pour aller visiter des pays étrangers et reviennent en Chine ? S’il n’y avait pas de droits de l’homme en Chine, ils se sauveraient et trouveraient refuge dans les pays occidentaux. On parle toujours de la capacité de consommation des touristes chinois. Cela veut dire que les Chinois ont de l’argent. S’ils n’ont pas de droits de l’homme, comment ont-ils pu s’enrichir ? »

Relations d’amitié avec la France

La Chine apprécie la France. M. Shaye décrivit la relation sino-française comme « la plus stable parmi les relations entre la Chine et les pays occidentaux, ou parmi les relations entre deux grands pays. »

La coopération concerne « souvent des investissements gigantesques dans le nucléaire civil, l’aérospatial, l’aéronautique ». La construction de deux centrales nucléaires EPR en Chine donne « un exemple au monde », car cette nouvelle technologie nucléaire n’a pas encore été mise en service ailleurs. « Le fait qu’on ait réussi donnera confiance à d’autres pays », dit-il, ajoutant que cette coopération se poursuivrait dans le traitement des déchets des combustibles nucléaires et dans de nouveaux domaines tels que la ville intelligente, les véhicules électriques ou à hydrogène, ainsi que l’agro-alimentaire.

« Tous les pays ont le droit d’assurer la souveraineté économique et l’autonomie stratégique. Nous sommes d’accord avec la France sur la nécessité de réfléchir à la souveraineté économique dans l’après-covid-19. Parce qu’on a déjà connu des problèmes pendant l’épidémie », a dit M. l’Ambassadeur, à condition que cela ne se traduise pas par une fermeture entre les économies.

Enfin, l’ambassadeur chinois revint sur l’impact « des pressions » qu’une certaine grande puissance exerce sur ses alliés en Europe contre la Chine. En France, elles se font sentir sur une opinion publique où l’impact des médias est fort, mais pas sur le gouvernement ou le peuple français. M. Shaye apprécie la province française : « Chaque fois que je vais dans les régions de France, je me sens très à l’aise parce que les populations sont très amicales, très simples. Peut-être ne connaissent-elles pas très bien la Chine, mais elles nourrissent un sentiment très sincère à son égard. Elles savent que la Chine est déjà la deuxième économie mondiale, que le peuple chinois est sympathique et amical, et que les touristes chinois leur apportent beaucoup d’opportunités économiques. »

Depuis quelques temps, l’Ambassadeur de Chine parcourt les provinces de notre pays pour faire connaissance avec la France de l’intérieur - la vraie France - et ses richesses culturelles, et promouvoir le tourisme avec la Chine.

Le 28 septembre, un colloque diffusé par visioconférence a eu lieu au Château du Rivau, un château de conte de fées dans le Val de Loire, sur le thème de la coopération Chine-Europe dans le domaine de la protection à l’environnement. Y ont participé outre M. Shaye, MM Hubert Védrine, ancien ministre, Pascal Boniface, Directeur de l’IRIS, Hervé Juvin, eurodéputé, Yann Wehrling du ministère des Affaires étrangères et de l’Europe, et Li Zhengqiang, de l’Académie chinoise des sciences (CAS)

Le 2 septembre il s’était rendu en Dordogne pour visiter le site de Lascaux 4, à Montignac.

La coopération sino-française, une coopération à défendre, au nom du multilatéralisme, mais aussi de la paix et du développement dans le monde.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Delcourt Roland • 04/10/2020 - 11:59

    Je souscris à votre témoignage et trouve votre article formidable. Je le publie sur ma page Facebook, mais surtout je le transmets à mes amis de la presse chinoise du bureau européen de Xinhua et à mes amis du PTB (Parti des Travailleurs de Belgique ) avec qui je suis en contact depuis la Chine. Je crois que nous travaillons dans la même direction.
    Amicalement,
    Roland Delcourt

    • Karel Vereycken • 06/10/2020 - 12:51

      Super, merci. On reste en contact via facebook.

      Christine Bierre

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Comme nos voisins italiens, espagnols et portugais, nous devrions nous aussi participer à la « Nouvelle route de la soie » qui transforme à grande vitesse le monde ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard